12 novembre

Saint Cunibert

Martyrologe Romain : À Cologne en Germanie, vers 660, saint Cunibert, évêque, qui, après les invasions barbares, rénova la vie chrétienne et la piété des fidèles dans la ville et tout le pays alentour.

san-diego-di-alcala-a.jpg

 Saint Diégo

Saint Diégo, religieux o.f.m. à Ségovie († 1463)

Martyrologe Romain : Célèbre par son humilité et sa charité dans le soin des malades, aussi bien aux îles Canaries qu’à l’église Sainte-Marie de l’Ara Cœli à Rome, à Séville et enfin à Alcala, où il mourut.

sant-emiliano-della-cogolla.jpg

Saint Émilien de Tarragone

Martyrologe Romain : Sur les hauteurs de La Cogolla en Castille, vers 574, saint Émilien, prêtre. Après une vie érémitique puis cléricale, il embrassa la vie monastique, toujours généreux envers les pauvres et doté de l’esprit de prophétie.

Saint Hésychius

Martyrologe Romain : À Vienne en Gaule, après 552, saint Hésychius, évêque de Vienne (France) qui fut auparavant questeur et participa aux conciles des évêques des Gaules à Orléans et à Paris.

Bx Jean Cini

Martyrologe Romain : À Pise en Toscane, au XIVe siècle, le bienheureux Jean, surnommé de la Paix, qui quitta le service des armes pour celui de Dieu dans le Tiers-Ordre de saint François.

san-giosafat-kuncewycz.jpg

Saint Josaphat 

Il était né à Vladimir (autrefois en Pologne, aujourd’hui en Russie). Converti à la Foi catholique, il se fit moine à Vilna en Lituanie. Consacré évêque de Vitebsk, en Russie, il fut, 6 ans plus tard (en 1623) massacré parce que “uniate” et travaillant à l’unité des Églises.

***********

Josaphat naquit à Wladimir, ville de Pologne, d'une famille modeste. Il reçut le nom de Jean au baptême. Il entra à vingt ans dans l'ordre des Basiliens-Unis de Pologne où il prit le nom de Josaphat.
 

Secrètement passé au schisme, le Supérieur de la communauté tenta vainement de convaincre Josaphat à se révolter contre le Saint Père, mais au grand mécontentement des schismatiques qui accablèrent le Saint d'injures et de sarcasmes, Josaphat dénonça l'archimandrite au métropolitain. Ce dernier déposa le Supérieur de sa charge.

Quoique simple diacre, Josaphat fit preuve d'un zèle ardent pour la conversion des non-unis et en ramena un bon nombre dans le giron de l'Église. Ordonné prêtre, le saint basilien se fit l'apôtre de la contrée, s'appliqua au ministère de la prédication et de la confession tout en pratiquant une exacte observance de ses Règles. Dieu avait doté saint Josaphat d'un talent particulier pour assister les condamnés à mort. Il visitait aussi les malades pauvres, lavait leurs pieds et tâchait de procurer des remèdes et de la nourriture aux miséreux.

Nommé archimandrite du couvent de la Trinité, qui se composait surtout de jeunes religieux, il les forma à la vie monastique avec une vigilance toute paternelle. À l'âge de trente-huit ans, Josaphat Koncévitch fut sacré archevêque de Polotsk à Vilna (Vilnius). Pendant que l'archevêque se trouvait à la diète de Varsovie où plusieurs évêques avaient été convoqués, un évêque schismatique s'empara de son siège à l'improviste.

Josaphat s'empressa de revenir vers son troupeau pour rappeler les brebis rebelles à l'obéissance. Au moment où il voulut prendre la parole, la foule excitée par les schismatiques se rua impétueusement sur lui. Il aurait été impitoyablement massacré si la force armée n'était intervenue pour le dégager.

