03 novembre

Bse Alpais

Bienheureuse Alpais, recluse à Cudot au pays de Sens († 1211)
Martyrologe Romain : Brisée toute jeune par le travail, atteinte d’un mal repoussant, abandonnée par les siens, elle vécut recluse dans une cellule jusqu’à sa vieillesse, dans l’intimité du Christ et de sa mère à Cudot au pays de Sens.

Bénigne

« un témoin du Seigneur qui consomma son martyre dans la ville de Dijon », écrit St Grégoire de Tours. L’Histoire cependant ne sait rien de certain sur ce martyr que la piété populaire désigne sous le nom de « Bénigne ». Sous des vocables parfois bien déformés, il est vénéré en de nombreuses paroisses françaises ainsi à St Béron, en Savoie. 

san-berardo-di-teramo.jpg

saint Bérard

Martyrologe Romain : Chez les Marses dans les Abruzzes, en 1130, saint Bérard, évêque, pasteur zélé pour extirper la simonie, pour rétablir la discipline du clergé, pour aider et protéger les pauvres.

Saint Ermengaud

Martyrologe Romain : À Urgel en Catalogne, l’an 1035, saint Ermengaud, évêque, qui fut l’un des remarquables prélats qui veillèrent à restaurer l’Église sur les terres libérées des Maures. Lui-même travaillait de ses propres mains à construire un pont, lorsqu’il fit une chute et mourut, le crâne brisé sur des pierres.

Saint Guenael

- Au 6e siècle,  moine de l’île de Groix en Morbihan, puis successeur de St Guénolé, à Landévennec ; il partit en Irlande réformer quelques monastères, puis revint mourir au pays breton.

weyden-exhumation-of-st-hubert.jpg

 Saint Hubert 

A Liège, en 727, St Hubert, évêque, apôtre de la Wallonie. Les chasseurs de la forêt ardennaise se représentèrent à leur image un « St Hubert, patron des grandes chasses ».

sainte Ida

Martyrologe Romain : Près de Fischingen en Suisse, sans doute au XIIe siècle, sainte Ida, recluse.

saint Joannice

Martyrologe Romain : Au monastère d’Antidium en Bithynie, l’an 846, saint Joannice, moine. Après plus de vingt ans dans l’armée, il mena une vie solitaire dans diverses forêts de l’Olympe et aimait prolonger sa prière par ces mots: “Dieu mon espérance, Christ mon refuge, Esprit Saint mon protecteur”.

san-libertino-di-agrigento.jpg

Saint Libertin,

 À Agrigente en Sicile, saint Libertin, évêque et martyr.

 san-martino-de-porres-b.jpg

Saint Martin de Porrès 

 Pérou   Naissance: 09.12.1579  à LimaMort: 03.11.1639  à Lima Né hors mariage, mulâtre. Tertiaire dominicain au couvent N.-D. du Rosaire de Lima. Infirmier. Profession solennelle à 24 ans.Né à Lima au Pérou en 1579 et porté sur les mêmes fonts baptismaux que sainte Rose de Lima, Martin de Porres est fils naturel d'un chevalier espagnol qui ne le reconnaîtra que sur son testament, et d'une femme mulâtre libre qui doit l'élever seule, non sans difficultés. Il entre chez les dominicains comme frère convers et devient infirmier dans son couvent de Notre-Dame du Rosaire. On l'appelle "Martin de la charité". Bien que sans grande instruction, il donne des conseils éclairés sur les questions les plus graves, réconcilie les ménages, guérit les malades. Toute sa vie, à la fois cachée et rayonnante, se déroula dans un monde d’anges et de démons ; il y conserva toujours une parfaite sérénité.Il meurt le 3 novembre 1639. Jean XXIII qui l'a canonisé peu avant le Concile, a dit de lui: "Martin de Porres était l'ange de Lima", et il a relevé spécialement son humilité. "Ce n’était pas un savant, " disait de lui le Pape Jean XXIII, « mais il possédait la vraie science, celle du Saint-Esprit ». L’imagerie populaire le représente avec un balai, symbole de ses humbles fonctions et accompagné du chien, du chat et des souris du couvant fraternisant à la même écuelle.Béatification: 1837   à Rome  par Grégoire XVICanonisation:. 06.05.1962  à Rome  par Jean XXIII 

sainte Odrade

Martyrologe Romain : À Alem en Flandre, commémoraison de sainte Odrade, vierge, au XIe siècle.

san-pietro-francesco-neron.jpg

Bx Pierre François Néron

 né près de Lons-le-Saunier en 1818, martyrisé au Tonkin  en 1860. Il fut enfermé dans une cage où il ne pouvait s’allonger ni se dresser, dont il ne sortait que pour être bâtonné et finalement décapité.

