29 avril

Saint Achard


Martyrologe Romain : À La Lucerne en Normandie, l’an 1172, le trépas de saint Achard, évêque d’Avranches. Originaire d’Angleterre, chanoine régulier de Saint-Victor à Paris avant son épiscopat, il écrivit plusieurs traités sur la vie spirituelle, pour guider l’âme chrétienne jusqu’au sommet de la perfection. Il mourut et fut inhumé dans l’abbaye de l’Ordre de Prémontré où il allait fréquemment.

SAINT AGAPIOS

(3ème s.)et saint Secundinus, martyrs. Ils étaient tous deux évêques africains. Et tous deux donnèrent leur vie pour l’Eglise.

Sant antonio kim song uSaint Antoine Kim Song-u,

Martyrologe Romain : À Séoul, en 1841, saint Antoine Kim Song-u, martyr, qui avait l’habitude de réunir chez lui de nombreux fidèles et qui fut étranglé en prison pour le Christ.

SAINTE AVE

(4ème s.)Vierge vénérée à Denain dans le nord de la France. Jeune personne favorisée par la fortune, mais aveugle, elle souhaitait guérir. Quand elle obtint cette faveur de Dieu, elle légua toute sa fortune à l’Eglise et se fit moniale.

SAINT BASILE D’OSTROG

(+ 1671) Il naquit de parents pauvres dans un village d’Herzégovine. Ses parents lui apprirent la charité envers les plus pauvres que lui et une vie spirituelle profondément ancrée dans la sainte liturgie. Devenu moine, il eut à défendre la foi orthodoxe contre les pressions des Turcs et contre la propagande latine des Pères jésuites. Il eut surtout à affronter la haine des chrétiens devenus musulmans plus que celles des chrétiens attachés à Rome. Il s’éloigna d’abord en Russie puis au Mont-Athos, pour apaiser ceux qui cherchaient à le tuer. A la mort du métropolite d’Herzégovine, il fut désigné pour le remplacer. L’oppression turque redoublait de vigueur contre les Serbes qui voyaient leurs églises, leurs monastères et même leurs maisons dévastés. Il se retira pendant quinze années à Ostrog pour continuer à fortifier son peuple. Il s’endormit en paix, ayant tenu à temps et à contre-temps, avec la patience des saints.

SEPT BRIGANDS

(2ème s.) Saint Jason était disciple de saint Paul, à Tarse et il le suivit avec Sosipater (Epitre aux Romains 16. 21). Jetés tous deux en prison, ils eurent pour compagnons sept brigands qui se convertirent à Jésus-Christ grâce à eux. Leur gardien, Antoine, fit de même. Ils furent tous condamnés, non plus comme prisonniers de droit commun, mais comme chrétiens. Ce que voyant, la fille du juge, Cercyre, qui n’avait que quinze ans, devint chrétienne à son tour. Ils furent jetés dans des chaudrons pleins de poix brûlante. Elle fut aussi jetée en prison, puis traînée chargée d’entraves, pour être livrée aux plaisirs d’un soldat brutal et violent. Elle résista et fut suspendue la tête en bas comme à l’abattoir pour servir de cible dénudée aux archers.

catherine-de-sienne.jpgSainte Catherine de Sienne

Elle naît en la fête de l’Annonciation 1347, 24ème enfant de sa famille. Elle est tertiaire dominicaine, modèle accompli de la femme célibataire « active ». Elle prêche, sur les routes d’Italie, la réconciliation des cités en guerre. Elle va jusque sur les bords du Rhône chercher le Pape d’Avignon pour le ramener à Rome. « Pense à Moi, ma fille : Je penserai à toi ». Elle meurt en 1380, et partage avec St François d’Assise le patronage de son pays. Elle, qui ne savait pas signer son nom, est avec Ste Thérèse d’Avila, la première femme déclarée “Docteur de l’Eglise

