26 aout

Sant alessandro di bergamoSaint Alexandre de Bergame

Martyrologe Romain : À Bergame en Lombardie (au delà de la plaine du Pô en Italie),saint Alexandre, martyr.

 Saint Anastase le foulon

 Martyrologe Romain : À Salone en Dalmatie, saint Anastase le foulon, martyr.

SaintSaint-Cesaire-d-ARLES 

En 543,  moine de Lérins, puis évêque d’Arles : il présida plusieurs conciles, celui d’Orange en particulier, où fut précisée la doctrine sur la grâce. “Vrai précepteur de la Gaule franque”, il tint à former un clergé digne de sa mission (il fallait, avant d’être ordonné, avoir lu 4 fois la Bible). Il rédigea deux Règles : l’une pour les moines, l’autre pour les moniales, du monastère des Aliscamps que gouvernait sa soeur Césarie : il y insiste sur le voeu de stabilité. Il se guidait lui-même, a-t-il dit, “d’après la raison, la possibilité, la sainteté” et les autres par ses sermons (il en prononça 10.000 en 40 ans).

 Quelques Ecrits

Saint Éleuthère

Martyrologe Romain : À Auxerre, au VIe siècle, saint Éleuthère, évêque.

Saint Eulade

évêque de Nevers au 6ème siècle

Bx Herluin

En Normandie, en 1078,  abbé, fondateur du monastère du Bec, où il reçut le Bienheureux Lanfranc, originaire de Lombardie, et St Anselme, du Val d’Aoste.

Beato giacomo retouretBx Jacques Retouret

Martyrologe Romain : Sur l’île Madame, au large du port de Rochefort, en 1794, le bienheureux Jacques Retouret, prêtre et martyr. Carme du Couvent de Limoges, à la Révolution française, il refusa de prêter le serment à la Constitution civile du Clergé, prêta mais rétracta le serment de “Liberté-Égalité”, fut déporté sur une bateau négrier et mourut de froid, laissé jour et nuit presque sans aucun vêtement.

Bx Jean de Caramola

En 1339, sans doute originaire de Toulouse, il se fit ermite dans l’Italie du Sud ; son mauvais état de santé, consécutif à une vie très pénitente, l’amena à profiter de l’infirmerie du monastère de Sagittario, et de l’idéal cistercien qui y était vécu.

Beata lorenza leukadia harasymivBse Laurence (Leucadie Harasymiv)

Martyrologe Romain : La bienheureuse Laurence (Leucadie Harasymiv), vierge, de la Congrégation des Sœurs de Saint-Joseph, dans la persécution menée par le régime soviétique athée, fut déportée dans un camp de travail, où la persévérance dans la foi la mena au martyre à Kharsk en Sibérie.

JeannebichierdesagesSainte Jeanne-Elisabeth Bichier des Ages

BICHIER DES AGES  Elisabeth
Nom de religion: Jeanne Élisabeth
 France  Naissance: 05.07.1773  (Poitou)  Mort: 26.08.1838
Etat: Religieuse - Fondatrice des "Filles de la Croix" pour l'assistance aux malades et l'éducation des enfants de ruraux.
Née en 1773 aux confins du Berry et du Poitou, Elisabeth Bichier des Ages se met sous la direction de saint André-Hubert Fournet, curé de Maillé, et s'installe, avec quelques compagnes, près de ce village des environs de Poitiers. La petite communauté devient une congrégation qui prend le nom de "Filles de la Croix". Au lendemain de la tourmente révolutionnaire, elles ont devant elles une tâche immense: éducation des enfants de la campagne et spécialement des jeunes filles, soin des malades, assistance aux pauvres. Installée en 1820 dans "l'antique monastère de la Puye", dépendant autrefois de Fontevrault (diocèse de Poitiers), mais fort délabré, la jeune congrégation comptait déjà, dix ans plus tard, quelques soixante-trois maisons, car le Ciel, répondant à la prière de la sainte, avait fait "pleuvoir des sœurs". Sur la fin de sa vie elle rencontre dans les Pyrénées le jeune Michel Garicoït pour qui elle sera un modèle et une inspiratrice. Elle meurt le 26 août 1838.
Béatification: 13.05.1934  à Rome  par Pie XI
Canonisation: 06.07.1947 à Rome  par Pie XII

*******

Vierge et co-fondatrice de la Congrégation des :  « Filles de la Croix » (1773-1838)

J

eanne-Élisabeth Bichier des Âges naît le 5 juillet 1773, au Blanc (Indre). Dans son milieu familial, elle développe une relation intime au Seigneur et un amour profond des pauvres. 
Pendant la révolution, son désir de participer à la messe et de communier lui fait prendre de nuit le chemin périlleux vers la grange des Marsyllis. C'est en ce lieu que se situe la rencontre avec le Père André Fournet.

