Lettre pastorale de Mgr Hubert Coppenrath la famille 2008

Mgrhcoppenrath1  Lettre pastorale pour l'année 2008

Au clergé, aux religieux, aux fidèles laïcs du diocèse de Papeete,

À tous grâce et paix de la part de Dieu notre Père et de Jésus-Christ notre Sauveur.

Notre diocèse a choisi de consacrer spécialement l'année 2008 à la famille.

Pourquoi ce choix ?

        Le catéchisme de l'Église catholique nous dit : "En créant l'homme et la femme, Dieu a institué la famille humaine et l'a dotée de sa constitution fondamentale" (n° 2203). La famille est donc une institution naturelle parce que voulue et fondée par Dieu. Sa vocation est d'assurer aux enfants l'affection et la protection dont ils ont besoin et de transmettre les valeurs. Cela n'est possible que si, à la base de la famille, il y a un couple qui s'aime et se respecte.

        Malheureusement nous savons que dans le monde d'aujourd'hui la famille traverse une crise profonde. L'instabilité des couples prive les enfants de l'amour et de la sécurité dont ils ont tant besoin et les blesse profondément. Mais ce n'est pas non plus sans souffrances ni dommages que des couples, qui se sont aimés, ont vécu de beaux moments et donné la vie à des enfants, mettent fin à leur parcours commun.

        Les conséquences sociales sont dramatiques : on sait de manière certaine que bien des problèmes et des difficultés que vivent les jeunes d'aujourd'hui, délinquance, instabilité, mal être, suicide … doivent être mis en rapport avec les carences familiales. Si bien que tout progrès dans la stabilité des mariages entraîne des progrès dans d'autres domaines par exemple dans la baisse du nombre des avortements et des suicides, comme il a été observé notamment en Croatie.

        La Polynésie n'est pas épargnée : environ la moitié des couples vivent en concubinage et presque la moitié des mariages civils aboutissent à un divorce. Le divorce n'épargne pas non plus les couples qui se sont mariés religieusement. Parmi les couples qui ne vont pas jusqu'à la séparation et au divorce, il y en a aussi qui vivent des tensions, d'autres qui cohabitent sans amour. Ne parlons pas des violences conjugales, des enfants battus, des méfaits de l'alcool, de l'inceste …  Dans ce pays que la publicité vante comme un paradis, il y a un nombre impressionnant de personnes blessées affectivement par la vie qu'ils ont connue en famille.

        Malgré le triste état dans lequel est tombée la famille, il y a des gens qui s'acharnent à l'affaiblir encore davantage au nom d'idéologies mortifères, s'efforçant par exemple de faire mettre sur un pied d'égalité dans la législation le mariage et les unions homosexuelles ou militant pour que les couples homosexuels soient autorisés à adopter des enfants.

Nous ne pouvons pas baisser les bras devant cette situation. Il ne suffit pas de se lamenter, nous devons agir pour que les familles polynésiennes, surtout celles qui partagent notre foi, gardent l'idéal de la famille chrétienne ou le retrouvent. Mais heureusement, il y a aussi de belles familles, unies et heureuses et beaucoup de jeunes se félicitent de vivre dans des familles où ils se sentent heureux.

Comment pouvons-nous agir ?

Il y a d'abord à faire une remarque préliminaire : nous vivons tous dans une famille, ou nous sommes reliés de près ou de loin à une famille. Nous devons donc tous nous impliquer dans l'effort qui va être fait cette année et non pas le laisser à quelques associations spécialisées comme l'Association Familiale Catholique ou l'Union des Femmes Catholiques, même si ces associations doivent être soutenues et développées.

Notre effort prendra deux directions complémentaires. D'une part, alors que l'enseignement de la Bible et de l'Église est ignoré ou même contesté, il est indispensable que tous les Chrétiens et en particulier les jeunes soient mieux informés de l'enseignement de l'Église sur le mariage et la famille. Il faudra donc organiser un maximum d'enseignements, de retraites, de "matuturaa" sur le mariage et la famille. Il ne faut pas seulement exposer l'idéal chrétien du mariage, il faut convaincre de l'importance de le vivre et le faire aimer.

D'autre part, il ne s'agit pas seulement d'informer, il faut obtenir des progrès concrets et c'est là surtout que tous doivent se sentir concernés.

Voici quelques-uns de ces résultats concrets que nous devons viser :

  • les couples dont l'amour s'est attiédi au fil des ans s'efforcent   de retrouver l'amour de leur jeunesse qui les a fait se choisir comme époux et épouse, par exemple en se donnant de nouveaux objectifs.
  • Que l'on accorde plus de temps et d'attention dans chaque foyer à la vie de famille. C'est-à-dire aux moments où parents et enfants se retrouvent ensemble. Le repas familial, menacé par le style de vie actuel, doit être remis en valeur.
  • Qu'il y ait des pardons et des réconciliations entre parents, entre parents et enfants, entre frères et sœurs. Et qu'il y ait plus d'unité et plus d'affection dans les familles.
  • Que les parents s'impliquent davantage dans la scolarisation de leurs enfants, dans leur catéchèse, qu'ils soient près d'eux aux grands moments de l'initiation chrétienne.
  • Que les couples en difficulté ne recourent pas trop vite au divorce, qu'ils pensent aux souffrances qu'ils vont infliger à leurs enfants.
  • Que les couples qui vivent en concubinage se posent sérieusement la question du mariage.
  • Que chaque famille s'efforce d'être une Église domestique, c'est-à-dire une petite cellule où l'on prie ensemble et où l'on vit ensemble la foi chrétienne en s'appuyant les uns sur les autres.
  • La préparation au mariage doit faire cette année de nouveaux progrès. Elle doit être assurée par des personnes compétentes et il serait bon que l'on puisse organiser des formations pour ceux qui se verront confier ces préparations.
  • et développés, de même que tout ce qui est organisé pour apporter une aide concrète et pratique aux familles et les défendre.

 

Chers frères et sœurs, j'ai choisi volontairement d'écrire une lettre courte, afin qu'elle soit lue par un maximum de personnes et qu'elle indique clairement à tous les efforts à entreprendre cette année.

Cette année sera aussi celle du cent cinquantième anniversaire des apparitions de Lourdes. Ce sera une année mariale et nous associerons donc Marie à notre action pour la famille chrétienne, confiant à sa prière le progrès de la famille chrétienne et puisant dans l'exemple de la Sainte Famille une inspiration pour notre vie de famille.

Donnée à Papeete le 9 janvier 2008

                                                                    + Hubert Coppenrath

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 2017-03-16