Saint MARUTHA DE SOPHËNE

San maruta 1(fin IV.-début V.)

 On ne connaît pas beaucoup de détails personnels sur ce grand évêque oriental, qui joua pourtant un grand rôle dans les rapports entre Constantinople et les églises perses.

Quand l’on voit la difficile situation des chrétiens du Moyen-Orient, on prendra intérêt à ce saint évêque et à la situation florissante de ces chrétientés dans les premiers siècles.

Le nom de Marutha est araméen : peut-être vit-il le jour dans une zone d’influence perse, donc à l’extrême orient de l’Empire romain. Il étudia la théologie et la médecine.

On le trouve au synode de Side (382-383), organisé par Flavien archevêque d’Antioche contre les messaliens ou euchites, des vagabonds qui priaient et ne travaillaient point. Marutha y porte le titre d’évêque de Sophene, région au sud-ouest de l’Arménie. Il est difficile de déterminer le nombre et les dates de ses missions en Perse.

Les empereurs romains, une fois chrétiens, avaient accoutumé d’orner d’un prélat leurs ambassades à la cour sassanide. On choisissait de préférence un évêque de Mésopotamie, bien au courant des affaires persanes à cause des relations fréquentes de voisinage. Il pouvait prendre langue avec ses coreligionnaires araméens vivant au-delà de la frontière ; il les sondait sur les menées et les projets du prince sassanide.

C’est comme “évêque de Mésopotamie” qu’il vint au synode du Chêne, près de Chalcéeoine (été 403). On ne sait au juste pourquoi il s’y prêta, en apparence, sinon de cœur, aux menées de Théophile d’Alexandrie et de saint Epiphane contre saint Jean Chrysostome. Il pensait sans doute, dans un premier temps, obtenir la protection des chrétiens dans cette immense empire sassanide, et dans un second temps faire rapidement cesser l’exil du Chrysostome. Cette attitude lui valut en tout cas les bonnes grâces du gouvernement et une mission en Perse.

De son côté, saint Jean Chrysostome exilé écrivait à son amie Olympias, vers la fin de 404 : N’abandonnez pas l’évêque Marutha, veillez sur lui autant que vous le pouvez pour le tirer de l’abîme. J’ai très grand besoin de lui dans les affaires de Perse. Tâchez d’apprendre de lui, si possible, ce qui s’est fait là-bas grâce à lui, pourquoi il est revenu et indiquez-nous si vous lui avez transmis les deux lettres que je lui ai envoyées…On voit ici avec quelle charité saint Jean Chrysostome considérait Marutha, le rejoignant en quelque sorte dans le souci commun du bien des fidèles.

Marutha sut se gagner l’estime du monarque perse : il l’aurait délivré de maux de tête opiniâtres, ou bien il aurait libéré son fils d’un démon. Ce qui est sûr, c’est qu’il inclina le sassanide, Iazdgerd, à une politique favorable aux chrétiens et put ainsi réorganiser l’Eglise de Perse au moyen du concile de Séleucie (410). Les mages, jaloux du crédit de Marutha, firent entendre une voix au moment où le roi venait adorer le feu, disant qu’il fallait chasser ce prince ami d’un pontife chrétien. Marutha conseilla au roi de faire creuser à l’endroit où la voix s’élevait. Le roi s’aperçut ainsi que ce n’était pas le feu qui parlait, mais un homme caché en un caveau. Il décima les mages et permit à Marutha de bâtir toutes les églises qu’il voudrait.

Iazgerd était un politique avisé qui jugea prudent de se concilier les nombreux chrétiens qui habitaient son vaste royaume. Il concéda à Marutha une sorte de concordat. Malheureusement, à la fin de sa vie, il n’hésita point à persécuter ces chrétiens quand ils lui parurent gênants.

Au concile de Séleucie, Marutha se présenta nanti de trois lettres des “Pères occidentaux”. On adopta les canons de Nicée. Deux officiers du Roi des Rois demandèrent qu’Isaac fût primat et mirent le bras séculier au service d’Isaac et de Marutha pour faire respecter les décisions du concile. On se sépara en remerciant le Roi des Rois et en décrétant des prières publiques.

Marutha pouvait être heureux du changement qu’il avait obtenu en si peu de temps. L’Eglise, hier persécutée et divisée, était maintenant protégée par la Porte Royale. Une hiérarchie organisée allait appliquer les règles canonisées dans le monde romain. La foi de Nicée unissait toutes les chrétientés syriennes. Plus de liturgies privées à domicile ; une église par paroisse, un évêque par diocèse (environ trente), un métropolitain par province (cinq), et un chef, le catholicos des villes royales, Séleucie-Ctésiphon.

Marutha embellit sa ville épiscopale, Maïperqat, très probablement l’ancienne Tigranocerte, que l’on devait appeler Martyropolis à cause des nombreuses reliques de martyrs perses qu’il y apporta. Il la dota d’églises, l’entoura de murailles. La cité fut séparée du diocèse de Sophene.

Marutha fut donc un négociateur persuasif, éminent agent de liaison entre Constantinople et Séleucie.

L’orthographe du nom de cet évêque a pu différer : Maruta, Marutha, Maruthâ, Maroutha. Le Martyrologe Romain écrit Maruthas.

En Orient, on le fête le 16 ou 17 février ; en Occident, on l’avait commémoré curieusement le 4 décembre, mais les récents contacts entre les Eglises catholique et orthodoxe ont fait adopter partout une date unique, ce qui fait que Marutha est mentionné maintenant au 16 février.

Bruno Kiefer, Prêtre

http://nouvl.evangelisation.free.fr/marutha.html

Ajouter un commentaire