Saint Charles de Saint André Houben

 charles1.jpg

 Le Saint de Mount Argus 1821-1893

Jean-André Houben est né à Munstergeleen, diocèse de Roermond, Hollande, le 11 décembre 1821, dans la famille profondément chrétienne d'un meunier aisé.. Il est le quatrième des 10 enfants du couple Houben-Luyten. Son père est meunier.

Jean ne se distingue pas des autres enfants de son village, si ce n'est que par un attrait très particulier pour la prière. En 1835, il fait sa première Communion. La même année, il reçoit le Sacrement de la Confirmation, puis il s'inscrit à la Confrérie de l'Adoration Perpétuelle: Le Seigneur, présent dans le Saint Sacrement l'attire irrésistiblement et de façon extraordinaire. Il n'est alors âgé que de 14 ans. Très tôt il manifesta le désir de devenir prêtre.

Mis à part le chemin de l'église, Jean-André Houben connaissait celui de l'école. Pourtant, il n'est pas un intellectuel. C'est assez difficilement que les leçons entrent dans sa tête toute simple, aussi, c'est au prix d'un fort labeur qu'il aprvient à en assimiler une partie seulement.

A 19 ans, Jean-André est un jeune homme robuste et spontané. En mars 1840, il reçoit sa convocation pour le service militaire. Il n'y restera que 3 mois, car son père trouve et paie un autre jeune homme pour le remplacer. C'est précisément dans la caserne de Bergent-op-Zoom, en 1841, qu'il connut la Congrégation de la Passion grâce à l'un de ses camarades dont le frère était religieux passionniste.

A 23 ans, Jean-André à la douleur de voir mourir sa mère. L'année suivante, il fait enfin part à sa famille de son désir de devenir Passioniste.

Après son service militaire, il demanda à être admis chez les Passionnistes. Sa requête fut accueillie par le bienheureux Domenico Barberi et il entra au noviciat d'Ere, près de Tournai, le 5 novembre 1845, prenant le nom religieux de Charles de Saint-André. Après une année de noviciat, il prononça ses prononça ses premiers vœux le 10 décembre.

Après avoir terminé ses études de philosophie et de théologie, il fut ordonné prêtre le 21 décembre 1850, par l'Evêque de Tournai.

. Son père meurt en 1850, quelques mois avant son ordination Sacerdotale. A son plus grand regret, aucun membre de sa famille ne sera présent à cette si belle cérémonie.

Lors d'une visite à Ere, en 1849, le Supérieur Provincial, le Bienheureux Dominique Barbieri, discerne très rapidement les qualités spirituelles de Charles, et le destine alors à l'Angleterre, où les Passionnistes avaient fondé trois couvents,.

Ainsi, Charles arrive en Angleterre en 1852, en tant que vice-maître des novices à Broadway, Là, il fait connaissance de Georges Spencer. I

l n'y restera que 5 ans, car, très rapidement, ses Supérieurs le choisissent pour la fondation du Monastère de Mount Argus, près de Dublin, en Irlande. C'est là que le Seigneur va faire de lui ce grand apôtre de la Passion qui nous est révélé aujourd'hui.

Quand il arrive à Dublin, il est âgé de 35 ans. Les Pères Passionistes y avaient fondés, un an plus tôt, une retraite Passioniste, (c'est à dire un monastère situé dans un lieu isolé) dans une maison de briques rouge, située en dehors de la ville. Comme la retraite était trop petite, il est rapidement décidé de construire un nouveau bâtiment, beaucoup plus spacieux. Le Supérieur choisit le Père Charles afin qu'il parcourt l'Irlande, afin de pouvoir réunir les fonds nécessaires à la construction. S'exécutant, le Père Charles transforme alors cette demande de fonds, qui durera plusieurs années, en un intense er prodigieux apostolat de la Miséricorde Divine. Toujours recueilli, optimiste et souriant, sa bénédiction opère très souvent des guérisons sur les malades qui viennent le trouver. C'est ainsi qu'il commence à être aimé du peuple Irlandais, qui le surnomme "le Saint de Mount Argus". Face au grand succès que connaît sa mission, la nouvelle retraite est inaugurée en 1863.

