Passioniste de Polynésie

Jean 17,20-26

Jean 17 20 26awÉvangile de Jésus Christ selon saint Jean 17,20-26.

À l'heure où Jésus passait de ce monde à son Père, les yeux levés au ciel, il priait ainsi : « Je ne prie pas seulement pour ceux qui sont là, mais encore pour ceux qui accueilleront leur parole et croiront en moi.  Que tous, ils soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et moi en toi. Qu'ils soient un en nous, eux aussi, pour que le monde croie que tu m'as envoyé.  Et moi, je leur ai donné la gloire que tu m'as donnée, pour qu'ils soient un comme nous sommes un : moi en eux, et toi en moi. Que leur unité soit parfaite ; ainsi, le monde saura que tu m'as envoyé, et que tu les as aimés comme tu m'as aimé.  Père, ceux que tu m'as donnés, je veux que là où je suis, eux aussi soient avec moi, et qu'ils contemplent ma gloire, celle que tu m'as donnée parce que tu m'as aimé avant même la création du monde.  Père juste, le monde ne t'a pas connu, mais moi je t'ai connu, et ils ont reconnu, eux aussi, que tu m'as envoyé.  Je leur ai fait connaître ton nom, et je le ferai connaître encore, pour qu'ils aient en eux l'amour dont tu m'as aimé, et que moi aussi, je sois en eux. »

separ bible

Voila un très beau texte de Jean qui nous parle d’unité et de gloire ! On est tous d’accord avec cela, l’unité c’est beau... et la gloire, ce n’est certes pas pour nous déplaire ! Oui mais voila de quelle unité le Christ nous parle-t-il, quand il dit « que tous soient un » ?

Est-ce le fait d’avoir exactement les mêmes gouts ? Non ! Nous aimons seulement les mêmes choses mais nous pouvons très bien ne pas nous aimer ! On peut aimer le même chocolat, la même musique, les mêmes voitures, mais ne pas s’aimer et même se détester au point de se vouloir du mal !

 Est-ce le fait d’appartenir au même groupe et de porter la même tenue ? Non là encore ce n’est qu’une apparence d’unité ! Nous pouvons avoir la même tenue et avoir envie de nous «  fusiller » l’un l’autre ! Cela n’est pas l’unité ! Oh c’est vrai que ça fait beau de l’extérieur et ça peut tromper les gens lorsqu’ils nous regarde de loin avec nos belles tenues coordonnées, et nos sourires de surface, mais si ces personnes venaient nous voir de près , trouveraient-elles vraiment des gens unis, qui s’aiment ou bien des gens qui sont simplement l’un à côté de l’autre pour telle ou telle manifestation ou action ?

Alors c’est quoi l’unité dont nous parle Jésus ? L’unité de Jésus n’est pas dans l’extérieur, dans l’apparence, elle est dans le cœur ! Elle est le résultat de cette force intérieure qui nous fait aimer l’autre alors même qu’il pense différemment de nous, alors même qu’il vit différemment de nous. L’unité est fruit de l’Amour !

Or nous le savons bien, notre capacité d’aimer est quelquefois bien limitée, et le seul qui puisse nous faire grandir dans l’amour c’est Jésus. Jésus qui par amour pour nous est mort sur la croix !

Nous, nous ne cessons de pécher et Jésus, lui, ne cesse d’être patient, de nous pardonner, de nous éduquer ! Il est toujours uni à nous ! Mais nous, sommes-nous vraiment uni à Lui ? Car si nous ne cherchons pas d’abord cette unité de cœur avec Jésus, jamais nous n’arriverons à vivre l’unité entre nous.

Si Jésus a toujours été si uni aux hommes de son vivant, alors même qu’il voyait très bien leur misère, qu’il subissait leur méchanceté, c’est qu’il a puisé son amour dans l’amour de son Père. Si vous relisez attentivement l’évangile vous verrez que chaque jour, Jésus se retirait à l’écart pour prier son Père, pour vivre un cœur à cœur avec Lui ! Jésus trouve la force d’aimer dans l’amour de son Père !

Là,  il nous montre le chemin ! Pour avoir la force d’aimer il faut prendre quotidiennement le temps du cœur à cœur avec Jésus ! C’est son amour qui transformera notre cœur ! Cherchons donc, à être toujours en union de cœur avec Jésus, alors il nous fera grandir dans l’amour des autres, alors les gens ne s’arrêteront plus à notre unité de surface, mais s’interrogeront vraiment sur ce qui nous unit et là, ils verront Dieu ! C’est en cela que nous seront de véritables témoins !

La perfection de l’unité c’est l’amour,

L’amour qui me fait aimer l’autre alors même qu’il est très différent de moi,

L’amour qui me porte à aider l’autre alors même qu’il ne cesse de me mettre des bâtons dans les roues,

L’amour qui me fait donner de mon temps, donner ma vie pour les autres alors même qu’eux sont mauvais, méchants avec moi ! 

Cet amour là c’est l’unité parfaite !  Et alors nous rejoignons la gloire de Jésus !

 Mais c’est quoi la gloire de Jésus ? Ce n’est pas la gloire telle que le monde la décrit. La gloire de Jésus ne se trouve pas sur les podiums ; ou sur les plateaux de télévision ! La gloire de Jésus en notre monde elle s’est trouvée sur la croix !

Eh oui ! Sa gloire ce n’était pas d’être admiré par tout le monde, sa gloire c’était d’offrir sa vie pour nous, avec toutes les souffrances que cela comprenait !

La gloire de Dieu, le monde ne la voit pas, ne la reconnait pas sauf parfois dans des cas exceptionnel tel que Mère Thérésa. Pour partager la gloire de Jésus en ce monde il faut donc accepter de ne plus être en vue du monde, (où si on l’est de par notre fonction par exemple eh bien ne pas y être attaché !). Il faut donc accepter de marcher à l’envers de ce monde, accepter d’être critiqué, bafoué, mais avec le cœur toujours en paix parce qu’uni à l’amour inconditionnel de Jésus pour nous !

Vous savez, quand on a découvert la force de l’amour de Jésus pour nous-mêmes, personnellement, on découvre en même temps qu’on ne le mérite pas, et on en est tout transformé, le monde dès lors peut dire de vous ce qu’il veut, il peut vous attaquer, ses attaques ne sont que de la pluie sur une vitre … ça frappe mais ça coule ! Ca ne rentre pas dans la maison !!!! … Et puis Jésus, nous montre aussi que la véritable gloire, c’est au ciel que nous la vivrons avec lui dans la joie éternelle auprès de Dieu !

Marie est venue en cette maison aujourd’hui pour nous dire l’amour qu’elle a pour nous ; mais aussi pour nous révéler l’amour de son Fils pour chacun de nous, personnellement ! Elle est là, comme un appel à l’unité, à l’amour vrai qui sait dépasser les différents de la vie.

 Accueillir Marie, aujourd’hui, ou l’accompagner dans son mois de pèlerinage, c’est lui dire :

« Ok Maman, je veux grandir dans l’amour de Jésus, avec toi ! Je veux faire un effort pendant le temps que tu es chez nous, pendant tout ce mois, pour apprendre à aimer Jésus, pour apprendre à aimer les autres comme Jésus les aime ! Alors maman Marie, aide-moi ! Aide-moi avec ton cœur de maman, à grandir dans l’amour de toi, de Jésus et des autres. Amen. » 

Myriam de Gemma
Mai 2013 au Rosaire Vivant  /  mai 2021

Date de dernière mise à jour : 2021-05-19

Commentaires

  • gilda descombes
    • 1. gilda descombes Le 2019-05-31
    hi