Passioniste de Polynésie

Matthieu 17,1-9

Matthieu 17 1 9awÉvangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 17,1-9.

En ce temps-là, Jésus prit avec lui Pierre, Jacques et Jean son frère, et il les emmena à l’écart, sur une haute montagne. Il fut transfiguré devant eux ; son visage devint brillant comme le soleil, et ses vêtements, blancs comme la lumière. Voici que leur apparurent Moïse et Élie, qui s’entretenaient avec lui. Pierre alors prit la parole et dit à Jésus : « Seigneur, il est bon que nous soyons ici ! Si tu le veux, je vais dresser ici trois tentes, une pour toi, une pour Moïse, et une pour Élie. » Il parlait encore, lorsqu’une nuée lumineuse les couvrit de son ombre, et voici que, de la nuée, une voix disait : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui je trouve ma joie : écoutez-le ! » Quand ils entendirent cela, les disciples tombèrent face contre terre et furent saisis d’une grande crainte. Jésus s’approcha, les toucha et leur dit : « Relevez-vous et soyez sans crainte ! » Levant les yeux, ils ne virent plus personne, sinon lui, Jésus, seul. En descendant de la montagne, Jésus leur donna cet ordre : « Ne parlez de cette vision à personne, avant que le Fils de l’homme soit ressuscité d’entre les morts. »

separ bible

Jésus révèle ici à ses disciples les plus proches, sa divinité. Il est bien le Fils de Dieu, le Messie envoyer par le Père pour sauver tous les hommes. Le Père qui se manifeste par cette parole : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé : écoutez-le ! »

 Par ailleurs apparaissent aussi Moïse et Elie, bien vivants, Dieu est donc bien le Dieu des vivants, et la résurrection existe !  Ceci est important car à l’époque de Jésus, les pharisiens ne croyaient pas à la résurrection.

Cela dépasse bien sûr complètement les apôtres qui ont une réaction toute terrestre, toute humaine,  ‘ « Dressons donc trois tentes »..

Et nous ? Comment recevons-nous le Seigneur dans notre vie quotidienne ? Est-il vraiment le Seigneur qui nous conduit à la vie éternelle, ou est-ce seulement quelqu’un qui nous aide pour notre vie de tous les jours ?

La question peut sembler un peu simpliste, mais il n’en n’est rien, car si je prie Dieu uniquement pour les affaires de ce monde, je suis comme les apôtres qui veulent seulement dresser trois tentes. C’est une réaction humaine, terrestre. Au contraire si je reçois le Seigneur comme le Fils de Dieu, comme Dieu lui-même, et que je mets en lui ma foi pour la vie éternelle, alors la grâce pourra faire son chemin en moi et transformer ma conduite au quotidien en vue de l’éternité.

A nous aussi aujourd’hui Dieu nous dit : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé : écoutez-le ! »

 Aujourd'hui où tout bascule dans notre monde, profitons de ce texte pour réfléchir sur notre vie présente et surtout sur notre fin dernière? Croyons-nous vraiment à la vie éternelle auprès de Dieu dans la communion de tous les saints? Sommes-nous vraiment sur la bonne route pour vivre de cette vie éternelle auprès de Dieu ?  Ne nous disons pas que nous avons bien le temps de réfléchir à cela, ou que nous verrons la question plus tard ! Nul ne sait de quoi demain sera fait ! ......Et si demain était notre heure dernière ?  

 Myriam de Gemma
août 2020

separ bible

 

«Celui-ci est mon Fils bien-aimé»

Aujourd'hui, l'Évangile nous parle de la Transfiguration de Jésus sur le Mont Thabor. Après la profession de foi de Pierre, Jésus commence à leur montrer qu'il fallait que le Fils de l'Homme soit condamné à mort, Il leur annonce également sa résurrection le troisième jour. Nous devons voir la Transfiguration de Jésus à partir de ce contexte. Saint Athanase écrit: «Il s'est revêtu de notre misérable tunique de peau, aujourd'hui Il est vêtu du vêtement divin, et la lumière l'a enveloppé comme un manteau». Le message que Jésus transfiguré nous transmet ce sont les paroles du Père: «Celui-ci est mon Fils bien-aimé. Écoutez-le» (Mc 9,7). Ecouter veut dire faire sa volonté, contempler sa personne, l'imiter, mettre en pratique ses conseils, prendre notre croix et le suivre.

Afin d'éviter des confusions et fausses interprétations, Jésus «leur défendit de raconter à personne ce qu'ils avaient vu, avant que le Fils de l'homme soit ressuscité d'entre les morts» (Mc 9,9). Les trois apôtres contemplent Jésus transfiguré, signe de sa divinité, mais le Sauveur ne veut pas qu'ils le divulguent tant qu'il n'a pas ressuscité, c'est alors qu'on pourra comprendre l'ampleur de cet épisode. Le Christ nous parle dans l'Evangile et dans nos prières; nous pouvons dire comme Pierre: «Rabbi, il est heureux que nous soyons ici!» (Mc 9,5), surtout après la communion.

La préface de la messe de ce jour nous offre un beau résumé de la Transfiguration de Jésus. Il dit: «Parce que le Christ, Seigneur, ayant annoncé sa mort à ses disciples, leur révéla sa gloire sur la montagne sainte et ayant la Loi et les prophètes comme témoins Il leur fit comprendre qu'afin d'arriver à la gloire de la résurrection il faut passer par la Passion». C'est une leçon que nous chrétiens ne devons jamais oublier.

Abbé Joan SERRA i Fontanet (Barcelona, Espagne)

 

    

 

Date de dernière mise à jour : 2020-08-06