Sainte Clelia BARBIERI

clelia-barbieri-a.jpg

Religieuse, Fondatrice, 1847-1870

 

Clelia Barbieri naît le 13 février 1847 à Budrie di San Giovanni in Persiceto, village des faubourgs de Bologne (Émilie, Italie). Les parents sont d'origine bien différente socialement: Sa mère Jacinthe Nannetti appartenait à la famille la plus importante de la ville tandis que son père était issu d'un milieu très pauvre. Mariage contesté mais foyer fondé sur le roc de la foi et d'une vie profondément chrétienne. Les époux emménagent dans une pauvre maison. Le jour même de sa naissance, Clélia est baptisée sous les noms de Clélia, Rachel, Marie. Elle apprend à coudre, filer et tisser, une des principales activité de la région. Le 17 juin 1858, à 11 ans, elle fait sa première communion, ce qui est précoce à cette époque et cela à cause de son exceptionnelle préparation: jour décisif à l'origine d'un approfondissement mystique marqué par la contrition pour ses propres fautes et celles du monde; elle ressent angoisse et douleur pour les péchés qui ont crucifié le Christ et contristé Notre-Dame. Sa dévotion s'oriente vers le crucifix et Notre-Dame des Douleurs. Dans le dur travail sur les fibres de chanvre, elle est un modèle pour les autres travailleuses, car elle l'accomplit avec joie et dans un esprit de prière. Avec ses mains délicates précocement usées par son labeur, elle se dévoue également au service des pauvres, les préférés de Notre Seigneur. Elle ne vit que pour Dieu seul, allant jusqu'à oublier son propre corps, mais, pour les plus délaissés dans leur âme ou dans leur corps, elle comprend quelle "doit aller" en renonçant à la chère solitude de sa maison.

A cette époque existe un groupement appelé "les ouvriers de la doctrine chrétienne (ou du catéchisme)", mouvement destiné à combattre l'indifférence religieuse qui se manifeste surtout chez les hommes. Le groupe de Budrie est dirigé par un ancien instituteur très âgé. Clélia y est admise, au dernier rang en raison de son jeune âge, mais avec elle le groupe renaît et on lui en confie bientôt la direction. Autour d'elle se groupent d'autres jeunes femmes. A 21 ans le 1er mai 1868, avec son curé et ses amies, elle fonde la congrégation des "Sœurs Minimes de Notre-Dame des douleurs": elles veulent une vie contemplative centrée sur l'Eucharistie et l'adoration du Saint-Sacrement d'où jaillirait une vie active par l'enseignement du catéchisme aux paysans et ouvriers du secteur. Elles sont insérées activement dans la vie paroissiale. Pas d'organisation matérielle systématique au début mais elles bénéficient d'une assistance manifestement providentielle; ce qui soutient les sœurs, ce sont les souffrances physiques et morales de la fondatrice, humiliée par ceux qui auraient dû être ses principaux protecteurs. Le groupe initial croît rapidement à la mesure de ceux et celles qui ont besoin de leurs services: pauvres, malades, garçons et filles à catéchiser. On regarde Clélia comme un guide dans la foi et on l'appelle "Mère", elle qui n'a que 22 ans. Mais la tuberculose qui couvait sourdement depuis longtemps réapparaît en force deux ans après la fondation. Elle encourage la Communauté en prophétisant son expansion et, joyeuse, elle meurt à 23 ans en 1870. La Congrégation s'étend à travers l'Italie, en Inde et en Tanzanie. Sainte Clélia est la plus jeune fondatrice de religieuses dans l'histoire de l'Église (21 ans).

Béatifiée le 27 octobre 1968  à Rome  par Paul VI

Canonisée le 9 avril 1989  à Rome par Jean Paul II

Fête : 13 juillet

http://www.abbaye-saint-benoit.ch/hagiographie/hagiographie/listes/listeprenom.htm

 

http://nouvl.evangelisation.free.fr/clelia_barbieri.htm

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 2018-12-05