Prière et liturgie 17.06.2017

moine.gif

Office des Laudes

INTRODUCTION

V/ Seigneur, ouvre mes lèvres,
R/ et ma bouche publiera ta louange.

ANTIENNE INVITATOIRE

Écoutons la voix de notre Dieu, entrons dans le repos qu’il a promis.

PSAUME INVITATOIRE : (94)

1Venez, crions de joie pour le Seigneur,
acclamons notre Rocher, notre salut !
2Allons jusqu'à lui en rendant grâce,
par nos hymnes de fête acclamons-le !

3Oui, le grand Dieu, c'est le Seigneur,
le grand roi au-dessus de tous les dieux :
4il tient en main les profondeurs de la terre,
et les sommets des montagnes sont à lui ;
5à lui la mer, c'est lui qui l'a faite,
et les terres, car ses mains les ont pétries.

6Entrez, inclinez-vous, prosternez-vous,
adorons le Seigneur qui nous a faits.
7Oui, il est notre Dieu ; +
nous sommes le peuple qu'il conduit,
le troupeau guidé par sa main.

Aujourd'hui écouterez-vous sa parole ? +
8« Ne fermez pas votre coeur comme au désert,
comme au jour de tentation et de défi,
9où vos pères m'ont tenté et provoqué,
et pourtant ils avaient vu mon exploit.

10« Quarante ans leur génération m'a déçu, +
et j'ai dit : Ce peuple a le coeur égaré,
il n'a pas connu mes chemins.
11Dans ma colère, j'en ai fait le serment :
Jamais ils n'entreront dans mon repos. »

HYMNE : NUÉE DE FEU

D. Rimaud — CNPL

Nuée de feu
Sur ceux qui marchent dans la nuit,
Tu es venu
pour montrer le chemin vers Dieu,
Et ton calvaire ouvrit le ciel.
Ô viens, Seigneur Jésus !
Présence de ton Père ;
Que nous chantions pour ton retour :

R/ Béni soit au nom du Seigneur,
Celui qui vient sauver son peuple.

Royal époux
Promis aux noces de la croix,
Tu es venu
réjouir les enfants de Dieu,
Et tu changeas notre eau en vin.
Ô viens, Seigneur Jésus !
Tendresse pour la terre ;
Que nous chantions pour ton retour : R/

Ô Fils de Dieu
Sur qui repose l’Esprit-Saint,
Tu es venu
comme un feu qui consume tout,
Et l’univers s’embrase en toi.
Ô viens, Seigneur Jésus !
Demeure de la Gloire ;
Que nous chantions pour ton retour : R/

ANTIENNE

Il est bon de rendre grâce au Seigneur, d’annoncer dès le matin son amour.

PSAUME : 91

2Qu'il est bon de rendre grâce au Seigneur,
de chanter pour ton nom, Dieu Très-Haut,
3d'annoncer dès le matin ton amour,
ta fidélité, au long des nuits,
4sur la lyre à dix cordes et sur la harpe,
sur un murmure de cithare.

5Tes oeuvres me comblent de joie ;
devant l'ouvrage de tes mains, je m'écrie :
6« Que tes oeuvres sont grandes, Seigneur !
Combien sont profondes tes pensées ! »

7L'homme borné ne le sait pas,
l'insensé ne peut le comprendre :
8les impies croissent comme l'herbe, *
ils fleurissent, ceux qui font le mal,
mais pour disparaître à tout jamais.

9Toi, qui habites là-haut,
tu es pour toujours le Seigneur.
10Vois tes ennemis, Seigneur,
vois tes ennemis qui périssent, *
et la déroute de ceux qui font le mal.

11Tu me donnes la fougue du taureau,
tu me baignes d'huile nouvelle ;
12j'ai vu, j'ai repéré mes espions,
j'entends ceux qui viennent m'attaquer.

13Le juste grandira comme un palmier,
il poussera comme un cèdre du Liban ;
14planté dans les parvis du Seigneur,
il grandira dans la maison de notre Dieu.

15Vieillissant, il fructifie encore,
il garde sa sève et sa verdeur
16pour annoncer : « Le Seigneur est droit !
Pas de ruse en Dieu, mon rocher ! »

ANTIENNE

Chantons le nom du Seigneur et rendons gloire à notre Dieu.

PSAUME : CANTIQUE DE MOÏSE (DT 32)

1Écoutez, cieux, je vais parler !
Que la terre entende les paroles de ma bouche !
2Mon enseignement ruissellera comme la pluie,
ma parole descendra comme la rosée,
comme l'ondée sur la verdure,
comme l'averse sur l'herbe.

