Saint Camille de LELLIS

camille-de-lellis-1.jpgfondateur de l'ordre des Camilliens 1550-1614

 

La vie de Camille de Lellis se déroule au cours de la seconde moitié du 16e siècle et au début du 17e. La toile de fond de son action est la Rome du cinquecento et plus largement l’Italie, morcelée en une multitude de principautés ou de républiques. Alors que l’Europe réussit à repousser les invasions turques, certains états italiens subissent la domination étrangère des Espagnols et des Français. La culture et l’art vivent la transition de l’euphorie de la renaissance à la période baroque.

Dans le domaine de la santé, l’Eglise continue à proposer ses hôpitaux, comme elle l’avait fait au Moyen-âge avec la création des Hôtel-Dieu, et à animer des associations caritatives populaires, comme les compagnies du Divin Amour et de la Miséricorde.

Les princes considèrent eux aussi comme important pour leur prestige de construire de grands hôpitaux pour l’accueil et l’assistance des malades pauvres et ils en confient les projets aux meilleurs architectes de l’époque. Mais cette splendeur architecturale et cette décoration artistique contrastaient avec les déficiences criantes dans le domaine de l’hygiène et des soins, ainsi qu’avec les grosses insuffisances dans l’assistance: celle-ci était confiée à des gens que n’intéressait que l’argent et qui n’étaient pas préparés, manquant non seulement des plus élémentaires notions médicales mais souvent aussi d’un minimum d’attitude d’humanité. Ceux qui en souffraient étaient les malades: maltraités par gestes et en paroles, abandonnés dans leur saleté, nourris tant bien que mal, livrés aux caprices et aux plaisanteries de ce personnel mercenaire. C’est la situation que trouva Camille à l’hôpital Saint-Jacques de Rome, lorsqu’il y arriva en 1575 pour soigner sa jambe ulcéreuse. Une plaie qui décida du cours de sa vie: Dieu s’en servit pour lui montrer sa voie! Face à la situation d’abandon des malades, Camille comprit qu’il ne pouvait y faire front tout seul. Il songea à réunir un groupe d’amis et à les engager dans le même projet: se consacrer totalement au service des malades pour le seul amour de Dieu et avec l’amour que peut avoir une mère pour son fils unique malade. C’est ainsi qu’en 1582 prit naissance la compagnie des Servants des Malades. Quatre ans plus tard, le pape Sixte V la reconnut comme congrégation et accéda à la demande de Camille de porter une croix rouge sur l’habit.

“Rappelez-vous que les malades sont la pupille et le cœur de Dieu
et que ce qui est fait à ces pauvres est fait à Dieu”.
Saint Camille de Lellis

La compagnie s’agrandit. Camille et les siens prirent du service dans l’hôpital du Saint-Esprit, mais ils se mirent aussi à rechercher les malades et les pauvres dans les quartiers et les taudis de la Ville. Lorsqu’ en 1590 une famine éclata à Rome, les servants des Malades se dépensèrent pour secourir toutes les nécessités. Le pape Grégoire XIV en fut dans l’admiration et décida d’ériger la congrégation en Ordre des Serviteurs des Malades.

Dans les hôpitaux de Rome il s’était opéré une véritable réforme sanitaire. Très rapidement arrivèrent de diverses parties de l’Italie des invitations à introduire ces religieux dans les hôpitaux locaux. En une vingtaine d’années, les Serviteurs des Malades prirent ainsi du service dans les villes principales, de Naples à Milan, de Gênes à Palerme, etc.

Ce n’est pas tout. Lorsqu’une armée partait pour une campagne de guerre, Camille envoyait ses compagnons porter la croix rouge sur les champs de bataille. Lorsqu’une épidémie éclatait dans une ville, il accourait avec les siens pour soigner les pestiférés. Mais surtout, l’hôpital fut sa maison pendant quarante ans. Ce fut là l’école où il forma des centaines de jeunes au service de la charité, par son exemple et par ses enseignements précieux contenus dans ses règles pour servir les malades en toute perfection. Un code d’assistance sanitaire qui fut mis en application dans divers hôpitaux d’Italie.

Camille mourut à Rome le 14 juillet 1614. Lorsque Benoît XIV le canonisera en1746, il déclarera solennellement que Camille de Lellis avait été le promoteur d’une "nouvelle école de charité".

