Sainte Marie-Madeleine de Pazzi

MariemadeleinepazziNotes biographiques de Sainte Marie-Madeleine de Pazzi

1566
Catherine de Pazzi naît le 2 avril à Florence, après Geri, premier-né de Maître Camillo di Geri de’Pazzi et de Dame Marie de Lorenzo Buondelmonti, et suivie de deux autres frères, Alamanno et Baccio.
Le 3 avril, elle est baptisée dans l’oratoire de Saint Jean Baptiste, et reçoit comme patronne sainte Catherine qu’elle aimera beaucoup; mais en famille on l’appellera couramment Lucrezia, nom de sa grand-mère paternelle.

1574
Le 25 février, elle entre pour la première fois, comme pensonnaire, au monastère de Saint Jean des Chevaliers, confiée aux bons soins de sa tante maternelle, Sœur Lessandra Buondelmonti.

1576
Le 25 mars, fête de l’Annonciation, elle reçoit la première communion à l’âge de dix ans, dans l’église de Saint Jean des Chevaliers, tenue par les pères Jésuites.
Le 19 avirl, jeudi saint, au moment de la sainte communion elle se sent appelée à faire à Dieu le vœu de virginité.

1578
Le 30 novembre, en la fête de l’apôtre saint André, elle tombe en extase pour la première fois en la présence de sa mère, vers le soir, dans un pré de leur villa de Parugiano, près de Prato.

1580
Le 16 mars, par suite du départ de son père pour Cortone, elle est confiée aux Sœurs du Monastère de Saint Jean des Chevaliers, à la condition de pouvoir communier tous les jours de fête.
Le jour de l’Ascension, elle est submergée par l’Amour de Dieu. Elle reçoit une connaissance extraordinaire de la grandeur de Dieu et de sa grâce.

1581
Au retour des siens à Florence, elle rentre en famille dans la villa de Parugiano.

1582
Le 14 août, Catherine entre pour 15 jours au Carmel de Sainte-Marie-des-Anges pour faire l’essai de sa vocation religieuse et de la vie carmélitaine. Elle choisit ce monastère à cause du privilège exceptionnel dont il jouit : celui de la communion quotidienne. Puis elle rejoint sa famille.
Le 27 novembre, veille du premier dimanche de l’Avant, Catherine, bénie par ses parents et accompagnée de sa mère, entre définitivement au monastère de Sainte-Marie-des-Anges.
Le 8 décembre, le chapitre du monastère accepte à l'unanimité la nouvelle postulante.

1583
Ses parents envoient un peintre pour faire le portrait de Catherine avant sa prise d’habit. Elle en est contrariée, mais accepte par obéissance.
Le 30 janvier, elle reçoit l’habit carmélitain et prend le nom de Sœur Marie Madeleine.
Durant l’Avent, elle éprouve l’Amour de Dieu dans sa surabondance comme elle l’avait connu dans la villa de Parugiano.

1584
Le 30 janvier, on diffère la date de sa profession pour attendre d’autres Sœurs qui n’ont pas encore terminé leur Noviciat. Elle prophétise qu’elle fera sa Profession avant les autres.
Au début du mois de mars, elle tombe malade et son état empire rapidement.
Le 27 mai, dimanche de la Trinité, sur un lit, devant l’autel de la Vierge, elle prononce ses vœux. Elle est reconduite à l’infirmerie. À ce moment, commence une période surprenante d’extases, qui surviennent tous les jours après la communion, pendant deux ou trois heures. Cela va durer quarante jours. La maladie continue son cours.
Le 8 juin, vision du drame de la Passion.
Le 10 juin, Jésus lui donne Son cœur et prend en échange celui de la carmélite pour le remplir d’un saint amour.
Le 16 juin, rendant visite au tombeau de la bienheureuse Maria Bagnesi sur l'ordre de son confesseur, elle est guérie de sa maladie.
Le 28 juin, elle reçoit la marque des stigmates; à sa prière ils seront cachés aux créatures.
Le 6 juillet , elle reçoit la couronne d’épines.

