Hilaire de Poitiers quelques écrits

St hilaire

Saint Hilaire de Poitiers

Liste des lectures

Vous ne comprenez pas encore ? Vous avez le cœur aveuglé ?

Heureux celui qui ne tombera pas à cause de moi

Demandez, vous obtiendrez ; cherchez, vous trouverez

Ils allaient de village en village, annonçant la Bonne Nouvelle 

C'est vraiment lui le grand prophète, celui qui vient dans le monde

Le chemin vers le Père

Ma fille est tourmentée par un démon

Les chemins du Seigneur

Le temple de Dieu, c'est vous

L’action de l’Esprit

Appuyons-nous sur le Seigneur

Habiter en frères

separ ecrit biblio

Alors les justes resplendiront comme le soleil dans le Royaume de leur Père

Chaque jour tout est créé par le Fils, car le Père fait tout dans le Fils

 La multitude des croyants n'avait qu'un cœur et qu'une âme 

Le don du Père 

La vraie crainte de Dieu 

Soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait

Seigneur, montre-nous le Père et cela nous suffit 

« Philippe lui dit : ' Seigneur, montre-nous le Père ; cela nous suffit ' »

Tu ne sais pas d’où il vient ni où il va

Il ne fit pas beaucoup de miracles à cet endroit-là à cause de leur manque de foi 

A vous, il est donné de connaître les mystères du Royaume de Dieu

Tous les prophètes, ainsi que la Loi, ont parlé jusqu'à Jean

La multitude des croyants n'avait qu'un cœur et qu'une âme

 separ ecrit biblio

Pourquoi cette génération demande-t-elle un signe ? 

Recevez en héritage le Royaume préparé pour vous depuis la création du monde

Seigneur, sauve-moi !

Levant les yeux au ciel, il prononça la bénédiction 

Par quelle autorité fais-tu cela ?

Le Christ est l'accomplissement des Écritures

De même que je vis par le Père, celui qui mangera ma chair vivra par moi

Est-il permis, le jour du sabbat, de faire le bien...? de sauver une vie ? 

Il vient à eux vers la fin de la nuit 

Le Temple dont il parlait, c'était son Corps

Le fleuve d’eau vive

 Personne ne connaît le Père, sinon le Fils et celui à qui le Fils veut le révéler 

separ ecrit biblio......

'N'est-il pas le fils du charpentier ?'...

Ils disent et ne font pas

 Tu es...le Fils du Dieu vivant 

La jeune fille n'est pas morte, elle dort

 

 

St hilaireSaint Hilaire de Poitiers
 

« Vous ne comprenez pas encore ? Vous avez le cœur aveuglé ? »

      Dieu, Père tout-puissant, c'est à toi que je veux consacrer l'occupation principale de ma vie. Que tout en moi, mes paroles et mes pensées, parlent de toi... Conscients de notre pauvreté, nous te demandons ce qui nous manque ; nous apporterons un zèle infatigable pour scruter les paroles de tes prophètes et de tes apôtres, nous frapperons à toutes les portes que notre intelligence trouvera fermées.

      Mais c'est à toi d'exaucer la demande, d'accorder ce qu'on cherche, d'ouvrir la porte fermée (Lc 11,9). Car nous vivons dans une sorte de torpeur, à cause de l'engourdissement de notre nature ; la faiblesse de notre esprit nous empêche de comprendre tes mystères par une ignorance inéluctable.

      Heureusement, l'étude de ta doctrine fortifie notre perception de la vérité divine, et l'obéissance de la foi nous soulève au-dessus des pensées du commun des hommes. Nous espérons donc que tu stimuleras les débuts de cette entreprise difficile, que tu affermiras les progrès de notre démarche et que tu nous appelleras à participer à l'Esprit qui a guidé tes prophètes et tes apôtres. Nous voudrions comprendre leurs paroles dans le sens où ils les ont prononcées et employer des termes exacts pour rendre fidèlement tout ce qu'ils ont exprimé... Accorde-nous donc le sens exact des mots, la lumière de l'intelligence, la beauté de l'expression ; établis notre foi dans la vérité. Accorde-nous de dire ce que nous croyons.

