Passioniste de Polynésie

Matthieu 11,20-24

Matthieu 11 20 24awÉvangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 11,20-24.

En ce temps-là, Jésus se mit à faire des reproches aux villes où avaient eu lieu la plupart de ses miracles, parce qu’elles ne s’étaient pas converties : « Malheureuse es-tu, Corazine ! Malheureuse es-tu, Bethsaïde ! Car, si les miracles qui ont eu lieu chez vous avaient eu lieu à Tyr et à Sidon, ces villes, autrefois, se seraient converties sous le sac et la cendre.  Aussi, je vous le déclare : au jour du Jugement, Tyr et Sidon seront traitées moins sévèrement que vous.  Et toi, Capharnaüm, seras-tu donc élevée jusqu’au ciel ? Non, tu descendras jusqu’au séjour des morts ! Car, si les miracles qui ont eu lieu chez toi avaient eu lieu à Sodome, cette ville serait encore là aujourd’hui.  Aussi, je vous le déclare : au jour du Jugement, le pays de Sodome sera traité moins sévèrement que toi. » 

separ bibleJésus a fait de nombreux miracles partout où il passait, les gens voyaient bien que cela dépassait les simples forces humaines. Ces mêmes foules ont entendu la parole de Dieu, mais elles ne se sont pas converties pour autant, alors qu’elles savaient que Jésus était l’envoyé de Dieu. Mais ne jugeons pas trop vite les gens de ces villes, car nous aussi il nous arrive de ne pas écouter et de douter.

Ecouter Jésus c’est savoir que c’est lui, Dieu, qui nous parle, et donc suivre sa parole. Refuser d’écouter Jésus c’est savoir qu’il est Dieu, mais ne pas suivre ce qu’il nous dit parce que nous préférons suivre notre route personnelle. Cela correspond à mettre Dieu en dehors de notre vie; cela signifie, lui dire d’aller voir ailleurs ! Rester en concubinage par exemple parce que cela nous arrange ou que nous avons peur de nous engager est ne pas écouter la parole de Dieu, c'est lui dire: "je crois en toi mais je n'en ai rien à faire de ce que tu peux demander !" Il faut être clair; croire en Dieu et ne pas conformer notre vie à sa volonté, à sa parole, ne nous servira de rien au moment de notre mort ..... Que lui dirons-nous alors que nous paraitrons devant lui ???? 

Jésus ne parle pas ici de ceux qui vraiment ne croient pas, mais de ceux qui l’ayant reconnu, entendu, refusent de l’écouter dans leur vie.

Jésus parle aussi à notre cœur, mais que faisons-nous de sa parole ? Ne fermons pas les yeux sur la vérité de la situation. Si alors que nous connaissons sa parole, que nous savons qu’il est Seigneur et sauveur, qu’il est Dieu, nous ne lui obéissons pas, alors lui aussi pourrait bien ne pas nous reconnaitre le moment venu, lors de notre mort.

On ne peut se moquer ainsi de Dieu sans conséquence, c’est ce que Jésus nous dit en ce texte. Il nous reste maintenant à savoir ce que voulons en faire ; le recevoir ou le refuser. Cela dépend uniquement de nous !

Myriam de Gemma
Juillet 2021.

separ bible

«"Malheureuse es-tu, Corazine! Malheureuse es-tu, Bethsaïde!" »

