23 janvier

 Saint Amasius

Martyrologe Romain : À Teano en Campanie, commémoraison de saint Amasius, évêque, vers 356.

évêque de Teano (✝ v. 356)

2ème évêque de Teano en Italie à l'ouest de Capoue.
De nationalité grecque, après avoir exercé pendant quelque temps les fonctions apostoliques, au péril même de sa vie, il fut élu évêque de Teano par le clergé et par le peuple et sacré à Rome par le pape Jules vers 346. Il se rendit célèbre non seulement dans son église mais aussi dans plusieurs autres lieux d'Italie par sa sainteté et ses miracles et les conversions qu'il faisait. Il mourut au temps du pape Libère et de l'empereur Constantin après 355.

Saint André Chong (TyongHwa-gyong

Martyrologe Romain : À Séoul en Corée, l’an 1840, saint André Chong (TyongHwa-gyong, catéchiste et martyr. Il prêta son aide à l’évêque saint Laurent Imbert, fit de sa maison le refuge des chrétiens, et pour cela fut souvent battu de coups et enfin étranglé en prison.

Saint Clément d'Ancyre

Martyr (✝ 309)

Originaire de la Galatie, en Asie Mineure, il devint évêque d'Ancyre (Ankara). Arrêté, il connut de très cruelles tortures d'abord à Nicomédie, puis à Ancyre où on l'avait transféré. Il resta de longues années incarcéré avec plusieurs autres chrétiens. Il put toutefois célébrer la sainte Messe. Un jour, pendant qu'il officiait, ses bourreaux le décapitèrent

Saint Denys de l'Olympe

Ermite au mont Olympe (✝ 1541)
Ses parents étaient de modestes villageois en Thessalie. Il se rendit aux monastères des Météores puis à l'Athos pour y mener une vie "plus céleste que terrestre". Pour échapper à la demande des habitants de Bérée qui le voulaient comme évêque, il se retira sur le mont Olympe, l'antique demeure des dieux grecs. Il y habita une grotte, où quelques disciples vinrent le rejoindre, il commença la fondation du Monastère de la Sainte-Trinité sur l'Olympe et, après de longues années de prière, il s'endormit dans la paix du Seigneur.

Ferrata stoning of st emerenzianaSainte Emérentienne

 A Rome, au 4e siècle,  vierge et martyre : elle serait une amie de Ste Agnès, que des païens lapidèrent alors qu’elle priait près de son tombeau

Le troisième jour n’est pas écoulé depuis le martyre de sainte Agnès. Son amie et sœur de lait, Émérentienne, s’en est allée prier et pleurer sur a tombe. Elle est encore catéchumène, mais son cœur est déjà au Christ par la foi et par le désir.Tandis que la jeune fille épanche ses regrets et son admiration sur la tombe d’Agnès, des païens surviennent ; insultant à sa douleur, ils veulent troubler ces hommages rendus à leur victime. Émérentienne se tourne vers les barbares et, confessant Jésus-Christ, maudissant les idoles, leur reproche l’atroce cruauté dont l’innocente Agnès est tombée victime. La férocité païenne s’indigne dans les cœurs de ces hommes asservis au culte de Satan, et à peine la jeune fille a cessé de parler, qu’elle est lapidée à mort et  baptisée dans son propre sang.

Saint Elie

Jardinier en Egypte (✝ 305)
ou Eunuche, jardinier en Egypte, il fut martyrisé pour sa fidélité au Christ.

Saint Eusèbe

Ascète en Syrie qui vécut non loin d'Antioche (5ème s.)

Il lisait sans cesse les saintes Ecritures afin de garder son esprit attentif à la Parole de Dieu. On dit de lui qu'il ne voulait pas voir d'autre chose que le sol du chemin qui le conduisait de son ermitage à l'église où il se rendait pour les divines liturgies. Afin de se contraindre à avoir sans cesse les yeux baissés, il chargea sa nuque d'une lourde chaîne qu'il tira attachée à sa ceinture.

Saint Gennade de Kostroma

Moine à Komelsk puis à Kostroma (✝ 1565)
ou Grégoire. 
Fils de nobles lithuaniens orthodoxes, il s'enfuit de la maison familiale pour rejoindre la Russie, ne voulant pas vivre dans un pays catholique. Il fut d'abord moine à Komelsk puis à Kostroma. Le tsar Ivan le Terrible lui-même lui portait une grande vénération.

Sant ildefonso idelfonso da toledo aSaint Ildefonse (ou Alonso)

En 667, évêque de Tolède, auteur d’un ouvrage sur la perpétuelle virginité de Marie, “contre Jovinien, Helvidius et un juif”. On trouve sous sa plume cette prière : “Je t’en prie, Vierge Sainte, que l’Esprit m’obtienne de posséder Jésus, cet Esprit qui T’obtint d’enfanter Jésus”.

Martyrologe Romain : À Tolède en Espagne, saint Ildefonse, évêque. Moine et supérieur de son couvent, il fut élu évêque et écrivit de nombreux ouvrages dans un style très élégant et honora la bienheureuse Marie Mère de Dieu et toujours Vierge avec un admirable zèle de dévotion.

Saint Jean l’Aumônier

Au 7e siècle, le St Patriarche d’ Alexandrie ,“la charité faite homme”, ainsi surnommé parce qu’il fit recenser, pour leur venir en aide, les 7500 pauvres de sa ville épiscopale.

