03 avril

san-riccardo-di-chichester.jpgSaint Richard de Chichester.

Au 13ème siècle, St Richard, évêque de Chichester. Comme beaucoup d’évêques anglais de cette époque, il eut bien des difficultés avec le pouvoir royal ; il dut notamment se défendre contre la rapacité du roi Henri III.

sixte-1er.jpgSixte 1er, pape

 A Rome, vers 126,  Pape pendant 10 ans : peut-être serait-il mort martyr ? 

Irène, Kionia, et Agapé,

En 304, à Salonique,  vierges  soeurs par le sang, brûlées vives pour avoir gardé la Bible chez elles et refusé de livrer leurs “complices“

Fare

Au diocèse de Meaux, en 657,, fondatrice et première abbesse de Faremoutiers : elle était soeur de St Faron, le plus célèbre des évêques de Meaux, avant Bossuet.

SAINT CHRESTUS et saint Pappus,

(4ème s.) martyrs à Tomes dans le Pays des Scythes. 

BIENHEUREUX GANDOLPHE DE BINASCO

(+ 1260)Il entra dans l’Ordre des Mineurs du vivant même de saint François. Il vécut en grande austérité dans la solitude, sauf pour aller prêcher la parole de Dieu aux populations des alentours de Polizzi en Sicile.

SAINT JEAN DE NAPLES

(+432)Évêque de Naples, il mourut la nuit sainte de Pâques, en célébrant les saints mystères, et fut mis au tombeau le jour solennel de la Résurrection du Seigneur, accompagné de la foule des fidèles et des néophytes. C'est lui qui transféra le corps de saint Janvier de Pouzzoles à Naples.

BIENHEUREUX JEAN DE PENNA

(+ 1270)Prêtre originaire de Penna en Italie, il fut l'un des premiers compagnons de saint François, qui l’envoya dans la région de Narbonne, où il fonda plusieurs maisons religieuses. Sa vie est décrite dans les Fioretti de saint François. Son culte fut approuvé par le pape Pie VII.

san-giuseppe-l-innografo-a.jpg

SAINT JOSEPH L’HYMNOGRAPHE

(+ 886)Originaire de Sicile, il s’enfuit avec sa famille en Grèce, dans la Péloponnèse, pour échapper aux invasions arabes. Il avait quinze ans. Il partit alors pour Thessalonique et devint moine au monastère de Latomos. Au temps des persécutions iconoclastes, il fut envoyé à Rome auprès du Pape Grégoire IV pour l’informer de la situation et obtenir l’appui de l’Eglise d’Occident. Capturé en route par des pirates arabes, il fut condamné au carcan. Il ne cessait de chanter sa foi. Le Seigneur vint à son aide. Libéré il put rejoindre Constantinople. C’est, durant cette période, qu’il composa des hymnes et des tropaires. Il composa aussi le "Paraclitique" des huit tons musicaux pour les jours de la semaine, pour compléter les hymnes de saint Jean Damascène pour la Résurrection. Il rédigea également des canons et des stichères en l’honneur des saints afin que soient célébrées de dignes cérémonies en leur honneur. Exilé en Crimée pendant huit ans pour avoir blâmé l’union scandaleuse d’un ministre impérial, il continua son oeuvre. De même à son retour quand il fut désigné comme gardien des vases sacrés de l’église de Sainte Sophie de Constantinople.

SAINT JOSEPH TUAN

(+ 1861)Prêtre de l’Ordre des Prêcheurs et martyr. Dénoncé par le fils d’une mourante à qui il avait administré les derniers sacrements, il fut condamné à mort sous l’empereur Tu Duc, à An Bai au Tonkin. 

