KerAnna 04.2018

Logo kerannaKerAnnA
Avec Sainte Anne, veiller et aimer !
N° 4/2
 Avril 2018

Bonjour à tous !

Et ‘Ia orana manava e maeva à nos nouveaux amis de Tahiti ! Nous entrons dans le temps béni de Pâques, où le Christ vient nous ressusciter de nos morts et de nos misères. Une très belle prière orthodoxe dit : Jésus, qui es ressuscité des morts, ressuscite nos âmes ! Songeons aussi au bonheur de nos deux saintes Anne (et de Joachim, de Siméon, et des patriarches !) lorsque, le samedi saint, Jésus est venu les chercher au séjour des morts pour les emmener au Ciel avec Lui !

La « bouchée » du mois :  Je crois en  Dieu

Nous avons vu dans les précédents numéros que la foi est un bonheur, qu’elle nous est transmise, et qu’avant de devenir feu en nous, elle peut passer par plusieurs couleurs et doit passer par certaines autres. Partons maintenant à la découverte de ce qu’elle est et de son contenu.

1. Je crois :

Qu’est-ce que je fais quand je crois ?

• J’utilise mes quatre niveaux :

     - avec mon fond, de tout mon être, j’accueille la parole de foi que l’Église me transmet : un passage de la Bible ou du CEC ( le Catéchisme de l’Église Catholique ), par exemple ;

     - avec ma tête, je fais l’effort de la comprendre, et je la laisse transformer mon prêt-à-penser habituel par sa lumière.

     - dans mon cœur, je la redis, je la berce et la savoure comme le rayon de miel qu’elle est.

     - avec mon corps, je l’exprime par toute ma vie, et je deviens son icône vivante.

• Et surtout je me mets en relation avec ce Dieu dont me parle cette parole de foi : non seulement je crois en son existence (le diable en fait autant !), mais j’accepte aussi avec joie d’avoir avec Lui une relation de confiance et d’amour, ce que le diable se refuse à faire !

2. Je crois en Dieu :

Voyons maintenant en QUI je crois :

• Je crois en Dieu, et non pas en DES dieux : car qu’il n’y a qu’un seul Dieu, ce qui nous est dit et redit tout au long de la Bible. Donc, à y regarder de plus près, « les dieux » sont en fait des esprits ou des ancêtres qu’on a divinisés, des qualités ou des activités humaines, ou des attributs divins divinisés, ou encore des idoles faites de main d’homme. Mais pas Dieu.

• Je crois en Dieu, et non pas en DEUX dieux : car le diable n’est pas un second dieu voué au mal  qui serait aussi fort que Dieu. Il n’est qu’un ange déchu. Et la Sainte Vierge est toujours prête à l’écraser, à l’enchaîner avec nos chapelets.

• Je crois donc que Dieu est un être unique. Et comme tel, il est le Dieu de tout l’univers, de toutes les galaxies, de toute la nature, des arbres, des girafes et des papillons, et de toutes les générations humaines, depuis l’australopithèque Lucy jusqu’à chacun d’entre nous, que nous le voulions ou non, que nous y croyions ou non, que nous soyons des êtres humains ou non. C’est pour cela que nous aimons l’invoquer comme « Dieu de l’Univers ».

• Ce qui varie, c’est la connaissance que nous avons de ce Dieu unique, et la foi qui en est issue, que nous y adhérions ou non. Cette connaissance peut nous venir de la simple observation de la création : Car à travers la grandeur et la beauté des créatures, on peut contempler, par analogie, leur Auteur (Sg 13,5). C’est la « foi verte », dont nous parlions le mois dernier.

• Mais chez nous, dans l’Église, la connaissance que nous avons de Dieu nous a été donnée par Jésus lui-même puis a été transmise par ses apôtres et approfondie par leurs succes-seurs avec l’aide de l’Esprit-Saint. C’est ce que nous avions vu dans le feuillet de février.

• Et cette connaissance donnée par Jésus est sûre et certaine, car Dieu, personne ne l’a jamais vu ; le Fils unique, lui qui est Dieu, lui qui est dans le sein du Père, c’est lui qui l’a fait connaître (Jn 1,18). Les autres personnes qui nous en parlent peuvent être des prophètes, des mystiques, des sages … ou parfois des charlatans. Ils nous donnent de Dieu des facettes, des reflets … ou des mirages. Seul Jésus est en mesure de nous en révéler la plénitude.

Le Saint du mois

En ce mois d’avril, nous aurons une pensée particulière pour sainte Catherine de Sienne (1347-1380), qui a sa fête le 29, même si celle-ci est cachée derrière un dimanche.

Benjamine d’une famille de vingt-quatre frères et sœurs, illettrée et Tertiaire dominicaine à 16 ans, elle mène une vie de recluse à Sienne. Elle est choyée par le Seigneur qui lui apparaît de nombreuses fois et lui donne de participer par ses stigmates à sa Passion.

Elle n’aura de cesse de prier et d’œuvrer pour la paix et l’unité en un Occident très divisé, et elle sera envoyée comme ambassadrice de la ville de Florence et négociatrice de paix auprès du dernier pape d’Avignon, Grégoire XI. Elle sera d’ailleurs à l’origine de son retour à Rome, et écrira de nombreux courriers pour inviter ses contemporains à soutenir son successeur Urbain VI, tandis que la France nommera un antipape. Ce sera le début du Grand Schisme d’Occident, qui comptera jusqu’à trois papes, et ne prendra fin qu’en 1417 avec le Concile de Constance et l’élection de Martin V.

En 1999, St Jean-Paul II la proclame co-patronne de l’Europe, avec Brigitte de Suède et Edith Stein, mais avant cela, en 1970, elle devient avec Ste Thérèse d’Avila la première femme Docteur de l’Église. Le Bx Paul VI lui décerne ce titre en raison des nombreux écrits qu’elle a dictés : quelques 380 lettres, et son Dialogue, dans lequel elle relate ses conversations avec Dieu le Père. Et ses 26 Oraisons, dans lesquelles on trouve cette perle : Dieu éternel, je te prie pour tous ceux que tu m'as donnés à aimer d'un amour tout particulier et avec une sollicitude toute particulière. Que ta lumière les illumine. Que toute imperfection leur soit ôtée, afin qu'en vérité ils travaillent dans ton jardin, où tu les as assignés (n°21).

La pratique du mois

Temps de Pâques, temps de lumière. À chaque œuf que nous mangerons, en vrai ou en chocolat, pensons à notre baptême qui, comme un œuf, a pour but d’éclore et de s’épanouir en une vie qui soit une cause de joie pour Dieu, pour notre entourage et pour nous-mêmes. Oui, soyons pour tous une cause de joie.

L’intercession du mois

Avec sainte Anne et sainte Catherine de Sienne, prions :

- pour tous les nouveaux baptisés de Pâques et pour tous les vieux baptisés que nous sommes : Jésus, qui es ressuscité des morts, ressuscite nos âmes !

- aux intentions du pape François pour ce mois d’avril : Pour que les penseurs et acteurs de l’économie mondiale trouvent le courage de dire non à une économie de l’exclusion, en ouvrant de nouveaux chemins.

- et toujours aux intentions de tous les amis de KerAnnA.

Pour tout renseignement, s’adresser à : frat.keranna@gmail.com

 

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 2019-11-08