La Trinité, I, 37-38 (trad. cf coll. Pères dans la foi, n°19, p. 56)

 separ ecrit biblio

« Heureux celui qui ne tombera pas à cause de moi »

      En envoyant ses disciples à Jésus, Jean s'est préoccupé de leur ignorance, non de la sienne, car lui-même a proclamé que quelqu'un viendrait pour la rémission des péchés. Mais pour leur faire savoir qu'il n'en avait pas proclamé d'autre que celui-là, il a envoyé ses disciples voir ses œuvres, pour qu'elles donnent de l'autorité à son annonce et qu'aucun autre Christ ne soit attendu en dehors de celui auquel ses œuvres auraient rendu témoignage.

      Et comme le Seigneur s'était révélé entièrement par ses actions miraculeuses, donnant la vue aux aveugles, la marche aux boiteux, la guérison aux lépreux, l'ouïe aux sourds, la parole aux muets, la vie aux morts, l'instruction aux pauvres, il a dit : « Heureux celui qui n'a pas été scandalisé à mon sujet ». Est-ce que de la part du Christ il y a déjà eu quelque acte qui ait pu scandaliser Jean ? Non assurément. Il demeurait en effet dans sa ligne propre d'enseignement et d'action. Mais il faut étudier la portée et le caractère spécifique de ce que dit le Seigneur : que la Bonne Nouvelle est reçue par les pauvres. Il s'agit de ceux qui auront perdu leur vie, qui auront pris leur croix et le suivront (Lc 14,27), qui deviendront humbles de cœur et pour lesquels le Royaume des cieux est préparé (Mt 11,29; 25,34). Parce que l'ensemble de ces souffrances convergeait dans le Seigneur et que sa croix allait être un scandale pour un très grand nombre, il a déclaré heureux ceux dont la foi ne subirait aucune tentation du fait de sa croix, de sa mort, de sa sépulture.

Commentaire sur l'évangile de Saint Matthieu, 11, 3 (trad. SC 254, p. 255 rev.)

separ ecrit biblio

« Demandez, vous obtiendrez ; cherchez, vous trouverez »

      Je le sais bien, ô Dieu, Père tout-puissant : m'offrir à toi pour que tout en moi...parle de toi, c'est le devoir principal de ma vie. Tu m'as accordé le don de la parole, et il ne peut m'apporter de plus grande récompense que l'honneur de te servir et de montrer au monde qui l'ignore, à l'hérétique qui le nie, qui tu es, toi, le Père du Fils unique de Dieu. Oui, vraiment, c'est là mon seul désir ! Mais j'ai grand besoin d'implorer le secours de ta miséricorde afin que, du souffle de ton Esprit, tu gonfles les voiles de ma foi, tendues pour toi, et que tu me pousses à prêcher partout ton saint nom. Car tu n'as pas fait en vain cette promesse : « Demandez et l'on vous donnera ; cherchez et vous trouverez ; frappez et l'on vous ouvrira ».

      Pauvres, nous implorons ce qui nous manque. Nous nous appliquerons avec zèle à l'étude de tes prophètes et de tes apôtres ; nous frapperons à toutes les portes que notre intelligence trouvera fermées. Mais toi seul peux exaucer notre prière...; toi seul tu peux ouvrir cette porte où nous frapperons. Tu encourageras les débuts difficiles ; tu affermiras nos progrès ; et tu nous appelleras à participer à l'Esprit qui a guidé tes prophètes et tes apôtres. Ainsi nous ne donnerons pas à leurs paroles un sens différent que celui qu'ils avaient en vue.

      Donne-nous donc le vrai sens des mots, la lumière de l'intelligence, la beauté de l'expression, la foi dans la vérité. Donne-nous de dire ce que nous croyons...: qu'il n'y a qu'un Dieu, le Père, et un seul Seigneur, Jésus Christ. 

