08 novembre

 Saint Clair

 prêtre compagnon de St Martin († 396)
Martyrologe Romain : Prêtre, disciple de saint Martin, qui s’était aménagé un pavillon près du monastère de l’évêque, et beaucoup de frères logeaient près de lui.

sant-adeodato-i-o-deusdedit.jpg

 St Deusdedit
(ou Adéodat I)

 pape (68ème) de 615 à 618

 Martyrologe Romain : Il brilla par sa simplicité et sa science et par l’affection qu’il montra pour le clergé et le peuple.

beata-elisabetta-della-trinita-catez-b.jpg

Sainte Élisabeth de la Trinité (Élisabeth Catez),

 carmélite († 1906) 

Martyrologe Romain : Dès l’enfance, elle s’attacha du fond du cœur à rechercher et à contempler la sainte Trinité et, affligée, encore jeune, de multiples douleurs, elle parvint, comme elle l’avait souhaité, « l’amour, à la lumière, à la vie ».

Le 9 novembre2013 étant la fête de la Dédicace de la basilique du Latran, l'ordre du Carmel a déplacé la fête au 8 novembre.

Canonisée par le pape François le 16 octobre 2016

Quelques écrits 

genisson-jules-victor-the-cathedral-of-amiens.jpg

Saint Geoffroy d'amiens 

 Évêque d'Amiens  (*1066 † 1115) Son monastère dépérissait avec six moines quand ceux-ci le choisirent comme abbé. En peu d'années, le monastère de Nogent dans la Marne devient l'un des plus florissants. En réponse à l'insistance de l'évêque de Reims, il accepte de devenir évêque d'Amiens ce qui lui causa bien des soucis. La plupart des membres du clergé étaient à la solde des grands seigneurs qui eux-mêmes menaient une vie impossible aux marchands et aux braves gens de la « Commune d'Amiens ». 

St Geoffroy, privé d'amis pour le soutenir, gagne la Grande Chartreuse pour vivre en paix. Mais forcé de revenir, il reprend ses fonctions un an après et il meurt au bout de quelques mois à l'abbaye de Saint Crépin de Soissons. Aucun membre du clergé d'Amiens ne se dérangera pour venir rechercher son corps.

beato-giovanni-duns-scoto-l.jpg

Bx Jean Duns Scot

 Ecosse   Naissance: 1265  en Ecosse   Mort: 08.11.1308  à Cologne
 Prêtre - Franciscain: 
il naquit en Écosse, comme le rappelle son nom vers 1265.; Franciscain vers 1280; étudia à oxford, avant d’y enseigner, puis à Paris et à Cologne, où il mourut à 42 ans en 1308. C’était un esprit profondément religieux : quand il s’agit du Christ et de sa Mère, il ne veut affirmer que ce qui tend à leur plus grande gloire . Éclairé par la raison et l’inspiration de la grâce, il fit triompher dans les Écoles la doctrine de l’Immaculée Conception. Il eut foi en l’Église. A son autorité il se réfère sans cesse, et préféra briser sa carrière, et quitter la France plutôt que de s’élever contre Elle en signant l’appel de Philippe le Bel contre le Pape Boniface VIII. Sa parfaite loyauté scientifique et la rigueur de sa doctrine lui ont valu le titre de « Docteur subtil ».Jean Paul II confirme son culte immémorial (décret du 06.07.1991)
Béatification: 20.03.1993  à Rome  par Jean Paul II

***************

Les recherches entreprises au XXe siècle ont permis de déterrer quelques faits concernant la vie de Jean Duns Scot sur laquelle on ne savait jusque là pratiquement rien. Jean (John) naît en 1266 (peut-être fin 1265) dans la petite ville de Duns en Écosse (d'où son surnom de Duns Scot), et commence sa scolarité à l'école de Haddington.

Il entre au couvent franciscain de Dumfries comme novice puis est admis, en 1280, dans l'ordre des Frères Mineurs. Il est ordonné prêtre le 17 mars 1291 à Northampton. Les preuves manquent sur son passage à Paris de septembre 1293 à juillet 1297, pour compléter sa formation, comme sur son installation à Cambridge entre 1297 et 1300 en tant qu'enseignant. Plus probablement passe-t-il ces années, de 1288 à 1300, dans les collèges de son ordre, puis à l'Université d'Oxford où il a comme maître Guillaume de Ware. Il y enseigne en commentant les Sentences de Pierre Lombard, puis passe peut-être quelque mois à l'Université de Cambridge.

