Passioniste de Polynésie

Luc 12,49-53

Luc 12 49aaw

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 12,49-53.

Jésus disait à ses disciples : « Je suis venu apporter un feu sur la terre, et comme je voudrais qu'il soit déjà allumé ! Je dois recevoir un baptême, et comme il m'en coûte d'attendre qu'il soit accompli ! Pensez-vous que je sois venu mettre la paix dans le monde ? Non, je vous le dis, mais plutôt la division. Car désormais cinq personnes de la même famille seront divisées : trois contre deux et deux contre trois ; ils se diviseront : le père contre le fils et le fils contre le père, la mère contre la fille et la fille contre la mère, la belle-mère contre la belle-fille et la belle-fille contre la belle-mère. »

separ bible

Jésus ne prône pas la guerre loin de là ! Il est amour et ce baptême de feu dont il parle ici c’est sa Passion, son sacrifice d’amour sur la croix pour le salut des âmes. Mais justement l’amour ne laisse pas indifférent soit on l’accepte soit on le refuse. Et Dieu nous laisse cette pleine liberté de l’accepter ou de le refuser.

Cette liberté ne poserait pas de problème majeurs dans les relations humaines, si l’homme était assez sage pour respecter lui aussi la liberté des autres, et particulièrement de ceux qui lui sont proches ; mais généralement cette sagesse là, fait défaut et l’homme sous couvert de respect, de religion, de bon droit, de traditions et que sais-je encore, entre en guerre et se met à torturer ceux là même qu’il devrait aimer.

Jésus ne se fait pas d’illusion quand à cette faiblesse humaine, et s’il le dit, c’est pour bien avertir ces disciples qu’ils doivent être prêts eux aussi a se trouver en but à l’incompréhension, des autres, à leur persécution même..... car la fraternité universelle n'existe pas ! et tant que l'homme portera en lui la faiblesse du péché originel il en sera ainsi ! 

Etre chrétien n’est pas avoir une vie exempte de souffrance, c’est avoir une vie ou l’on aime Dieu et les autres plus que soi même. Etre chrétien c’est vivre le défi de l’amour au cœur de notre monde.

Myriam de Gemma
Octobre 2020

lampes-fresque.jpg

Voila un texte un peu déroutant. Jésus passe sa vie à guérir, à aimer, à pardonner … à faire le bien, et là il affirme qu’il n’est pas venu apporter la paix mais la division, la division au sein même de la famille … Et puis il parle d’un baptême qu’il doit recevoir... Mais de quel baptême s’agit-il ? Car il n’en existe pas d’autre que celui de Jean Baptiste et ce baptême là, il l’a déjà reçu ! Alors de quoi parle-t-il ? Et puis aussi, il parle d’apporter le feu sur la terre ; le feu est symbole de ce qui est brulé, le feu est celui qui purifie …. Mais de quel feu parle-t-il donc ? Pour les apôtres ce n’est pas facile de comprendre … et ils ne comprendront pas … pas tout de suite, il leur faudra attendre la Pentecôte pour tout comprendre.

Reprenons donc les paroles de Jésus

Je suis venu apporter un feu sur la terre. De quel feu s’agit-il ?  Il s’agit de l’Esprit Saint.

 L’Esprit Saint qui est vérité et qui appelle à la sainteté. En ce sens l’Esprit Saint est ce feu dévorant au fond chaque cœur, car il nous révèle notre péché et en même temps il nous révèle la parole de Dieu, l’amour de Dieu.

 L’Esprit Saint qui, le jour de la Pentecôte, se manifestera sur les apôtres comme des langues de feu. Ce sera un feu qui embrasera le monde par le témoignage des apôtres  Rappelez-vous le récit de la Pentecôte, les apôtres sortent de la maison, et se mettent à parler à la foule, oubliant leur peur d’être eux aussi arrêtés, n’ayant rien préparé de ce qu’ils avaient à dire. Saisis par l’Esprit Saint ils sortent et parlent …. Et là tout le monde les comprend et plus de 5000 personne se convertissent !

 Oui la parole de Di Pensez-vous que je sois venu mettre la paix dans le monde ? Non, je vous le dis, mais plutôt la division eu embrase le monde et ce monde semble se diviser en deux camps, ceux qui croient, ceux qui acceptent la parole et ceux qui n’y croient pas et la refusent alors, Dès lors il ne s’agira plus de famille, ou d’amitiés humaines mais de foi ! Et lorsque nous regardons le début de l’Eglise, le début de a communauté chrétienne, nous y trouvons tout de suite, la persécution des croyants.  Oui, le croyant devait vivre de  toute la force de sa foi et certains vivrons leur foi jusqu’au martyr. 

Je dois recevoir un baptême. De quel baptême parle Jésus ? Car enfin il a déjà reçu le baptême de Jean. Et jusqu’à présent il n’y a pas d’autre baptême. Alors de quoi parle Jésus ? Jésus parle de sa mort et de sa résurrection. C’est le baptême d’amour, le baptême du sang, de son sang versé pour que toute l’humanité puisse recevoir en son nom la vie éternelle.  Et Jésus nous précise même qu’il a hâte que cela soit fait ! Il désire ce baptême, ce sacrifice ou il donnera tout pour nous sauver.