A partir de ce moment, les foules se pressent chaque jour à la porte du Monastère de Mount Argus pour solliciter l'aide et la prière du Père Charles. Il bénissait de l'eau avec une relique de Saint Paul de la Croix, le fondateur des Pères Passionistes, et obtenait des effets merveilleux, quand il en aspergeait les personnes.

Sa réputation de vertu attira rapidement un grand nombre de fidèles au couvent, qui demandaient sa bénédiction. Fréquemment appelé pour bénir les malades, de nombreux témoignages attestent de guérisons surprenantes, au point de lui avoir créé une réputation de thaumaturge. C'est précisément à cause de cette réputation qu'il fut transféré, en 1866, en Angleterre pour pouvoir trouver un peu de tranquillité, dans les couvents de Broadway, de Sutton et de Londres. Il revint à Dublin en 1874, où il demeura jusqu'à sa mort.

Sa simplicité était habitée d'une tendresse constante. Les novices Passionistes recherchaient sans cesse sa présence. Ils le surnommaient affectueusement "Charlie".

Vers 1880, sa santé commença à décliner peu à peu, en raison de sa vie austère. Jamais le Père Charles ne s'en plaignit. En outre, il ne se remit jamais complètement des blessures d'un accident survenu en 1881 Or un jour, il ne put plus se lever. Il mourut le 5 janvier 1893. Pendant les 5 jours qui précédèrent ses funérailles, une foule innombrable défila silencieusement et pieusement devant son corps, l'invoquant avec beaucoup d'émotion

Ce fut un prêtre d'une piété extraordinaire, se distinguant particulièrement dans l'exercice de l'obéissance, dans la pratique de la pauvreté, de l'humilité et de la simplicité, et encore plus dans la dévotion pour la Passion du Seigneur. Il se consacra en particulier à la direction spirituelle des âmes à travers la confession

Sa cause de canonisation fut introduite le 13 novembre 1935

Le Père Charles a été Béatifié le 16 octobre 1988, par le pape Jean Paul II et canonisé le 3 juin 2007, par le Pape Benoît XVI.

sépar saints

HoubenPrêtre passionniste (✝ 1893)

"Ce fut un prêtre d'une piété extraordinaire, se distinguant particulièrement dans l'exercice de l'obéissance, dans la pratique de la pauvreté, de l'humilité et de la simplicité, et encore plus dans la dévotion pour la Passion du Seigneur."
le 16 octobre 1988, le Pape Jean-Paul II le béatifia.
Canonisé le 3 juin 2007 par Benoît XVI.
"'L'amour de Dieu a été déversé dans nos cœurs par l'Esprit Saint qui nous a été donné'. Dans le cas du prêtre passionniste Charles de Saint André Houben, nous voyons véritablement la façon dont cet amour a débordé dans une vie entièrement consacrée au soin des âmes. Au cours de ses nombreuses années de ministère sacerdotal en Angleterre et en Irlande, les personnes accouraient vers lui pour rechercher ses sages conseils, sa sollicitude pleine de compassion et son pouvoir de guérison. Chez les personnes malades et les personnes souffrantes, il reconnaissait le visage du Christ crucifié, pour lequel il a nourri une dévotion tout au long de sa vie. Il puisait abondamment aux fleuves d'eau vive qui se déversaient du côté du Transpercé, et à travers la puissance de l'Esprit, il témoigna au monde de l'amour du Père. Aux funérailles de ce prêtre tant aimé, surnommé de façon affectueuse Père Charles de 'Mount Argus', son supérieur observa avec émotion: 'Le peuple l'a déjà déclaré saint'."

http://nominis.cef.fr/contenus/saint/11331/Saint-Charles-de-Saint-Andre-Houben.html

 sépar saints

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 2015-11-24