3C'est le nom du Seigneur que j'invoque ;
à notre Dieu, reportez la grandeur.
4Il est le Rocher : son oeuvre est parfaite ;
tous ses chemins ne sont que justice.
Dieu de vérité, non pas de perfidie,
il est juste, il est droit.

5Ils l'ont déshonoré, ses fils perdus,
génération fourbe et tortueuse.
6Est-ce là, ce que tu rends au Seigneur,
peuple stupide et sans sagesse ?
N'est-ce pas lui, ton père, qui t'a créé,
lui qui t'a fait et affermi ?

7Rappelle-toi les jours de jadis,
pénètre le cours des âges.
Interroge ton père, il t'instruira ;
les anciens te le diront.

8Quand le Très-Haut dota les nations,
quand il sépara les fils d'Adam,
il fixa les frontières des peuples
d'après le nombre des fils de Dieu.
9Mais le lot du Seigneur, ce fut son peuple,
Jacob, sa part d'héritage.

10Il le trouve au pays du désert,
chaos de hurlements sauvages.
Il l'entoure, il l'élève, il le garde
comme la prunelle de son oeil.

11Tel un aigle qui éveille sa nichée
et plane au-dessus de ses petits,
il déploie son envergure, il le prend,
il le porte sur ses ailes.
12Le Seigneur seul l'a conduit :
pas de dieu étranger auprès de lui.

PSAUME : 8

R/ 2 O Seigneur, notre Dieu,
qu'il est grand ton nom
par toute la terre !

Jusqu'aux cieux, ta splendeur est chantée
3par la bouche des enfants, des tout-petits :
rempart que tu opposes à l'adversaire,
où l'ennemi se brise en sa révolte.

4A voir ton ciel, ouvrage de tes doigts,
la lune et les étoiles que tu fixas,
5qu'est-ce que l'homme pour que tu penses à lui,
le fils d'un homme, que tu en prennes souci ?

6Tu l'as voulu un peu moindre qu'un dieu,
le couronnant de gloire et d'honneur ;
7tu l'établis sur les oeuvres de tes mains,
tu mets toute chose à ses pieds :

8les troupeaux de boeufs et de brebis,
et même les bêtes sauvages,
9les oiseaux du ciel et les poissons de la mer,
tout ce qui va son chemin dans les eaux.

R/ 10 O Seigneur, notre Dieu,
qu'il est grand ton nom
par toute la terre !

PAROLE DE DIEU : (RM 12, 14-16A)

Bénissez ceux qui vous persécutent ; souhaitez-leur du bien, et non pas du mal. Soyez joyeux avec ceux qui sont dans la joie, pleurez avec ceux qui pleurent. Soyez bien d’accord entre vous ; n’ayez pas le goût des grandeurs, mais laissez-vous attirer par ce qui est simple.

RÉPONS

R/ Joie sur mes lèvres, louange en ma bouche !
V/ Tout au long du jour, ma langue redira ta justice. R/
V/ Je revivrai les exploits du Seigneur. R/
Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit. R/

ANTIENNE DE ZACHARIE

Lève-toi sur le monde, Christ Jésus, Lumière éternelle, viens nous sauver.

CANTIQUE DE ZACHARIE (LC 1)

68Béni soit le Seigneur, le Dieu d'Israël,
qui visite et rachète son peuple.

69Il a fait surgir la force qui nous sauve
dans la maison de David, son serviteur,

70comme il l'avait dit par la bouche des saints,
par ses prophètes, depuis les temps anciens :

71salut qui nous arrache à l'ennemi,
à la main de tous nos oppresseurs,

72amour qu'il montre envers nos pères,
mémoire de son alliance sainte,

73serment juré à notre père Abraham
de nous rendre sans crainte,

74afin que, délivrés de la main des ennemis, +
75nous le servions dans la justice et la sainteté,
en sa présence, tout au long de nos jours.

76Et toi, petit enfant, tu seras appelé
prophète du Très-Haut : *
tu marcheras devant, à la face du Seigneur,
et tu prépareras ses chemins

77pour donner à son peuple de connaître le salut
par la rémission de ses péchés,

78grâce à la tendresse, à l'amour de notre Dieu,
quand nous visite l'astre d'en haut,

79pour illuminer ceux qui habitent les ténèbres
et l'ombre de la mort, *
pour conduire nos pas
au chemin de la paix.

INTERCESSION

Pour qu’il fasse de nous des artisans de paix, prions le Seigneur :
Quand domine la haine,
   que nous annoncions l’amour.

Quand blesse l’offense,
   que nous offrions le pardon.

Quand sévit la discorde,
   que nous bâtissions la paix.

