29 mars

Jonas et Bar-Achis

 

En Perse, vers 330,  Saints moines , frères de sang, de cellule et de martyre au temps du roi Sapor. “Vaut-il mieux, disait Jonas, garder son blé à l’abri, au grenier, ou le semer à pleine main, le cœur content, pour en tirer grande moisson ? ”

Armogaste et Saturus

En 461 les saints Armogaste et Saturus, officiers supérieurs au service du roi arien Théodoric, ils furent torturés mais non tués, "de peur que les Romains ne les vénèrent comme martyrs"

santa-gladys-gwladys.jpg Sainte Gladys

(5ème s.) - Une des nombreuses reines des petits royaumes du pays de Galles. Sa fidélité conjugale laissa longtemps à désirer. Quand elle devint veuve, elle se fit ermite pour expier ses fautes. Dieu pardonne, sainte Gladys en fit l‘action de grâce par une vie toute donnée.

Saint Aule

(6ème s.) évêque de Viviers dans la vallée du Rhône. L‘époque était douloureuse. Les armées indisciplinées des généraux francs dévastaient le pays sous le prétexte de combattre les barbares Wisigoths. La peste fit ses ravages en 590. Saint Aule fut de ces évêques qui aidèrent leur peuple dans ces périodes difficiles. Sur les terres de l‘Église, il supprima totalement l‘esclavage. Ce qui était peu courant à l‘époque

diadoque-de-photicee.jpgSaint Diadoque de Photicée

 (5ème s.) - Il vivait en Épire (Grèce) peu après le concile de Chalcédoine et eut à combattre non seulement le monophysisme mais aussi certaines déviations gnostiques. Il écrivit pour cela le livre des "Cent chapitres gnostiques" où il souligne que les expériences de la grâce que procure la prière ne sont que l‘expression de la grâce du Baptême accomplie dans sa participation à la vie de l‘Église et non pas le simple résultat de notre dévotion, fut-ce à l‘égard du Saint Esprit.

675828eustasedeluxeuil.jpgEustase de Luxeuil

Au monastère de Luxeuil, au 7e siècle,  abbé, disciple de St Colomban et son successeur. Il travailla à perfectionner les quelque 600 moines qui étaient sous sa houlette.

SAINTE DIEMODE

(+ 1130) Religieuse bénédictine au monastère de Wessenbrunn en Bavière, elle vécut solitaire hors de son couvent, consacrant son temps à la copie des manuscrits dont certains existent toujours.

st-etienne-ix.jpgSAINT ETIENNE IX

(+ 1058) Pape. Moine du Mont-Cassin, il en sera l’abbé avant de devenir pape. Son pontificat fut très bref, huit mois, mais il fut très vigoureux dans sa lutte contre les abus qui entouraient la cour romaine.

SAINT EUSTASE

(3ème s.)Évêque de Naples. 

SAINT GONLAY

(+ 500)ou Gnundlée. Originaire du Pays de Galles, il vint en Bretagne armoricaine. On sait de lui qu’il fut un bon époux et un bon père de famille. Une localité conserve son patronage : Saint-Gonlay-35750.

SAINT GUILLAUME TEMPIER

(+ 1197)Chanoine régulier de Saint Hilaire de Celle à Poitiers, il devint évêque de cette ville. Il défendit avec prudence et fermeté les droits et les libertés de son Église contre les nobles, et corrigea les mœurs, offrant lui-même un exemple de vie très vertueuse

BIENHEUREUX HUGUES

(+ 1236)Confesseur. Doyen de l’Eglise de Cambrai, il voulut s’ensevelir dans le monastère cistercien de Vaucelles. Il édifia longtemps la communauté par ses pieux exemples

beati-martiri-di-inghilterra-galles-e-scozia-a.jpgBIENHEUREUX JEAN HAMBLEY

(+ 1587)Prêtre et martyr, à Salisbury en Angleterre, sous la reine Élisabeth Ière,un jour inconnu de ce mois aux environs de la Pâque du Seigneur. A cause de son sacerdoce de prêtre catholique romain, il fut livré aux supplices du gibet, communiant ainsi aux souffrances du Christ

787356ludolphederatzebourg.jpgSAINT LUDOLPHE

(+ 1250)Religieux de l’Ordre des Prémontrés, il devint évêque de Ratzbourg en Allemagne. Il soutint une longue lutte pour la liberté de son Église contre les prétentions du duc Albert de Saxe, qui le fit jeter dans un cachot infect. Il eut le corps si épuisé par les mauvais traitements subis qu’à peine remis en liberté, il quitta ce monde, à Wismar en Saxe. Il est considéré comme un martyr.

san-marco-di-aretusa.jpgSAINT MARC

(+ 364) et plusieurs autres martyrs en Terre Sainte. Marc se laissa d’abord entraîner dans les rangs des évêques qui acceptèrent l’arianisme, cherchant d’abord un compromis avec la foi orthodoxe. Quand il s’aperçut que c’était impossible, il rejoignit la doctrine des saints Conciles. Lors de la persécution de Julien l’Apostat, il la fuya pour ne pas s’exposer sans nécessité. Lorsqu’il apprit que des fidèles de son Eglise étaient soumis à la torture, il se livra aux païens. Sans respect pour le vieillard qu’il était, il fut livré à des enfants qui, pour s’amuser, le mirent à nu, l’enduisirent de saumure et de miel, l’enfermèrent dans une cage suspendue, exposé aux ardeurs du soleil et aux dards des guêpes. Finalement vaincus par son endurance, ses tortionnaires le libérèrent et il mourut en paix quelques années plus tard, salué par saint Grégoire de Nazianze comme un homme remarquable et un très savant vieillard.

img2468-grand-jpg0004.jpgSAINT PASTEUR

(4ème s.)et ses compagnons, martyrs en Orient durant la persécution de Dioclétien.

beata-paola-gambara-costa-c.jpgBIENHEUREUSE PAULE GAMBARA-COSTA

 (+ 1515)Elle appartenait à la noblesse de Brescia dans le nord de l'Italie. Mariée à 12 ans à Louis Costa, comte de Benasco, elle connut une vie conjugale pénible avec un mari qui la frappait dans ses colères et qui était infidèle à son égard. Il lui reprochait ses oeuvres de charité. Elle répondit à ces persécutions par une patience héroïque et la prière continuelle. Puis, un beau jour, la grâce de Dieu exauça les prières de l'épouse et Louis Costa, comte de Benasco se repentit de ses désordres. il fut alors un époux paisible, modèle et plein de tendresse pour sa femme

lulle.gifBIENHEUREUX RAYMOND LULLE

(+ 1315)Ce franciscain surnommé le "docteur illuminé" était originaire de l’île de Majorque et se livra à des études très approfondies : philosophie arabe, médecine, chimie et théologie. Son savoir était encyclopédique. Il encourageait l’étude de la religion musulmane et de la culture orientale. Il avait aussi quelques connaissances alchimiques. Il fit plusieurs missions en Afrique, dont trois à Tunis, pour annoncer l’Evangile aux Infidèles barbaresques dont il connaissait bien la langue. Une tradition incontrôlée le fait mourir lapidé à Bougie en Algérie.

Berthold

beato-bertoldo.jpg

 Né à Limoges, il suivit les Croisés en Orient, et se retira au Mont Carmel. Devenu prieur des religieux qui demeuraient en ce lieu, il leur donna une nouvelle Règle ; il plaça la communauté sous la protection de la Vierge Marie, et dédia l’église du monastère au prophète Élie. Il est considéré comme le fondateur des Carmes au 12e siècle.

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 2019-03-26