06 avril

beata-caterina-morigi-di-pallanza-b.jpgBse Catherine de PALLENZA

(+ 1478)Originaire de Novare en Italie, elle devint recluse à l'âge de 14 ans et avec quelques compagnes qui la rejoignirent elle fonda monastère de Sainte-Marie-du-Mont, menant la vie érémitique sous la Règle de saint Augustin. Son culte fut confirmé en 1769.

SAINT CELESTIN Ier

(+ 432) Pape, originaire de Campanie. On connaît de lui une lettre qu’il écrivit à saint Augustin. Il poursuivra l’oeuvre de restauration de la saine doctrine, entreprise par son prédécesseur, le pape Boniface Ier, contre les novatiens leur retirant les églises qu’ils avaient progressivement occupées. Dans l’Italie, les Gaules et l’Afrique, il pratique une politique interventionniste avec des succès mitigés. En Narbonnaise et à Vienne, il rappelle les évêques à la discipline ecclésiastique. Il soutient Cyrille d’Alexandrie pour que Nestorius souscrive à la foi de l’Eglise, mais en vain. Il obtient la convocation impériale pour le concile d’Ephèse en 431 qui confirme la christologie soutenue par saint Cyrille d’Alexandrie.

sant-eutichio.jpgSAINT EUTYCHES

(+ 565)ou Eutyque. Patriarche de Constantinople. Il voulait devenir moine, mais il comprit que sa vocation était surtout l’édification de l’Eglise. Prêtre à trente ans, nous le trouvons dans un concile local avec les évêques orthodoxes pour réfuter les thèses hérétiques de Théodore de Mopsueste et de Théodoret de Cyr qui, bien que morts, exerçaient encore une grande influence. Le patriarche Ménas le prépara pour être son successeur. Devenu patriarche, il s’attira les foudres de l’empereur Justinien qui, sous la pression d’évêques jaloux, le condamna à un exil de quinze années. Il s’endormit en paix à Constantinople, quatre ans après son retour sur le trône patriarcal. Au moment de mourir, il toucha la peau de sa main et déclara :"Dans cette chair, je ressusciterai."

SAINTE GALLE

(6ème s.)Veuve. Fille du consul Symmaque, elle demeura, menant une vie de recluse dans une petit cabane sur la colline du Vatican,auprès de la basilique de Saint-Pierre, après la mort de son mari, pendant de nombreuses années, occupée à la prière, aux aumônes, aux jeûnes et aux autres œuvres saintes, et le pape saint Grégoire le Grand a brièvement décrit sa vie et ses derniers jours sur terre à Rome. 

SAINT GENNARD

(+ 720)Confesseur. Il fut longtemps à la cour du roi Clotaire III où il se lia d’amitié avec saint Ansbert qui devint par la suite évêque de Rouen. Ensemble, ils décidèrent d’entrer à l’abbaye de Fontenelle fondée par saint Wandrille et où ils rencontrèrent saint Ouen qui décida de leur donner le sacerdoce. Lorsque saint Ansbert fut élevé à l’épiscopat, il demanda à saint Gennard de l’aider dans son ministère pastoral, ce qu’il fit jusqu’à la mort de saint Ansbert. Il se retira alors à l’abbaye de Flay dans le diocèse de Beauvais. C’est là qu’il entra dans la béatitude éternelle.

