01 janvier

marie.jpg

Sainte Marie 

Sainte Marie, Mère de Dieu : solennité

 Saint Albéron

Evêque de Liège (✝ 1128)
Evêque de Liège. Les contemporains ont vanté "cet homme simple et droit, sans avarice et de bonnes mœurs, qui répandait son âme devant les autels du Seigneur."

 Saint Almaque

martyr († v. 400) À Rome, durant un combat de gladiateurs, Almaque entra dans l'arène afin de les séparer et de les garder en vie. Il fut alors lynché par les spectateurs, furieux d'être privés de leur spectacle.  Sa mort fit que l'empereur Honorius supprima ces jeux.

220px basil the greatSaint Basile de Césarée 

Martyrologe Romain : A Césarée de Cappadoce, le décès de saint Basile, évêque, dont on fait mémoire le lendemain.

 Quelques écrits 

Saint Basilius  évêque d'Aix-en-Provence (✝ v. 495)ou Basile, 
Prêtre en Arles puis évêque du diocèse d'Aix-en-Provence de 475 à 494
 St Clair du Dauphiné

 Abbé († 660)
Martyrologe Romain : Abbé du monastère de Saint-Marcel de Vienne, qui laissa aux moines un exemple de perfection religieuse.

Saint Concorde  Martyr à Rome (✝ 175)
Originaire de Rome, il s'était retiré en Toscane lorsqu'il fut découvert comme chrétien. Après de cruelles tortures, il fut décapité
 Sainte Emilie (✝ v. 370)
ou Emmélie. Elle vécut à Césarée de Cappadoce en Asie Mineure. Mère de Saint Basile de Césarée, saint Grégoire de Nysse, saint Pierre de Sébaste, elle transforma la maison familiale en un couvent avec sa fille sainte Macrine. L'Eglise catholique romaine la fête le 30 mai avec son époux saint Basile l'Ancien
Sainte Euphrosyne (✝ 470)
ou Emeraude. Elle était d'Alexandrie et souhaitait se consacrer à Dieu dans la virginité. Son père voulut la forcer à se marier. A 18 ans, elle usa d'un stratagème pour réaliser sa vocation. Afin d'éviter que son père ne la retrouve dans l'un ou l'autre des monastères de femmes, elle s'habilla en homme, entra dans un monastère d'hommes et mena, sous le nom d'Emeraude, une vie exemplaire. Elle ne révéla la supercherie à son père, que trente-huit ans plus tard, trois jours avant de mourir
 Sainte Fanchéa abbesse irlandaise (✝ v. 585)
ou Faine, appelée aussi Garbh Fanchea.
Abbesse irlandaise, née à Clogher, sœur de Saint Endée, elle fonda le couvent de Rossary dans le Fermanagh et fut enterrée à Killane.
 Saint Félix de Bourges

Évêque de Bourges (✝ 576)

Évêque de Bourges, il laissa le souvenir d'un homme d'une grande sagesse. Il fut de ceux qui, lors du 4e concile de Paris, surent imposer au roi Sigisbert un changement de sa conduite à l'égard de l'Église.
Félix fut sacré archevêque de Bourges par Saint Germain de Paris vers 568; pendant sept ans environ il gouverna très saintement son église. avec les autres métropolitains du royaume de Bourgogne, il prit part au quatrième Concile de Paris et signa les lettres synodales destinées à Aegidius, archevêque de Reims, et au roi Sigebert. Grégoire de Tours fait son éloge lorsqu'il écrit: "Après sa mort, sur la dalle en marbre de Paros qui recouvrait son tombeau, un aveugle recouvra la vue; le peuple comprit alors qu'aveuglé jusqu'ici par les séductions du monde, il n'avait pas mérité de reconnaître pleinement combien Félix, de son vivant, avait été l'ami de Dieu"... (Diocèse de Bourges)

Saint Frobert

Martyrologe Romain : À Troyes, vers 667, saint Frobert, fondateur et premier abbé de Moutier-la-Celle

abbé de Moutier-la-Celle (✝ 673)
Moine du Luxeuil, puis abbé de Montier la Celle. "Par son austérité et sa contemplation, il s'éleva au-dessus du monde visible pour entrevoir les secrets du ciel."

