Chemin de croix 2015 Père Picard

Pere piccard awChemin de croix avec le Père Picard 2015

Au nom du Père du Fils et du Saint Esprit  Amen

Le Seigneur nous invite aujourd’hui à parcourir le chemin qu’il a parcouru pour nous, mais par son amour éternel il nous met dans cette situation actuelle d’être près de lui en son chemin de croix. Et d’ailleurs nous demandons ensemble, à l’Esprit Saint, en quelque sorte de nous mettre tout près de son cœur qui est la plénitude des temps. C’est aujourd’hui le temps du salut et c’est aujourd’hui que, en esprit, on est devant le mystère du grand jugement, très étonnant pour nous, le grand jugement où il y a deux juges qui sont en présence l’un de l’autre. Ça c’est très mystérieux puisqu’il y a visiblement un juge romain Pilate qui, en quelque sorte essaie de discerner le sens du Fils de l’homme, de la vie du Fils de l’homme, mais il ne voit pas qu’il est en face du juge des vivants et des morts, du seul Dieu qui discerne. Lui seul, Jésus savait ce qu’il y avait dans le cœur de l’homme, dans le cœur de Pilate en particulier, dans le cœur de son épouse qui avait fait un avertissement. Alors nous demandons au Seigneur Esprit Saint de nous mettre en présence de ce grand mystère : voici le jugement du monde. Le jugement, on va le redire, on va essayer de le méditer tout au long, en réalité un jugement d’amour. Ce qui discerne, ce qui va séparer entre l’os et la moelle, ce qui va être vraiment la finesse du jugement, c’est que Dieu est amour. Ah ça ! C’est un jugement absolument définitif sur les hommes. Alors demandons à l’’Esprit Saint de nous faire entrer dans ce mystère très étonnant qui est le seul sens de l’univers.    

Chant

__ Nous t’adorons O Christ et nous te bénissons

__ Parce que tu as racheté le monde par ta sainte  croix

 1er station Jésus est chargé de sa croix

 Le premier mystère, Jésus est chargé de sa croix. Alors nous voyons que le monde entier, les gens dans leur situation autour de nous, ceux que nous connaissons dans le quotidien, comme ceux de l’histoire ou de l’avenir, sont tous chargés de la croix. C’est l’homme dans sa simplicité qui, en quelque sorte, dans la balance, dans le poids de cette grande difficulté qui est de discerner où est l’amour. Et si nous parcourons le chemin de croix, c’est avec la famille humaine, toute entière et même pour elle. Donc on peut dire que l’on a une humanité qui est chargée de sa croix et on a une quête de l’humanité, notre Jésus d’amour qui est chargé de sa croix. Sauf que Jésus l’accepte par amour, tandis que tous nos frères et sœurs, les hommes, ils acceptent plus ou moins volontiers, quelque fois dans la colère, quelque fois dans le rejet. Alors qu’on le veuille ou non, il faut traverser. Pour les plus spirituels, Saint Jean de la croix dira : Il faut un tri dans l’épaisseur, que tu le veuilles ou non, de toute façon il faut traverser l’épaisseur de ce monde. Le Seigneur en a convenu  mais en nous demandant que ce soit par amour. La croix, le plus grand mystère d’amour que le Seigneur nous ait donné. Demandons à Jésus, demandons à l’Esprit Saint de voir que la croix est le chemin de l’amour et faisons le au nom de toute l’humanité

 Notre Père …

Chant

__ Nous t’adorons O Christ et nous te bénissons

__ Parce que tu as racheté le monde par ta sainte  croix

2em station : Jésus tombe une première fois

Dans ce mystère nous voyons Jésus tomber. Tomber c’est à dire qu’il n’a pas pris sa croix pour, en quelque sorte réussir toute de suite sur une victoire, il n’a pas pris sa croix pour une réussite. Cela nous fait penser beaucoup à l’Eglise contemporaine. Ça peut nous toucher nous-mêmes, ou le moindre vicaire de paroisse, le moindre aumônier, le moindre laïc, ça peut toucher aussi certains cardinaux. À ce que l’Eglise est une réussite. Est-ce que le Seigneur devait prendre sa croix  et ne pas tomber ? Et ça c’est terrible. Non, le Seigneur ne nous a pas promis en quelque sorte, en le suivant une réussite. Saint Pierre a réagi l’une ou l’autre fois très, très fort, en disant «  non Seigneur, nous avons ici les moyens, nous avons quelques épées, on peut se battre » Alors certainement l’amour passe par un autre chemin, par un chemin qui est d’épouser complètement la situation des gens. Un chemin qui est d’entrer dans la misère humaine. Voilà pourquoi par exemple, le pape François va aller dire la messe dans la prison. C’est là, c’est de tomber jusqu’au bout, qui permet au Seigneur de récupérer cette misère de la famille humaine et de la présenter à son Père. Alors nous demandons la grâce de comprendre que la vie d’Eglise n’est pas une réussite d’abord, elle est de coller au Seigneur même quand il tombe pour la première fois  