Quand s’installe l’erreur,
   que nous proclamions la vérité.

Quand paralyse le doute,
   que nous réveillions la foi.

Quand pèse la détresse,
   que nous ranimions l’espérance.

Quand s’épaississent les ténèbres,
   que nous apportions la lumière.

Quand règne la tristesse, 
   que nous libérions la joie.

NOTRE PÈRE

ORAISON

Que nos lèvres, notre âme et toute notre vie proclament ta louange, Seigneur ; et puisque tout notre être est un don de ta grâce, fais que notre existence te soit consacrée.

 
moine.gif

Office des vêpres

Veille de la solennité du Saint Sacrement du corps et du sang du Christ

INTRODUCTION

V/ Dieu, viens à mon aide,
R/ Seigneur, à notre secours.

Gloire au Père, et au Fils et au Saint-Esprit,
au Dieu qui est, qui était et qui vient,
pour les siècles des siècles.
Amen. (Alléluia.)

HYMNE : LA NUIT QU’IL FUT LIVRÉ, LE SEIGNEUR PRIT DU PAIN

Dorlay — Chalet

La nuit qu’il fut livré, le Seigneur prit du pain ;
En signe de sa mort, le rompit de sa main :
« Ma vie, nul ne la prend,
mais c’est moi qui la donne
« Afin de racheter tous mes frères humains. »

Après qu’il eut soupé pour la dernière fois,
S’offrit comme victime au pressoir de la Croix :
« Mon sang, versé pour vous,
est le sang de l’Alliance ;
« Amis, faites ceci en mémoire de moi. »

Et nous, peuple de Dieu,
nous en sommes témoins :
Ta mort, nous l’annonçons par ce pain et ce vin.
Jésus ressuscité, ton Église t’acclame,
Vainqueur, passé du monde à la gloire sans fin !

Tu viens revivre en nous ton mystère pascal :
Éteins en notre chair le foyer de tout mal.
Nous sommes tes sarments, sainte Vigne du Père :
Fais-nous porter du fruit pour le jour triomphal.

Seigneur, nous attendons ton retour glorieux :
Un jour tu nous prendras avec toi dans les cieux.
Ton Corps est la semence de vie éternelle :
Un jour tu nous prendras à la table de Dieu

ANTIENNE

Le Seigneur est tendresse et pitié : il a donné des vivres à ses fidèles. De ses merveilles, il a laissé un mémorial.

PSAUME : 110

1De tout coeur je rendrai grâce au Seigneur
dans l'assemblée, parmi les justes.
2Grandes sont les oeuvres du Seigneur ;
tous ceux qui les aiment s'en instruisent.
3Noblesse et beauté dans ses actions :
à jamais se maintiendra sa justice.

4De ses merveilles il a laissé un mémorial ;
le Seigneur est tendresse et pitié.
5Il a donné des vivres à ses fidèles,
gardant toujours mémoire de son alliance.
6Il a montré sa force à son peuple,
lui donnant le domaine des nations.

7Justesse et sûreté, les oeuvres de ses mains,
sécurité, toutes ses lois,
8établies pour toujours et à jamais,
accomplies avec droiture et sûreté !

9Il apporte la délivrance à son peuple ; +
son alliance est promulguée pour toujours :
saint et redoutable est son nom.

10La sagesse commence
avec la crainte du Seigneur. +
Qui accomplit sa volonté en est éclairé.
A jamais se maintiendra sa louange.

ANTIENNE

Le Seigneur fait régner la paix dans son Église, et d'un pain de froment la rassasie.

PSAUME : 147

12Glorifie le Seigneur, Jérusalem !
Célèbre ton Dieu, ô Sion !

13Il a consolidé les barres de tes portes,
dans tes murs il a béni tes enfants ;
14il fait régner la paix à tes frontières,
et d’un pain de froment te rassasie.

15Il envoie sa parole sur la terre :
rapide, son verbe la parcourt.
16Il étale une toison de neige,
il sème une poussière de givre.

17Il jette à poignées des glaçons ;
devant ce froid, qui pourrait tenir ?
18Il envoie sa parole : survient le dégel ;
il répand son souffle : les eaux coulent.

19Il révèle sa parole à Jacob,
ses volontés et ses lois à Israël.
20Pas un peuple qu’il ait ainsi traité ;
nul autre n’a connu ses volontés.

ANTIENNE

Ce n'est pas Moïse, c'est mon Père qui vous donne le vrai pain venu du ciel. Alléluia.

PSAUME : CANTIQUE (AP 11-12)

11. 17A toi, nous rendons grâce, +
Seigneur, Dieu de l'univers, *
toi qui es, toi qui étais !

