Saint Paul de la croix, mystique

paul-de-la-croix-45-06.jpg

Que signifie le mot mystique ?

La mystique ou la vie mystique est l’expérience personnelle et directe de Dieu. Voici ce que dit le dictionnaire :

Le mystique chrétien privilégie « l’expérience personnelle de Dieu » plutôt que la réflexion, il lui faut ressentir plutôt que penser (voir saint Augustin). Saint Jean de la Croix parlait d’un « mariage mystique » (dans les Cantiques spirituels).

L'Église catholique reconnaît des expériences mystiques surnaturelles : locutions intérieures, extases, visions, prophétie, révélations diverses... Mais ces manifestations sont considérées comme extraordinaires, don de Dieu à qui Il le souhaite mais non pas la forme ordinaire de la relation à Dieu.

L'Église est également très prudente au sujet des expériences mystiques extraordinaires. Le Pape Benoît XVI écrit par exemple : "Comme c'est toujours le cas dans la vie des véritables mystiques, Hildegarde voulut se soumettre aussi à l'autorité de personnes sages pour discerner l'origine de ses visions, craignant qu'elles soient le fruit d'illusions et qu'elles ne viennent pas de Dieu"5 et encore "le sceau d'une expérience authentique de l'Esprit Saint, source de tout charisme" est que "la personne dépositaire de dons surnaturels ne s'en vante jamais, ne les affiche pas, et surtout, fait preuve d'une obéissance totale à l'autorité ecclésiale"

Cette définition est très importante, car St Paul de la Croix  est en plein accord avec cela.

Oui il a eu une expérience personnelle de Dieu. Oui cela s’est manifesté par des paroles intérieures, par des visions, des apparitions même ; mais ce qui rend tout cela profondément vrai c’est qu’il s’est toujours pleinement soumis à l’Eglise. 

C’est là un point très important de la vie de Saint Paul de la Croix. L’humilité, l’obéissance sont capitales car elles sont le seul chemin de la mort à soi même pour l’amour de Dieu et des âmes.

Ce critère de l’humilité dans l’obéissance à l’Eglise est comme nous le dit Benoit XVI, le point essentiel de discernement d’une vraie vie spirituelle, d’une vraie vie mystique.

Je voudrais noter ici, qu’aujourd’hui, devant tous ceux qui se disent en relation directe avec Dieu, ou ayant mission particulière, il faut regarder le respect effectif, et non seulement affiché, qu’ils ont de l’autorité de l’Eglise à leur égard. A partir de là il est bon de se tenir loin de ceux qui ne respectent pas ce critère. Il faut s’en tenir éloigné non par jugement ou condamnation, car cela ne nous appartient pas, mais par prudence.

Saint Paul a donc eu une réelle expérience mystique, cette expérience a fait naitre une certaine forme de spiritualité : la spiritualité de la Passion.

L’expérience individuelle de Saint Paul de la Croix devient donc vie d’Eglise, une vie d’Eglise qui peut être vécue et partagée ici en Polynésie

 L’appel

 Paul nait le 3 janvier 1694à Ovada .Il est issu d’une famille modeste, son Père fait commerce de tabac. Il reçoit une bonne éducation et vit dans une atmosphère familiale religieuse. Sa mère a une grande dévotion envers la Passion et elle va l’enseigner à ses enfants.

A 13 ans, s’inscrit à la confraternité de l’Annonciation de Notre-Dame et devient d’emblée un apôtre auprès des enfants de son âge.

Devenu adolescent il aide son Père au commerce.

En déplacement avec son frère Jean-Baptiste, (qui sera co-fondateur de la congrégation passioniste) pour les affaires de leur père, en traversant une rivière en crue, ils sont tous deux entraînés par les eaux. « Une Dame aimable et illuminée leur apparaît, les prend par la main et les dépose sains et saufs sur la rive » : ils ne l’oublieront jamais (le premier couvent fondé par les deux frères sera dédié à la présentation de la Vierge Marie au Temple).

En 1713, à 19 ans, à la suite d’une conversation avec son curé, le voilà saisi par une impulsion intérieure qu’il nommera « ma conversion » ; il décide de se consacrer, sous la direction de ce prêtre, à une vie de sainteté sans concession.

  Un jour saisi par la beauté d’un lieu il se sent appelé à la solitude, voici ce qu’il écrit dans on journal de 1720

 «  …Environ deux après que l’infinité bonté de Dieu m’ait appelé à la pénitence, passant le soir vers la rivière de gênes, je vis une petite église située sur une montagne au dessus de Sestri  et appelée la Madone du Gazzo. En la voyant, j’éprouvai un désir sensible de me fixer dans cette solitude, mais obligé par charité  d’assister mes parents, je ne pus jamais en venir à l’exécution et je dus me contenter de le garder dans mon cœur. »

Paul cherche son chemin, et à 21 ans, l’appel se fait plus précis en son âme : « J’eus l’idée de revêtir une tunique de laine brute, de m’en aller nu-pieds et de vivre dans une absolue pauvreté une vie de pénitence. Mais le souci de la maison m’empêcha de suivre cette inspiration ».

Elle reviendra, un peu plus tard, sous forme de vision cette fois, au sortir de la messe : « Arrivant dans une rue proche de la maison, je me suis senti élevé vers Dieu et je me suis alors vu revêtu en esprit d’un vêtement noir qui descendait jusqu’au sol, une croix blanche sur la poitrine et, sous la croix, était écrit le nom très saint de Jésus en lettres blanches ».

Les difficultés financières de son père l’obligent à rester près de lui pour aider la famille. Ce n’est que 7 ans plus tard qu’il pourra enfin répondre à l’appel du Seigneur.

Le 22 novembre 1720 Paul est enfin revêtu de l’habit  de pénitence des ermites  par Mgr Gattinara son évêque et il commence alors une retraite de quarante jour, durant laquelle il écrira « son journal » ? C’est d’ailleurs à ce moment là aussi qu’il écrit la règle de sa future congrégation ; congrégation qui vivra dans la spiritualité de la passion. 

La spiritualité de la Passion

 Toute la spiritualité de St Paul de la Croix tourne autour de la Passion du Christ, c'est-à-dire de l’offrande d’amour du Christ sur la croix, pour sauver les pécheurs que nous sommes.

 Il y des points forts dans cette spiritualité

L’eucharistie

La prière

La méditation de la Passion

La solitude et la pauvreté

Contempler Dieu dans la création

Le combat spirituel et la nudité intérieure

La mort à soi même, le sens de la vie de pénitence

La compassion

 Annoncer la Passion du Christ au monde

L’union au Christ mourant sur la croix (mort mystique) 

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 2015-11-24