Notre Père …

Chant

__ Nous t’adorons O Christ et nous te bénissons

__ Parce que tu as racheté le monde par ta sainte  croix

3eme station : Jésus rencontre sa mère

Et nous vivons ce moment intérieurement, nous vivons ce moment extraordinaire où par un regard qu’il a sur chacun mais se porte sur sa maman, sur sa mère. En fait le Seigneur nous a donné un exemple  parce qu’il n’a jamais rien fait sans sa mère. Elle est toujours présente, elle est le chemin des hommes par lequel le Seigneur nous a appris et par lequel Jésus lui-même a manifesté son chemin de croix. On pense, avant la rencontre de sa maman on pense d’abord aux 30 années de Nazareth. Le chemin de croix ce n’est pas juste le vendredi saint, c’est le quotidien. Et dans le quotidien, divinement Marie n’a rien appris à Jésus, mais quotidiennement elle lui a tout appris. Il faut bien comprendre cela que le chemin de croix ne peut pas dire, ni le mystère de la croix, sans la présence de Marie, sans l’amour, sans la femme. Nous prions parce qu’aujourd’hui, par exemple pour l’Eglise qui réside en Haute Loire , pour l’Eglise du Pyu en Velais , eh bien il y a depuis 48 heures , une femme au conseil épiscopal, il ne faut pas prendre cela pour de la sociologie , mais il faut bien prendre cela pour la place de Marie, la place de la femme dans le chemin de croix de l’Eglise. Et nous remercions le Seigneur de nous avoir fait ce cadeau incomparable, mais il nous montre que lui est le premier qui en a eu besoin. Ne croyons pas pouvoir tenir un chemin de croix sans cette chère maman, cette maman immaculée, Stabat, qui tient le coup 

Notre Père …

Chant

__ Nous t’adorons O Christ et nous te bénissons

__ Parce que tu as racheté le monde par ta sainte  croix

4eme station : Simon de Cyrène

Et le Seigneur nus montrant ce père de famille qui revenait du travail, qui est Simon de Cyrène, nous invite tous à collaborer librement ; Simon de Cyrène a été obligé lui, mais pour nous, plus librement à ce mystère du portement de sa croix. C'est-à-dire, on le disait tout à l’heure, entrer dans l’épaisseur, c'est-à-dire à regarder en avant ce mystère. Et c’est pour nous une question intérieure  de cœur et de foi. Voyez, lorsque les malades autour de nous sont atteints pas une maladie par laquelle ils savent qu’ils vont traverser le mystère incontournable de la mort, il peut se cacher, se mettre dos au mystère de la croix, mais on peut aussi, je veux dire , mettre tout notre amour pour aider ces gens à regarder une victoire , et c’est pour cela que le Seigneur demande une collaboration à Simon de Cyrène, et aussi nous montre qu’il a épousé notre quotidien complètement. Il n’est pas venu regarder les mystères de loin, mais lui-même a eu besoin d’aide, l’aide de sa maman, laide de Simon de Cyrène, et l’aide de la boisson qu’on va lui offrir  , l’aide de l’amitié des saintes femmes. Alors nous remercions le Seigneur de nous montrer que lui aussi, il a trouvé qu’il fallait être aidé dans ce mystère de la passion, par Simon de Cyrène.   