Tu as saisi ta grande puissance
et pris possession de ton règne.
18Les peuples s'étaient mis en colère, +
alors, ta colère est venue *
et le temps du jugement pour les morts,

le temps de récompenser tes serviteurs,
les saints, les prophètes, *
ceux qui craignent ton nom,
les petits et les grands.

12. 10 Maintenant voici le salut +
et le règne et la puissance de notre Dieu, *
voici le pouvoir de son Christ !

L'accusateur de nos frères est rejeté, *
lui qui les accusait, jour et nuit,
devant notre Dieu.

 11Ils l'ont vaincu par le sang de l'Agneau, +
par la parole dont ils furent les témoins : *
renonçant à l'amour d'eux-mêmes,
jusqu'à mourir.

 12Soyez donc dans la joie, *
cieux,
et vous, habitants des cieux !

PAROLE DE DIEU : 1 CO 10, 16-17

La coupe d’action de grâce que nous bénissons, n’est-elle pas communion au sang du Christ ? Le pain que nous rompons, n’est-il pas communion au corps du Christ ? Puisqu’il y a un seul pain, la multitude que nous sommes est un seul corps, car nous avons tous part à un seul pain.

RÉPONS

R/ Jésus, tu es le pain de Dieu,

 * Tu nous donnes la vie.  

V/ Tu es la manne des temps nouveaux. *

Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit. R/

ANTIENNE

Seigneur, que ton Esprit est bon ! Tu montres ta tendresse pour tes fils en leur donnant le pain du ciel ; tu combles de biens les affamés et tu renvoies les riches les mains vides.

CANTIQUE DE MARIE (LC 1)

47Mon âme exalte le Seigneur,
exulte mon esprit en Dieu, mon Sauveur !

48Il s'est penché sur son humble servante ;
désormais, tous les âges me diront bienheureuse.

49Le Puissant fit pour moi des merveilles ;
Saint est son nom !

50Son amour s'étend d'âge en âge
sur ceux qui le craignent;

51Déployant la force de son bras,
il disperse les superbes.

52Il renverse les puissants de leurs trônes,
il élève les humbles.

53Il comble de biens les affamés,
renvoie les riches les mains vides.

54Il relève Israël, son serviteur,
il se souvient de son amour,

55de la promesse faite à nos pères,
en faveur d'Abraham et de sa race, à jamais.

INTERCESSION

Prions dans la joie le Seigneur Jésus Christ, Pain de notre vie : 

R/

Béni sois-tu, Seigneur, pour ton corps et ton sang !

 O Christ, tu nous as dit de rendre grâce en mémoire de toi,

— garde-nous fidèles à célébrer ce mystère.

 Prêtre unique du Dieu Très-Haut,

— donne aux serviteurs de l'Eucharistie d'imiter dans leur vie ce qu'ils célèbrent.

 Tu rassembles en un seul corps ceux qui participent au même pain :

— préserve l'unité des croyants.

 Tu es le pain envoyé par le Père pour notre guérison :

— rends la santé aux corps et aux âmes.

 Tu nous as confié l'Eucharistie pour annoncer ta mort et ta résurrection :

— donne la vie éternelle à ceux qui attendent ton retour.

 

NOTRE PÈRE

ORAISON

Seigneur Jésus Christ, dans cet admirable sacrement, tu nous as laissé le mémorial de ta passion ; donne-nous de vénérer d'un si grand amour le mystère de ton corps et de ton sang, que nous puissions recueillir sans cesse le fruit de ta rédemption. Toi qui règnes.

 

Hostie 2aEucharistie du jour

Le samedi de la 10e semaine du temps ordinaire

Deuxième lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens 5,14-21.

Frères, l’amour du Christ nous saisit quand nous pensons qu’un seul est mort pour tous, et qu’ainsi tous ont passé par la mort.
Car le Christ est mort pour tous, afin que les vivants n’aient plus leur vie centrée sur eux-mêmes, mais sur lui, qui est mort et ressuscité pour eux.
Désormais nous ne regardons plus personne d’une manière simplement humaine : si nous avons connu le Christ de cette manière, maintenant nous ne le connaissons plus ainsi.
Si donc quelqu’un est dans le Christ, il est une créature nouvelle. Le monde ancien s’en est allé, un monde nouveau est déjà né.
Tout cela vient de Dieu : il nous a réconciliés avec lui par le Christ, et il nous a donné le ministère de la réconciliation.
Car c’est bien Dieu qui, dans le Christ, réconciliait le monde avec lui : il n’a pas tenu compte des fautes, et il a déposé en nous la parole de la réconciliation.
Nous sommes donc les ambassadeurs du Christ, et par nous c’est Dieu lui-même qui lance un appel : nous le demandons au nom du Christ, laissez-vous réconcilier avec Dieu.
Celui qui n’a pas connu le péché, Dieu l’a pour nous identifié au péché, afin qu’en lui nous devenions justes de la justice même de Dieu.

