Saint Paul de la croix

icone.jpg

3 janvier 1694: Paul François Danei naît à Ovada. Il est le fils de Luchino, commerçant, et Anna Maria Massari ; et l’aîné d’une famille de 16 enfants, dont seulement 6 survivront après l’enfance.

1695: naissance de Jean-Baptiste Danei, second enfant et compagnon durant toute la vie de Paul de la croix. Durant son enfance et son adolescence, Paul fait des études scolaires et religieuses d’un niveau assez rare à son époque dans son milieu.

 Été 1713: c’est la «conversion» de Paul. Il reçoit une grande illumination et décide de se vouer totalement à Dieu.

 1715-1716: un grand désir du martyre le pousse à s’enrôler comme soldat, à l’occasion de  la croisade dirigée par la république de Venise contre les turcs. Mais il comprend que telle n’est pas la voie voulue par Dieu pour lui.

 1718: la famille Danei s’établit définitivement à Castellazzo, sa ville d’origine. Paul renonce à l’héritage de son oncle, prêtre à Castellazzo, et refuse le mariage arrangé par sa famille.

 22 novembre 1720: Paul est revêtu de l’habit de pénitence des ermites, par Mgr. Gattinara, son évêque. Il commence alors une retraite de 40 jours dans une pièce située dans l’église de st Charles. Là il rédige la Règle de sa future congrégation, ainsi que son «Journal spirituel», joyau de sa spiritualité.

 retraitepeparatoire.jpg

 Août-octobre 1721: voyage de Paul à Rome et vaine tentative pour obtenir une audience auprès du pape en vue de l’approbation de la Règle du nouvel institut. Déçu, mais non découragé, il se rend à la basilique de Ste Marie Majeure, où il fait le vœu de propager la mémoire de la Passion de Jésus. Il se sent attiré par le mont Argentario, et obtient de l’évêque la permission de s’y établir.

 28 novembre 1721: son frère Jean-Baptiste est revêtu du même habit que Paul et s’engage avec lui dans la vie consacrée.

 1722-1723: les deux frères s’installent à Gaète, au sanctuaire de N-D de la Catena, où Paul tente vainement d’organiser la vie commune de plusieurs ermites autour de lui.

 1724-1725: à Troia, Paul et Jean Baptiste sont les hôtes de l’évêque Emilio Cavalieri, oncle d’Alphonse de Liguori.

 21 mai 1725: en l’église de la Navicella, Paul reçoit oralement la permission de réunir des compagnons du pape Benoît XIII.

 1726-1728: Paul et Jean-Baptiste servent comme infirmiers et aumôniers dans le nouvel hôpital st Gallican à Rome.

 7 juin 1727: tous deux sont ordonnés prêtres par le pape dans la basilique st Pierre.

 Mars 1728: retour au mont Argentario, où ils vivent dans un pauvre ermitage dédié à st Antoine. Petit à petit une communauté religieuse se constitue ; en 1730, elle réunit 7 personnes.  

 1730: mission paroissiale de Paul et Jean-Baptiste à Talamone. Projet de construction d’une Retraite, dédiée à la Présentation de Marie au Temple, sur l’Argentario.

   1733-1735: guerre des Presidi, qui entraîne l’interruption des travaux de construction de la Retraite. Paul exerce son ministère apostolique entre les autrichiens et les espagnols qui s’affrontent à Orbetello et ses environs.

 1735: reprise des travaux pour la construction de la Retraite.

 14 septembre 1737: inauguration de la première Retraite de la congrégation.  

 13 mai 1741: le pape Benoît XIV approuve la Règle de la nouvelle congrégation, mais pas encore la congrégation elle-même.

 Mars 1744: ouverture des Retraites de Vetralla et de Soriano (st Eutizio). Paul s’installe à Vetralla.

 18 avril 1746: approbation de la congrégation, en tant que telle, par «Bref» pontifical.

 1748: ouverture des Retraites de Ceccano et de Tuscania (Cerro).

 1748-1750: coalition de plusieurs ordres mendiants contre la congrégation passioniste. Un procès est ouvert à Rome. Victoire des passionistes.

 1751: ouverture de la retraite de St Sosio à Falvaterra.

 1752: ouverture de la retraite de Sainte Marie Addolorata à Terracina.

 1755: ouverture de la Retraite de Paliano.

 1758: ouverture de la Retraite du mont Cavo. Entre avril et août, se fait jour puis disparaît la possibilité de la première mission à l'extérieur du pays.

 1758-1760: ultime tentative pour l’obtention des vœux solennels.

 1760: réponse négative du Saint-Siège concernant la demande d’accès aux voeux solennels pour la congrégation passioniste. A la fin de l'année, par une lettre adressée à l’ensemble de ses religieux, le fondateur dénonce une crise interne en cours, due à l’affadissement de l'élan spirituel initial.

 1761: ouverture de la Retraite de st Joseph pour les novices, sur l’Argentario.

 30 août 1765: mort de Jean-Baptiste à Vetralla. Paul l’assistera.

 novembre 1766 - mai 1767: visite aux Retraites du sud de Rome. C'est pour Paul un triomphe populaire.

 1767: ouverture de l’hospice du santissimo Crocifisso, près du Latran.

 1769: ouverture de la Retraite de Corneto (aujourd’hui Tarquinia). Élection du pape Clément XIV. A la demande du pape, Paul s’installe définitivement à Rome.