1585
Le soir du 24 mars, veille de l’Annonciation, S. Augustin lui écrit dans le cœur les mots : Verbum caro factum est.
Le 15 avril, elle reçoit dans son âme les stigmates invisibles.
Le dimanche 28 avril, elle reçoit de Jésus l’anneau de son mariage mystique.
Le 21 mai, on lui annonce une grande épreuve : le Seigneur lui demande de se nourrir de pain et d’eau seulement et de ne dormir que 5 heures par jour.
Le 8 juin, veille de la Pentecôte, commence la seconde grande période d’extases : durant huit jours, elle reste en extase jour et nuit, sauf deux heures environ pour prier l’office, et prendre un peu de nourriture. Durant ces jours elle reçoit sept fois, à l'heure de Tierce, sous diverses formes, le Saint-Esprit.
Le 16 juin, fête de la Trinité, commence la grande éprouve appelée, « lac des lions », qui va durer cinq ans.
Le 5 juillet, le Seigneur lui commande de marcher les pieds nus.

1586
Le 20 juillet, elle entre en extase, Dieu l’appelle à la tâche de renouveler l’Église. Elle va dicater 12 lettres à diverses personnes, dont le Pape.
Le 17 septembre, elle reçoit le « voile blanc » de la Vierge, pour avoir triomphé des tentations contre la pureté.
En octobre, elle quitte le Noviciat.

1587
Son frère Alamanno meurt le 14 juillet. Elle voit l’âme de celui-ci peiner au Purgatoire.

1588
Le jeudi 25 février, elle reçoit le faisceau de la Passion.
Le 25 novembre, les épreuves qu’elle subit, la tentation de s’évader et de mourir, atteignent leur point culminant.

1589
Le 30 septembre, elle est élue Sous-Maîtresse des novices.

1590
Le 22 avril, jour de Pâque, le Seigneur lui demande de faire encore un Carême de Cinquante jours. Elle jeûne ainsi jusqu’à la Pentecôte.
Le 10 juin, dans la nuit de Pentecôte, elle est enfin libérée du « lac des lions ». Elle reçoit de grands dons et des communications divines.
Sa mère meurt le 24 août. Elle la contemple, joyeuse au Purgatoire, et on lui révèle la gloire qui lui est réservée pour ses actes de charité envers le prochain. Le 7 septembre, elle voit l’âme de sa mère entrer au Paradis.

1592
Le 26 mars, dans une longue extase, elle participe aux douleurs de la Passion.
Le 3 mai, dans un grand excès d’amour, elle sonne les cloches, appelant à aimer l’Amour.
Au mois d’octobre elle reçoit l’office de sacristine.

1595
Le 1er mai, elle demande au Seigneur la souffrance pure.
Elle est élue Maîtresse des jeunes professes.

1597
Mort du père de Sœur Marie Madeleine.

1598
Au chapitre du 2 octobre, elle est élue Maîtresse des novices.

1604
Le 24 juin, dernière extase : Dieu lui accorde ainsi la pure souffrance.
Au chapitre, elle est élue Sous-prieure, contre sa volonté.
Peu après elle tombe malade.

1607
Le 13 mai, après trois ans de maladie, elle reçoit l’Extrême Onction.
Le 25 mai, à huit heures elle entre en agonie. Quand on appelle le Père confesseur, il lui fait dire que par la sainte Obéissance elle doit attendre pour mourir. Elle se réveille un instant et prononce ses derniers mots : « Benedictus Deus ».  Elle meurt vers 14 heures.

1608
Un an après sa mort, les carmélites obtiennent de porter les dépouilles mortelles de leur Sœur dans la cellule où elle avait vécu.

1611
Le procès de béatification commence après les nombreux miracles obtenus par son intercession.

1626
Le 8 mai, le Pape Urbain VIII la proclame bienheureuse.

1662
Début du procès de canonisation.

1669
Le 28 avril, le Pape Clément IX l’inscrit dans la gloire des saints.
Sa dépouille vénérée, toujours intacte, repose aujourd’hui dans le nouveau monastère qui lui est dédié sur la colline de Careggi aux environs de la ville de Florence.

 

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 2017-02-20