Notre Père …

Chant

__ Nous t’adorons O Christ et nous te bénissons

__ Parce que tu as racheté le monde par ta sainte  croix

5eme station : Une femme essuie le Visage de Jésus

Et l’Eglise nous donne à méditer le geste de Véronique qui a essuyé le visage de notre Jésus  Et se signe peut se lire pour nous dans le mystère de la vie de prière, dans le mystère de contemplation. Le regard sur Jésus, la contemplation de Jésus est pour nous le seul chemin, le seul accès à la contemplation du Père. Donc c’est un chemin que l’on peut enseigner aux tout petits de 2-3 ans , on peut déjà leur enseigner dans le catéchisme, dans la première communion, très vite  (5ans ), et on peut le regarder jusqu’à la splendeur des regards des saints , de Jean Paul II, de Marthe, sur le regard mystique sur le crucifié . Il n’y a pas d’accès au Père par les moyens techniques des religions humaines. C’est une magnifique soif, bien reconnue par l’Eglise mais sans accès, c’est une humanité, c’est le cœur du Christ, c’est le visage du Christ, c’est notre chemin de contemplation. On commence toujours notre prière par un acte de foi en l’humanité de notre Seigneur Jésus, après si on est happé dans cet au-delà, c’est merveilleux. Et voilà ce qu’a fait Véronique. Véronique a aimé, elle a aimé son Jésus. Si elle a aimé, c’est l’Esprit Saint qui l’a conduite à prendre un voile et à essuyer le visage de Jésus. C’est l’Esprit Saint, donc mue par l’Esprit Saint, elle passe par l’humanité de Jésus et elle essuie le visage de Dieu notre Père. Dieu notre Père, personne ne l’a jamais vu, personne ne l’a jamais vu , on récite hein , mais le Fils unique qui habite le cœur du Père, lui, et bien , nous permet de le contempler , de l’attendre , alors on remercie véronique , elle nous a montré le grand chemin de la prière à enseigner aux tout petits , à enseigner aux grands mystiques.

Notre Père …

Chant

__ Nous t’adorons O Christ et nous te bénissons

__ Parce que tu as racheté le monde par ta sainte  croix

6eme station Jésus tombe pour la seconde fois

Nous retrouvons encore Jésus tombé par terre et à travers ce mystère, ce grand mystère, nous demandons la persévérance. Nous demandons la persévérance d’un coté, l’histoire de l’univers n’est pas longue du tout, le Seigneur en connait déjà l’issue et pour chacune de nos vies il voit le moment ou il va, nous prendre dans la gloire. Donc ce n’est pas long du tout. D’un autre côté cela se tisse point par point, jour après jour, dans un quotidien qui forcément, nous le savons tous, traverse des moments tout à fait incompréhensibles et répétés et très raides. Et c’est cela que Jésus veut vivre pour nous. Il va en quelque sorte retrouver cette situation d’humilité, d’épousailles de la terre, de cette glissée dans l’histoire du cosmos, dans l’histoire de la femme, dans l’histoire du grain de blé qui tombe en terre. Il s’est humilié, il s’est humilié pour nous, et c’est ce qu’a constaté Saint Paul. Tiens, Saint Paul, le pauvre Saint Paul, tant qu’il n’est pas tombé par terre il n’a rien compris, il n’a rien compris, et c’est peut-être pour Saint Paul et pour tous les païens que le Seigneur a montré. Autour de nous on voit combien on est dans la civilisation titanique de l’orgueil, titanique de l’orgueil. Sous la ligne de flottaison du Titanique, qui n’a pas vu cela au cinéma, il y avait des injures à Dieu que les peintres de la coque avaient mis. Ce n’est pas pour eux, que je dis cela , c’est pour notre civilisation. Mon dieu ! Mon Dieu ! Alors le Seigneur lui, a montré comment nous devions savoir que ce n’est pas une réussite nos vies, c’est d’abord durer avec Jésus pour tirer le filet , pour porter les hommes et on prie pour tous ceux qui ne lâchent pas leur orgueil et qui sont dans une situation très dangereuse, hein , qui tomberont de plus haut. Demandons à Jésus son humilité             