A

ndré Hubert Fournet est né le 6 décembre 1752, à St Pierre de Maillé (Vienne) et ordonné prêtre en 1776. Vigoureusement converti par l'intempestive réplique d'un mendiant, il s'ouvre totalement à Dieu et aux pauvres. Exilé cinq ans en Espagne pendant la Révolution, contraint à son retour de célébrer l'Eucharistie clandestinement, c'est dans la grange des Marsyllis qu'il rencontre Élisabeth Bichier des Ages.

De cette rencontre, naît la Congrégation des « Filles de la Croix ».

Élisabeth et ses quatre premières compagnes prononcent leurs premiers vœux en 1806, devant le Père André Fournet. La Congrégation s'étend rapidement en Poitou, Région parisienne, Sud-ouest. C'est en 1820 que les sœurs s'établissent à la Puye, dans l'ancien monastère fontevriste qui devient la Maison-Mère.

« Glorifier Dieu et le faire Glorifier par les petits et les pauvres » était l’esprit de la congrégation.

Sœur Élisabeth, malgré un tempérament robuste, est affaiblie par la maladie et la souffrance ; le 26 août 1838, elle quitte sa demeure terrestre pour la rencontre avec Dieu.

Jeanne-Élisabeth a été béatifiée le 13 mai 1934, par Pie XI (Ambrogio Damiano Ratti, 1922-1939) et canonisée le 06 juillet 1947, par le Vénérable Pie XII (Eugenio Pacelli, 1939-1958).

Beata maria di gesu crocifisso mariam baouardy cBse Marie de Jésus Crucifié BAOUARDY

BAOUARDY Marie (Mariam)
Nom de religion: Marie de Jésus Crucifié
Terre Sainte  
Naissance: 05.01.1846  à Abellin (Près de Nazareth)  Mort: 26.08.1878  à Bethléem
En 1878, , appelée familièrement “la petite arabe”. Elle naquit près de Nazareth et mourut à Bethléem dont elle fonda le Carmel après s’être initiée elle-même au Carmel de Pau. Guérie par Notre-Dame, elle vécut une vie prodigieuse.  Humilité et service vécus avec les plus extraordinaires phénomènes mystiques.
Béatification: 13.11.1983  à Rome  par Jean Paul II

*****

Martyrologe Romain : À Bethléem, en 1878, la bienheureuse Marie de Jésus Crucifié(Marie Baouardy), vierge carmélite. Comblée de charismes mystiques, elle mena une vie contemplative avec une charité extraordinaire.

Beati luigi beltrame quattrocchi e maria corsini 1Bse Maria Corsini

Mère de famille, veuve

Saint Maximilien

Martyrologe Romain : À Rome, au cimetière de Basille, sur l’ancienne voie Salariene, saint Maximilien, martyr.

San melchisedech bSaint Melchisédek

Martyrologe Romain : Commémoraison de saint Melchisédek, roi de Salem et prêtre du Dieu Très Haut, qui bénit Abraham à son retour d’une expédition victorieuse en présentant au Seigneur un sacrifice saint, une offrande sans tache, préfigurant ainsi le Christ, roi de justice, prêtre pour l’éternité.

Santa teresa di gesu jornet e ibars bSainte Thérèse de Jésus Jornet e Ibars

Espagne  Naissance: 09.01.1843  à Aytona (Dioc. Lerida - Catalogne)  Mort: 26.08.1897  à Liria - Valence
 Religieuse - Fondatrice des Petites Sœurs des vieillards abandonnés (1872
Thérèse Jornet y Ibars naît à Aytona au diocèse de Lérida en Catalogne le 9 janvier 1843. Élevée dans une famille chrétienne, puis confiée à sa tante, elle manifeste très tôt sa grande charité sachant se priver discrètement pour les autres. Elle fait des études pour être institutrice et cherche sa voie dans plusieurs familles spirituelles. Finalement, sur le conseil de son directeur de conscience, elle fonde, à 25 ans, une œuvre destinée à recueillir les vieillards sans famille et démunis: "les petites Sœurs des vieillards abandonnés". Son œuvre grandit, et, confiante en la Providence, elle n'hésite pas à répondre aux appels malgré la modicité de ses ressources: "Plus il y a de pauvres, plus il y a de bienfaiteurs" dit-elle. Ce qui l'amène à sillonner l'Espagne pour ses fondations, mais dans tous ses déplacements, elle sait protéger le secret de son dynamisme par son union à Dieu. Avec les vieux, elle a des trésors de délicatesse, et ses nombreuses filles partagent le même idéal: adoucir le sort des vieux. Elle s'use à la tâche et les épreuves ne lui manquent pas. Née sous les auspices de la Vierge et marquée par elle dans les grandes circonstances de sa vie, c'est encore à "Notre-Dame des abandonnés" qu'elle confie son œuvre. Elle meurt à 54 ans, le 26 août 1843.
Béatification: 27.04.1958  à Rome  par Pie XII
Canonisation: 27.01.1974  à Rome  par Paul VI