La Trinité, I, 37-38

separ ecrit biblio

« Ils allaient de village en village, annonçant la Bonne Nouvelle »

      Quelle est « la parole de louange » (Ps 65,8) qu'il faut faire entendre ? Celle-ci assurément : « Il a donné la vie à l'âme » des croyants (v.9) ; car Dieu a accordé la constance et la persévérance dans la profession de la foi à la prédication des apôtres et à la confession des martyrs, et la prédication du Royaume des cieux a parcouru la terre en tous sens comme par des pas. En effet « leur message s'est répandu sur toute la terre » (Ps 18,5). Et ailleurs, le Saint Esprit proclame la gloire de cette course spirituelle : « Comme ils sont beaux, les pas de ceux qui annoncent la bonne nouvelle, de ceux qui annoncent la paix » (Is 52,7). C'est donc cette parole de louange de Dieu qu'il faut faire entendre par la proclamation, selon le témoignage du psalmiste : « Il a donné la vie à mon âme et n'a pas laissé chanceler mes pas » (LXX). En effet, les apôtres ne se sont pas laissés détourner de la course de leur prédication par les terreurs des menaces humaines, et la fermeté de leurs pas solidement posés ne s'est pas laissée écarter du chemin de la foi...

      Pourtant, après avoir dit : « Il n'a pas laissé chanceler mes pas », le psalmiste ajoute : « Ô Dieu, tu nous as éprouvés, tu nous as épurés par le feu comme on épure l'argent » (v.10). Cette parole, commencée au singulier, se rapporte donc à plusieurs. Car unique est l'Esprit et une la foi des croyants, selon ce qui est dit dans les Actes des Apôtres : « Les croyants n'avaient qu'une seule âme et un seul coeur » (Ac 4,32)...

      Mais que signifie cette comparaison : « Ils ont été épurés au feu, comme on épure l'argent » ?  A mon sens, si on épure l'argent, c'est uniquement pour en séparer les scories qui adhèrent à la matière encore brute... C'est pourquoi, quand Dieu met à l'épreuve ceux qui croient en lui, ce n'est pas qu'il ignore leur foi, mais parce que « la persévérance produit la valeur » comme le dit l'apôtre Paul (Rm 5,4). Dieu les soumet à l'épreuve, non pour les connaître, mais pour les amener à la consommation de la vertu. Ainsi, purifiés par le feu et dégagés de tout alliage avec les vices de la chair, ils pourront resplendir de l'éclat d'une innocence qui a fourni ses preuves.

Commentaire sur le psaume 65, §19-20 ; CSEL 22, 261 (trad. Solesmes, Lectionnaire, t. 3, p. 873)

separ ecrit biblio

« C'est vraiment lui le grand prophète, celui qui vient dans le monde »

      Les disciples disent qu'ils ont seulement cinq pains et deux poissons. Les cinq pains signifiaient qu'ils étaient encore soumis aux cinq livres de la Loi, et les deux poissons qu'ils étaient nourris par les enseignements des prophètes et de Jean le Baptiste... Voilà ce que les apôtres avaient à offrir en premier lieu, puisqu'ils en étaient encore là ; et c'est de là qu'est partie la prédication de l'Evangile...

      Le Seigneur avait pris les pains et les poissons. Il a levé les yeux vers le ciel, a dit la bénédiction et les a rompus. Il rendait grâce au Père d'être changé en nourriture de la Bonne Nouvelle, après les siècles de la Loi et des prophètes... Les pains sont donnés aussi aux apôtres : c'est par eux que les dons de la grâce divine devaient être redonnés. Ensuite les gens sont nourris des cinq pains et des deux poissons et une fois les convives rassasiés, les fragments de pain et de poisson étaient en telle abondance que douze corbeilles ont été remplies. Cela veut dire que la multitude est comblée par la parole de Dieu qui vient de l'enseignement de la Loi et des prophètes. C'est l'abondance de la puissance divine, mise en réserve pour les peuples païens, qui déborde à la suite du service de la nourriture éternelle. Elle réalise une plénitude, celle du chiffre douze, comme le nombre des apôtres. Or il se trouve que le nombre de ceux qui ont mangé est le même que celui des croyants à venir : cinq mille hommes (Mt 14,21;Ac 4,4).

