08 mars

Saints Apollonius 
et 
Philémon

(+ 287)ou Apollon. Martyr à Antinoé en Égypte, avec Saint Philémon . Saint Arien qui exerçait les fonctions de juge à Antinoë fut témoin de la constance des chrétiens qu’il venait de condamner et il se convertit. On les conduisit ensemble à Alexandrie pour être noyés en mer.. 

Martyrologe Romain : À Antinoé en Égypte, l’an 287, les saints Apollonius et Philémon, martyrs

SAINT ARIEN

(+ 311)saint Philémon et saint Apollone, martyrs. Il exerçait les fonctions de juge à Antinoë en Egypte, quand, témoin de la constance des chrétiens qu’il venait de condamner, il se convertit. On les conduisit ensemble à Alexandrie pour être noyés en mer. 

SAINT DUTHAC

I(+ 1065)rlandais, il passa la mer, comme tant d’autres de ses compatriotes, et devint évêque de Ross en Ecosse où de nombreuses localités portent son nom, comme la ville de Kilduthie. Il est aussi chargé de nombreuses légendes. 

Martyrologe Romain : À Tayne en Écosse, vers 1065, la mise au tombeau de saint Duthac, évêque de Ross.

SAINT EDUARD KING

(+ 1910)Nous fêtons avec la Communion anglicane cet évêque de Lincoln qui mena une remarquable action pastorale. 

Saint Etienne d'Obazine

 Au diocèse de Tulle, en 1154,  ; fondateur et abbé du monastère d’Obazine. Il s’était retiré, avec Pierre son compagnon, dans la solitude ; quelques disciples se joignirent à lui pour partager sa vie austère et sa joie : il ne leur donna pas de Règle... son exemple suffisait. Attiré par les Chartreux, Etienne consulta Guigues, qui lui conseilla plutôt la vie cénobitique. Il sollicita alors l’affiliation de ses monastères à l’Ordre de Cîteaux.

Martyrologe Romain : À Aubazine (Obazine), dans le Limousin, en 1159, saint Etienne en fut le premier abbé de ce lieu. En quête de Dieu, il hésita entre la vie d’ermite, de chanoine et de moine. Il proposa à ses disciples de vivre en commun l’idéal du désert. Il établit, par la suite, ses communautés sous la dépendance de Citeaux qui, à la même époque, garantissait ce genre d’observance et s’agrégea à l’Ordre cistercien avec les trois monastères qu’il avait fondés.

Beato faustino miguezBx Faustin MIGUEZ

Espagne . Naissance: 1831
Mort: 08.03.1925
Etat: Prêtre scolope, fondateur de l'Institut Calasanziano des filles de la Divine Providence.
Le Père Faustino Miguez, prêtre scolope (de Scholæ piæ, Écoles pies, fondées par Saint Joseph de Calasanz) naquit en 1831. Renonçant à ses propres ambitions, il suivit Jésus, le Maître, et consacra sa vie à l'éducation des enfants et des jeunes selon le style de Saint Joseph de Calasanz. En tant qu'éducateur, son objectif fut la formation intégrale de la personne. En tant que prêtre, il rechercha inlassablement la sainteté des âmes. En tant que scientifique, il voulut apporter un soulagement à la maladie, en libérant l'humanité qui souffrait dans son corps. A l'école et dans la rue, au confessionnal et dans son laboratoire, le Père Faustino fut toujours la clarté de Dieu qui accueille, pardonne et anime. "Homme du peuple et pour le peuple", rien ni personne ne lui fut étranger. C'est pourquoi il prit en considération la situation d'ignorance et de marginalité dans laquelle vivait la femme, qu'il considérait comme "l'âme de la famille et la partie la plus intéressante de la société". Dans le but de les guider, dès leur enfance, sur le chemin de la promotion humaine et chrétienne, il fonda l'"Instituto Calasancio de Hijas de la Divina Pastora" (Institut calasancien des filles de la divine Providence) pour l'éducation des jeunes filles dans la piété et l'instruction. Il mourut en 1925, laissant un exemple lumineux, mêlé de prière, d'étude et d'apostolat.
Béatification: 25.10.1998  à Rome  par Jean Paul II

Martyrologe Romain : À Getafe près de Madrid, en 1925, le bienheureux Faustin Miguez, prêtre des Clercs réguliers des écoles religieuses, qui se donna tout entier à sa charge d’enseignant, avec une activité pastorale qui lui valut d’être reconnu comme maître et expert, et il fonda la « Congrégation des Filles de Calasanz ».