Frobert ou Frodobert fut une figure religieuse importante à Troyes. Il semble qu'il y naquit au début du VIIe siècle. Élève à l'école épiscopale Troyenne, il accomplit son premier miracle en rendant la vue à sa mère aveugle. Il fut remarqué par l'évêque Ragnégisile, qui l'envoya parfaire sa formation à l'Abbaye de Luxeuil. Lorsqu'il revint à Troyes, après plusieurs miracles et une dévotion exemplaire, il demanda au Roi Clovis II une parcelle de terre dans les marais de l'Ile Germaine, non loin de Troyes. Avec quelques compagnons, il fonda le monastère de Montier la Celle, sur l'actuelle commune de Saint André les Vergers.  Il mourut vers 670 et fut inhumé dans l'église du monastère. (Source: site du Vieux Troyes)

Fulgentius von ruspe wSaint Fulgence de Ruspe 

 moine, puis évêque de Ruspe, en Tunisie, l’un des grands théologiens du 6ème siècle. Par ses 3 « livres au roi Thrasimond » il réfuta les Ariens ; aussi les Ariens le fouettèrent et l’exilèrent.

Martyrologe Romain : À Ruspe, en Byzacène, l’an 532, saint Fulgence, évêque, qui de procurateur de cette province se fit moine ; ensuite, devenu évêque, il eut beaucoup à souffrir de la part des ariens, au temps de la persécution des Vandales, et fut deux fois exilé en Sardaigne par le roi Thrasamond. Rendu enfin à son peuple, il le nourrit fidèlement de la parole de vérité et de grâce, durant les dernières années de sa vie.

A la lecture des œuvres de saint Augustin, il renonça à une brillante carrière pour embrasser la vie monastique. Devenu plus tard évêque de Ruspe, aujourd'hui Henchir-Sbia en Tunisie, à l'époque de l'arianisme, il fut, pour sa foi en la divinité du Christ, exilé en Sardaigne où il fonda un monastère à Cagliari. Il composa alors de nombreux ouvrages que nous avons encore dans la "Patrologie" éditée par l'abbé Migne (Pères de l'Église). Il y combat les hérétiques ariens, monophysites et pélagiens. Il put revenir à Ruspe, quelques années avant sa mort.

Quelques écrits 

San guglielmo di volpiano

Saint Guillaume de Cluny

Martyrologe Romain : Au monastère de Fécamp en Normandie, le trépas, en 1031, de saint Guillaume, abbé de Saint-Bénigne de Dijon, qui, aux derniers temps de sa vie, gouverna, avec fermeté et prudence, un grand nombre de moines répartis en quarante monastères.

Saint Hugolin

ermite en Ombrie (14ème s.)
Hugolin était un ermite qui menait une vie spirituelle profonde et rigoureuse, il répartissait sa journée entre la prière, le silence et le travail manuel.
Son culte a été confirmé en 1919.

Martyrologe romainÀ Gualdo en Ombrie, au XIVe siècle, le bienheureux Hugolin, qui y mena la vie érémitique

San giuseppe maria tomasi aSaint Joseph-Marie Tomasi

 Italie .  Naissance: 12.04.1649  à Licata (Agrigente - Sicile)
Mort: 01.01.1713  à Rome
Prêtre - Clerc régulier Théatin .  Prêtre en 1665. Recherches sur les manuscrits, surtout liturgiques. Cardinal le 18.05.1712
Béatification: 29.09.1803  à Rome  par Pie VII
Canonisation: 12.10.1986  à Rome  par Jean Paul II

Né en Sicile en 1649, Joseph-Marie Tomasi renonça à tous les avantages que pouvait lui offrir sa noble famille pour embrasser la petitesse évangélique. Il devint clerc régulier théatin. Après de fortes études, notamment dans les langues bibliques, il publia de savants ouvrages, patristiques, bibliques et surtout liturgiques, encore consultés par les spécialistes. C'est lui qui introduisit Saint  Louis Marie grignon de Montfort auprès du Pape Clément XI. Ce Pape, qui admirait le Père Tomasi, l'obligea à accepter le cardinalat. Il mourut huit mois plus tard, le premier janvier 1713.

Martyrologe Romain : À Rome, en 1713, saint Joseph-Marie (Giuseppe Maria) Tomasi, prêtre de l’Ordre des Clercs Réguliers Théatins et cardinal. Désirant ardemment la restauration du culte divin, il consacra presque toute sa vie à étudier et éditer des monuments et des textes anciens de la sainte liturgie, et s’appliqua aussi à faire le catéchisme aux enfants.

Saint Justin

Martyrologe Romain : En Campanie et dans les Abruzzes, commémoraison de saint Justin, évêque, au IVe siècle, célèbre par son zèle pour la défense des chrétiens.

évêque de Chieti-Vasto (4ème s.)
Il est considéré l'évangélisateur de la ville de Chieti, et son premier évêque, en dépit des nombreuses incertitudes quant à la période pendant laquelle il a vécu.

