saints Quarante Martyrs de Sébaste

0310 40martyrs

Sous l’empereur Licinius et le gouverneur Agricola, à Sébaste en Arménie, quarante soldats firent briller d’un vif éclat leur foi en Jésus-Christ et leur courage à souffrir les tourments. Après qu’on les eut jetés à diverses reprises dans une affreuse prison, chargés de chaînes, et qu’on leur eut brisé les mâchoires à coups de pierres, on leur fit passer la nuit sur un étang glacé, nus, exposés à la rigueur de l’air dans le temps le plus rigoureux de l’hiver afin qu’ils mourussent de froid. Or, une même prière était celle de tous : « Seigneur, disaient-ils, nous sommes entrés quarante dans la lice ; accordez-nous d’être aussi quarante à recevoir la couronne, et qu’il n’en manque pas un à ce nombre. Il est en honneur, ce nombre que vous avez consacré par un jeûne de quarante jours, ce nombre par le moyen duquel la loi divine fut donnée au monde ; et c’est aussi en cherchant Dieu par un jeûne de quarante jours qu’Élie a obtenu de le voir. » Telle était leur prière.

0310 40martyrs2Un des gardiens veillait, alors que les autres s’étaient abandonnés au sommeil ; pendant que les Martyrs priaient, il aperçut une lumière qui les environnait et des Anges qui descendaient du ciel pour donner des couronnes à trente-neuf soldats, comme de la part de leur roi. A cette vue, il se dit en lui-même : Ils sont quarante, où donc est la couronne du quarantième ? Tandis qu’il avait cette pensée, un d’entre eux manquant de courage pour supporter le froid, se jeta dans un bain d’eau tiède qui était proche, et affligea profondément les saints par sa désertion. Mais Dieu ne permit pas que leurs prières demeurassent sans effet, car le gardien émerveillé de ce qu’il venait de voir, réveilla aussitôt ses compagnons, puis, ayant ôté ses vêtements et publié à haute voix qu’il était chrétien, il alla se joindre aux Martyrs. Quand les satellites du gouverneur eurent appris que ce gardien était chrétien, ils leur brisèrent à tous les jambes à coups de bâtons.

0310 40martyrs3Tous moururent dans ce supplice, excepté le plus jeune, nommé Mélithon. Sa mère qui était présente, le voyant encore en vie, bien qu’il eût les jambes rompues, l’exhorta en ces termes : « Mon fils, souffre encore un peu, voici que le Christ se tient à la porte, t’aidant de son secours ». Lorsqu’elle vit qu’on chargeait sur des chariots les corps des autres Martyrs pour les jeter dans un bûcher et qu’on laissait le corps de son fils, parce que cette troupe impie espérait amener l’adolescent au culte des idoles, s’il survivait, cette sainte mère, l’ayant pris sur ses épaules, suivit les chariots qui portaient les corps des Martyrs. Mélithon rendit son âme à Dieu dans les embrassements de sa pieuse mère, et elle plaça son corps sur le même bûcher qui devait consumer les restes des autres Martyrs : en sorte que ceux qui avaient été si étroitement unis par la foi et le courage le furent encore après la mort dans les mêmes funérailles, et parvinrent au ciel tous ensemble. Leurs corps étant brûlés, on jeta leurs ossements dans une rivière, mais on retrouva ces reliques conservées et entières, dans un même lieu où elles s’étaient miraculeusement réunies, et on les ensevelit avec honneur.

http://www.introibo.fr/10-03-Les-saints-Quarante-Martyrs

sépar saints

40sebaste

40 soldats de la légion XII Fulminata († 320)

 Après la bataille qui, au pont Milvius, livra en 313 à Constantin l'empire d'Occident, son beau-frère Licinius, qui commandait en Orient, signa avec lui l'édit de Milan pour la paix de l'Église. Mais, païen obstiné, il ne l'avait fait que contraint et forcé. Aussi bientôt son impiété, stimulée encore par la jalousie qu'il portait à Constantin, recommença de s'exercer, sournoisement d'ordinaire, mais parfois ouvertement, contre les chrétiens. C'est particulièrement contre les soldats qu'il donna carrière à sa cruauté. Préparant la guerre contre l'empereur d'Occident, il voulait s'assurer par l'apostasie leur fidélité à laquelle, chrétiens, ils eussent été tentés de manquer, croyait-il. On compte donc un certain nombre de martyrs dans l'armée à cette époque. Les plus célèbres sont assurément ceux qui souffrirent à Sébaste et qu'ont loués saint Grégoire de Nysse, saint Basile, saint Ëphrem, saint Jean Chrysostome.

 Ils appartenaient à la légion XII Fulminata, cantonnée depuis longtemps dans la petite Arménie et où le nombre des chrétiens était considérable. Sans aucun doute on savait en haut lieu l'attachement de ces soldats à leur foi, et on était résolu à leur en arracher le sacrifice. Quand parurent les lettres impériales qui prescrivaient à toute l'armée de faire acte de culte idolâtrique, les agents de Licinius étaient prêts à toutes les sévérités. Or à Sébaste un groupe de quarante soldats (leurs noms ont été conservés par un document bien authentique) se refusa énergiquement à obéir à cet ordre. Et le gouverneur de la province, Agricolaùs, les cita à son tribunal. En vain essaya-t-il contre eux de la menace d'abord, puis des supplices. Déchirés par les fouets et les ongles de fer, les martyrs montrèrent une résolution supérieure à tous les tourments.