D’autres papes ont rappelé que Camille a été exemplaire dans le monde de la santé: Léon XIII l’a déclaré patron des hôpitaux et des malades, Pie XI l’a proclamé patron des infirmiers et Paul VI en a fait le protecteur particulier du service de santé militaire italien.

Comment Camille a-t-il réalisé "sa" réforme sanitaire? Son œuvre a été multiple: elle a visé des buts variés, dictés par des situations concrètes et abordés avec une volonté éclairée et tenace. Nous pouvons examiner cette œuvre sous quatre aspects.

1. Réforme de la notion de “malade”

Au temps de Camille, à Rome comme ailleurs, l’hôpital était l’ultime refuge pour les désespérés. Alors que les riches ou les personnes aisées étaient soignées dans leur maisons par des médecins privés, l’hôpital accueillait des pauvres de tous genres, abandonnés, vagabonds, personnes affamées et amaigries, ainsi qu’une marée de malades contagieux refusés par la société. Et lorsque ceux-ci ne pouvaient pas ou ne voulaient pas se rendre à l’hôpital, ils restaient dans leurs misérables habitations; ou bien, lorsqu’ils n’en avaient pas, ils se réfugiaient dans les "grottes romaines, c’est-à-dire dans les anfractuosités des ruines de l’antiquité classique ou sous les arches de l’aqueduc de la campagne romaine. La société de la Renaissance les ignorait, les considérait comme les derniers et les tenait en marge. Saint Camille les recherchait; il les assistait et en faisait "les premiers" dans un sens absolu.

"Servir les pauvres malades, enfants de Dieu et mes frères". Pour saint Camille, le malade est vraiment un "homme", un homme concret, un homme pauvre, pauvre de biens, mais surtout pauvre du bien qu’est la santé. D’abord il "voit" cet homme, et ensuite il "discute" sur ses droits. Les "droits du malade" ne sont pas, pour lui, des principes théoriques imprimés dans les constitutions ou dans les lois, mais ce sont des "nécessités concrètes" qui exigent une réponse de la part de ceux qui sont auprès du malade. La vision chrétienne enrichit mais ne brouille pas la perception humaine intégrale du malade comme homme, de l’individu qui, même dans sa pauvreté et son infirmité, garde toujours une "dignité" unique que l’on ne peut pas supprimer.

C’est au service de cet homme que Camille a consacré sa vie.

2. Réforme de l’assistance auprès des malades

Il se consacre naturellement à "tout" l’homme, pas seulement à sa "maladie". Camille a compris que c’est l’homme tout entier qui entre à l’hôpital: il ne laisse rien dehors, ni de sa personne ni de sa personnalité; il amène quelques loques, mais aussi son âme libre et immortelle. C’est ainsi qu’il institua son ordre religieux "avec deux ailes", comme il disait, pères et frères, d’égale dignité, dans des services distincts et complémentaires, qui retrouvaient leur unité du fait de l’unicité de la personne du malade. Mais ceci, la médecine psychosomatique moderne l’a compris elle aussi, au moins en théorie ! Ce qu’il convient surtout de faire ressortir ici, c’est le caractère de service total que Camille a imposé par rapport à la personne humaine, même dans le seul domaine de l’assistance que nous appelons corporelle ou de soins médicaux: il a fixé immédiatement des règles pour répondre à toutes les nécessités de la personne, en ne réduisant pas cette assistance à des prestations cliniques essentielles mais en les étendant à toutes les exigences que le personnel soignant d’alors — et peut-être aussi celui d’aujourd’hui — aurait pu être porté à négliger.

Lorsque, par exemple, Camille recommande de veiller à la propreté de la bouche et des dents des malades, lorsqu’il indique la manière de bien faire le lit, lorsqu’il écrit aux responsables d’un hôpital pour demander que l’on donne à chaque malade des tricots de laine ou une robe de chambre contre les rigueurs du froid, lorsqu’il recommande sur tous les tons l’hygiène dans l’environnement, il est clair que Camille vise à offrir au malade une "maison", un accueil et une assistance convenable, on pourrait dire familière, qui le soulage des désagréments et lui enlève la sensation d’être devenu un objet hors d’usage. L’hôpital doit être la maison de l’"hospitalité", avec toute l’épaisseur classique et chrétienne que comporte ce mot.