Le matin du 12 novembre 1623, alors qu'il priait dans la chapelle du palais épiscopal de Vitebsk, une foule en furie envahit la sainte demeure. Josaphat accourut promptement au bruit de l'émeute : « Si vous en voulez à ma personne, dit-il aux assassins,me voici. » Deux hommes s'avancèrent alors vers lui ; l'un d'eux le frappa au front avec une perche et l'autre lui asséna un coup de hallebarde qui lui fendit la tête. Enfin, deux coups de fusil lui percèrent le crâne.

Béatifié par le pape Urbain VIII (Maffeo Barberini, 1623-1644), le 16 mai 1643, et canonisé par le Bx Pie IX (Giovanni Maria Mastai Ferretti, 1846-1878), le 29 juin 1867, saint Josaphat est le premier saint des Églises uniates à être canonisé à Rome.

Ses reliques se trouvent sous l'autel Saint-Basile dans la basilique Saint-Pierre du Vatican.

 beato-giuseppe-raimondo-medes-ferris.jpg

Bx Joseph Raymond Medez Ferris

Bienheureux Joseph Raymond Medez Ferris, martyr en Espagne († 1936)
Marié, il avait accueilli à son domicile 2 frères Carmes Déchaux et une religieuse cistercienne qui furent emprisonnés le 7 novembre. Il fut également incarcéré puis martyrisé avec eux le 12 novembre.
Parce que membre de l’action catholique, il fut fusillé avec ses trois frères religieux, dans la persécution contre l’Église au temps de la guerre civile à Alcudia de Carlet, dans la région de Valence en Espagne.
A été béatifié, le 11 mars 2001, par le Saint Père Jean Paul II (Karol Józef Wojtyła, 1978-2005)

San livino lebuinoSaint Lebuin

Martyrologe Romain : Moine venu d’Angleterre, il s’attacha à annoncer aux habitants de la région de Deventer dans la Frise la paix du Christ et le salut.

 Saint Machar

Martyrologe Romain : Dans la région d’Aberdeen en Écosse, à la fin du VIe siècle, saint Machar, évêque, d’origine irlandaise, disciple de saint Colomba et considéré comme le fondateur de cette Église. 

 san-margarito-flores-garcia-a.jpg

Saint Margarito Flores Garcia

Saint Margarito Flores Garcia, prêtre mexicain et martyr († 1927)

Martyrologe Romain : Dans la grande persécution mexicaine, il fut arrêté en raison de son sacerdoce et abattu par une rafale de mitrailleuse à Tulimar au Mexique.

***************

Saint Margarito Flores Garcia, prêtre mexicain et martyr († 1927)

Martyrologe Romain : Dans la grande persécution mexicaine, il fut arrêté en raison de son sacerdoce et abattu par une rafale de mitrailleuse à Tulimar au Mexique.

Margarito Flores García a été béatifié le 22 novembre 1992 et canonisé le 21 mai 2000, à Rome, par saint Jean-Paul II (Karol Józef Wojtyła, 1978-2005). Au cours de la même cérémonie ont été canonisés ses 24 compagnons, Mère María de Jesús Sacramentado Venegas et le Père José María de Yermo y Parres.

Saint Nil du Sinai

Au 5e siècle,   il aurait été moine au Sinaï. Longtemps on lui attribua le célèbre « Traité de l’oraison » d’Evagre le Pontique.

Martyrologe Romain : Près d’Ancyre en Galatie, au Ve siècle, saint Nil, abbé, qui fut disciple de saint Jean Chrysostome, gouverna longtemps son monastère et diffusa par ses écrits la spiritualité ascétique.

san-benedetto-giovanni-matteo-isacco-e-cristiano.jpg

Saint Christian
et quatre moines camaldules

 Dans la forêt de la Warta en Pologne, St Christian et quatre moines camaldules dont il était le cuisinier. Ceux que l’on connaît sous le nom des “cinq frères” périrent assassinés par des brigands, en 1003. Christian avait tenté de se défendre avec son bâton : on estima donc que sa sainteté était moins héroïque, et il fut enterré dans le cloître alors que ses compagnons étaient ensevelis dans l’église... Christian eut sa revanche posthume, car des cinq martyrs, il est aujourd’hui le plus connu et vénéré.

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 2018-11-12