Commentaire sur l'évangile de Matthieu, 14, 11 ; PL 9, 999 (trad. Matthieu commenté, DDB 1985, p. 98 rev. ; cf SC 258, p. 23)

separ ecrit biblio

Le chemin vers le Père

      Le Seigneur n'a pas laissé planer ni doute ni incertitude sur un si grand mystère... Écoutons-le révéler aux apôtres tout ce qu'il faut savoir pour le croire : « Je suis la voie, la vérité, et la vie. Personne ne vient au Père que par moi. Si vous me connaissez, vous connaîtrez aussi mon Père... Qui m'a vu, a vu aussi le Père. Comment peux-tu me dire : Montre-nous le Père ? Ne crois-tu pas que je suis dans le Père, et que le Père est en moi ? »... Ainsi donc celui qui est la voie ne nous conduit pas sur des sentiers sans issue ou dans un désert sans chemin ; celui qui est la vérité ne veut pas nous tromper par des mensonges ; celui qui est la vie ne nous laissera pas dans une erreur qui aboutirait à la mort... « Personne ne vient au Père que par moi » : le chemin vers le Père passe par le Fils...

      « Si vous me connaissez, vous connaîtrez aussi le Père. » On voit l'homme Jésus Christ..., son aspect extérieur, c'est-à dire sa nature d'homme...; comment donc est-ce que le connaître, c'est aussi connaître le Père ? Dans le mystère du corps qu'il a pris, le Seigneur manifeste la divinité qui est dans le Père en gardant un certain ordre... : « Si vous me connaissez, vous le connaîtrez et vous le verrez »... Il distingue le temps de la vue et celui de la connaissance ; il dit qu'ils ont à reconnaître celui qui leur parle et qu'ils voient...; il leur faut apprendre à reconnaître la nature divine qui est en lui.

      Ces paroles auxquelles il ne s'attendait pas troublent Philippe. Il voit un homme, et cet homme affirme être le Fils de Dieu...; le Seigneur lui dit qu'il a vu le Père, et donc qu'il le connaît, puisqu'il l'a vu. La condition limitée de son être humain ne permet pas à Philippe de comprendre une telle affirmation... C'est pourquoi il répond qu'il n'a pas vu le Père et demande au Seigneur de le lui montrer. Ce n'est pas qu'il désire le contempler de son œil corporel, mail il demande qu'on lui fasse comprendre qui est celui qu'il voit... Exprimant un désir plutôt de comprendre que de voir, il ajoute : « Et cela nous suffit ». 

La Trinité, VII, 33-35 (trad. coll. Pères dans la foi, n°20, p. 102 rev.)

separ ecrit biblio

« Ma fille est tourmentée par un démon »

      Cette Cananéenne païenne n'a plus besoin elle-même de guérison, puisqu'elle confesse le Christ comme Seigneur et Fils de David, mais elle demande du secours pour sa fille, c'est-à-dire pour la foule païenne prisonnière de la domination d'esprits impurs. Le Seigneur se tait, gardant par son silence le privilège du salut à Israël... Portant en lui le mystère de la volonté du Père, il répond qu'il a été envoyé aux brebis perdues d'Israël, pour que ce soit d'une clarté évidente que la fille de la Cananéenne est le symbole de l'Église... Il ne s'agit pas que le salut ne soit pas donné aussi aux païens, mais le Seigneur était venu « pour les siens et chez lui » (Jn 1,11), et il attendait les prémices de la foi de ce peuple dont il était sorti, les autres devant être sauvés ensuite par la prédication des apôtres...

      Et pour que nous comprenions que le silence du Seigneur provient de la considération du temps et non d'un obstacle mis par sa volonté, il ajoute : « Femme, ta foi est grande ! » Il voulait dire que cette femme, déjà certaine de son salut, avait foi –- ce qui est mieux encore –- dans le rassemblement des païens, à l'heure qui approche où, par leur foi, ils seront libérés comme la jeune fille de toute forme de domination des esprits impurs. Et la confirmation de cela arrive: en effet, après la préfiguration du peuple des païens dans la fille de la Cananéenne, des hommes prisonniers de maladies d'espèces diverses sont présentés au Seigneur par des foules sur la montagne (Mt 15,30). Ce sont des hommes incroyants, c'est-à-dire malades, qui sont amenés par des croyants à l'adoration et au prosternement et à qui le salut est rendu en vue de saisir, étudier, louer et suivre Dieu. 