 Saint Pirmin  

Martyrologe Romain : Au monastère d’Hornbach près de Strasbourg, vers 755, la mise au tombeau de saint Pirmin, évêque et abbé de Reichenau, qui évangélisa les Alamans et les Bavarois et composa à l’intention de ses disciples un manuel de catéchèse pour les gens simples.

beato-simone-ballacchi.jpg

Bx Simone Balacchi

Bx Simone Balacchi, religieux o.p. († v. 1329)

Martyrologe Romain : Il mena une vie tout entière consacrée au service de ses frères, à la pénitence et à la prière.

santa-silvia.jpg

 Sainte Sylvie 

 Martyrologe Romain : Sainte Sylvie mère du pape saint Grégoire le Grand. Celui-ci rapporte lui-même, dans ses écrits, qu’elle atteignit le sommet de la prière et de la pénitence et qu’elle fut un exemple excellent pour les autres. Elle mourut vers 590.

Beato ruperto mayer f 1Bx Rupert Mayer

 

Rupert Mayer, né à Stuttgart le 23 janvier 1876 et ordonné prêtre en 1899, entra dans la Compagnie en 1900. Sa formation achevée, il se consacra pendant quelques années aux missions populaires.

En 1912, il fut chargé de l’aumônerie des migrants à Munich, où il participa à la fondation des Sœurs de la Sainte Famille.
Pendant la Première Guerre Mondiale, il remplit héroïquement la charge d’aumônier militaire. Gravement blessé sur le front de Roumanie et amputé de la jambe gauche, il se consacra de nouveau à l’apostolat surtout parmi les pauvres.

À partir de 1921, il fut à la tête de la Congrégation mariale des hommes de Munich ; sous sa conduite, celle-ci prospéra admirablement aussi bien en nombre qu’en fruits.
Rupert Mayer fut parmi les premiers à reconnaître la vraie nature de l’hitlérisme naissant : dès 1923, il déclara publiquement qu’un catholique ne pouvait jamais adhérer au national-socialisme. Ayant poursuivi sans trêve sa lutte contre le nazisme, après l’accession d’Hitler au pouvoir en 1933, après avoir été souvent arrêté, il fut transféré en 1939 au camp de concentration de Sachsenhausen.
Ses forces en vinrent à s’épuiser si gravement que les nazis redoutèrent qu’il ne vienne à mourir comme martyr. Aussi décidèrent-ils de l’exiler dans l’abbaye d’Ettal, où il demeura jusqu’à la fin de la Deuxième Guerre Mondiale entièrement coupé de tout et de tous.

Après quoi, il vint reprendre sa tâche pastorale dans la capitale de la Bavière, où il devait malheureusement bientôt mourir ; en effet, le 1er novembre 1945, il fut brusquement frappé d’apoplexie pendant l’homélie qu’il prononçait à la messe.

Rupert Mayer a été déclaré Bienheureux le 03 mai 1987, par Saint Jean-Paul II (Karol Józef  Wojtyła, 1978-2005), au cours d’une cérémonie solennelle à Munich.R

 Saints Germain, 
Théophile et Cyrille

  Martyrs, en 250, À Césarée de Cappadoce,

 santi-valentino-e-ilario-di-viterbo-a.jpg

saint Valentin,  et saintHilaire, 

Martyrologe Romain : à Viterbe en Italie, en 304,  saint Valentin, prêtre et saintHilaire, diacre, martyrs. Pour leur foi en Jésus-Christ, ils furent jetés dans le Tibre avec une grosse pierre au cou, mais ils ne périrent pas noyés. Les bourreaux décidèrent alors de leur trancher la tête.

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 2018-11-02