Notre Père …

Chant

__ Nous t’adorons O Christ et nous te bénissons

__ Parce que tu as racheté le monde par ta sainte  croix

7eme station : rencontre avec les femmes de Jérusalem

Et nous suivons le regard de Jésus sur l’humanité contemporaine qui est bien marquée ici dans cette rencontre avec les femmes de Jérusalem. On se rencontre avec, en quelque sorte , en Europe , une Eglise qui à la fois est très assoiffée du Seigneur et qui en quelque sorte voudrait tout de suite échapper à ce mystère. Le seigneur va guider les femmes de Jérusalem vers quelque chose de plus profond que leur premier sentiment. On voit cela lorsque l’on se fixe sur l’extérieur de la religion, sur l’extérieur des démarches sociales, sur l’apparence de la hiérarchie sur le succès paroissial, et aussi dans la prière sur la sensiblerie. La sensiblerie, le sensible dans l’Eglise, une belle liturgie, une belle croix, le Christ, doit nous être une porte vers un Dieu que nous ne connaissons pas, qui est infiniment au-delà du ressenti. Dieu est un Dieu inconnu, au Dieu inconnu, a dit Saint Paul. Et c’est vrai que, en fait, même si le prêtre ici est obligé de parler de tout ce mystère, il doit reconnaitre qu’il n’en connait rien du tout.   Et il faut accepter d’être au-delà de notre parole, et Jésus va orienter ces femmes, orienter vers, les corriger pédagogiquement. Il va leur montrer qu’elles feraient bien de voir où est le salut de l’humanité. Où est le risque de tomber en cet… de dieu en un instant au bout de la vie,  et dans une citation il va leur montrer l’enjeu infini, infini, entre la perte éternelle de la vie et la gloire de Dieu. Alors de ce côté-là , hommes et femmes , tout notre civilisation elle s’est bien  définie  aux femmes de Jérusalem . Oh elles …. Visiter les malades, le clergé etc.   mais est-ce qu’elles vont jusqu’au bout ? Le bout, c’est le salut, le salut éternel qui se joue à l’instant même de la mort et définitivement. Alors nous demandons de dépasser notre sensibilité et de voir le grand enjeu qui ne se vit  qu’une foi , il ny a pas de « metepsychosis », il n’y a pas de je recommencerai , il n’y a pas de je choisirai au moment de la mort . Il y a à entrer pleinement dans l’amour, dans l’attente, l’accès raide de l’amour. …  

Notre Père …

Chant

__ Nous t’adorons O Christ et nous te bénissons

__ Parce que tu as racheté le monde par ta sainte  croix

8eme station :

Nous voyons une troisième fois, c’est symbolique, Jésus par terre. En fait il est tout le temps en terre. On l’a dit tout à l’heure, si le grain de blé ne tombe en terre, dans le sillon des hommes, il reste seul. Et c’est vrai que Jésus vient reprendre chacune, chacun, là où ils en sont. Alors c’est vraiment un station qui nous fait aller au plus profond des misères humaines.  Elles sont telles, que heureusement que nous ne les connaissons pas, mais nous pouvons tous avoir des conduits, des secteurs où nous avons touché l’impossible, l’impossible. Pour certains c’est , encore une fois, d’avoir visiter les prisons, les grands malades. Pour ceux qui confessent c’est de connaitre l’invraisemblable folie des hommes. Et nous le savons par le confessionnal , très souvent, et ça touche les limites folles, pour ceux qui connaissent les gens coincés dans leur orgueil, dans leur prétention. La situation de la famille même a  atteint ce point très, très  profond   et Dieu le sait, Dieu le voit. Et in entend souvent les gens dire autour de nous «  Ah ça ne serait pas comme ça s’il y avait un bon Dieu ! » Attendez, le Bon Dieu n’a pas supprimé... Euh… Il veut discerner la charité, il veut discerner l’amour. Il veut qu’il y ait acte de charité, sans ça il ne peut pas récupérer.  Et donc il est passé par le petit chemin. Etroit est le chemin qui conduit à la vie. Et peu sont ceux qui le connaissent. L’Eglise le connait, et elle doit l’aider, le proposer. Aller jusqu’au fond, jusqu’au fond de notre propre péché parce que, à part Jésus et Marie, toute la famille humaine sait qu’elle retombe dans sa misère. Mais Dieu est patient, Dieu est l’amour, et Dieu aura le dernier mot.