Commentaire de l'évangile de Matthieu, 15 ; SC 258 (trad. SC p. 39 rev.)

separ ecrit biblio

Les chemins du Seigneur

"Nombreux sont les chemins du Seigneur, bien qu'il soit lui-même le chemin. Mais lorsqu'il parle de lui-même, il se nomme le chemin et il en montre la raison lorsqu'il dit : Personne ne va vers le Père sans passer par moi. Il faut donc interroger beaucoup de chemins et nous devons en fouler beaucoup pour trouver le seul qui soit bon ; c'est-à-dire que nous trouverons l'unique chemin de la vie éternelle en traversant la doctrine de chemins nombreux. Car il y a des chemins dans la Loi, des chemins chez les prophètes, des chemins dans les évangiles, des chemins chez les Apôtres ; il y a aussi des chemins dans toutes les actions qui accomplissent les commandements, et c'est en les prenant que ceux qui marchent dans la crainte de Dieu trouvent le bonheur."

(Commentaire sur le Psaume 127, 3).

separ ecrit biblio

Le temple de Dieu, c'est vous

"Le Seigneur dit : C'est ici mon repos à tout jamais et il choisit Sion pour le lieu de sa demeure. Mais Sion et son temple sont détruits. Où se tiendra le trône éternel de Dieu ? Où son repos à tout jamais ? Où sera son temple pour qu'il y habite ? L'Apôtre nous répond : le temple de Dieu, c'est vous ; en vous habite l'Esprit de Dieu. Voilà la maison et le temple de Dieu [...] Mais cette demeure, c'est Dieu qui l'édifie. Construite de main d'homme, elle ne durerait pas, ni même si elle était fondée sur les doctrines humaines. Nos vains labeurs et nos inquiétudes ne suffisent pas à la protéger. Le Seigneur s'y prend bien autrement : il ne l'a pas fondée sur la terre ni sur les sables mouvants, mais elle repose sur les Prophètes et les Apôtres ; elle se construit sans cesse de pierres vivantes. Elle se développera jusqu'aux ultimes dimensions du corps du Christ. Sans cesse son édification se poursuit..."

(Traité sur le Psaume 64, extrait cité in J.R. Boucher, 1994, 
Lectionnaire pour les dimanches et pour les fêtes, Cerf, pp. 361-362).

separ ecrit biblio

L’action de l’Esprit

"Quelle est en nous l’action de l’Esprit ? Ecoutons les paroles du Seigneur lui-même : "J’ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais vous ne pouvez les porter maintenant. Il vous est bon que je m’en aille, car si je m’en vais, je vous enverrai un avocat." Il dit encore : "Je prierai le Père et il vous enverra l’Avocat pour qu’il soit avec vous à jamais, l’Esprit de vérité qui vous conduira à la vérité tout entière ; car il ne parlera pas de lui-même, mais tout ce qu’il entendra, il vous le dira, et il vous annoncera les choses à venir." En ces mots nous sont révélés la volonté du donateur, ainsi que la nature et le rôle de celui qu’il nous donne. Car notre infirmité n’étant capable de connaître ni le Père ni le Fils, et difficile notre Foi en l’Incarnation de Dieu, le don de l’Esprit nous illumine, se faisant notre allié par son intercession. ?"

(De Trinitate, XXXIII, inLectionnaire pour les dimanches et pour les fêtes 
de Jean-René Bouchet, Cerf, 1994, pp. 221-222).

separ ecrit biblio

Appuyons-nous sur le Seigneur

"Qui s'appuie sur le Seigneur ressemble au mont Sion, il ne chancelle pas, il est stable à jamais. Suivons l'Apôtre, suivons l'Evangile, suivons le Prophète. Appuyons-nous sur le Seigneur pour devenir conformes à son corps de gloire. Habitons maintenant l'Eglise, la Jérusalem de gloire. Habitons maintenant l'Eglise, la Jérusalem du ciel, afin d'être stables à jamais. Nous avons appris que cette maison doit être désirée et qu'elle est aimée par beaucoup ; l'Ecriture dit en effet : "Une chose qu'au Seigneur je demande, la chose que je cherche, c'est d'habiter la maison du Seigneur tous les jours de ma vie." Allons dans la maison du Seigneur. Là est notre joie, là notre allégresse, car on nous a dit : allons dans la maison du Seigneur, Jérusalem, bâtie comme une ville, jusqu'à ce qu'y entre - comme dit l'Apôtre - la plénitude des gentils, et alors le reste d'Israël sera sauvé. Alors nous serons la cité de Dieu, la sainte Jérusalem où tout ensemble fait corps, par l'unité de la foi, par la communion de l'amour, par la concorde du vouloir et des œuvres, par le don d'un sacrement unique en tous, selon ce qui est écrit : ils avaient un seul cœur et une seule âme dans le Seigneur."