SAINT GREGOIRE LE SINAITE

(+ 1346)Confesseur. Né dans une famille aisée non loin de Smyrne, il fut capturé avec d’autres chrétiens par les Turcs Seljoucides qui ravageaient alors toute l’Asie Mineure. Ayant réussi à payer leur rançon grâce à des chrétiens amis, ils furent libérés et saint Grégoire se rendit à Chypre, puis au Sinaï pour y trouver la solitude qui rapproche de la présence de Dieu. La jalousie s’installant entre les moines, il préféra quitter le monastère de Sainte Catherine plutôt que de briser l’unité. Après un pèlerinage en Terre Sainte, il trouva une grotte pour se retirer dans l’île de Crète. Il préféra finalement le Mont-Athos au monastère de Philotheou, où il put pratiquer l’hésychia et la prière contemplative. Ses écrits spirituels forment d’ailleurs une partie fondamentale de la "Philocalie". De nouvelles invasions des Turcs le mirent dans l’obligation de quitter quelque temps la Sainte Montagne. Durant les dernières années de sa vie de nombreux disciples rayonnèrent sa spiritualité. Ils étaient Grecs, Bulgares, Serbes, Roumains. Ils s'appelaient saint Cyprien de Kiev et saint Euthyme de Tirnovo. On peut dire que saint Grégoire le Sinaïte est la source de ce vaste mouvement hésychaste que Byzance allait bientôt léguer au monde slave comme son héritage le plus précieux.

SAINT GUILLAUME D’ESKILL

(+ 1202)Confesseur. Il reçut son éducation et ses connaissances auprès de son oncle qui était abbé de l’abbaye de Saint Germain des Prés à Paris et qui en fit un chanoine de Sainte Geneviève de Paris. Ce chapitre canonial connaissait de graves désordres et le pape Eugène III lors de son passage à Paris, décida de donner une communauté plus édifiante à l’Eglise Sainte Geneviève en y établissant les religieux de l’abbaye de Saint Victor. Saint Guillaume décida alors d’y entrer. A la demande du roi du Danemark, inspirée par l’évêque de Roskilde, lui-même ancien élève de l’Université de Paris et avec l’accord de l’abbé de Sainte-Geneviève, il s’en fut au Danemark et devint abbé de l’abbaye Saint Thomas d’Eskill dans le Seeland ou Sjaelland, près de Roskilde, où il rétablit une authentique vie monastique. C’est là qu’il s’endormit en paix dans la nuit de Pâques, après quarante années dans la charge abbatiale.

irenee-de-syrmium-45-01.jpg

Saint Irénée de Sirmium

(+ 305)À Sirmium en Pannonie, la passion de saint Irénée, évêque et martyr. Au temps de l’empereur Maximien , sous le préfet Probus, il endura des tortures, subit une longue et pénible détention et fut enfin décapité.

Marcellin

légat impérial en Afrique et ami de St Augustin (qui lui dédia son ouvrage « la Cité de Dieu ». Il fut chargé par l”empereur Honorius de mettre fin à la querelle opposant les Catholiques à la secte schismatique des Donatistes. Ceux-ci, pour se venger, réussirent à le mettre à mort, martyr de l’unité de l’Eglise.

san-metodio-a.jpgSAINT METHODE

(+ 885)Les Eglises d’Orient font mémoire séparée de saint Cyrille et de saint Méthode, “Egal aux Apôtres et Illuminateur des Slaves” qu’ils célèbrent également au jour de leur mémoire commune avec son frère saint Cyrille, le 11 mai. L'Église latine en Occident en fait mémoire le 14 février.

michel-rua-a.gif

Bx Michel RUA

A Turin,  (1837-1910), ancien du « patro » de Don Bosco et son premier successeur comme « recteur majeur » des Salésiens. Paul VI l’a béatifié en 1972.

beato-notkero-il-balbuziente.jpgNotker (surnommé le Bègue).

 

En 912, à St Gall, un moine modeste mais très savant qui partageait son temps entre la prière, la musique, la poésie et le jardin : Il écrivit un martyrologe, une vie de Charlemagne ; il est surtout compositeur de séquences musicales, telle la prose « Média vita ».

Paul le bao tinhSAINT PAUL LE BAO TINH

(+ 1857)Originaire du Tonkin, il fut jeté en prison et torturé pour sa foi chrétienne alors qu'il n'était encore que séminariste. Libéré, il fut ordonné prêtre, il fut de nouveau arrêté et condamné à être décapité. Nous avons de lui un recueil d'homélies et de catéchèse. On estime qu'entre 1857 et 1862, cent quinze prêtres vietnamiens, cent religieuses vietnamiennes et plus de cinq mille fidèles furent martyrisés et quarante mille au moins furent exilés en raison de leur foi ou moururent de faim dans la jungle.

