09 novembre

sant-agrippino-di-napoli.jpg

Saint Agrippin

Saint Agrippin (Agrippino), évêque de Naples († IIIe s.)Martyrologe Romain : Évêque, parmi les premiers, que d’antiques documents déclarent défenseur de la cité.

beata-maria-del-monte-carmelo-del-bambino-gesu.jpg

Bse Carmen de l'Enfant Jésus

(Carmen del Niño Jesús González Ramos García Prieto)

Fondatrice de la congrégation :
« Hermanas Franciscanas de los Sagrados Corazones »
(Sœurs Franciscaines des Sacrés-Cœurs)

*************

Née le 30 juin 1834 à Antequera (Málaga, Espagne) dans une famille chrétienne, enfant généreuse et calme, Maria Carmela González Ramos García Prieto développe une grande dévotion envers la Vierge Marie et l'eucharistie. Elle est aussi appréciée pour son amour des pauvres auxquels elle rend service. Mariée en 1857, avec Joaquín Muñoz del Caño, elle montre sa générosité et sa patience envers son mari pendant 20 ans, jusqu'à ce qu'il lui demande pardon pour sa vie dissolue. Il mourut 4 ans plus tard, elle avait 47 ans.

Veuve et sans enfant, avec l'aide de son conseiller spirituel, elle ouvre une école dans sa maison pour les enfants pauvres. Quelques personnes partageant son souci se joignent à elle. En 1884, elle fonde la Congrégation des « Sœurs des Sacrés cœurs de Jésus et de Marie ».

Elle affronte avec courage, humilité et charité, les soucis, les oppositions, les calomnies.
De son vivant 11 maisons ouvrirent comme centres d'éducation, jardins d'enfants, cours du soir, maisons de repos pour les malades...

Son but « apprendre à connaître et à aimer Dieu » s'accomplissait.

Elle meurt le 9 novembre 1899 à Antequera.

Proclamée vénérable le 7 avril 1984, elle a été béatifiée le 6 mai 2007, à Antequera, par le Card. José Saraiva Martins, préfet de la Congrégation pour la cause des saints, qui représentait le pape Benoît XVI.

ste-elisabeth-de-la-trinitexxx.jpg

Sainte Elisabeth de la Trinite 

-CATEZ  Elisabeth
Nom de religion: Elisabeth de la Trinité
France  Naissance: 18.07.1880  au camp d’Avord (près de Bourges)   Mort: 09.11.1906  à Dijon
 Carmélite  -Entre au Carmel de Dijon en 1901. Profession en 1903. Spiritualité centrée sur l'habitation de la Ste Trinité dans l'âme.
Pénétrée de la présence en elle des Trois Divines Personnes, elle voulut être éternellement leur « louange de gloire » ce qui ne l’empêchait pas, quelques jours avant sa mort, de dicter ces lignes pour un ami : « ...appelle-moi, oui, appelle ta petite sœur : tu augmenteras ainsi le bonheur de son Ciel. Elle sera si heureuse de t’aider ! ».
Béatification: 25.11.1984  à Rome  par Jean Paul II
Canonisée par le pape françois le 16 octobre 2016

Quelques écrits

beata-giovanna-di-signa.jpg

Bse Jeanne

Martyrologe Romain : À Signa, près de Florence en Toscane, l’an 1307, la bienheureuse Jeanne, vierge, qui mena pour le Christ une vie solitaire.

beato-gabriele-ferretti.jpg

Bx Gabriel (Gabriele) Ferretti

Bx Gabriel (Gabriele) Ferretti, prêtre o.f.m. († 1456) 

Martyrologe Romain : Il brilla par son soin des petits enfants et des malades, son obéissance et son observance de la Règle.

Bx Geoffroy d’Auxerre

 Disciple d’Abélard, il suivit St Bernard à Clairvaux, et occupa une place privilégiée dans l’amitié du Saint, qui le prit comme secrétaire et compagnon de voyage. Il colligea les lettres de l’abbé de Clairvaux, dont il demeure le principal biographe. Il mourut vers 1190, après avoir été successivement abbé d’Igny, de Clairvaux, de Fossanova et enfin d’Hautecombe. Il est l’historien de St Pierre de Tarentaise.