Aujourd'hui, le Christ réprimande deux villes de Galilée, Corazine et Bethsaïde à cause de leur manque de foi: "Malheureuse es-tu, Corazine ! Malheureuse es-tu, Bethsaïde ! Car, si les miracles qui ont eu lieu chez vous avaient eu lieu à Tyr et à Sidon, … les gens se seraient convertis" (Mt 11,21). Jésus Lui-même témoigne en faveur des villes phéniciennes, Tyr et Sidon: elles auraient fait pénitence avec une grande humilité si elles avaient vu les merveilles du pouvoir divin.
Personne n'est heureux de recevoir une bonne réprimande. En effet, il doit être particulièrement douloureux de se faire réprimander par le Christ, Lui qui nous aime d'un cœur infiniment miséricordieux. Simplement, il n'y a pas d'excuse, il n'y a pas d'immunité quand on est réprimandé par la Vérité même. Recevons donc chaque jour, avec humilité et responsabilité, l'appel de Dieu à la conversion.
Il faut noter également que le Christ ne tourne pas autour du pot. Il met ses auditeurs face à la vérité. Nous devons analyser la façon dont nous parlons du Christ aux autres. Souvent, nous aussi nous devons lutter contre le respect que nous avons pour les personnes afin de mettre nos amis face aux vérités éternelles, telles que la mort et le jugement final. Le Pape François décrit saint Paul, sciemment, comme un "fauteur de troubles": "le Seigneur veut que nous allions toujours plus loin…que nous ne nous réfugions pas dans une vie tranquille ni dans des structures obsolètes (…)". Et Paul dérangeait en prêchant le Seigneur. Mais il allait de l'avant, car il avait dans son for intérieur cette attitude chrétienne qu'est le zèle apostolique. Il n'était pas un "homme de compromis". Ne fuyons pas notre devoir de charité!
Vous trouverez peut-être, comme moi, les paroles de San Joseph Marie Escrivá édifiantes: "(…) il s'agit de parler comme un sage, comme un chrétien, mais de façon accessible à tous". Nous ne pouvons pas nous endormir sur nos lauriers – nous accommoder- afin d'être entendus de tous, mais au contraire nous devons demander la grâce d'être des instruments du Saint Esprit, afin de situer pleinement chaque homme et chaque femme face à la vérité divine.

Fr. Damien LIN Yuanheng (Singapore, Singapour)

separ bible

 

«Malheureuse es-tu, Corazine! Malheureuse es-tu, Bethsaïde!»

Aujourd'hui, l'Évangile nous parle du jugement historique que Dieu fera sur Corazine, Capharnaüm et autres villes: «Malheureuse es-tu, Corazine! Malheureuse es-tu, Bethsaïde! Car, si les miracles qui ont eu lieu chez vous avaient eu lieu à Tyr et à Sidon, il y a longtemps que les gens y auraient pris le vêtement de deuil et la cendre en signe de pénitence» (Mt 11,21). J'ai médité ce passage à l'endroit où se trouvaient ces villes et où il ne reste que des ruines noires. Ma pensée ne m'a pas amené à me réjouir du sort qu'elles ont subi. Je pensais plutôt à nos villes, nos arrondissements, nos maisons,… le Seigneur est passé par là aussi, est-ce que nous lui avons prêté attention? Est-ce que je lui ai prêté attention?

En ramassant une de pierre de ces ruines, je me suis dit qu'il restera de mon existence quelque chose de semblable à ces ruines si je ne vis pas de façon responsable la visite du Seigneur. Je me suis rappelé le poète qui dit: «Âme regarde par la fenêtre et tu verras comme Il insiste avec amour» et honteux je reconnais que moi aussi j'ai dit: «On lui ouvrira demain… pour répondre la même chose le lendemain».

Quand je traverse les rues inhumaines, de nos villes “dortoir”, je réfléchis à ce que je peux faire pour ces habitants avec lesquels je me sens incapable d'entamer une conversation, avec lesquels je ne peux pas partager mes illusions, et à qui je suis incapable de transmettre l'amour de Dieu. Je me souviens alors de la devise de Saint François de Sales, au moment d'être nommé évêque de Genève, qui était à l'époque le centre de la réforme protestante: «Là où Dieu nous a plantés, il faut savoir porter du fruit». Et si avec une pierre dans la main je méditais sur le jugement sévère que Dieu pouvait porter sur moi, à un autre moment —avec une petite fleur des champs née entre les herbes et le fumier de la haute montagne— je pense que je ne dois pas perdre espoir. Je dois répondre à la bonté avec laquelle Dieu m'a traité et ainsi ce petit élan de générosité que j'ai déposé dans le cœur de celui que je salue, le regard intéressé et attentif envers celui qui me demande un renseignement, le sourire que j'offre à celui qui me cède le passage, s'épanouira dans le futur. Et notre entourage ne perdra pas la foi.

Abbé Pedro-José YNARAJA i Díaz (El Montanyà, Barcelona, Espagne)

Date de dernière mise à jour : 2021-07-12