En 1302 (ou 1300) il enseigne à l'Université de Paris comme bachelier. Le milieu universitaire connaît, l'année suivante, une grave crise consécutive à la querelle entre le roi Philippe le Bel et le pape Boniface VIII (Benedetto Caetani, 1294-1303). Pour entretenir financièrement ses armées en conflit avec l'Angleterre, Philippe taxe les biens de l'Église. Boniface réplique par l'excommunication. Philippe tente alors de réunir un concile pour le déposer : 80 frères, parmi lesquels Duns Scot et son maître Gonzalves d'Espagne, refusent de signer un manifeste anti-papal et doivent prendre le chemin de l'exil.

Pour avoir défendu la doctrine de l'Immaculée Conception de Marie, il est persécuté par les siens

Après la mort de Boniface et grâce à la diplomatie de son successeur Benoit XI, le roi autorise les exilés à revenir enseigner à Paris. Duns Scot quitte donc sa retraite d'Oxford (ou de Cambridge ?) vers la fin de l'année 1304, et rentre en France. Gonzalves d'Espagne recommande au provincial de son ordre «l'excellente science, le très subtil génie » de Duns Scot, dont la réputation grandit auprès de ses pairs. Il est honoré à Pâques en 1305 docteur en théologie et est promu, l'année suivante, maître régent du studium général du couvent franciscain de Paris. Il semble qu'il participe à une dispute avec le maître dominicain Guillaume Pierre Godin, à propos du rôle de la matière dans l'individuation.

A la requête du chapitre général de Toulouse, il part en octobre 1307 enseigner à Cologne comme lector principalis. En fait, la raison de son départ est probablement sa propre sécurité. Sa défense de l'Immaculée Conception provoque l'indignation des Dominicains, et le maître Jean de Pouilly en appelle aux sanctions que mérite ce qu'il qualifie d'hérésie. De plus, les poursuites consécutives à la condamnation des Templiers par Philippe le Bel mettent en péril Duns Scot, qui avait fait parti des bannis au moment de la crise entre Philippe et Boniface.

Jean Duns Scot meurt à Cologne le 8 novembre 1308. Il a été béatifié à Rome, le 20 mars 1993, par saint Jean Paul II(Karol Józef Wojtyła, 1978-2005).

beata-maria-crocifissa-satellico.jpg

Bse Marie de la Crucifixion SATELLICO

 

 SATELLICO  Elisabeth Marie (Maria) Nom de religion: Marie de la Crucifixion (Maria Crocifissa)  Italie  Naissance: 1706   Mort: 08.11.1745  à Monte Novo in Piceno  Abbesse Clarisse

Béatification: 10.10.1993  à Rome  par Jean Paul II

Martyrologe Romain : Remarquable par sa contemplation du mystère de la Croix et riche de dons mystiques, vénérée à Ostra Vetere dans les Marches.

san-villeado-di-brema.jpg

Saint Willehad

 1er évêque de Brême († 789)
Martyrologe Romain : Né en Angleterre, ordonné par le pape saint Serge Ier évêque d’Utrecht, il annonça l’Évangile en Frise et en Danie, fonda des sièges épiscopaux et des monastères et, accablé de travaux et usé par l’âge, il s’endormit dans le Seigneur dans le monastère qu’il avait fondé.

 « les Quatre
Saints Couronnés » 

 En Yougoslavie, en 306, leurs noms demeurent inconnus. Ils étaient sculpteurs, et furent martyrisés pour avoir refusé de fabriquer des idoles.

 Saints Symphorien, 
Claude,
 Nicostrate, Castorius 
et Simplice,

 Martyrologe Romain Saints Symphorien, Claude, Nicostrate, Castorius et Simplice,martyrs en Pannonie, qui furent jetés en prison pour leur foi en Jésus-Christ. Après avoir été déchirés par des pointes de fer, ils furent noyés.

 santi-martiri-cinesi-agostino-zhao-rong-e-compagni-2.jpg

saints Joseph Nguyen Dinh Nghi, Paul Nguyen Ngam, Martin Tu Duc Thinh, Martin Tho et Jean-Baptiste Con

Martyrologe Romain : À Nam Dinh au Tonkin, en 1840, les saints martyrsJoseph Nguyen Dinh Nghi, Paul Nguyen Ngam, Martin Tu Duc Thinh, prêtres, Martin Tho et Jean-Baptiste Con, paysans, décapités pour la foi chrétienne sous l’empereur Thieu Tri.

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 2018-11-07