KerAnna 12.2018

Logo kerannaKerAnnA
Avec Sainte Anne, veiller et aimer !
N° 12/2ème année 
Décembre 2018

Bonjour à tous !

Et bienvenus aux nouveaux. Nous voici de nouveau en attente de Noël, en ce mois béni où nous faisons de la place pour la venue de Jésus dans nos vies, dans nos familles.

La « bouchée » du mois : Le plan B

1. Le point de départ :

• Nous avons vu précédemment comment l’être humain, piégé par les suggestions du Malin, perdit à la fois sa ressemblance et sa communion avec Dieu.

• Il avait accueilli en son cœur une représentation faussée de Dieu et ne croyait plus en sa Sagesse d’amour, qu’il avait remplacée par le critère égocentrique du « bon pour moi ». Il se retrouva ainsi dans un monde pensé par lui-même, hors du plan rêvé par Dieu. Un monde où tout était en friche, où tout était à faire.

2. Le plan B :

• Mais, nous dit la liturgie, «comme il avait perdu ton amitié en se détournant de toi, tu ne l’as pas abandonné au pouvoir de la mort. Dans ta miséricorde, tu es venu en aide à tous les hommes pour qu’ils te cherchent et puissent te trouver. Tu as multiplié les alliances avec eux, et tu les as formés, par les prophètes, dans l’espérance du salut » (Prière Eucharistique n°4). De nouveau, Dieu allait agir.

• L’homme ayant rejeté sa Sagesse d’amour, Dieu allait mettre en route avec les humains une histoire d’amour. Une histoire avec des hauts et des bas, avec des fidélités et des infidélités (les nôtres !), une histoire qui avait pour but de retrouver cette Sagesse d’amour perdue, et qui continue encore de nos jours.

• C’est cette histoire qui nous est racontée dans la Bible : on y voit Dieu se forger un peuple, avec des évènements et des alliances, des rois, des prophètes, et des commandements qui allaient le façonner d’une manière unique.

3. Le point culminant :

• Et lorsque les temps seraient mûrs, lorsqu’une maman serait devenue cet être de sainteté totale dont Dieu rêvait, Dieu allait Lui-même prendre chair de cette maman, Miryam bat ‘Hannah, Marie fille d’Anne, et devenir l’un de nous.

• « Tu as tellement aimé le monde, Père très saint, que tu nous as envoyé ton propre Fils, lorsque les temps furent accomplis, pour qu’il soit notre Sauveur. Conçu de l’Esprit Saint, né de la Vierge Marie, il a vécu notre condition d’homme en toute chose, excepté le péché, annonçant aux pauvres la Bonne Nou­velle du salut ; aux captifs, la délivrance ; aux affligés, la joie » (Prière Eucha-ristique n°4).

Lorsqu’il sera devenu adulte, Jésus nous dira comment vivre, donnera sa vie pour nous, vaincra la mort par sa Résurrection et nous enverra l’Esprit Saint. Pour l’instant, il nous rejoint sous la forme d’un bébé. Vulnérable et pauvre, souriant et pleurant, ne sachant encore que gazouiller.

Tel est le plan B de Dieu, avec la simplicité d’un enfant !

Le Saint du mois

En décembre, nous fêtons une sainte toute lumineuse,  sainte Luce, appelée aussi sainte Lucie, du latin Lux, lumière. Elle est fêtée le 13 décembre, date de l’ancien solstice d’hiver, d’où le proverbe : « À la sainte Lucie, le plus court jour, la plus longue nuitée ». Mais selon le calendrier actuel, le 13 est justement le jour où le soleil commence à se coucher un petit peu plus tard que la veille, d’où l’autre proverbe : « À la Sainte-Luce, le jour croît du saut d'une puce ».

• Lucie naît vers 283 à Syracuse en Sicile, dans une famille aisée. Son père meurt, et un jour, sa mère Eutychie souffrant de pertes de sang depuis quatre ans, Lucie l’emmène devant le tombeau de sainte Agathe. Celle-ci lui apparaît et lui annonce qu’elle sera la gardienne de Syracuse et que sa prière guérira sa mère, ce qui se produit le lendemain. Dès lors, toutes deux se mettent à distribuer leurs biens aux pauvres.

• Lucie annonce aussi à sa mère qu'elle a fait vœu de virginité perpétuelle. Mais celle-ci l’a déjà promise à un jeune homme, et la tradition rapporte que pour lui signifier sa décision, elle se serait arraché les yeux et les lui aurait envoyés dans un coffret … et que la Sainte Vierge les lui aurait remplacés par des yeux plus beaux encore. D’où ces images où on la voit avec deux yeux sur un plat, en plus des siens.

• Fou de rage, son « fiancé » la dénonce alors au consul comme ennemie des divinités de l'Empire Romain. C’est l’époque de la persécution de Dioclétien, et Lucie est sommée de renoncer à sa foi chrétienne, en vain.

• Elle explique au consul que devant les juges, l’Esprit Saint lui inspirera les justes réponses, car « ceux qui vivent dans la piété et la chasteté sont les temples du Saint-Esprit ». Le consul donne alors l’ordre de l’emmener dans un lupanar afin de la faire violer par des débauchés. Mais Dieu intervient, et le corps de Lucie devient raide et intransportable. On essaie avec mille hommes et mille paires de bœufs, dit la légende, en vain.

• On verse alors sur elle de la poix et de l'huile bouillante, puis l’installe sur un bûcher. En vain. Les flammes ne la brûlent pas et elle continue à chanter les louanges du Christ. Alors on lui enfonce une épée dans la gorge, mais de nouveau elle ne meurt pas : c’est seulement après avoir communié une dernière fois qu’elle rejoindra enfin le Christ, vers l’an 303.

• Elle est invoquée pour guérir les yeux et les maux de gorge, et on trouve ses reliques à Venise, à Syracuse et à Metz. Faisons nôtre aussi son amour de la piété et de la chasteté.

• En Scandinavie, où les nuits d’hiver sont longues, sa fête est l’occasion de réjouissances populaires, car elle apporte enfin la première minute de lumière supplémentaire : le soleil ne se couchera, à Stockholm, qu’à 14h 46 ! Une sainte Lucie est élue dans chaque ville et défile, vêtue de blanc et couronnée de bougies lumineuses, avec ses demoiselles d’honneur qui portent une ceinture rouge et une bougie en souvenir de son martyre. Elles distribuent, au milieu de chants traditionnels, des brioches au safran, les lussekatt, et du glögg, cousin de notre vin chaud.

La pratique du mois

Avec les jours qui sont au plus court, nous avons souvent besoin d’allumer la lumière. Faisons ce geste de manière consciente, attentive, avec gratitude pour l’électricité et pour Jésus qui vient à Noël pour être la lumière du monde. 

L’intercession du mois

Avec sainte Anne et sainte Lucie, prions :

- pour les enfants à naître et pour leurs parents.

- pour les pays scandinaves et pour que la foi y fleurisse.

- aux intentions du pape François pour ce mois de  décembre : Pour la transmission de la foi, pour que les personnes engagées au service de l’intelligence de la foi trouvent un langage pour aujourd’hui, dans le dialogue avec les cultures.

- et toujours aux intentions de tous les amis de KerAnnA.

Pour recevoir ce feuillet par mail, s’adresser à : frat.keranna@gmail.com

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 2019-11-02