 1770: 29 mars - 9 mai: dernier voyage à Tarquinia et à l'Argentario. Paul visite le monastère destiné à ses moniales. 30 septembre: rescrit d'approbation des Règles des moniales.

 3 mai 1771: ouverture du premier monastère des moniales passionistes à Tarquinia. Paul ne pourra participer à l’inauguration.

 1773: Le pape donne à la congrégation de Paul de la croix la maison de st Jean et Paul au mont Celio à Rome. Cette Retraite devient le siège du supérieur général.

 18 octobre 1775: mort à Rome de Paul de la croix, à l’âge de 81 ans.  

 1777-1779 : procès ordinaires (de canonisation).

 1786: première biographie écrite par Vincent Marie Strambi.

 1793 - 1803: procès apostoliques (de canonisation).

 1821: déclaration de l'héroïcité des vertus par Pie VII.

 1853: 1er mai: béatification par Pie IX.

 29 juin 1867: canonisation par Pie IX.

7964805-m.jpg

Paul 20de 20la 20croixPaul de la croix

Avec l’aimable autorisation de Mr CLAUDE TURCOTTE

separ text passio

San paolo della croce bSaint Paul de la Croix
Prêtre et Fondateur des Passionnistes
« Congregatio Passionis Jesu Christi » 

P

aolo della Croce, au siècle Paolo Francesco Danei, naît, Ier de seize enfants, à Ovada (Alexandrie, Italie) le 03 janvier 1694 de Luca e Anna Maria Massari ; il fut baptisé le 06 janvier. 

Il a vécu 81 ans au cours du XVIIIe siècle si fameux pour la grande mutation des mentalités, qui devait se conclure avec la révolution française. Cependant, cette époque ne fut pas aussi « frigide » au plan religieux comme le furent les XVIe et XVIIe siècles. C’est la grande période des missions populaires (des religieux viennent prêcher dans les paroisses sur la demande des évêques), qui suscite en France un saint Louis-Marie Grignion de Montfort (1673-1716).

En Italie trois grandes figures surgissent contemporainement : saint Alphonse-Marie de’ Liguori (fondateur des Rédemptoristes), saint Léonard de Port Maurice (réformateur franciscain) et enfin saint Paul de la croix (fondateur des Passionistes). Trois grands prédicateurs et trois grands directeurs spirituels.

Le père de Paul de la croix est un petit commerçant et sa mère une grande dévote de la Passion du Christ, qu’elle enseigne à ses enfants. A 13 ans, Paul s’inscrit à la confraternité de l’Annonciation de Notre-Dame et devient d’emblée un apôtre auprès des enfants de son âge. En déplacement avec son frère Jean-Baptiste, co-fondateur de la congrégation passioniste, pour les affaires de leur père, en traversant une rivière en crue, ils sont tous deux entraînés par les eaux. « Une Dame aimable et illuminée leur apparaît, les prend par la main et les dépose sains et saufs sur la rive » : ils ne l’oublieront jamais (le premier couvent fondé par les deux frères sera dédié à la présentation de la Vierge Marie au Temple).

A 19 ans, à la suite d’une conversation avec son curé, le voilà saisi par une impulsion intérieure qu’il nommera « ma conversion » ; il décide de se consacrer, sous la direction de ce prêtre, à une vie de sainteté sans concession. Paul cherche son chemin, et à 21 ans, un premier appel naît en son âme : « J’eus l’idée de revêtir une tunique de laine brute, de m’en aller nu-pieds et de vivre dans une absolue pauvreté une vie de pénitence. Mais le souci de la maison m’empêcha de suivre cette inspiration ». Elle reviendra, sous forme de vision cette fois, au sortir de la messe : «Arrivant dans une rue proche de la maison, je me suis senti élevé vers Dieu et je me suis alors vu revêtu en esprit d’un vêtement noir qui descendait jusqu’au sol, une croix blanche sur la poitrine et, sous la croix, était écrit le nom très saint de Jésus en lettres blanches ».

En novembre 1720 il est revêtu de cette tunique noire par Mgr Gattinara : c’est le vêtement des pénitents. Un an plus tard Jean-Baptiste revêt le même vêtement et les voilà tous deux ermites sur une presqu’île déserte : le mont Argentario. Ils vont à Rome durant l’année 1727 pour se mettre au service des malades de l’hôpital saint Gallican, et sont ordonnés prêtres par la pape. Ils s’en retournent alors à leur solitude du mont Argentario.

Ils débutent les missions paroissiales en 1730. Le succès est très grand et ne sera jamais démenti. Ils inaugurent ainsi un genre de vie qui allie la dimension contemplative stricte et les activités apostoliques de prédication. Peu à peu d’autres se joignent à eux.

En 1741 le pape Benoît XIV (Prospero Lorenzo Lambertini, 1740-1758) approuve la Règle des Passionistes. Jean-Baptiste meurt en 1765. Paul fonde en 1771 la branche féminine de son institut : les moniales passionistes. Il achève sa vie à Rome et meurt le 18 octobre 1775.

Paul de la Croix a été béatifié le Ier mai 1853 et canonisé le 29 juin 1867 par le même pape : le Bx Pie IX (Giovanni Maria Mastai Ferretti, 1846-1878).

http://levangileauquotidien.org/main.php?language=FR&module=saintfeast&localdate=20141019&id=7384&fd=0

separ text passio

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 2018-02-09