Sainte Brigitte de SUEDE

Brigitte suedeLa mystique du Nord(1302-1373)

“Celui qui n’est pas prêt à suivre son Seigneur jusqu’au martyre
ne pourra pas non plus Le suivre dans la gloire.”

 Voxlumen iconeVoxlumen audiosépar saints

La vie de Sainte Brigitte

Brigitte de Suède était la fille aînée de la deuxième femme de son père, Birger Persson, homme de loi, l’un des plus puissants personnages du royaume de Suède, et grand propriétaire terrien. Elle fut favorisée de quelques visions pendant son enfance, dont une dramatique vision de Jésus Crucifié: Brigitte n’avait pas dix ans. Dès lors la Croix sera l’élément central de ses méditations.

Elle avait douze ans à la mort de sa mère. En 1316, âgée de quatorze ans, elle fut mariée à Ulf Gudmarson d’Ulfasa, de cinq ans son aîné. De ce mariage naquirent huit enfants (quatre fils et quatre filles) dont cinq atteindront l’âge adulte. Après la mort de son mari en 1344, Brigitte distribua ses biens à ses héritiers et aux pauvres, et s’en alla vivre une vie austère à Alvastra dans un petit logement situé près du monastère cistercien où Ulf avait vécu ses dernières années. C’est là que le Seigneur commença ses entretiens avec celle dont il voulait faire son épouse.

Plus tard Brigitte fut amenée à fonder un nouvel ordre religieux l’Ordre du Saint Sauveur. Mais Brigitte n’était pas destinée à vivre une vie cachée dans un monastère: le Seigneur lui assignait une mission de prophète et de prédicateur.

En 1349 Brigitte quitta la Suède, qu’elle ne reverra plus, pour aller à Rome, espérant y trouver le pape afin de faire approuver le nouvel ordre religieux, et surtout, de le convaincre de rentrer à Rome. Mais ni Clément VI, ni Innocent VI, ne répondront pas aux appels pressants de Brigitte: ils mourront en Avignon.

En 1350, sa fille Catherine, qui sera elle aussi canonisée, rejoignit sa mère à Rome, là où Brigitte rédigea ses lettres, ses Révélations et les quinze célèbres oraisons de la Passion. En 1367 enfin, le pape Urbain V revint à Rome, mais pour trois ans seulement.

C’est Catherine de Sienne qui reprendra le flambeau de Brigitte après la mort de cette dernière, et verra le retour définitif de la papauté à Rome, en 1377.

Agée de 70 ans, en 1371, Brigitte, sur l’ordre du Seigneur, entreprend un pèlerinage en Terre Sainte. Le voyage de retour en 1373 fut long et difficile et Brigitte mourut à Rome le 23 juillet 1373. Elle fut canonisée par Boniface IX en 1391, et la véracité de ses révélations fut reconnue par le Concile de Constance en 1415.

La vie mystique de Brigitte

“Ne pensez pas qu’aucun péché soit petit...
Craignez Dieu, confessez vos fautes.
Par la confession l’âme s’approche de plus en plus de Dieu.
Plus la confession est fréquente, et plus elle est exacte,
tant des grandes que des petites fautes, plus elle plaît à Dieu. “

Nous retiendrons surtout les deux thèmes essentiels des enseignements de Brigitte de Suède: la Miséricorde de Dieu manifestée par sa Passion, et la nécessité de l’humilité. "Pour parvenir au Cœur de Dieu, explique la Vierge Marie à Brigitte, il y a deux voies: la première, c’est l’humilité d’une vraie contrition qui introduit l’homme dans le Cœur de Dieu. La deuxième, c’est la considération de la Passion de Jésus-Christ.”

Prophète, chargée de missions difficiles auprès des papes, Brigitte ne fut pas seulement une grande active. Elle fut également une grande contemplative, et c’est dans sa vie mystique qu’elle puisa la force de répondre aux appels du Seigneur et d’accomplir sa mission.

Le Cœur de Jésus et le cœur de Marie ne sont qu’un seul cœur

C’est la Vierge Marie qui montra le chemin à Brigitte. Par les yeux de Marie elle revécut la Passion et la mort de Jésus. Par Marie, elle connut l’Amour réciproque de Jésus et de sa Mère: “Nous nous sommes réciproquement aimés, et avec tant de ferveur, que nous avons été tous deux comme un seul cœur... Je ressentais comme si la moitié de mon cœur sortait de moi, et quand Il souffrait, j’en ressentais la douleur, comme si mon cœur eût enduré ses tourments... De même, quand mon Fils était frappé et flagellé, mon cœur l’était aussi....J’ai été la plus proche de lui dans sa Passion... J’ose dire que sa douleur était ma douleur, d’autant que son Cœur était mon cœur... Mon cher Fils et moi avons racheté le monde comme par un seul Cœur.” 