Notre Père …

Chant

__ Nous t’adorons O Christ et nous te bénissons

__ Parce que tu as racheté le monde par ta sainte  croix

9eme station : Jésus est dépouillé de ses vêtements

Nous connaissons bien ce moment où Jésus s’est dépouillé, mais l’épitre aux Philippiens indique qu’il a commencé à se dépouiller de la gloire du Père. dès qu’il a quitté cela, qui est une chose extraordinaire, substantiellement un avec le Père, il quitte ce poids « …. » il quitte tout ce poids pour se retrouver caché dans une humanité, grâce à la Vierge Marie. Et là, il s’est dépouillé , en une semaine , de tout, de la réussite, des disciples, avoir une gloire et des disciples, puis de sa réputation, il est condamné au début du chemin de croix, et puis de ses amis , puisque les amis l’ont laissé tomber et sont un peu loin, pour voir de loin, à la radio, à la télévision comment ça va se passer et puis ensuite on arrive au calvaire   , il va être déposséder de ses derniers biens et en particulier peut-être de ses merveilleux habits qu’avait tissés la vierge Marie la belle tunique sans couture, c’est symbolique. Donc il y a une pauvreté parce que la seule richesse c’est l’amour, c’est l’Esprit Saint et le Père. C’est la seule richesse et tout le reste n’est que pauvreté. Et nous pensons aussi au second aspect qui est évident et nous pensons à toute la jeunesse aujourd’hui, …. Qui est bien marquée ici, nous voyons toute une civilisation, toute une petite jeunesse qui est détruite dans son corps dès le début et donc dans son âme. Qui ne sait plus la différence entre le voile de la pudeur et la nudité. Qui ne sait plus rien, qui ne sait plus que  l’homme est un secret, l’homme est un instrument qui rapporte, qui jouit. Et Jésus a voulu passé par là. Il connait ce moment très important où il n’a plus que l’amour de son Père et l’amour de sa mère et ce regard des gens qui ne devaient pas comprendre grand-chose.  Alors nous demandons la grâce de voir que la seule richesse c’est d’aimer

Notre Père …

Chant

__ Nous t’adorons O Christ et nous te bénissons

__ Parce que tu as racheté le monde par ta sainte  croix

10eme station : Jésus est cloué sur la croix.

Alors Jésus est maintenant exposé, il est exposé d’une façon que nous pouvons comprendre. En quelque sorte , ses grands bras viennent épouser toute la famille humaine. On ne sait pas très bien , peut-être aujourd’hui, on en est à 90 milliards 110 milliard , dans l’histoire des hommes. Mais il étend ses bras sur le monde entier, a l’horizontal, il vient étendre ses bras sur tous les pays , sur toutes les situations et il voit chacun, chaque âme, chaque cœur , chaque corps, il le voit personnellement . Donc Jésus ouvre ses grands bras. On les lui ouvre, on les cloue et au milieu il y a son cœur. Et puis d’un autre côté en quelque sorte, verticalement il est ce lien extraordinaire entre le papa du ciel, le créateur de toute chose, et puis notre quotidien. On a tous des pieds, là, cloués là où nous sommes, près de la croix. Alors il ya cette dimension, pour refaire découvrir, il va le dire : mon Père, en tes mains je remets mon esprit.  A L’horizontal, les gens cherchent Dieu partout, ils cherchent Dieu comme un poisson chercherait l’eau, partout, il ne voit pas qu’il y a Dieu que Dieu ..Il cherche Dieu partout, il ne voit pas que tout le monde est en Dieu. Alors c’est quelque chose d’effrayant de voir  l’aveuglement , surtout on pense à nos scientifiques, il n’ont jamais un cours d’une demie heure par mois de métaphysique, ça permettait quand même ..On pense à nos scientifiques, on pense à nos politiques, qui sont quelques fois ouvertement négateurs, on pense à tous ceux qui organisent le monde médical et sociologiquement notre vie. Jésus, dans son cœur, son cœur, qui est au milieu, il est l’abandon à son Père, comme Charles de Foucauld, il est les pieds comme les nôtres sur la terre , et les bras qui invitent tout le monde , il va inviter   pouh ! on dira en français le salopard, qu’au début le pauvre type qui ne devait pas être très drôle qui est le bon larron puis le mauvais larron, et puis il a à coté de Lui Madeleine..Bon elle a mené plus ou moins une belle vie ! Alors il a sa mère. Voila cet universalisme de la charité, universalisme de la charité, et nous remercions le Seigneur en contemplant Jésus en croix , je crois que c’est le plus grand acte d’amour qui a jamais été produit dans l’humanité, qui s’est appelé peut être «  j’ai soif » , j’ai soif d’être aimé , j’ai soif d’être aimé .