(Traité sur le Psaume 64, cité in Lectionnaire pour les dimanches et pour les fêtes 
de Jean-René Bouchet, pp. 362-363).

separ ecrit biblio

Habiter en frères

Qu'il est bon, qu'il est joyeux pour des frères d'habiter ensemble ! Il est bon et joyeux pour des frères d'habiter ensemble parce qu'en habitant le même lieu, ils forment un groupement d'Eglise ; on les appelle frères, parce qu'ils sont d'accord par la charité qui leur donne un seul vouloir.
Nous savons que ce grand précepte s'est réalisé au début de la prédication des Apôtres, puisque nous pouvons lire : Tous ceux qui avaient adhéré à la foi avaient un seul coeur et une seule âme. Ainsi convenait-il au peuple de Dieu d'être des frères ayant un seul Père, de ne faire qu'un par un seul Esprit, de vivre unanimes dans une seule maison, d'être les membres d'un seul corps."

(Commentaire sur le Psaume 132)

St hilaireSaint Hilaire de Poitiers

« Alors les justes resplendiront comme le soleil dans le Royaume de leur Père »

      « Le Christ remettra le Royaume à son Père », dit saint Paul (1Co 15,24), non pas en ce sens qu'il renoncerait à sa puissance en lui remettant son Royaume, mais parce que c'est nous qui serons le Royaume de Dieu, lorsque nous aurons été rendus conformes à la gloire de son corps..., constitués Royaume de Dieu par la glorification de son corps. C'est nous qu'il remettra au Père, en tant que Royaume, selon ce qui est dit dans l'Évangile : « Venez, les bénis de mon Père, prenez possession du Royaume qui vous a été préparé dès la création du monde » (Mt 25,34).

      « Les justes brilleront alors comme le soleil dans le Royaume de leur Père. » Car le Fils livrera à Dieu, comme étant son Royaume, ceux qu'il a conviés à son Royaume, ceux à qui il a promis la béatitude propre à ce mystère par ces mots : « Bienheureux les cœurs purs, car ils verront Dieu » (Mt 5,8)... Voici que ceux qu'il remet à son Père comme étant son Royaume voient Dieu.

      Le Seigneur lui-même a déclaré à ses apôtres en quoi consiste ce Royaume : « Le Royaume de Dieu est au-dedans de vous » (Lc 17,21). Et si quelqu'un cherche à savoir qui est celui qui remet le Royaume, qu'il écoute : « Le Christ est ressuscité d'entre les morts, pour être parmi les morts le premier ressuscité. Car la mort étant venue par un homme, c'est par un homme aussi que vient la résurrection » (1Co 15,20-21). Tout cela concerne le mystère du Corps, car le Christ est le premier ressuscité d'entre les morts... C'est donc pour le progrès de l'humanité assumée par le Christ que « Dieu sera tout en tous » (1Co 15,28). 

La Trinité, XI, 39-40 (trad. Brésard, 2000 ans A, p. 268)

separ ecrit biblio

Chaque jour tout est créé par le Fils, car le Père fait tout dans le Fils

     Le jour du sabbat, il était imposé à tous, sans exception, de ne faire aucun travail et de se reposer dans l'inactivité. Comment donc le Seigneur a-t-il pu rompre le sabbat ?... En vérité, grandes sont les œuvres de Dieu : il tient en main le ciel, fournit la lumière au soleil et aux autres astres, donne la croissance aux plantes de la terre, maintient l'homme en vie... Oui, tout existe et demeure au ciel et sur terre par la volonté de Dieu le Père ; tout vient de Dieu et tout existe par le Fils. Il est en effet la tête et le principe de tout ; en lui tout a été fait (Col 1,16-18). Et c'est de la plénitude contenue en lui que, selon l'initiative de sa puissance éternelle, il a ensuite créé chaque chose.

