Saint LEON II

leon02-45-01.jpg

Pape, + 683

Par la mort du Pape Agathon, Léon Il fut élu en sa place. Il était fils de Paul, et Sicilien de nation, aussi bien que son prédécesseur. C'était un homme saint, docte, vigilant, agréable et excellent musicien. Du temps d'Agathon, on avait assemblé un concile à Constantinople, qui fut le sixième général sous l'empereur Constantin IV. Le Pape saint Léon le confirma et le traduisit lui-même de grec en latin. Il confirma aussi les autres conciles généraux qui avoient été faits auparavant, et condamna les erreurs et les hérésies qui y avoient été condamnées.

Il écrivit une lettre fort grave et affectueuse à l'empereur, le congratulant du zèle qu'il avait apporté à la célébration de ce concile, pour rétablir la paix dans l'Église, et en bannir les scandales et les erreurs qui la troublaient. Ce fut le premier qui ordonna que l'on do-.mât la paix à la messe à tous ceux qui y assistent; car encore qu'avant lui on eût accoutumé de la donner, comme l'on remarque en saint Denis l'Aréopagite, en saint Justin, martyr, et en saint Chrysostome, néanmoins c'est lui qui en a fait la première ordonnance.

Il se montra plein de courage contre les archevêques de Ravenne, qui, sous la faveur des exarques et des gouverneurs des empereurs de Constantinople, qui demeuraient d'ordinaire en cette ville-là, s'élevaient tellement, qu'ils ne voulaient pas obéir aux Papes de Rome. Notre saint Léon, pour rabattre cet orgueil, fit un décret par lequel il défendit qu'aucun évêque de Ravenne pût exercer l'office de prélat, qu'il n'eût été auparavant confirmé par le Pape. Il commanda aussi que le pallium, qui s'envoie de Rome aux patriarches et aux archevêques, et les offices ecclésiastiques se donnassent gratis. Il fit bâtir une église à Rome joignant Sainte-Nubienne, qu'il dédia à l'apôtre saint Paul, et il y mit les corps des saints Simplicien, Fauste et Béatrix, et ceux aussi de plusieurs autres saints.

Saint Léon trouva que le plain-chant, qui avait été composé par saint Grégoire le Grand, était fort corrompu. Ce fut pourquoi il reforma la musique des psaumes, et d'autres chants ecclésiastiques. Il composa aussi quelques hymnes, et mit celles qui se chantent en l'Eglise eu la douce harmonie qui reste encore à présent. Il tint une fois les Ordres, où il fit vingt-trois évêques, neuf prêtres et trois diacres.

Il était aimé et respecté de chacun, à cause de ses admirables vertus, joint que de son naturel il était fort paisible, libéral et miséricordieux aux pauvres, et fort religieux en toutes choses. Rien ne lui manqua pour être mis au rang des plus excellents Papes qui aient jamais été eu l'Église, que la trop courte vie, parce qu'au dixième mois de son pontificat, selon la supputation du cardinal Baronius et du Bréviaire romain, réformé par Clément VIII, il décéda, le vingt-huitième jour de juin, l'an de Notre-Seigneur 681, jour où l'Église célèbre sa fête.

Son corps fut enterré eu l'église de Saint-Pierre. 

http://nouvl.evangelisation.free.fr/leon_02_pape.htm

sépar saints

San leone ii

Saint Léon II
Pape (80e) de 681 à 683

Après la mort du pape Agathon, le siège apostolique demeura vacant pendant dix-neuf mois. Ce fut après cette longue vacance que fut élu un des derniers papes du Moyen-âge, Léon II originaire de la Grande-Grèce, à Piano-di-San-Martino, près de Reggio. Fils de médecin, parfaitement versé dans les Saintes Écritures, il était aussi pieux que savant, et ses bons exemples portaient tout le monde à la vertu.

Devenu chanoine régulier, il prit un soin particulier des pauvres, des orphelins et des veuves. Son court pontificat qui dura dix mois seulement, fut marqué par la confirmation du sixième concile œcuménique que son prédécesseur avait fait assembler à Constantinople pour combattre les hérétiques Monothélites ainsi appelés parce qu'ils ne reconnaissaient en Jésus-Christ qu'une volonté et une seule opération.

Connaissant aussi bien la langue grecque que latine, Léon traduisit les actes de ce concile pour les Occidentaux, du grec au latin. Léon II ordonna qu'on donne la paix à tous les assistants pendant la messe. Cette pieuse coutume avait été pratiquée et observée dès les premiers siècles de l'Église, comme on peut le constater dans les écrits de saint Denis et de saint Justin.

Le plain-chant que saint Grégoire le Grand avait composé et établi dans l'Église se trouvait alors dans une extrême confusion et décadence. Léon II réforma lui-même le chant grégorien et composa aussi quelques nouvelles hymnes que l'Église a conservées jusqu'à nos jours. Bien qu'il n'ait tenu le siège que dix mois et dix-sept jours, Léon II est un des plus excellents papes qui aient gouverné l'Église. Aimé et respecté de tout le monde, tant à cause de sa vertu que pour son naturel doux, affable et bienveillant, il ne manquait d'aucune des qualités requises pour exercer la charge de Pasteur suprême.

Tous les fidèles le regrettèrent comme un père véritable. On inhuma son corps dans l'église St-Pierre, tombeau ordinaire des souverains pontifes. On le représente embrassant un mendiant, par allusion à sa charité envers les malheureux, ou tenant un livre où se lisent des notes musicales.

http://levangileauquotidien.org/main.php?language=FR&module=saintfeast&localdate=20140703&id=15599&fd=0

 

 

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 2014-06-29