****

Religieuse et cofondatrice avec le P. Saturnino López Novoa des :
Hermanitas de los Ancianos Desamparados
(‘Petites sœurs des personnes âgées abandonnées’)
Thérèse de Jésus Jornet naît le 9 janvier 1843 à Aitona (province de Lérida, en Catalogne, Espagne) au sein d'une famille de paysans. Élevée dans une famille chrétienne, elle fut confiée à sa tante. Très tôt, elle manifesta attention et charité en n’hésitant pas à se priver discrètement au profit des autres.

Après l'obtention de son diplôme d'enseignante, elle exerce sa profession à Argençola (Barcelone). Son oncle, le Père François Palau y Quer, religieux carme déchaux, créateur de divers établissements d'enseignement pense à elle comme collaboratrice pour sa fondation de carmélites missionnaires mais elle aspire à une vie religieuse séparée du monde et en 1868, entre au monastère des clarisses de Briviesca (Burgos) qu'elle quitte 2 ans plus tard pour raison de santé. Encore une fois, son oncle tente d'orienter Thérèse dans sa fondation et la nomme visiteuse pour les écoles qu'il crée mais sans qu'elle s'engage dans la vie religieuse. Lorsque le Père Palau y Quer décède, elle retourne dans sa famille.

En 1872, elle va à Barbastro (Huesca) et rencontre un prêtre qui était ami du Père Palau y Quer, celui-ci lui parle d'un projet d'un autre ecclésiastique, le Père Saturnino López Novoa, qui désire constituer une congrégation pour venir en aide aux personnes âgées démunies. Thérèse se propose pour faire partie de la société de bienfaisance et rejoint les premières candidates dans le nouvel institut fondé à Barbastro le 3 octobre 1872 : les ‘Petites sœurs des personnes âgées abandonnées’. Quelques jours après, elle est élue Supérieure de ce groupe. La fondation se déplace à Valence. 
On la vit, avec ses compagnes, se prodiguer généreusement au service des anciens ; animée par l'Amour du Seigneur reconnu et servi dans les plus pauvres, elle disait avec enthousiasme : « Dieu dans le cœur, l'Éternité dans la tête et le monde sous les pieds... Il n'y a rien de petit lorsqu' il s'agit de la Gloire de Dieu! ».

En 1887, elle est élue Supérieure générale de l'Institut et continue les fondations de maisons de retraite en Espagne et en Amérique. 
Elle acheve sa vie à Liria (Valence) le 26 août 1897 à l'âge de 54 ans. Ses restes ont été transférés à Valence, à la Maison-Mère de la Congrégation.

Teresa de Jesús Jornet a été béatifiée, par le vénérable Pie XII (Eugenio Pacelli, 1939-1958), le 27 avril 1958 et canonisée par leBx Paul VI (Giovanni Battista Montini, 1963-1978), le 27 janvier 1974.

Les ‘Petites sœurs des personnes âgées abandonnées’ sont présentes en : Europe, en Amérique, en Afrique et en Asie. La maison généralice est à Valence. 
Au 31 décembre 2005, la congrégation comptait 2527 religieuses dans 210 maisons.

 Saint Victor

Martyrologe Romain : À Césarée de Maurétanie, saint Victor, martyr, qui, condamné à mort comme chrétien, fut supplicié un jour de sabbat.

 Beato zeffirino namuncura bBx Zéphirin Namuncurá

 

Religieux s.d.b. argentin
Commémoré le 11 mai (dies natalis) par le Martyrologe Romain et le 26 août par la Famille Salésienne.

Saint Zéphirin

A Rome, St Zéphyrin, Pape de 199 à 217 : il vit l’Église ensanglantée par la persécution de Septime-Sévère, déchirée par l’erreur montaniste et le schisme d’Hippolyte. Toutes ces souffrances lui valurent d’être honoré comme martyr.

 Beato ambrogio da benaguacil luis valls matamalesBx Ambroise(Louis Valls Matamales) Beato pietro da benisa alejandro mas ginestar aet Pierre (Alexandre Max Ginestar),  
Beato felice felix vivet trabalet 
Félix Vivet Trabal 

 

Martyrologe Romain : En Espagne, en 1936, les bienheureux martyrs Ambroise(Louis Valls Matamales) et Pierre (Alexandre Max Ginestar), prêtres capucins, mis à mort, l’un à Valence, l’autre à Denia et Félix Vivet Trabal religieux salésien, tué près de Barcelone, tous trois victimes de la persécution contre l’Église au cours de la guerre civile.

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 2018-08-25