     Or, si le Christ agit en tout, c'est nécessairement par l'action de celui qui agit dans le Christ. Et c'est pourquoi il dit : « Mon Père travaille chaque jour et moi aussi je travaille » (Jn 5,17). Car tout ce que fait le Christ, Fils de Dieu habité par Dieu le Père, est l'œuvre du Père. Ainsi chaque jour tout est créé par le Fils, car le Père fait tout dans le Fils. Donc l'action du Christ est de tous les jours ; et, à mon avis, les lois de la nature, les formes des corps, le développement et la croissance de tout ce qui vit manifestent cette action. 

Traité sur le Psaume 91,3 ; PL 9,495 (trad. Orval rev.)

separ ecrit biblio

« La multitude des croyants n'avait qu'un cœur et qu'une âme »

Qu'il est bon, qu'il est joyeux pour des frères d'habiter ensemble ! Il est bon et joyeux pour des frères d'habiter ensemble parce qu'en habitant le même lieu, ils forment un groupement d'Église ; on les appelle frères, parce qu'ils sont d'accord par la charité qui leur donne un seul vouloir.

Nous savons que ce grand précepte s'est réalisé au début de la prédication des Apôtres, puisque nous pouvons lire : Tous ceux qui avaient adhéré à la foi avaient un seul cœur et une seule âme . Ainsi convenait-il au peuple de Dieu d'être des frères ayant un seul Père, de ne faire qu'un par un seul Esprit, de vivre unanimes dans une seule maison, d'être les membres d'un seul corps.

Il est bon et joyeux pour des frères d'habiter ensemble . Le Prophète présente ce bien et cette joie en donnant une comparaison : On dirait un baume précieux qui descend de la tête d'Aaron sur sa barbe, qui descend jusqu'au bord de son vêtement . Le baume d'Aaron, employé pour sa consécration sacerdotale, était composé de divers parfums. Dieu a voulu que cette consécration fût d'abord accordée à son grand prêtre, et le psaume dit que notre Seigneur aussi fut consacré d'une onction invisible de préférence à ses compagnons . Car cette onction n'est pas terrestre, elle n'emploie pas de l'huile contenue dans une corne, comme pour l'onction des rois, mais de l'huile d'allégresse . Après cette onction, Aaron fut appelé selon la loi « Christ », c'est-à-dire « oint ».

De même que cette onction, lorsqu'elle est donnée à un homme, détruit les aspirations impures du cœur, ainsi par l'onction de la charité, nous respirons la concorde qui est déjà délicieuse pour Dieu. Comme dit l'Apôtre : Nous sommes la bonne odeur du Christ . De même que Dieu a d'abord pris plaisir aux parfums qui consacrèrent le prêtre Aaron, ainsi est-il bon et joyeux pour des frères d'habiter ensemble .

Le baume descend de la tête sur la barbe. La barbe caractérise l'âge viril. Et nous ne devons pas être des tout-petits dans le Christ, sinon, comme on l'a dit, de petits enfants pour le mal, non pour le jugement . L'Apôtre déclare que tous les incroyants sont de petits enfants, car ils sont trop faibles pour prendre une nourriture solide, ils ont besoin de lait : C'est du lait que je vous ai fait boire, non de la nourriture solide : vous ne l'auriez pas supportée, mais vous ne la supporteriez pas davantage aujourd'hui. 

COMMENTAIRE DE SAINT HILAIRE DE POITIERS SUR LE PSAUME 132

separ ecrit biblio

Le don du Père 

Le Seigneur a ordonné de baptiser au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit, c'est-à-dire dans la profession de foi au Créateur, au Fils unique et à celui qui est le Don. 

Le Créateur de tous est unique. Il y a un seul Dieu Père, de qui tout provient ; il y a un seul Fils unique, notre Seigneur Jésus Christ, par qui tout existe ; il y a un seul Esprit, le don de Dieu répandu en tous.