Beato mariano marian konopinski

 Bx Marian Konopińsky

Martyrologe Romain : Au camp de concentration de Dachau en Bavière, en 1943, le bienheureux Marian Konopińsky, prêtre de Poznań et martyr. Déporté de Pologne, il succomba pour le Christ Seigneur aux expérimentations atroces infligées par des médecins du camp.

Saint Mochua Abbé en Irlande (7ème s.)
Abbé en Irlande, il avait quitté le service militaire pour devenir moine. Le fait saillant de sa vie, c'est qu'il construisit la première église en pierre que l'Irlande ait connue

Sant odilone di cluny

Saint Odilon, de Cluny

Martyrologe Romain : À Souvigny en Bourbonnais, en 1049, le trépas de saint Odilon, abbé de Cluny. Sévère pour soi mais doux et miséricordieux pour les autres, il institua la trêve de Dieu entre les belligérants et, en temps de famine, mit tout en œuvre pour soulager les affligés, enfin, il institua le premier en ses monastères la commémoraison de tous les fidèles défunts, le lendemain de la fête deTous les saints.

 Quelques écrits

St oyendSaint Oyend

Martyrologe Romain : Au mont Jou, aujourd’hui Saint-Claude, la commémoraison de saint Oyend, abbé de Condat, qui ne sortit jamais de ce monastère depuis l’âge de six ans jusqu’à sa mort à plus de soixante ans, en 516. Il détruisit par le feu les maisonnettes individuelles pour rassembler les moines dans une seule habitation.

abbé de Condat (✝ 512)
ou Eugend 450-512. 
Abbé de Condat, en Franche-Comté, abbaye fondée par saint Romain et saint Lupicin au Ve siècle. Il y entra à l'âge de sept ans et il y vécut jusqu'à sa mort. Il en fut le quatrième abbé (v. 490-512). Si grande était sa sainteté que la localité prit le nom de Saint-Oyend, puis fut appelée Saint-Claude. 
Selon son biographe: "Il mettait tous ses soins à assigner à chaque moine les fonctions pour lesquelles il le devinait plus particulièrement doué par le Saint Esprit. Dès qu'il avait du temps libre, c'est à la lecture des Saintes Ecritures qu'il vaquait le plus volontiers de jour comme de nuit."

Saint Oyend, abbé, fêté le 9 janvier au diocèse de Saint-Claude (Jura) 

Saint Pierre

martyr (✝ 1776)
Originaire du Péloponèse en Grèce, il fut pendu à Témissis en Asie Mineure pour avoir refusé de baiser le Coran et préféré ainsi le martyre par fidélité au Christ.

Télémaque

 A Rome, en 391,  : il s’élança dans l’arène pour séparer des gladiateurs et fut lui-même lynché par les spectateurs exaspérés. Mais dans la suite l’empereur interdit ces jeux meurtriers et Télémaque fut vénéré comme martyr.

Beato valentino paquay

Bx Valentin Paquay

Martyrologe Romain : À Hasselt en Belgique, l’an 1905, le bienheureux Valentin Paquay, prêtre franciscain, qui donna un bel exemple de charité dans le ministère de réconciliation, de prière dans sa dévotion au Rosaire et d’humilité dans son attachement aux plus petites observances. 

strambi.jpg

Saint Vincent- Marie Strambi

Italie .  Naissance: 01.01.1745  à Civita-Vecchia (Etats Pontificaux)
Mort: 01.01.1824  à Rome (Au Quirinal)
Etat: Evêque - Passionniste ... Evêque de Macerata et Talentino (Marches) en 1800 - Puis confesseur et conseillé du Pape Léon XII . A Naples, en 1824,  disciple et biographe de St Paul de la Croix ; évêque, il refusa de prêter à Napoléon un serment qu’il jugeait schismatique, “préférant obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes"
Béatification: 26.04.1925  à Rome  par Pie XI
Canonisation: 11.06.1950  à Rome  par Pie XII

Evêque de Macerata et Tolentino (✝ 1824)

Biographe de saint Paul de la Croix, le fondateur des Passionnistes, qu'il avait rejoints en 1768.
Né le 1er janvier 1745, à Cititavecchia près de Rome.
En 1773, il devient responsable des étudiants au monastère Saint Jean Saint Paul à Rome.
Bon prédicateur, il écrivit un manuel appelé 'Eloquence sacrée'
Il est dit que juste avant sa mort saint Paul de la Croix lui confia la congrégation.
Recteur en 1780, élu provincial en 1781, il écrivit la vie de saint Paul de la Croix.
Nommé par le pape Pie VII évêque de Macerata et Tolentino le 26 juin 1801.
Malgré le Concordat, Napoléon envahit les états papaux et le pape fut emmené en exil à Fontainebleau en mai 1812.
Vincent et les autres évêques refusèrent de prêter allégeance à l'Empereur et s'exila de ses diocèses. Après la signature du traité de Vienne, il rejoint Rome et fut conseiller du pape Léon XII qui succéda à Pie VII.
Il mourut le 1er janvier 1824, fut canonisé en 1950.