Mais qu’en est-il des services qui étaient fournis alors dans les hôpitaux romains ? Saint Camille s’en était rendu compte lorsque, comme il a été dit plus haut, il était entré à Saint Jacques des Incurables pour soigner une plaie à la jambe dont il souffrait depuis des années et qui l’avait empêché de revêtir la bure franciscaine. Cette plaie qui ne guérissait pas le cloua à l’hôpital. Il observa autour de lui et décida en premier lieu de se mettre volontairement au service de ses frères. Il y en avait de toutes les catégories, et il choisit les plus négligés: les malades atteints du typhus, de maladies vénériennes ou de la peste. Son empressement et son dévouement suscitèrent l’estime des administrateurs qui bientôt le nommèrent "maître de maison", c’est-à-dire... directeur sanitaire et administratif ainsi que responsable de l’ensemble du personnel !

Ordre des Serviteurs des Malades / Religieux Camilliens :

http://camilliensbf.org/

http://www.camilliani.org/fr/index.htm

http://nouvl.evangelisation.free.fr/camille_de_lellis.htm

sépar saints

56327495SAINT CAMILLE DE LELLIS 

Il est né le 25 mai 1550 à Bucchianico (Abruzzes). Sa jeunesse fut assez dissipée. Il se convertit à 25 ans et résolut de faire pénitence. Il entra chez les capucins mais par deux fois dut en sortir à cause d’un ulcère incurable à la jambe. C’est à Rome qu’il trouva définitivement l’orientation de sa vie, alors qu’il exerçait le métier d’infirmier à l’hôpital Saint Jacques. Touché de compassion pour les souffrances qu’il avait sous les yeux, voyant le peu de charité de certains employés de l'hôpital, il décida de se consacrer aux malades et aux malheureux “ avec l’amour d’une mère soignant son enfant malade ”.

D’infirmier, il devint économe de la maison ce qui lui permit d’envisager une réforme complète du soin des malades. Il groupa autour de lui quelques compagnons qui vont devenir le noyau de l’ordre des clercs réguliers, ministres des infirmes ou Camilliens.

Une bulle du 21 septembre 1591 de Grégoire XIV érige l’ordre des Camilliens sous la règle de Saint Augustin. Camille en est le préfet général. Camille n’était pas prêtre ; décidé de le devenir, il se mit à l’étude du latin et fut ordonné prêtre en 1584.

Toute sa vie, il fut un homme très charitable. L’importance des réformes qu’il entreprit dans l’assistance hospitalière en fait le précurseur de la bienfaisance publique moderne.

La mission spéciale de l’ordre, à laquelle tous les religieux se lient par voeu, même au péril de leur vie, est : “ l’exercice des oeuvres spirituelles et corporelles de miséricorde envers les malades, même atteints de peste, tant dans les hôpitaux et les prisons que dans les maisons privées et partout où il faudra ”, (Constitutions). Ils doivent “ regarder l’hôpital comme un jardin délicieux ”, les malades comme “ leurs seigneurs et maîtres ”.

Camille mourut à Rome le 14 juillet 1614. 
Canonisé le 29 juin 1746 par Benoît XIV, le titre de Protecteur des hôpitaux et des malades lui fut donné en même temps qu’à St Jean de Dieu, par Léon XIII le 22 juin 1886. En 1930, Pie XI le proclame patron du personnel des hôpitaux ainsi que Saint Jean de Dieu. Il est fêté le 15 juillet dans son ordre et le 18 dans l’Eglise.

On pourrait s’étonner que dans l’Eglise, des prêtres passent leur vie au service des misères et des faiblesses physiques. Mais la charité se souvient de tant de gestes du Christ guérissant et bénissant les foules. N’y a t il pas de relations entre le lit de souffrance, la table d’opération et l’autel ? A la suite du Christ, comme le bon Samaritain de l’Evangile du jour, (Luc 10, 25-37), il nous est demandé de servir, spécialement les pauvres et les malades. Aucune eschatologie révolutionnaire, aucune idéologie ne peut nous dispenser de traiter avec justice et amour une personne que nous pouvons secourir. 
Il est fréquent de rencontrer sur la route une personne blessée ; il est plus fréquent encore de rencontrer des êtres meurtris par l'échec, les drames familiaux, le chômage, etc. Nous n’avons pas à nous demander : qui est digne d’être considéré comme mon prochain ? mais, que dois-je faire pour être vraiment le prochain de mes frères ? 
La conduite du bon Samaritain fournit la réponse à cette question.

http://www.dioceseauxarmees.catholique.fr/saints-patrons.html#SAINT CAMILLE DE LELLIS (18 juillet)

 

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 2014-02-12