On remarquera combien les révélations de Brigitte sont orientées vers la souffrance de la Croix et la nécessité de l’humilité

Les souffrances et l’humiliation de la Croix

Le Christ et Marie, en effet, insistèrent beaucoup sur la souffrance et l’humiliation de la Croix. Le Christ dit à Brigitte: “Celui qui n’est pas prêt à suivre son Seigneur jusqu’au martyre ne pourra pas non plus Le suivre dans la gloire.  Marie ajouta: “Vous avez maintenant deux voies pour parvenir jusqu’au Cœur de Dieu. La première est l’humilité de la vraie contrition, celle qui conduit l’homme jusqu’au Cœur de Dieu et au dialogue spirituel. La seconde est la contemplation de la souffrance de mon Fils.“

On comprend dès lors que la facette du Cœur de Jésus qui apparaîtra le plus dans les révélations de Brigitte est presque toujours celle de l’amour débordant du Cœur de Jésus pour nous, mais d’un amour souffrant. Parlant de ses amis, Jésus dit: “S’ils avaient de l’amour pour Dieu, ils réfléchiraient aux souffrances du Christ et au sacrifice de la Croix, puisqu’Il a préféré mourir sur la Croix plutôt que de les abandonner.”  ou encore: “Écoutez ma voix qui criait au gibet: J’ai soif de vous...”

Mais cette souffrance est pourtant pleine de douceur, car le Christ: “ est vraiment comme une mère qui court au-devant de son fils égaré, lui montre une lumière, afin qu’il voie le chemin, aille à sa rencontre le cœur plein d’amour, lui abrégeant ainsi la route, et l’embrasse en exultant de joie. ”

Marie dit de son fils: “Celui qui est le pain des anges et des hommes, qui rassasie toutes choses et qui n’a besoin de rien, désire d’être repu de l’amour des hommes.”

Jésus complète: “Je suis très doux, Je suis très charitable, Moi qui suis plus prêt à donner que quelqu’un à demander. Mes paroles et mon Cœur rassasieront les hommes et les rempliront d’indicibles et abondantes consolations.”

La Miséricorde du Cœur de Jésus

Dieu est miséricorde, mais Il réclame l’humilité. Ainsi, parlant à son épouse Brigitte, Jésus lui dit: “Aimez-moi de tout votre cœur, car Je vous ai aimée. Je me suis librement donné à mes ennemis... Partant, vous seriez trop ingrate, si vous ne M’aimiez, en reconnaissance du grand amour que Je vous ai témoigné. Si ma tête a été percée par les épines et s’est inclinée sur la Croix, votre tête doit bien s’incliner à l’humilité...”

Jésus précise : “Ma miséricorde pardonne aux méchants... à cause de mon excès d’amour: à raison de ma grande charité, Je les supporte jusqu’aux derniers instants de leur vie... Ma miséricorde leur pardonne, à raison de la perfection des bons et pour la conversion de quelques méchants.”

Le Cœur de Jésus est plein de miséricorde pour les pécheurs. Mais le Seigneur demande que les hommes reconnaissent leurs péchés et qu’ils s’en purifient: “Ne pensez pas qu’aucun péché soit petit; n’en négligez pas un... Craignez Dieu: la crainte est une introduction au ciel... Confessez vos fautes. Par la confession l’âme s’approche de plus en plus de Dieu. Plus la confession est fréquente, et plus elle est exacte, tant des grandes que des petites fautes, plus elle plaît à Dieu. La confession plaît d’autant plus à Dieu qu’elle introduit l’âme dans le Cœur de Dieu.”

Parlant d’un homme simple, Jésus dit : “... en lui demeure l’humilité qui fait entrer Dieu dans le cœur... Il m’aime dans son cœur, et d’où lui vient cet amour sinon de mon esprit?... Celui qui avec foi et volonté dit: Jésus, aie miséricorde de moi, me plaît plus que celui qui, distraitement, lit mille versets de la Bible... Le pain que je désire c’est le perfectionnement des âmes, la contrition du cœur... et l’humilité qui brûle d’amour.” 