Notre Père …

Chant

__ Nous t’adorons O Christ et nous te bénissons

__ Parce que tu as racheté le monde par ta sainte  croix

11eme station : Jésus meurt sur la croix .

Le Seigneur est bon, il n’est que bonté , il n’est que vie, il est. Il avait proposé cela à ce premier couple, il leur avait proposé la vie , il leur avait proposé de rester dans le sein de la vie . Dieu est la vie. Il leur avait proposé une fécondité de vie, d’avoir des enfants pour la vie , il leur avait proposé un amour mutuel et à été pris dès le début le chemin de mort. Un chemin qui faire mentir la vie. Satan fait mentir la vie. Il propose toujours une vie qui conduit à la mort ; et c’est cela que Jésus a voulu reprendre jusqu’à notre mort. Et c’est vrai que pour les chrétiens, pour nous, en voyant Jésus, la mort est une toute autre signification. Bien sur on peut pensé à ceux qui ont fait  un passage directe, mais, j’y viens, c’est bien pour nous qu’il l’ont fait ; on pense à la petite Thérèse de l‘enfant Jésus,  ….. de l’office des lectures …. Mais c’est bon, c’est pour nous hein. C’est pour nous que se fait ce chemin direct. Mais on pense aussi tout simplement à chacun d’entre nous qui accompagne, qui doit préparer son propre chemin, en ce sens que la mort n’a plus aucun empire, aucune force. La mort pour nus, avant nous sommes dans la vie trinitaire, dans le baptême, et au-delà de la mort on est dans le mystère du Père. Voila ce que Jésus a voulu reprendre ; et l’aiguillon  de la mort et vaincu. O mort où est ta victoire ? Il n’y a plus de victoire de la mort. C’est un des points très important. Notre christianisme, c’est quelqu’un qui vit aujourd’hui, c’est le créateur du cosmos, c’est Jésus. le créateur du cosmos qui est glorieux et qui nous invite. Alors nous allons penser à tous ceux que nous accompagnons autour de nous dans la mort . Tous nous avons à accompagner des gens dans la mort et quelques fois dans une belle et longue programmation. Donc nous demandons cette grâce de comprendre que  Jésus est la porte , au-delà de la porte il y a le Père .

Notre Père …

Chant

__ Nous t’adorons O Christ et nous te bénissons

__ Parce que tu as racheté le monde par ta sainte  croix

12eme station : la mise au tombeau

Alors il ya ce silence du tombeau, ce silence du grand sabbat, ce silence que la nature connait, même elle silencieuse l’hiver, ce silence de nos corps qui doivent être en silence par exemple dans toute l’adolescence ou en dehors du mariage , ce silence de la parole et de l’amour , ce grand silence qui est une adoration du créateur , qui est une adoration. Ce grand silence au tombeau qui est très spécial parce que Jésus ne va pas être décomposé dans son corps. Il n’est pas atteint par le péché, c’est un silence d’attente, c’est un silence qui permet de murir et qui s’accompagne avec aussi l’attente de la très sainte Vierge Marie. En réalité, plus personne n’a attendu la résurrection, plus personne. Jean avait bien été là mais il n’avait pas compris grand-chose à la situation. Les autres apôtres ont tout de suite été au ravitaillement parce que vous comprenez, bon. On se connait tous, et il n’y a qu’une qui est la Vierge Marie, qui en quelque sorte, porte en elle la résurrection. Le silence du tombeau c’est un silence qui est un murissement, comme quand on voit dans la nature enfin, les petites violettes apparaitre, c’est extraordinaire, et on se dit , mais comment fait la nature ? Eh bien c’est pareil au moment ou à la fin de l’hiver, le seigneur va ressusciter, et alors à ce moment là il n’y a pas de retour en arrière. Le Christ ressuscité des morts ne meurt plus, sur lui la vie n’a plus aucun pouvoir. Nous demandons de rester pendant le grand sabbat, avec la très sainte Vierge Marie. Oh ; elle n’a rien dit , elle n’avait rien à dire parce qu’en elle, elle a toujours été une matrice de vie et non pas un tombeau de mort .

Notre Père …

Chant

__ Nous t’adorons O Christ et nous te bénissons

__ Parce que tu as racheté le monde par ta sainte  croix

 

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 2017-03-25