Quelques écrits

SAINT PHILARÈTE

(+ 1076)Moine du monastère de Saint-Élie, à Aulinas en Calabre, il était adonné tout entier à l’oraison.

san-pietro-da-verona-h.jpg

Saint Pierre de VERONE

(+ 1252)Confesseur et martyr. Dominicain. Près de Milan, en 1252, la passion de saint Pierre de Vérone, prêtre de l’Ordre des Prêcheurs et martyr. Né de parents nobles mais manichéens, il embrassa, encore enfant, la foi catholique et reçut, adolescent, l’habit des frères prêcheurs des mains de saint Dominique. Il mit ensuite toute son ardeur à réfuter les hérésies. Il fut attaqué sur la route de Côme à Milan et frappé au crâne par des conjurés l’un de ses anciens co-religionnaires de l’hérésie cathare. Avant d’expirer, il eut la force de tracer avec son sang les premiers mots du Credo.

beata-pierina-morosini.jpg

Bse Pierette MOROSINI

 Italie . Naissance: 07.01.1931  à Fiobbio di Albino (Bergame) . Mort: 06.04.1957

Laïque  -  Martyre . Ouvrière à la filature. Dirige l'AC des enfants. Agressée à son retour de l'usine, elle défend sa pureté et meurt la tête fracassée par une pierre. Fête le 6 avril sic D.C. et Cal.Radio Esp.

Béatification: 04.10.1987  à Rome  par Jean Paul II

Prudence

 évêque de Troyes, théologien discutable et aujourd’hui négligé (il fut théoricien de la prédestination), mais historien toujours consulté : il fut le chroniqueur précis et ordinairement fidèle de son époque (2ème tiers du 9ème siècle). 

SAINT VINEBAUD

(+ 623)Confesseur. D’origine romaine, il naquit à Nogent-sur-Seine et vécut ses premières années près de Troyes. Moine, il fut abbé du monastère de Saint Loup et, selon son biographe un peu trop expansif, il échangea sa vie de misère et de pénitence contre le séjour des bienheureux.


beato-zefirino-agostini-a.jpg

Bx Zéphyrin AGOSTINI

 Italie . Naissance: 1813 . Mort: 06.04.1896

Don Zéfirin (Zefirino) Agostini est né en 1813. Malgré les innombrables difficultés qu'il a rencontrées dans sa vie, il ne perdit jamais courage. Il nous apparaît aujourd'hui comme un témoin humble et solide de l'Évangile, au cours d'une période féconde pour l'Église de Vérone, durant la deuxième moitié du 19e siècle. Sa foi fut solide, son œuvre caritative efficace et son esprit sacerdotal ardent. L'amour du Seigneur le soutint dans son apostolat consacré aux plus pauvres, et notamment à l'éducation chrétienne des jeunes filles les plus indigentes. Il avait parfaitement compris l'importance primordiale de la femme dans l'assainissement de la société et son rôle d'éducatrice pour inculquer les valeurs de liberté, d'honnêteté et de charité. Il fonda les "Ursulines Filles de Marie Immaculée". Il leur faisait cette recommandation: "Que les jeunes filles pauvres soient l'objet le plus cher de vos soins et de vos attentions. Sensibilisez leurs esprits, éduquez leurs cœurs à la vertu et sauvez leurs âmes du contact pestiféré avec le monde corrompu". (Cf homélie de béatification du 25.10,1998). Il mourut en 1895.

Béatification: 25.10.1998  à Rome  par Jean Paul II

120 chrétiens 

 En 344, à Séleucie de Mésopotamie, 120 chrétiens que Sapor roi des Perses fit décapiter parce qu’ils refusaient d’apostasier.

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 2019-04-03