 

San sigismondo zygmunt gorazdowski a

Saint Zygmunt Gorazdowski

Pays: Ukraine
Naissance: 01.11.1845  à Sanok
Mort: 01.01.1920  à Lviv
Prêtre - Fondateur  .  Prêtre le 21 juillet 1871 à Lviv. Activités caritatives et catéchétiques. Publications diverses et fondations. Le 17.02.1884 il fonde le Sœurs de la Miséricorde de Saint-Joseph.
Béatification: 26.06.2001  à Lviv  par Jean Paul II

fondateur de la congrégation des Sœurs de la Miséricorde de Saint-Joseph (✝ 1920)

prêtre diocésain polonais (1845-1920) "authentique perle du clergé latin de Lviv" il était connu comme le 'Père des gueux' et le 'Père des Pauvres'.
béatifié le 26 juin 2001 à Lviv par Jean Paul II - Canonisé le 23 octobre 2005 à Rome par Benoît XVI.

Santa zdislava

Sainte ZDISLAVA DE LEMBERK

 Zdislava  ZDISLAVA DE LEMBERK
Pays: Bohême
Naissance: 1220  (Moravie)
Mort: 1252
Laïque - Mère de 4 enfants - Tertiaire dominicaine
Béatification: 1908  à Rome  par Pie X
Canonisation: 21.05.1995  à Olomouc (Tchéquie - Moravie)  par Jean Paul II

Zdislava de Lemberk (vers 1220 - 1252) naquit en Moravie et vécut en Bohême du Nord. Elle fut tertiaire dominicaine dont elle a pratiqué la spiritualité avec ardeur. Elle fut un modèle de charité tant dans sa famille (elle eut 4 enfants) qu'envers les pauvres et spécialement au chevet des malades, si bien qu'on l'appelle encore la "guérisseuse". Sa figure est restée très populaire en Bohême et au-delà où beaucoup de filles et même de garçons portent son nom. "Son exemple apparaît éminemment actuel surtout par rapport à la valeur de la famille qui, comme elle nous l'enseigne, doit être ouverte à Dieu, au don de la vie et aux besoins des pauvres." (Jean Paul II)

Martyrologe Romain : À Jablonné en Bohème, l’an 1252, sainte Zdislava, mère de famille, qui fut d’un grand secours aux affligés. « Son exemple apparaît éminemment actuel surtout par rapport à la valeur de la famille qui, comme elle nous l'enseigne, doit être ouverte à Dieu, au don de la vie et aux besoins des pauvres. » (Jean Paul II)

Beati martiri dei pontoni di rochefort

Bx Jean et René Légo

Martyrologe Romain : À Avrillé près d’Angers, en 1794, les bienheureux frèresJean et René Légo, prêtres et martyrs, qui, durant la Révolution française, furent guillotinés pour avoir refusé de prêter le serment impie imposé au clergé.

prêtres et martyrs (✝ 1794)

Originaires de La Flèche dans la Sarthe, nés en 1764 et 1766, frères prêtres morts guillotinés pendant la révolution française le 1er janvier 1794.
"En 1793, la levée de 300 000 hommes provoque un soulèvement dans tout le quart sud-ouest du diocèse, qui s’embrase et conduit une véritable guerre: la guerre de Vendée. Soulevés pour défendre leurs prêtres, les Vendéens sont entraînés dans un mouvement meurtrier qui est écrasé fin 1793. La répression continue en 1794. Parmi les nombreuses victimes, l’Eglise honorera ceux qui sont morts pour leur foi, comme Noël Pinot, prêtre angevin guillotiné en 1794, et les 99 martyrs béatifiés en 1984."  (source: diocèse d'Angers - histoire)

Saints Méduin et Eluan (✝ 198)
Ils auraient été tous deux disciples de Joseph d'Arimathie. Ce qui n'est pas prouvé, mais il est plus certain que, avec saint Fugace et saint Damien, ils furent parmi les premiers évangélisateurs de la Bretagne

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 2019-01-01