Saint Boyan

st-boyan-g.jpg

Le prince Boyan souffrit pour la foi au Christ aux alentours de l'an 830. Quand son païen de frère Malomir [Vladimir] monta sur le trône bulgare, le noble prince Boyan lui adressa une requête de libération pour un prisonnier Chrétien, Kinnamon [Kinam], qui était depuis longtemps en prison pour avoir refusé de participer aux offrandes de sacrifies païens, sous le prince Obrit (Krutogon), le prédécesseur du prince Malomir. 

Le souhait du prince Boyan fut exaucé, et lui, voyant l'état d'extrême épuisement de Kinnamon, lui demanda pour quelle raison il avait tant souffert. En une longue conversation, le Chrétien illuminé expliqua au prince païen Boyan les erreurs du paganisme et le besoin de la Foi Chrétienne pour le Salut. A la fin de cet échange amical, il déclara au prince: "Sans Jésus-Christ, il n'y a pas de lumière pour l'esprit, ni la vie pour l'âme. Lui seul est l'Enseignant de l'humanité et notre Sauveur, ayant réconcilié l'humanité déchue avec la véritable justice de Dieu par Sa mort. Si vous ne voulez pas périr, croyez dans le Seigneur Jésus." 

Le prince Boyan accepta le saint Baptême avec joie. Le prince nouvellement converti, étant venu à la piété chrétienne, était imprégné de l'amour sincère pour la prière, jeûnant et méditant sur Dieu. Malomir, ayant appris la conversion de son frère au Christianisme, exiga de lui une renonciation à la Foi chrétienne et son retour au paganisme. Au lieu de ça, le saint prince Boyan lui répondit : "je méprise les idoles païennes et j'adore le Christ, le Vrai Dieu, et personne ne peut me détourner de l'amour pour le Christ." Malomir, entendant la réponse de son frère, le condamna à mort par exécution. 

Avant de mourir comme martyr, le prince-confesseur déclara prophétiquement: "La Foi pour laquelle je meurs à présent se répandra à travers toute la terre bulgare. Ils essayent en vain de l'arrêter par ma mort. Les temples au Vrai Dieu vont surgir, et les services à Lui adressés ne cesseront pas, mais les idoles et leurs sacrifices dégoûtants disparaîtront." Et il se tourna vers son frère Malomir avec une parole prophétique finale : "Tu ne tireras aucun avantage de ta sévérité, et bientôt la mort t'emportera." 

Les prédictions du saint martyr, tué par l'épée, se sont d'abord accomplies concernant son frère. Malomir est mort rapidement, et puisqu'il n'avait pas d'héritier, son frère aîné Presiyan (836-852) lui succéda sur le trône. Le fils du prince Presiyan -- le saint prince Boris Egal-aux-Apôtres, Michael dans le saint Baptême -- a baptisé ensuite la nation bulgare. Ainsi s'est accomplie la prophétie du saint prince martyr Boyan.

 http://www.histoire-russie.fr/icone/saints_fetes/textes/boyan_bulgarie.html

Ajouter un commentaire