San felice di dunwichSAINT FELIX

(+ 646)Un saint prêtre de Bourgogne qui convertit Sigebert, un roi des Angles qui avait été obligé de s’exiler un temps pour échapper à des usurpateurs familiaux. Quand le roi retourna en Angleterre, il emmena avec lui saint Félix et en fit un évêque dans le Suffolk. Évêque, il fixa son siège à Dumnoc (aujourd'hui Dunwich) et il y fonda des églises, des monastères et des écoles, avec l’appui du roi Sigebert

Martyrologe Romain : À Dumnoc (aujourd’hui Dunwich) en Angleterre, vers 646, saint Félix, évêque. Originaire de Bourgogne, il vint en Angleterre évangéliser les Angles orientaux. Ordonné évêque, il fixa son siège à Dumnoc et fonda des églises, des monastères et des écoles, avec l’appui du roi Sigebert.

SAINT HUMFROY

(+ 871)ou Hunfrid. Originaire de la région de Prüm en Allemagne, il fut évêque de Thérouanne en France et gouverna en même temps l’abbaye de Saint-Bertin. Il fut chassé de sa ville épiscopale par les invasions normandes. Après bien des hésitations, il n’abandonna pas sa charge et nous le retrouvons au concile d’Aix-la-Chapelle. Nous avons de lui une lettre au pape Nicolas I. Il est l’un des premiers évêques à avoir donné grande solennité à la fête de l’Assomption de la Vierge Marie. Le diocèse d'Arras fait mémoire de lui aujourd'hui

Martyrologe Romain : Au pays des Morins, en 871, saint Humfroy, évêque de Thérouanne. Quand sa ville fut détruite par les Normands, il devint un soutien et une consolation pour son troupeau.

SAINT HUNON

 (+ 690)Un saint moine anglais qui assista l’abbesse du monastère d’Ely, sainte Etheldrède, dans ses derniers moments. Vers la fin de sa vie, il se retira dans un ermitage des Fens. 

Bx Jean D’AVILA

 

(+ 1569)Dès l’âge de quatorze ans, il se distingue par sa maturité intellectuelle. A Salamanque, ses études universitaires furent des plus brillantes, d’autant qu’il avait grande facilité à exprimer le sens exact de sa pensée. Il vivait une vie chrétienne profonde. Quand il perdit son père et sa mère, il se sentit libre de s’orienter vers la sacerdoce après avoir vendu la majeure partie de ses biens pour les plus pauvres. Ses prédications à Tolède attirait les foules et, parmi ceux dont il marqua définitivement la vie, nous pouvons mentionner saint Jean de Dieu, saint François Borgia, sainte Thérèse d’Avila. Il insistait sur la nécessité de bien se connaître et bien connaître Dieu. Il fut l’un des maîtres spirituels de son temps et ses lettres sont encore d’actualité. Accusé de rigorisme, il connut même, un temps, les rigueurs des prisons de l’Inquisition. Lorsque son innocence fut reconnue, il remercia les juges d’avoir voulu le perdre et ainsi de lui avoir fait partager un temps la vie du Divin crucifié. 

0308jean2Saint Jean de Dieu

 En 1550, St Jean de Dieu. Il était né au Portugal et vécut en Espagne. Il fut berger, soldat combattant les Français et aussi les Turcs devant Vienne. Il passa en Afrique pour convertir les Maures. Il était à Grenade, colporteur d’articles de piété, quand un sermon de St Jean d’Avila provoqua une conversion à ce point spectaculaire qu’on l’enferma comme fou. Les “soins” qu’il subit alors l’amenèrent à vouer sa vie au soin plus humain des malades. Il fonda les Frères Hospitaliers. Il est le patron des infirmes et des infirmiers.

 Ecrits de Saint Jean de Dieu

Saint Julien de Tolède

 (+ 690) - Primat d‘Espagne, il présida deux importants conciles nationaux et s‘appliqua à restaurer la liturgie mozarabe. Écrivain, il fut l‘un des plus grands chefs spirituels de l‘Église espagnole de son temps

SAINT LAZARE DE MOURMANSK

(+ 1391)L’Eglise russe fait mémoire de ce saint higoumène qui dirigea avec douceur et patience le monastère de Mourmansk dans le Grand Nord russe. 

SAINT LITFRED

(+ 874)ou Liutfroid, évêque à Pavie en Lombardie. 

Martyrologe Romain : À Pavie en Lombardie, l’an 874, saint Litfred, évêque.

SAINT OGMOND

(+ 1121)Evêque de Holar en Islande, il en est l’un des premiers évangélisateurs. Il a été canonisé en 1201. 

SAINT PAUL

(+ 843)Evêque de Plousias en Bithynie, il était peiné de voir que les hérétiques iconoclastes renversaient les saintes icônes dans les églises pour les remplacer par des décorations végétales. Il le leur reprochait par des discours enflammés, ce qui le fit exiler dans la région de l’Olympe où il endura cette peine avec patience jusqu’à sa mort. 