Et encore : “J’irai avec amour au-devant de tous mes amis, de tous ceux qui reviennent à Moi, et J’illuminerai leur esprit et leur âme à la sagesse divine. Je veux les embrasser  avec toutes sortes de gloire, et avec mes troupes célestes... Je vous manifeste mon Amour afin que ceux qui se sont retirés de Moi reviennent à Moi, et me reconnaissent pour leur Créateur, lequel ils ont oublié.”

Car, précise Marie parlant à Brigitte: “Le Cœur de mon Fils est très suave, comme du miel, et très pur comme une fontaine très pure, car toutes les bontés éparses en cet univers procèdent de Lui comme de leur source, car Lui est doux.” 

Pour conclure les enseignements de Jésus et de Marie donnés à Sainte Brigitte

Afin de parvenir au Cœur de Dieu, souvenons-nous que le Cœur de Jésus, Cœur du Fils, est doux, et qu’il est Miséricorde et Amour. Mais cependant n’oublions jamais l’essentiel, ce que Marie nous a enseigné par l’intermédiaire de Sainte Brigitte: “Pour parvenir au Cœur de Dieu, il y a deux voies: la première, c’est l’humilité d’une vraie contrition qui introduit l’homme dans le Cœur de Dieu. La deuxième, c’est la considération de la Passion de mon Fils qui fait courir joyeusement jusqu’au Cœur de Dieu.”

Paulette Leblanc

http://nouvl.evangelisation.free.fr/brigitte_de_suede_bio.htm

 

sépar saints

 

Brigittesuede1SAINTE BRIGITTE de SUÈDE
Veuve, Fondatrice d'Ordre
(1302-1373)


Sainte Brigitte naquit en Suède, de famille royale. Sa mère avait été sauvée d'un naufrage en considération de l'enfant qu'elle portait dans son sein. Bien qu'à sa naissance un saint personnage eût reçu de la Sainte Vierge l'assurance que cette enfant ferait entendre sa voix dans tout l'univers, Brigitte fut muette, jusqu'à l'âge de trois ans; mais, ce temps écoulé, elle parla tout à coup aussi bien qu'une grande personne.

A l'âge de dix ans, elle fut singulièrement touchée d'un sermon sur la Passion du Sauveur. La nuit suivante, elle vit le divin Crucifié tout couvert de plaies et de sang, et L'entendit dire: "Regarde, Ma fille, comme J'ai été traité. – Et qui Vous a traité si cruellement? dit-elle. – Ce sont ceux qui Me méprisent et sont insensibles à Mon amour pour eux." À partir de cette époque, la seule pensée des mystères de la Passion faisait couler ses larmes.

Une nuit qu'elle était en prière, sa tante, chargée de son éducation après la mort de sa mère, la surprit et voulut la frapper; mais la verge se rompit entre ses mains. Brigitte, tout enfant, était souvent assaillie par le démon qui prévoyait en elle une grande ennemie; mais elle trouvait un secours assuré en courant dans sa chambre se jeter aux pieds du crucifix qui lui avait parlé.

Malgré son goût pour la virginité, Brigitte accepta le mariage par obéissance; elle et le prince, son mari, se préparèrent par un an de prières et de bonnes oeuvres aux obligations de leur état. Dieu donna à ces pieux époux huit enfants. Brigitte fut le modèle des mères par sa sollicitude envers sa famille; elle éloignait de sa maison tout ce qui n'y aurait pas apporté l'édification et la vertu: "Après la lecture de la Bible, répétait-elle à ses enfants, n'ayez rien de plus cher que la Vie des Saints."

A la mort de son mari, elle s'adonna aux saintes oeuvres avec plus de liberté que jamais, apprenant à ses enfants à laver les pieds des pauvres, à soigner les plaies des malades, à soulager toutes les misères. Mais la grande mission de sa vie, Brigitte l'accomplit pendant ses dernières années, qu'elle passa dans la pénitence et la contemplation de Jésus Crucifié. Ses révélations étonnantes ont fait d'elle la merveille de son siècle.

C'est à Rome, où elle aimait à séjourner près des tombeaux des Saints, que le Sauveur lui fit connaître l'heure de sa mort prochaine; elle rendit le dernier soupir en prononçant avec amour les dernières paroles de Jésus expirant: "Mon Père, je remets mon âme entre Vos mains."

Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Tours, Mame, 1950.

sépar saints

 Vie de sainte Brigitte de SuèdeVie de sainte Brigitte de Suède

Avec l’aimable autorisation de Mr CLAUDE TURCOTTE

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 2018-02-14