Patriarche d'Alexandrie (✝ 636)
Originaire de l'île de Chypre, cet ancien fonctionnaire impérial n'était plus très jeune quand il devint patriarche d'Alexandrie. Dès son arrivée, il recensa les pauvres et les sans domicile fixe. Et c'est ainsi que 7.500 pauvres chaque jour furent secourus par l'Eglise d'Alexandrie. Un jour qu'il voyait ses fidèles quitter l'office avant qu'il soit terminé, il partit les rejoindre, avec ses ornements liturgiques, en leur disant avec humour: "Je dois partir à la recherche des brebis égarées." Chassé par l'invasion perse de 619, il se réfugia dans son île natale et y mourut quelques mois plus tard. On rattache à la forme de son apostolat l'origine de "l'Ordre religieux et militaire des hospitaliers de saint Jean", appelés par la suite les chevaliers de Malte.

Martyrologe romain
Fête le 23 janvier en Occident, le 11 novembre en Orient.
Célèbre par sa miséricorde envers les pauvres : rempli de charité pour tous, il prit soin de faire construire des églises, des hospices et des orphelinats et s’efforça, avec la plus grande sollicitude, de soulager toute misère de la cité, rassemblant dans ce but les biens de l’Église et exhortant sans relâche les riches à faire preuve de bienfaisance envers les pauvres.

Saint Laouenan

Saint breton (6ème s.)

Saint breton, compagnon de saint Tugdual et de saint Pol, il évangélisa l'Armorique. Il est le patron de la paroisse de Treflaouenan-29225 du diocèse de Quimper. Il est fêté en Bretagne le 23 janvier

Saint Macaire

higoumène et apôtre du bocage vendéen (5ème s.)
La ville de Saint-Macaire-en-Mauges doit son nom actuel au moine Macaire, chargé d'évangéliser la contrée.

Saint Mainboeuf.

Martyrologe Romain : À Dompierre sur le territoire de Besançon, au IXe siècle, saint Mainboeuf. Irlandais d’origine, il se fit pèlerin et ermite et fut, dit-on, tué par des brigands.

Beata marianna barbara cope di molokai aBse Marianne Cope de Molokai

« religieuse exemplaire, au cœur extraordinaire »

Saint Parménas

Diacre de Jérusalem, martyr (1er s.)
L'un des sept premiers diacres, avec saint Etienne. Il fut arrêté à Philippes en Macédoine et reçut la couronne du martyre.

Saint Salaman le silencieux

ermite en Palestine (✝ v. 400)

Salomon (ou Salaman) le Silencieux ou l’hésychaste 
"Saint Salaman vint au monde dans un lieu nommé Capersane sur les bords de l'Euphrate. Dès qu'il eût fait dessein de tendre à la perfection chrétienne, il choisit la vie solitaire, mais la pratiqua d'une manière dont nul autre ne s'était encore avisé car il joignit à la solitude un silence qu'il ne rompit jamais... L'Évêque du Diocèse instruit des merveilles de sa vie, résolut de lui conférer le Sacerdoce, il fit faire une ouverture à sa demeure pour y entrer. Il entretint longtemps le Saint sur les faveurs particulières que Dieu lui accordait; mais n'ayant pu tirer de lui une seule parole, il sortit et fit reboucher l'ouverture. Au bout de quelque temps, les habitants du bourg où il était né passèrent l'Euphrate et vinrent percer sa maison pour l'enlever. Il ne leur dit rien et, sans leur témoigner ni joie ni répugnance, il se laissa enlever et conduire de l'autre côté; on lui bâtit un logement semblable à celui qu'il avait quitté, on l'y mena et on l'y enferma. Il continua d'y vivre dans un aussi grand silence qu'auparavant." 
(source: Les Vies des S.S. Pères des déserts et saintes solitaires d'Orient et d'Occident par Joseph François)

Saints Sévérien et Aquila

Martyrologe Romain : À Césarée de Maurétanie, en 303 ou 305, les saints martyrs Sévérien et Aquila, époux, jetés dans les flammes pendant la persécution de Dioclétien.

martyrs à Césarée (✝ v. 303)
L'éclat que donnèrent à Césarée les triomphes de ses martyrs, à l'époque chrétienne, augmenta encore sa gloire. Elle était, en effet, la patrie du martyr Arcade, dont Zenon, évêque de Vérone, originaire aussi probablement de Césarée, a fait l'éloge, et encore de Sévérien et Aquila, dont le martyre est consigné dans les Fastes de l'Église et dont les tombeaux se trouvaient là sans doute.
(source: Géographie de l'Afrique chrétienne )

Santi clemente ed agatangeloSaints Clément et Agathange.

Martyrologe Romain : À Ancyre en Galatie, les saints martyrs Clément, évêque, etAgathange.

Martyr (✝ 309) Originaire de la Galatie, en Asie Mineure, il devint évêque d'Ancyre (Ankara). Arrêté, il connut de très cruelles tortures d'abord à Nicomédie, puis à Ancyre où on l'avait transféré. Il resta de longues années incarcéré avec plusieurs autres chrétiens. Il put toutefois célébrer la sainte Messe. Un jour, pendant qu'il officiait, ses bourreaux le décapitèrent.

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 2020-01-20