san-niceta-di-medikion-a.jpgSAINT NICÉTAS

(+ 824)Confesseur. Il n’avait que huit jours quand il perdit sa mère. Son père le consacra à Dieu et, à l’âge de douze ans, il était dejà le lecteur de l’évêque de Césarée de Bithynie. Adolescent, il entra au monastère du Médikion, au Mont-Olympe de Bithynie. Sa vie faite de rigueur et d’humilité conduisit les moines à le choisir comme higoumène. Lors des persécutions iconoclastes, au temps de l’empereur Léon V l’arménien, il se laissa aller à communier avec les hérétiques, après avoir été épuisé par un dur emprisonement. Repenti, il s’enfuit dans un lieu retiré. Mais pour manifester publiquement son revirement, à la demande de Théodore Studite, il revint à Constantinople. Arrêté et interné au cap Akritas, il y fut enfermé six ans dans un cachot, sans lumière, et nourri d’un peu de pain moisi et d’eau croupie. Libéré à la mort de l’empereur, il ne voulut pas reprendre la direction de son monastère et se retira dans un petit domaine de la Corne d’Or, face à Constantinople. Au bout de quelques mois, il mourut, épuisé par les souffrances et ses austérités.

SAINT PAUL LE RUSSE

(+ 1683)Martyr. Russe d’origine, il avait été emmené en captivité durant sa jeunesse par les Tatares de Crimée qui le vendirent à un chrétien de Constantinople. Devenu épileptique, il fut conduit par ses proches dans un sanctuaire dédié à la Mère de Dieu, où les malades trouvaient souvent la guérison. En chemin, il fut atteint d’une crise et cria qu’il était musulman. Dégagé de ses proches, il fut emmené par les Turcs qui pensaient libérer un de leurs cooréligionnaires. Quand il revint à la raison, il déclara qu’il n’avait parlé ainsi que sous le coup de sa maladie. Le juge ne le crut pas et, après avoir confessé trois fois qu’il était chrétien, il fut décapité le Vendredi Saint. Sa femme fut attachée à une colonne du palais et battue de verges.

beato-pietro-edoardo-piotr-edward-dankowski-dankowski.jpgBX PIERRE-ÉDOUARD DANKOWSKI

(+ 1942)Prêtre polonais et martyr. Interné à cause de son ministère, sous le régime nazi qui occupait le pays, il succomba aux tortures, le vendredi de la Passion du Seigneur, au camp de concentration d’Auschwitz (Oswiecin), près de Cracovie en Pologne. 

beati-martiri-di-inghilterra-galles-e-scozia-a.jpg BX ROBERT MIDDLETON ET TRUSTAN HUNT

(+ 1601)Jésuite originaire du Lancashire, Robert vécut dans la clandestinité en raison des interdictions royales. Arrêté, il fut martyrisé en même temps que le bienheureux Turstan Hunt qui fut arrêté pour avoir       essayé de le délivrer le premier en chemin. Tous deux furent condamnés à mort, sous la reine Élisabeth Ière, en raison de leur sacerdoce, et conduits aux supplices de la potence. Ils furent béatifiés par le pape Jean Paul II en 1987.

SAINT ULPIEN

(+ 306)ou Vulpien, jeune Syrien martyr, il était encore adolescent, pendant la persécution de Maximin Daia Il fut cousu dans un sac avec un aspic et un chien, puis jeté à la mer à Tyr en Phénicie. 

SAINT URBICE

(2ème s.)Il aurait été l’un des premiers évêques de Clermont-Ferrand en Auvergne. Sa biographie nous dit qu’il gouverna cette Eglise avec sagesse et sainteté, jusqu’au jour où il fit une chûte pécheresse avec sa femme, alors qu’il devait la regarder comme sa soeur depuis son élévation à l’épiscopat. "Il se rendit plus illustre par les rigueurs de sa pénitence qu’il ne l’avait été précédemment par la pratique d’une piété innocente."

luigi-scrosoppi.jpgBx Louis  Scrosoppi

SCROSOPPI  Louis ( Luigi)
Italie . Naissance: 04.08.1804  à Udine (Frioul)
Mort: 03.04.1884  à Udine
Etat: prêtre de l’Oratoire, fondateur d’écoles pour petites filles, et, pour leur service, des Soeurs de la Providence. Il fonde la Casa delle Derelitte (Maison des délaissés ou Institut de la Providence), la Casa Provedimento, l'œuvre pour sourds-muets, l'institut des Sœurs de la Providence sous la protection de Saint Gaétan de Thiene.
Béatification: 04.10.1981  à Rome  par Jean Paul II
Canonisation: 10.06.2001  à Rome  par Jean Paul II  

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 2019-04-02