Mais Jésus n’est pas un rêveur, un idéaliste,  il connait bien le cœur humain, c’est pourquoi il rajoute :

Pensez-vous que je sois venu mettre la paix dans le monde ? Non, je vous le dis, mais plutôt la division

Il sait bien, que beaucoup refuseront de croire en son sacrifie, et que même beaucoup de ceux qui refuseront de croire, persécuteront les croyants. Et toute l’histoire des chrétiens, depuis le début, jusque maintenant, le montre ! Combien de chrétiens, ont payé de leur sang, leur foi en Jésus … ils sont des milliers ! Et aujourd’hui encore il y en a ! On pourrait alors croire que leur foi n’a servi à rien ! Oh que non ! Dans leur foi manifesté jusqu’au bout il rentre dans le sacrifice du Christ et avec lui apportent aussi le salut aux âmes, à l’humanité. Jésus par cette parole, n’invite pas les apôtres à la peur, mais à la lucidité et au courage de la foi.

Et nous ?

Nous avons été baptisés. Par le sacrement du baptême, de par la mort et la résurrection de Jésus, nous sommes devenus enfants du Père. Et puisque nous sommes là aujourd’hui c’est que faisons partie de ceux qui croient en Jésus Christ, fils unique de Dieu, en Jésus Christ seul Seigneur et Sauveur. Mais vivons-nous vraiment notre foi ?

 C’est à dire, vivons-nous avec la puissance de l’Esprit Saint, qui veut faire la vérité en notre cœur pour y bruler tout ce qui y est contraire à l’amour de Dieu ?

 C'est-à-dire, nous laissons-nous envahir par la force de témoignage de l’Esprit Saint en nous, ou restons nous sur notre peur de parler et d’annoncer Jésus a tous ceux qui nous entourent ?

Laissons-nous vraiment l’Esprit Saint faire son œuvre en nous et autour de nous ?

Jusqu’où sommes-nous prêts à aller pour marcher à la suite du Christ ? Voila la question qui nous est posée aujourd’hui par cette parole de Jésus ?

Jésus nous dit :

«  J’ai donné ma vie pour toi, et pour l’humanité, je t’ai envoyé mon Esprit Saint pour qu’il soit source de purification en ton cœur et pour qu’il soit aussi force de témoignage... mais accueilles-tu vraiment mon Esprit ? »

Cette question c’est à nous d’y répondre au fond de notre cœur.

  Marie est celle qui a cru en ce baptême de Jésus, au pied même de la croix elle y a participé.

Marie est celle qui a reçu l’Esprit Saint, le jour de la pentecôte elle était avec les apôtres.

Marie est celle qui a vécu sa foi en la Bonne Nouvelle du salut jusqu’au bout …. Demandons lui humblement d’intercéder pour nous afin que nous ne perdions jamais la grâce de notre baptême, et que laissant L’Esprit Saint agir en nous comme il le veut, nous puissions ainsi devenir de véritables témoins de Jésus qui a donné sa vie pour chacun de nous. Amen.

Myriam de Gemma
Octobre 2013 au Rosaire Vivant

separ bible

«Je suis venu apporter un feu sur la terre»

Aujourd'hui, Jésus se présente à nous comme un homme aux grands désirs: «Je suis venu apporter un feu sur la terre, et comme je voudrais qu'il soit déjà allumé!» (Lc 12,49). Jésus voudrait déjà voir le monde brûler de charité et de vertu! Rien que ça! Il lui faut passer par l'épreuve d'un baptême -la croix- et il voudrait déjà l'avoir fait! Naturellement! Jésus a des plans et il est pressé de les voir se réaliser. Nous pourrions dire qu'il est la proie d'une sainte impatience. Nous aussi, nous avons des idées et des projets, et nous voudrions les voir tout de suite réalité. Le temps nous gêne. «Comme il m'en coûte d'attendre qu'il soit accompli!» (Lc 12,50), dit Jésus.

C'est la tension de la vie, l'inquiétude ressentie par les personnes qui ont de grands projets. D’autre part, celui qui n'a pas de désirs est éteint, c'est un mort, c'est un frein. En plus, c'est un triste sire, un type amer qui se défoule en critiquant ceux qui travaillent. Ce sont les personnes pleines de désirs qui se remuent et créent du mouvement autour d'elles, qui avancent et font avancer.

Aie de grands désirs! Vise haut! Cherche la perfection personnelle, celle de ta famille, de ton travail, de tes œuvres, des charges que l'on te confie. Les saints ont aspiré au plus parfait. Ils n'eurent pas peur devant l'effort et la tension. Ils se sont remués. Remue-toi, toi aussi! Souviens-toi des mots de saint Augustin: «Si tu dis ça suffit, tu es perdu. Va toujours, marche toujours, avance toujours; ne t'arrêtes pas en chemin, ne recule pas, ne dévie pas de ta route. Qui n'avance pas s'arrête; il fait marche arrière celui qui en vient à penser à une issue et l'apostat s'égare. Mieux vaut boiter sur le chemin, que courir hors de la route». Et il ajoute: «Examine-toi et ne te contentes pas de ce que tu es, si tu veux atteindre ce que tu n'es pas. Car à l'instant même où tu te plais, te voilà à l'arrêt». Bouges-tu ou es-tu arrêté? Demande son aide à la Très Sainte Vierge, Mère de l'Espérance.

Abbé Joan MARQUÉS i Suriñach (Vilamarí, Girona, Espagne)

 

 

Date de dernière mise à jour : 2020-10-21

Commentaires

  • Payday online
    I do not even know how I ended up here, but I thought this post was great.
    I don't know who you are but certainly you're going to a famous blogger if you aren't
    already ;) Cheers!