Saint Georges

Martyrologe Romain : À Lodève dans la Narbonnaise, vers 870, évêque

 Bx Georges Napper

Bx Georges Napper, prêtre et martyr († 1610)   

Martyrologe Romain : Pour gagner des âmes au Christ dans l’Église, il fit un travail remarquable, tant dans son ministère clandestin que dans sa prison, et, sous le roi Jacques Ier, à cause de son sacerdoce, il fut condamné à mort et conduit à la potence.

beato-grazia-graziano-da-cattaro.jpg

Bx Grâce de Catharo

Martyrologe Romain : À Murano près de Venise, l’an 1508, le bienheureux Grâce de Catharo, religieux augustin. Alors qu’il jouait de la cymbale pour gagner sa nourriture, étant dans la plus grande misère, il fut ébranlé par les sermons d’un religieux, demanda l’habit des augustins et mena une vie très pieuse.

beato-enrico-henryk-hlebowicz.jpg

Bx Henri Hlebowicz

Martyrologe Romain : Près de Borysow en Lituanie, l’an 1941, le bienheureuxHenri Hlebowicz, prêtre de Vilnius et martyr. Durant l’occupation nazie du pays, il fit publiquement à l'Église le don de sa vie en sacrifice pour sauver la foi des jeunes, soumise à un programme de destruction. Arrêté le 7 novembre, il fut fusillé le surlendemain dans un bois.

beati-luigi-beltrame-quattrocchi-e-maria-corsini.jpg

Bx  Luigi Beltrame Quattrocchi

Luigi Beltrame Quattrocchi naît le 12 janvier 1880 à Catane en Sicile, Luigi est le fils de Carlo Beltrame et de Francesca Vita. Il portera aussi le nom de Quattrocchi à la suite de la demande d'un beau-frère de Carlo qui, n'ayant pas d'enfants, tenait à ce que son neveu porte le sien.

La famille s'installa à Rome en 1892, et Luigi s'inscrivit à la faculté de jurisprudence, la Sapienza où, en 1902 il soutint une thèse sur le thème l'erreur de fait dans le droit pénal.
Il réussit ensuite un concours national lui ouvrant le chemin de la profession d'avocat et épouse Maria Corsini le 25 novembre 1905.
Outre son travail et sa vie de famille, Luigi s'implique dans un apostolat actif et prend part à la vie associative catholique.

En 1916 il travaille avec l'association scoute naissante l'ASCI, devenant en 1917 président du secteur Roma V et en 1918 membre du Commissariato Centrale. 
En 1919 il fonde le groupe scout « Reparto Scout Roma XX », qu'il dirige jusqu'en 1923. 
En 1921, il devient Conseiller général de l'ASCI jusqu'en 1927.

Au moment du Fascisme en Italie, comme il avait refusé de prendre sa carte du parti, son avancement professionnel fut stoppé.
Pendant la Seconde Guerre mondiale, il cacha des Juifs, et d'autres personnes poursuivies par le régime en place. À la fin de la guerre, en 1946, il fut nommé vice-avocat général de l'État Italien.
Luigi mourut le 9 novembre 1951, d'un infarctus, sa veuve lui survivra 14 ans.

Maria Corsini naît le 24 juin 1884 à Florence. Son père Angelo Corsini était capitaine de grenadiers, sa mère était Giulia Salvi. 
Mariée le 25 novembre 1905 à Luigi Beltrame Quattrocchi, elle se consacra à l'éducation de ses enfants, aux soins de ses parents âgés, tout en ayant une vie spirituelle intense. 
Elle meurt le 26 août 1965 à Serravalle di Bibbiena dans une maison construite pour elle par son époux. Elle écrivit son dernier livre à l'âge de 71 ans.

La vie commune de Luigi Beltrame Quattrocchi et Maria Corsini

S'étant rencontrés en 1900 ils se fiancèrent en mars 1905, et se marièrent le 25 novembre de la même année à la Basilique Sainte-Marie-Majeure. Leur vie était très pieuse, et très équilibrée. Tous les jours, ils assistaient à la Messe et y communiaient. 
Maria expliquait : « La journée commençait ainsi: messe et communion ensemble. Sortis de l'église, il me disait bonjour comme si la journée ne commençait que maintenant. On achetait le journal, puis on montait à la maison. Lui à son travail, moi à mes occupations, mais chacun pensant sans cesse à l'autre. Nous nous retrouvions à l'heure des repas. Avec quelle joie j'attendais, puis je l'entendais mettre la clé dans la serrure, chaque fois bénissant le Seigneur de toute mon âme. Nous avions alors des conversations sereines qui se faisaient joyeuses et espiègles, la main dans la main. Nous parlions un peu de tout. Ses remarques étaient toujours perspicaces. Il était toujours bienveillant. ».