Psaume 103(102),1-2.3-4.8-9.11-12.

Bénis le Seigneur, ô mon âme,
bénis son nom très saint, tout mon être !
Bénis le Seigneur, ô mon âme,
n'oublie aucun de ses bienfaits !

Car il pardonne toutes tes offenses
et te guérit de toute maladie ;
il réclame ta vie à la tombe
et te couronne d'amour et de tendresse.

Le Seigneur est tendresse et pitié,
lent à la colère et plein d'amour ;
Il n'est pas pour toujours en procès,
ne maintient pas sans fin ses reproches ;

Comme le ciel domine la terre,
fort est son amour pour qui le craint ;
Aussi loin qu'est l'orient de l'occident,
il met loin de nous nos péchés ;

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 5,33-37.

En ce temps- là, Jésus disait à ses disciples : Vous avez encore appris qu’il a été dit aux anciens : ‘Tu ne manqueras pas à tes serments, mais tu t’acquitteras de tes serments envers le Seigneur.’
Eh bien ! moi, je vous dis de ne pas jurer du tout, ni par le ciel, car c’est le trône de Dieu,
ni par la terre, car elle est son marchepied, ni par Jérusalem, car elle est la Ville du grand Roi.
Et ne jure pas non plus sur ta tête, parce que tu ne peux pas rendre un seul de tes cheveux blanc ou noir.
Que votre parole soit “oui”, si c’est “oui”, “non”, si c’est “non”. Ce qui est en plus vient du Mauvais. »

arton3276-291a5.png

Commentaires

Une homélie grecque du 4e siècle
Sur la Sainte Pâque, 9 ; PG 59, 743 ; SC 27 (inspiré d'une homélie perdue d'Hippolyte ; trad. Solms, Bible chrétienne)

« Moi, je vous dis » : La Loi ancienne accomplie par celui qui donne la Loi nouvelle

      La Loi donnée à Moïse est un recueil d'enseignements variés et impératifs, une collection utile à tous de ce qu'il est bon de faire en cette vie, et un reflet mystique des coutumes de la vie céleste : un flambeau et une lampe, un feu et une lumière, répliques des luminaires d'en haut. La Loi de Moïse était l'itinéraire de la piété, la règle des mœurs honnêtes, le frein du premier péché, l'esquisse de la vérité à venir (Col 2,17)... La Loi de Moïse était pour la piété un maître et pour la justice un guide, pour les aveugles une lumière et pour les insensés une preuve, pour les enfants un pédagogue et pour les imprudents une amarre, pour les nuques raides une bride et pour les impatients un joug contraignant.

      La Loi de Moïse était le messager du Christ, le précurseur de Jésus, le héraut et le prophète du grand Roi, une école de sagesse, une préparation nécessaire et un enseignement universel, une doctrine venue à son heure et un mystère temporaire. La Loi de Moïse était un résumé symbolique et énigmatique de la grâce future, annonçant en images la perfection de la vérité à venir. Par les sacrifices, elle annonçait la Victime, par le sang, le Sang, par l'agneau, l'Agneau, par la colombe, la Colombe, par l'autel le Grand Prêtre, par le Temple le séjour de la divinité, par le feu de l'autel la pleine « Lumière du monde » (Jn 8,12) qui descend d'en haut.

lampes-fresque.jpg

Personnel

 Je vous dis de ne pas jurer du tout !

 Que voila une parole importante ! Jurer c’est prendre Dieu à témoin,   et témoin de quoi ?  De nos petits conflits, de nos assurances,….. Et puis nos serments sont-ils toujours vrais ?

 La parole de Jésus a donc toute son importance dans notre vie, ou il doit suffire que notre oui soit oui et notre non soit non !

 Gardons les serments pour les causes graves et obligatoires, comme les tribunaux, ou pour les choses qui nous engagent devant le Seigneur, pour le Seigneur, comme nos vœux et promesses religieux,  et encore en ayant bien soin que ce soit la stricte vérité, et que nos engagements soit sincères et mûrement réfléchis, car tout serment nous rend pleinement responsables de nos dires et de nos actes devant le Seigneur, étant donné que cela s’inscrit dans une alliance de vie avec Lui.  

Myriam de gemma
Juin 2017.

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 2017-06-16