Bx PIERRE HENRI DORIE

(+ 1866)Originaire de Saint-Hilaire-de-Talmont, il fit ses premièrs études aux Sables d'Olonne en Vendée, entra au grand séminiaire de Luçon, mais il était attiré par les missions lointaines. C'est pourquoi, en 1862, il entra au séminaire des Missions Etrangères de Paris et fut envoyé en Corée. Il arrive à Séoul le 27 mai 1865 et quelques mois plus tard le 28 février 1866, il fut arrêté par la police coréenne qui recherchait les missionnaires entrés en fraude. Arrêté à Sai-Nam-Hte, puis torturé, il fut décapité avec deux évêques de la province, Siméon Berneux, des prêtres de la Société des Missions Étrangères de Paris, Just Ranfer de Bretenières, Louis Beaulieu, et dix-sept coréens. On fait aujourd'hui mémoire de Pierre Henri Dorie dans le diocèse de Luçon en Vendée

SAINT PONCE

(+ 262)Confesseur. Diacre de saint Cyprien, il accompagna son évêque en exil et l’assista dans son martyre. Il laissa un excellent ouvrage sur la vie et la passion de son évêque. 

Martyrologe Romain : Commémoraison de saint Ponce, qui au IIIe siècle fut diacre de saint Cyprien à Carthage, l’accompagna dans son exil jusqu’à sa mort et laissa un excellent ouvrage sur la vie et la passion de son évêque.

SAINT PROVIN

(+ 420)Originaire de la Gaule cisalpine, il devint le disciple de saint Ambroise, évêque de Milan. Il fut ensuite nommé coadjuteur de saint Félix, l’évêque de Côme, à qui il succéda en 391. Il préserva son Église de l'hérésie arienne

Martyrologe Romain : À Côme en Lombardie, vers 420, saint Provin, évêque. Fidèle disciple de saint Ambroise, il préserva son Église de l’hérésie arienne.

SAINT RHIAN

( ?)Probablement un moine, peut-être même un abbé dont le nom s’est attaché à une localité du Pays de Galles, Llanrhian, en Dyfed. C’est tout ce que nous savons de lui. 

San senanoSAINT SENAN

(6ème s.)Abbé du monastère de l’île de Carthaig (Scattery) sur l'estuaire du Shannon où il fut enterré. Il avait fondé le monastère de Enniscorthy. On dit qu'il s'en fut quelque temps à Rome puis qu'il demeura au Pays de Galles avec saint Daviden Irlande.

Martyrologe Romain : Dans l’île de Carthaig en Irlande, au VIe siècle, saint Senan, abbé.

SimeonberneuxBx Siméon François Berneux

 du diocèse du Mans, prêtre des Missions Étrangères de Paris, et vicaire apostolique en Corée où il fut martyrisé en 1866 avec d’autres chrétiens.

San teofilatto di nicomediaSaint Théophilacte

Martyrologe Romain : À Nicomédie en Bithynie, vers 840, saint Théophilacte, évêque, qui fut exilé à cause du culte des saintes images et mourut à Strobile, en Carie.

SAINT VEREMOND

 (+ 1092)Originaire de la Navarre, il entra au monastère Notre-Dame d’Hirache et sous son abbatiat, cette abbaye devint l’une des plus importantes du royaume. Conseiller des rois de Navarre, il réussit à convaincre le Saint-Siège de ne pas supprimer la liturgie mozarabe. Il fut aussi un grand ami des pauvres. 

Martyrologe Romain : En Navarre, vers 1095, saint Vérémond, abbé d’Hyracha. Moine depuis l’enfance, il stimula ses moines par son exemple, ses jeûnes et ses veilles, au zèle de la perfection.

Beato vincenzo kadlubek aBx Vincent Kadlubek, 

 En Pologne, évêque de Cracovie. Artisan de paix, il fut aussi l’auteur de la première “Chronique de la Nation Polonaise”. Malgré les supplications de ses fidèles, il se démit de sa charge pour gagner, pieds nus, le monastère cistercien de Jedrzejow. Il y mourut en 1223, après cinq ans de vie monastique.

Martyrologe Romain : Au monastère de Jedrzejow en Pologne, l’an 1223, le trépas dubienheureux Vincent Kadlubek, évêque de Cracovie, qui s’était démis de son siège pSaint our mener la vie monastique.

Saints Martyrs de Corée

Stjustdebreteniere1Saint Just de la Bretenière

(19ème s.) - Nous fêtons ces martyrs estimés à 10 000 qui, entre 1839 et 1866, donnèrent leur vie en témoignage de la foi au Christ. 103 furent canonisés par Jean-Paul II.

Dont saint just de la Bretenière 

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 2019-03-05