Passioniste de Polynésie

Luc 12,13-21

Luc 12 13 21awÉvangile de Jésus Christ selon saint Luc 12,13-21.

En ce temps-là, du milieu de la foule, quelqu’un demanda à Jésus : « Maître, dis à mon frère de partager avec moi notre héritage. » Jésus lui répondit : « Homme, qui donc m’a établi pour être votre juge ou l’arbitre de vos partages ? » Puis, s’adressant à tous : « Gardez-vous bien de toute avidité, car la vie de quelqu’un, même dans l’abondance, ne dépend pas de ce qu’il possède. » Et il leur dit cette parabole : « Il y avait un homme riche, dont le domaine avait bien rapporté. Il se demandait : “Que vais-je faire ? Car je n’ai pas de place pour mettre ma récolte.” Puis il se dit : “Voici ce que je vais faire : je vais démolir mes greniers, j’en construirai de plus grands et j’y mettrai tout mon blé et tous mes biens. Alors je me dirai à moi-même : Te voilà donc avec de nombreux biens à ta disposition, pour de nombreuses années. Repose-toi, mange, bois, jouis de l’existence.” Mais Dieu lui dit : “Tu es fou : cette nuit même, on va te redemander ta vie. Et ce que tu auras accumulé, qui l’aura ?” Voilà ce qui arrive à celui qui amasse pour lui-même, au lieu d’être riche en vue de Dieu. »

separ bible

Toute la question de la richesse et de l’héritage. S’il est normal que des parents épargnent pour laisser un héritage à leurs enfants, il n’est pas bon de ne vivre que pour cela. De même, il n’est pas bon que des enfants se battent pour cet héritage. La justice dans le partage doit exister. Et les lois sont généralement faites en ce sens.

Mais ici le Seigneur veut s’adresser à notre conscience à notre cœur. Que faisons-nous réellement de l’argent que nous avons ? Savons-nous nous en servir pour faire le bien ? Quel est notre degré de partage, d’amour des autres ? De compassion envers ceux qui manquent du nécessaire car ils n’ont pas les moyens de se le procurer ?

Dans le plan de Dieu, le premier commandement n’est pas d’être riche mais bien de s’aimer les uns les autres.  L’amour n’est pas l’assistanat mais le juste partage….

Et cela quelque soit notre condition sociale car, qui que nous soyons, nous pouvons toujours trouver plus pauvres que nous et leur partager un peu de ce que nous avons.

L’esprit de partage ne dépend pas de la grosseur de notre portefeuille mais bien de notre cœur.  

Alors, sans regarder à ceux qui possèdent plus que nous, quel est l’ouverture de notre cœur au partage de ce que nous avons ? C’est la question a laquelle Jésus nous renvoie aujourd’hui ?

Myriam de Gemma
Août 2016

separ bible

«Car la vie d'un homme, fût-il dans l'abondance, ne dépend pas de ses richesses»

Aujourd'hui, si nous ne nous bouchons pas les oreilles et ne fermons pas les yeux, l'Évangile nous ébranlera par sa clarté: «Gardez-vous bien de toute âpreté au gain; car la vie d'un homme, fût-il dans l'abondance, ne dépend pas de ses richesses» (Lc 12,15). Qu'est-ce qui assure la vie de l'homme?

Nous savons bien ce qui assure la vie de Jésus, car Il nous l'a dit: «Comme le Père a la vie en lui-même, ainsi a-t-il donné au Fils d'avoir la vie en lui-même» (Jn 5,26). Nous savons que la vie de Jésus non seulement procède du Père, mais consiste à faire Sa volonté, car telle est sa nourriture, et la volonté du Père revient à réaliser sa grande œuvre de salut parmi les hommes, en donnant sa vie pour ses amis, signe du plus parfait amour. La vie de Jésus est donc une vie totalement reçue du Père et entièrement livrée au Père et, par amour pour le Père, aux hommes. La vie humaine pourra-t-elle, dans ces conditions, se suffire à elle-même? Pourra-t-on nier que la vie est un don, que nous l'avons reçue et que, ne serait-ce que pour cela, nous devons rendre grâce? «Que nul ne se croît maître de sa propre vie» (Saint Jérôme).

Dans cette perspective, il ne reste qu'à nous demander: Quel sens peut avoir notre vie si elle se replie sur elle-même, si elle se complaît à dire: «Mon âme, te voilà avec des réserves en abondance pour de nombreuses années. Repose-toi, mange, bois, jouis de l'existence» (Lc 12,19)? Si la vie de Jésus est un don reçu et donné toujours dans l'amour, notre vie —que nous ne pouvons nier avoir reçue— doit se convertir, en suivant celle de Jésus, en un don total à Dieu et à nos frères, car «qui aime sa vie la perd» (Jn 12,25).

Abbé Lluc TORCAL Moine de Monastère de Sta. Mª de Poblet  (Santa Maria de Poblet, Tarragona, Espagne)

Date de dernière mise à jour : 2019-10-21

Commentaires

  • LANDU Flavien
    • 1. LANDU Flavien Le 2020-01-09
    Voilà pourquoi aujourd'hui, les enfants héritiers se séparent, ils ne s'aiment plus les uns les autres à cause des biens matériels et richesses financières en banque que leur papa a laissés. Les membres de famille de papa ne connaissant pas Dieu, profitent de la mésentente entre les héritiers pour leur faire périr la vie.

    Donc, nous devons apprendre et enseigner aux gens que Vanité des vanités tout est vanité. Mieux vaut être riche pour Dieu que pour le monde.

    Ce qui pousse les hommes à devenir occultistes et perdre leurs vies dans un laps de temps.

    Je vous remercie.

    Flavien LANDU
    Armée du salut
    Poste Ndjili 1
    Kinshasa/RDC