KerAnna 11.2018

Logo kerannaKerAnnA
Avec Sainte Anne, veiller et aimer !
N° 11/2ème année
  Novembre 2018

Bonjour à tous !

Et bienvenue aux nouveaux ! Et fêtons de tout cœur, le 21, la Présentation de Marie au Temple, ce jour où, encore enfant, elle choisit Dieu. C’est aussi, nous dit la Tradition, le jour où elle quitte définitivement ses parents Anne et Joachim … et cette fête est devenue dans l’Église la journée des moines et des moniales contemplatifs.

La « bouchée » du mois : Marketing

La fois dernière, nous avions vu que le Tentateur, sous couvert de sagesse, avait réussi à distiller le doute et à changer le regard de l’être humain sur Dieu. Ainsi, celui-ci était prêt à prendre ses décisions non plus en fonction du plan de Dieu, mais en fonction de ses propres désirs, de son ego.  

1. Les lois du marketing :

• Alors la femme s’aperçut que le fruit de l’arbre devait être savoureux, qu’il était agréable à regarder et qu’il était désirable, cet arbre, puisqu’il donnait l’intelligence (Gn 3,6). C’est goûteux, c’est tendance, et ça va me donner un plaisir et un pouvoir. Comme une tablette dernier cri ou une nouvelle voiture. Donc j’achète.

• Et elle prit de son fruit, et en mangea. Elle en donna aussi à son mari, et il en mangea (v.6). Évidemment, quand on a trouvé un remède miracle aux baies de bêtise ou aux omégas bêta, on en fait profiter son entourage ! Le désir devient un besoin puis un must. Et au bout d’un certain temps, une habitude. Et une nouvelle vie commence : l’esclavage.

2.  Les suites :

Alors leurs yeux à tous deux s’ouvrirent et ils se rendirent compte qu’ils étaient nus (v.7). Ils avaient espéré devenir « comme des dieux », au point de pouvoir se passer de Dieu ... Au lieu de cela, ils découvrent le contraire : ils sont nus, c’est-à-dire faibles, sans pouvoir et sans défense. S’ils sont toujours à l’image de Dieu, cette image a perdu sa ressemblance avec Dieu. Et cela, ce n’était pas prévu dans leur plan !

• Alors ils attachèrent les unes aux autres des feuilles de figuier, et ils s’en firent des pagnes (v.7). Ils se cachent derrière la première façade qu’ils trouvent, dérisoire : de simples feuilles. Comme un chat qui croit se cacher derrière un brin d’herbe ! Camoufler et se camoufler au lieu de demander pardon …

• Mais le figuier est aussi dans la Bible le symbole de la Parole de Dieu. On se drape dans cette parole pour paraître. Ou pour se justifier. Ou pour éviter de regarder notre intérieur.

Alors le Seigneur Dieu renvoya l’homme du jardin de délices, pour qu’il travaille la terre d’où il avait été tiré (v.23). L’homme vivrait désormais sur une terre d’épines et de chardons (v.18), dans la nostalgie des délices perdus, hors du plan de Dieu. Et surtout, il aurait à se battre contre lui-même pour retrouver la pleine ressemblance et la pleine communion avec Dieu.

• Mais Dieu allait mettre en œuvre son plan B … que nous découvrirons le mois prochain !

Le Saint du mois

Novembre est le mois de tous les saints. Et particulièrement des saints inconnus, de ceux de nos familles. Je voudrais vous présenter, justement, une amie discrète que peu de personnes connaissent : la bienheureuse Elisabeth de Reute (1386-1420), surnommée la « Bonne Beth », qui a sa fête le 25 novembre.

Elisabeth Achler naît le 25 novembre 1386 à Bad Waldsee en Souabe, au sud de l’Allemagne. Sa vie va se dérouler sur deux périodes de 17 ans. Dans la première période, elle vit dans sa famille : sa maman lui enseigne les évangiles, et à 14 ans elle choisit d’entrer dans le Tiers-Ordre franciscain, la branche réservée aux laïcs. Puis, désireuse de progresser dans la vie spirituelle, elle prend pour confesseur le doyen des chanoines de sa paroisse, Konrad Kügelin, de vingt ans son aîné.

En 1403, à 17 ans, elle commence la deuxième période de sa vie : avec quelques compagnes, elle acquiert une maison à Reute, à 5 km de sa ville natale, et elle y commence une vie de communauté, mais sans vœux car à cette époque les laïcs n’avaient pas encore le droit d’en faire. Deux choses l’attirent : la vie de prière et le service, dont elle s’acquitte à la cuisine et au jardin, où elle aime prier longuement.

Elle reçoit les visiteurs avec une grande hospitalité, et se montre d’une grande bonté envers les mendiants qui se présentent, d’où son surnom.

Et elle aime profondément le Saint-Sacrement, au point qu’elle passe les douze dernières années de sa vie à ne se nourrir que de l’Eucharistie, comme Saint Nicolas de Flüe ou, plus près de nous, Marthe Robin. Et elle porte en son corps les stigmates des clous, la couronne d’épines et les sillons de la flagellation. Elle prophétise aussi l’élection du pape Martin V et la fin du Grand Schisme d’Occident (1417).

Bien-sûr, le diable n’apprécie pas sa sainteté … un jour, il prit l’apparence de la supérieure pour lui apporter une assiette de gruau d’orge et lui en faire manger « pour reprendre des forces », ce qui lui causa de fortes douleurs. On s’aperçut alors que la supérieure ne lui avait rien apporté ! Imperturbable, Elisabeth continue à vivre dans la fidélité et l’amour. À la demande de son confesseur, elle fait surgir une source miraculeuse qui facilite la vie quotidienne de ses sœurs et coule toujours de nos jours. Elle entre enfin dans l’Éternité un 25 novembre, le jour de ses 34 ans, après avoir demandé à boire quelques gouttes de vin de la Saint-Jean, vin béni qui symbolisait la Minne, l’amour mystique qui unissait Saint Jean  à Jésus lors de la dernière Cène. À son exemple, efforçons-nous de grandir en amour, avec simplicité.

La pratique du mois

En repensant à ce fruit auquel notre mère Ève ne put résister, regardons comment nous fonctionnons quand nous faisons nos courses : Quels sont nos critères ? Du besoin ou de l’envie ? De l’utile ou du futile ? Du bon ou du tendance ? Du durable ou du jetable ?

La tradition rapporte qu’Anne et Joachim divisaient leurs biens en trois parties : une pour le Temple, une pour les démunis, et une pour eux-mêmes … Laissons-nous guider par leur amour, et posons concrètement quelques actes de résistance à notre fièvre acheteuse !!!

L’intercession du mois

Avec sainte Anne, la « Bonne Beth » et tous les saints,  prions :

- pour nos défunts, et pour tous ceux qui sont oubliés.

- pour la sainteté des cardinaux, des évêques, des prêtres, des consacrés, de tous les baptisés.

- en pensant au ciel, prions aussi pour toutes les personnes qui prennent l’avion ou qui en vivent professionnellement : 37 millions d’avions volent chaque JOUR dans le monde !

- aux intentions du pape François pour ce mois de novembre : Pour la paix, pour que le langage du cœur et le dialogue priment toujours sur le langage des armes.

- et toujours aux intentions de tous les amis de KerAnnA.

Pour recevoir ce feuillet par mail, s’adresser à : frat.keranna@gmail.com

 

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 2019-11-08