 Agricolaùs les condamna à mort ; mais en attendant l'arrivée du commandant de la légion, Lysias, il les fit jeter en prison, liés, semble-t-il, tous d'une même chaîne. C'est là que, au nom de tous leurs compagnons, Mélétios, Aétios et Eutychios rédigèrent un admirable testament, pièce hagiographique peut-être unique en son genre, preuve du courage tranquille et de la foi profonde qui les animait. Tous y règlent leurs funérailles, demandent que leurs restes soient ensemble ensevelis, recommandent à leurs parents de « s'abstenir de toute douleur et de toute inquiétude ». D'un ton grave et paisible, ils exhortent leurs frères à mépriser la gloire et la félicité humaines, « qui fleurissent pour un peu de temps et bientôt se flétrissent comme l'herbe, » et à « courir vers le Dieu bon qui donne une richesse sans fin à ceux qui s'empressent vers lui et accorde une vie éternelle à ceux qui croient en lui ». Enfin ils saluent nommément les prêtres, chefs des églises diverses du pays, et leurs amis. On se sent ému à l'adieu qu'adresse Mélétios à ses sœurs, à sa femme Domna et à son enfant, et Eutychios à sa fiancée Basilla. Mais eux, ils gardent un cœur ferme; leur plume ne tremble ni de la crainte de la mort ni de la perte des humaines tendresses.

 Après sept jours de prison, ils furent de nouveau conduits au tribunal. Lysias y siégeait près d'Agricolaûs. L'interrogatoire reprit, astucieux, flatteur, puis brutal ; les confesseurs, frappés au visage à coups de pierre, bénissaient Dieu. Il ne restait qu'à les conduire au supplice.

La mort devait pour eux être particulièrement cruelle. L'hiver régnait sur la contrée, et il est très rigoureux en Arménie. Les bourreaux amenèrent les confesseurs, la corde au cou, sur un étang glacé. Tout près, un bâtiment destiné aux bains publics offrait à ceux qui seraient vaincus par le froid la tentation de ses baignoires chaudes. La nuit tombait ; on les abandonna nus sur l'eau gelée, aux morsures de la bise du nord. Peu à peu la peau, contractée par le froid, se crevassait, éclatait ; les pieds s'attachaient à la glace avec d'horribles douleurs. Et ce supplice, selon saint Grégoire de Nysse, dura trois jours entiers, pendant lesquels les héroïques confesseurs ne cessaient de louer Dieu et de s'exhorter mutuellement au courage. Ils demandaient d'être, tous les quarante, unanimes dans le supplice et unis dans la récompense.

 Et voici qu'un garde, qui était posté près de l'étang pour donner secours à ceux qui céderaient, eut une vision. Des anges lui apparurent apportant aux confesseurs des robes magnifiques et trente-neuf couronnes d'or. « Trente-neuf, se disait-il ; ils sont quarante cependant ! » Or au moment où il pensait ainsi, un malheureux, vaincu par la souffrance, sortait de l'étang et se traînait jusqu'au bain ; mais il n'eut pas la force de se jeter dans l'eau tiède, et aussitôt il expira. Alors le gardien comprit. La défaillance de l'un, la constance des autres lui expliquèrent sa vision ; son cœur fut bouleversé, la foi l'envahit, en voyant dans la neige les vaillants à demi-morts déjà, mais sur qui planaient les éternelles récompenses, et, tout près, le cadavre déshonoré du renégat. Aussitôt il réveille les soldats : « Je suis chrétien ! » leur crie-t-il. Et, se dépouillant lui-même, il court prendre la place laissée vide.

 Au lever du troisième jour, il était étendu mort auprès des morts. Agricolaùs ordonna de jeter les saintes dépouilles dans le feu. On les emportait dans un tombereau ; mais un des martyrs, le plus jeune, Méliton, n'avait pas expiré encore ; on le laissa, peut-être dans l'espoir d'une suprême apostasie. Sa mère était là ; l'héroïque femme avait assisté au terrible supplice de son enfant, ne cessant de l'encourager à être fort jusqu'au bout. Elle ne pouvait supporter qu'il fût séparé de ses frères. Elle s'approche du jeune homme expirant ; elle le relève, le prend en ses bras, le charge sur ses épaules. Cette vaillante suivait, sous ce fardeau chéri, le chariot qui portait les reliques. Et quand Méliton eut, sur son sein, rendu le dernier soupir, pieuse et fière elle le déposa sur le glorieux monceau. Tous ensemble ils furent consumés. Mais l'enthousiasme des fidèles ne respecta pas leur vœu suprême ; ils se partagèrent les cendres bénies, et saint Basile a pu dire que les quarante martyrs, sans pouvoir être séparés, étaient dispersés sur toute la terre.


http://levangileauquotidien.org/main.php?language=FR&module=saintfeast&localdate=20140309&id=14757&fd=0

 

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 2014-03-06