Ils élevaient tous les deux leurs enfants dans la piété mais aussi la joie et la détente, discutant ensemble très souvent, partageant à la fois des moments de prière et de loisirs. Tous les soirs, tous récitaient le chapelet. Tous les mois, ils faisaient une retraite ensemble à la Basilique Saint-Paul-hors-les-murs en compagnie d'Alfredo Ildefonso Schuster, proclamé bienheureux en 1996.
Mais ils faisaient aussi de longues promenades, et ouvraient l'esprit de leurs enfants par de fréquentes conversations artistiques et culturelles.
Leur maison était ouverte à tous, ils étaient toujours prêts à aider et à accueillir quiconque ayant besoin de leur sourire et de leur foi.
Maria faisait le catéchisme et participait à de nombreux mouvements d'action catholique. Pendant la Guerre, elle s'était engagée volontairement comme infirmière de la Croix-Rouge pour porter secours aux blessés. Plus tard, elle servira pendant la Guerre d'Éthiopie, s'étant spécialisée dans les maladies tropicales.
Luigi, par son attitude, témoignait discrètement de sa foi dans son milieu professionnel. Il accompagnait sa femme dans son action au sein des mouvements catholiques et soutint le mouvement scout quand il se répandit en Italie.

Leur premier fils, Filippo, est né en 1906. Il deviendra prêtre à Rome sous le nom de Don Tarcisio.
Leur second enfant, Stefania, est née en 1908. Elle sera moniale bénédictine à Milan sous le nom de sœur Cécile, longtemps supérieure de son couvent, elle mourra en 1993.
Le troisième enfant, Cesare, est né en 1909, il deviendra moine, d'abord chez les Bénédictins, puis chez les Trappistes, sous le nom de Père Paolino.
La quatrième enfant du couple, Enrichetta, est née après une grossesse difficile. Luigi et Maria refusèrent l'avortement préconisé par le corps médical qui craignait pour la vie de la mère et de l'enfant. La petite fille naquit en bonne santé en avril 1914 et devint à son tour laïque consacrée.

Maria Corsini et Luigi Beltrame Quattrocchi ont été béatifies ensemble (une première dans l'histoire de l'Église) le 21 octobre 2001, à Rome, par Saint Jean-Paul II (Karol Józef  Wojtyła, 1978-2005).

La mémoire individuelle, selon le M.R., correspond au dies natalis de chacun : aujourd’hui pour Luigi Beltrame Quattrocchi et le 26 août pour Maria Corsini. 
Fête commune : 25 novembre (Anniversaire de leur mariage). 

Théodore

- En Turquie, St Théodore, soldat martyrisé vers 300: ses reliques sont à Chartres, et aussi sa statue, le très beau chevalier du portail sud.

sant-ursino-orsino-di-bourges.jpg

Saint Ursin

Martyrologe Romain : À Bourges, vers 300, saint Ursin, premier évêque de la cité, qui annonça au peuple le Christ Seigneur, et pour les croyants, dont la plupart étaient des pauvres, il transforma en église une maison donnée par le sénateur Léocade, encore païen.

Saint Vannes,

Martyrologe Romain : À Verdun, au début du VIe siècle, saint Vannes, évêque.

A Verdun, au 6ème siècle,  évêque. En 1598, Dom Didier de la Tour réforma dans cette ville l’abbaye de St Vanne, qui devint chef d’ordre avec plus de cinquante maisons filles. La Congrégation de France, instaurée par Dom Guéranger en 1837, est l’héritière des Congrégations bénédictines de Cluny, St Maur et St Vanne.

Saintes Eustolie et Sopatra

Martyrologe Romain : À Constantinople, au VIe ou VIIe siècle, les saintes Eustolie et Sopatra, vierges moniales.

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 2018-11-12