Passioniste de Polynésie

Matthieu 21,33-43

Matthieu 21 42aaw

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 21,33-43

Jésus disait aux chefs des prêtres et aux pharisiens : « Écoutez une autre parabole : Un homme était propriétaire d'un domaine ; il planta une vigne, l'entoura d'une clôture, y creusa un pressoir et y bâtit une tour de garde. Puis il la donna en fermage à des vignerons, et partit en voyage. Quand arriva le moment de la vendange, il envoya ses serviteurs auprès des vignerons pour se faire remettre le produit de la vigne. Mais les vignerons se saisirent des serviteurs, frappèrent l'un, tuèrent l'autre, lapidèrent le troisième. De nouveau, le propriétaire envoya d'autres serviteurs plus nombreux que les premiers ; mais ils furent traités de la même façon. Finalement, il leur envoya son fils, en se disant : 'Ils respecteront mon fils.' Mais, voyant le fils, les vignerons se dirent entre eux : 'Voici l'héritier : allons-y ! tuons-le, nous aurons l'héritage !' Ils se saisirent de lui, le jetèrent hors de la vigne et le tuèrent. Eh bien, quand le maître de la vigne viendra, que fera-t-il à ces vignerons ? » On lui répond : « Ces misérables, il les fera périr misérablement. Il donnera la vigne en fermage à d'autres vignerons, qui en remettront le produit en temps voulu. » Jésus leur dit : « N'avez-vous jamais lu dans les Écritures : La pierre qu'ont rejetée les bâtisseurs est devenue la pierre angulaire. C'est là l'œuvre du Seigneur, une merveille sous nos yeux ! Aussi, je vous le dis : Le royaume de Dieu vous sera enlevé pour être donné à un peuple qui lui fera produire son fruit. »

separ bible

Voila un texte dur, un texte où notre première réaction est de juger ces pharisiens qui veulent tuer Jésus. Cependant ce texte s’adresse aussi à nous, car lorsque nous péchons, lorsque nous faisons du mal aux autres, c’est à Jésus que nous faisons mal aussi ! 

Certes les pharisiens ont, en leur temps, condamné Jésus, et ils ont pensé être les plus forts. Cependant ils se sont trompés car Jésus, en fait, leur a offert sa vie, par amour ... il nous l'a offerte aussi. Les pharisiens ne l'ont pas compris et n'ont pas su recevoir ce cadeau merveilleux de Dieu. Mais nous aussi, avec nos péchés, avec nos refus de conversion, nous faisons la même chose que les pharisiens !  

Jésus est ce Fils que le Père nous envoie ! Allons-nous, nous aussi, le rejeter et continuer à le faire souffrir par nos refus, nos rejets, nos révoltes…

Jésus nous appelle aujourd’hui à le contempler dans son offrande d’amour pour nous, il nous appelle à recevoir pleinement, de tout notre cœur : « l'œuvre du Seigneur, une merveille sous nos yeux »  Et contempler c’est le premier pas pour accepter, pour aimer et pour nous offrir nous-mêmes à l’amour de Dieu au travers de tous les gestes de notre vie.

 Dans notre société actuelle, il est de bon ton de nier Dieu. Il est de bon ton de critiquer, voire de persécuter les chrétiens..... Les églises se vident (et pas seulement à cause de la pandémie!), car le monde attire loin de Dieu ... le monde d'aujourd'hui tend à vouloir encore tuer Dieu, mais c'est chose utopique, impossible. Qu'on le veuille ou non, Dieu existe et Dieu est éternel. L'âme qui refuse Dieu se condamne elle-même ..... Il faut réfléchir à cela en ces temps troublés . 

 Voulons-nous vraiment recevoir Jésus comme notre Seigneur ? Notre sauveur ? Et vivre avec lui chaque jour de notre vie ? 

Myriam de Gemma
Octobre 2020

separ bible

«La pierre qu'ont rejetée ceux qui bâtissaient est devenue la principale de l'angle»

Aujourd'hui Jésus, par la parabole des vignerons homicides, nous parle de l'infidélité; il compare Israël à la vigne et les chefs du peuple élu aux vignerons. C'est à eux et à toute la descendance d'Abraham que le Royaume de Dieu avait été confié, mais ils ont perverti l'héritage: «C'est pourquoi, je vous le dis, le royaume de Dieu vous sera enlevé, et sera donné à une nation qui en rendra les fruits» (Mt 21,43).

Au début de l'Évangile de Matthieu, la Bonne Nouvelle paraît adressée uniquement à Israël. Déjà dans l'Ancienne Alliance, le peuple élu a pour mission d'annoncer et de porter le salut à toutes les nations. Mais Israël n'a pas été fidèle à sa mission. Jésus, le médiateur de la Nouvelle Alliance, réunira autour de lui les douze apôtres, symboles du “nouvel” Israël, appelé à donner des fruits de vie éternelle et à annoncer à tous les peuples le salut.

Ce nouvel Israël, c'est l'Église, tous les baptisés. Nous avons reçu, en la personne de Jésus et de son message, un présent unique que nous devons faire fructifier. Nous ne pouvons pas nous contenter d'une vie individualiste et fermée à notre foi; il faut la communiquer et en faire don à chaque personne qui s'approche de nous. Il en découle que le premier fruit est que nous vivions notre foi dans la chaleur de notre famille, celle de la communauté chrétienne. Ce sera facile, car «là où deux ou trois sont réunis en mon nom, je suis là au milieu d'eux» (Mt 18,20).

Mais il s'agit d'une communauté chrétienne ouverte, c'est-à-dire éminemment missionnaire (deuxième fruit). Par la force et la beauté du Ressuscité “au milieu de nous”, la communauté est attirante dans tous ses faits et gestes, et chacun de ses membres jouit de la capacité d'engendrer des hommes et des femmes à la vie nouvelle du Ressuscité. Un troisième fruit est que nous vivions avec la conviction et la certitude de ce que dans l'Évangile se trouve la solution à tous les problèmes.

Vivons dans la sainte crainte de Dieu, pour que le Royaume ne nous soit pas enlevé et donné à d'autres.

Abbé Melcior QUEROL i Solà (Ribes de Freser, Girona, Espagne)

 

Date de dernière mise à jour : 2021-03-04