Quelques écrits

HuguesdeclunySaint Hughes de Cluny

Le fils du comte de Semur en Auxois obtint de faire ses études chez son oncle évêque d’Auxerre, ce qui le conduisit, à l’âge 15 ans, aux portes de l’abbaye de Cluny alors que son père voulait en faire un chevalier. Dix ans après il en était le Père Abbé et il fut l’un des artisans les plus dynamiques de la réforme monastique. Malgré sa grande influence auprès de l’empereur, ce fut en vain qu’il tenta de le réconcilier avec le Pape Grégoire VII après l’affaire de Canossa. Il participa à de nombreux conciles régionaux et à de nombreux synodes diocésains, en particulier dans le midi de la France. Il appuya la reconquête de l’Espagne par le roi Alphonse VI de Castille. Il porta à son apogée le rayonnement spirituel de Cluny et c’est lui qui entreprit la construction de la troisième basilique.

SAINT JEAN DE KALOKTENE

(12ème s.)surnommé le nouveau Miséricordieux. Tiré de son monastère de Thèbes en Grèce pour être élu métropolite de cette ville, il eut à reconstruire son diocèse pillé et détruit par les Normands. Sa charité était sans limite. Mais il ne s’occupa pas seulement d’aumônes et de prédications, il organisa de grands travaux d’irrigation, fonda des maisons de retraite pour les vieillards et des hôpitaux pour les pauvres. Il fonda également une maison d’éducation pour les jeunes filles afin qu’elles deviennent des mères de famille capables de transmettre la foi à leurs enfants.

Pierre de Vérone,

Sur la route de Côme à Milan, en 1252,  dominicain : il paya de sa vie les succès qu’il remporta dans sa lutte pour la Foi. Assassiné par ses anciens coreligionnaires cathares, il eut la force d’écrire avec son sang, sur la poussière du chemin, les premiers versets du Credo.

San severo di napoli Saint Sévère de Naples

Martyrologe Romain : À Naples, vers 409, saint Sévère, évêque, que saint Ambroise aimait comme un frère, et que son Église a aimé comme un père.

SAINT STANKO

(+ 1712)Martyr. Il n’était qu’un enfant qui gardait ses moutons dans la région de Nikchitch au Montenegro. Il fut tué en haine de la foi par des Turcs.

SAINTE TERTULLE

 (+ 260)et sainte Antonie, vierges et martyres en même temps que saint Agapios et saint Secundinus. Elles témoignèrent de leur foi dans la région de Constantine, en Afrique du Nord. Le diocèse d’Alger les célèbre.

San torpete torpes torpeSAINT TORPES

(1er s.)Il aurait été un martyr du 1er siècle, ce qui n'est pas impossible mais sa biographie naquit au 7ème siècle quand un fabricant de martyrs pour les diocèses qui en manquaient, le fit venir de Pise jusque dans la baie de Port-Grimaud. Le récit est très beau, même s’il reprend les faits et gestes de tel ou tel autre martyr. Fonctionnaire de Néron, ami de saint Paul, saint Torpes (Tropez) aurait giflé le magistrat qui le condamnait à être exposé aux bêtes avant d’être décapité. Une barque sans voile ni rames le conduisit au hasard des flots dans cette petite ville balnéaire. La Provence accueillit avec joie cette imaginaire passion pour lui dédier plusieurs églises.

SAINT TYCHIQUE

(1er s.)Disciple de l’apôtre saint Paul qui l’appelle son frère bien-aimé, il fut porteur des lettres aux Colossiens et aux Ephésiens. (Col. 4. 7 et Eph. 6. 21)

Martyrologe Romain : Commémoraison de saint Tychique, disciple de saint Paul, que l’Apôtre appelle dans ses lettres, son frère bien-aimé, son fidèle ministre et son compagnon dans le Seigneur.

SAINT URSION

(+ 375)Les détails de sa vie ne nous sont pas connus, mais, dès sa mort, il fut l’objet d’un culte et d’un pèlerinage dans le diocèse de Troyes.

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 2019-04-22