Toutes choses sont donc organisées par les vertus et les attributions divines : une puissance unique de qui tout provient ; une descendance unique par qui tout existe ; une grâce unique donnant une parfaite espérance. Et rien ne peut manquer à une telle perfection, puisqu'on y trouve l'infinité dans le Père éternel, la vision dans son image qui est le Fils, la pratique de la vie chrétienne dans le don de l'Esprit. ~

Que tel soit en nous le rôle de celui-ci, apprenons-le des paroles dites par le Seigneur lui-même : J'aurais encore beaucoup de choses à vous dire, mais pour l'instant vous n'avez pas la force de les porter. Il vous est avantageux que je parte ; si je m'en vais, je vous enverrai l'Avocat . Et encore : Moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre Avocat qui sera pour toujours avec vous. C'est l'Esprit de vérité. Il vous guidera vers la Vérité tout entière. En effet, ce qu'il dira ne viendra pas de lui-même ; il redira tout ce qu'il aura entendu et, ce qui va venir, il vous l'expliquera. Il me glorifiera, car c'est de moi qu'il le tirera .

Ces paroles ont été dites pour vous faire comprendre plusieurs choses ; on y trouve l'intention de celui qui procure le don et aussi la raison d'être et la nature du don. Puisque notre faiblesse serait incapable de saisir aussi bien le Père que le Fils, le Saint-Esprit est un don qui, par son intervention, peut éclairer notre foi pour laquelle l'Incarnation est un mystère difficile. ~

On le reçoit afin de connaître Dieu. La nature du corps humain, lorsque disparaîtront les objets qui l'intéressent, sera inactive. Car s'il n'y a pas de lumière ou de jour, le service rendu par les yeux n'aura pas à s'exercer ; si aucun son ou aucune voix ne se fait entendre, les oreilles ne trouveront plus rien à faire ; si aucune odeur ne s'exhale, les narines seront sans utilité. Il en est de même pour l'esprit humain : si, par la foi, il ne reçoit pas le don du Saint-Esprit, il aura bien un principe naturel de connaissance de Dieu, mais il n'aura pas la lumière de la science.

Quant au don qui réside dans le Christ, il est toujours le même pour tous ; et puisqu'il ne manque jamais, il est donné à chacun autant qu'il veut en profiter ; il réside en chacun autant qu'il veut l'obtenir. Ce don demeure avec nous jusqu'à la fin du monde, il nous réconforte dans notre attente ; il est un gage, par l'activité de ses bienfaits, de ce que nous espérons pour l'avenir, il éclaire les esprits, il illumine les cœurs.

TRAITÉ  SUR LA TRINITÉ

separ ecrit biblio

La vraie crainte de Dieu

Heureux tous ceux qui craignent le Seigneur, qui marchent sur ses chemins . Toutes les fois que l'on parle de la crainte du Seigneur dans les Écritures, il faut remarquer qu'elle n'est jamais présentée seule, comme si elle suffisait à la perfection de notre foi ; on lui préfère ou on lui substitue quantité de choses qui font comprendre quelle est la nature et la perfection de cette crainte du Seigneur. Nous connaissons par là ce que dit Salomon dans les Proverbes : Si tu demandes la sagesse, si tu appelles l'intelligence, si tu la cherches comme l'argent et si tu creuses comme un chercheur de trésor, alors tu comprendras la crainte du Seigneur.

Nous voyons ainsi à travers quelles étapes on parvient à la crainte du Seigneur. D'abord, il faut demander la sagesse, consacrer tous ses efforts à comprendre la parole de Dieu, rechercher et approfondir dans la sagesse ; et c'est après que l'on comprendra la crainte du Seigneur. Or, dans l'opinion commune des hommes, on ne comprend pas ainsi la crainte.

La crainte est l'effroi de la faiblesse humaine qui redoute de souffrir des accidents dont elle ne veut pas. Elle naît et elle s'ébranle en nous du fait de la culpabilité de notre conscience, du droit d'un plus puissant, de l'assaut d'un ennemi mieux armé, d'une cause de maladie, de la rencontre d'une bête sauvage, bref la crainte naît de tout ce qui peut nous apporter de la souffrance. Une telle crainte ne s'enseigne donc pas : elle naît naturellement de notre faiblesse. Nous n'apprenons pas quels sont les maux à craindre, mais d'eux-mêmes ces maux nous inspirent de la crainte.

Au contraire, au sujet de la crainte du Seigneur, il est écrit ceci : Venez, mes fils, écoutez-moi : la crainte du Seigneur, je vous l'enseignerai . Il faut donc apprendre la crainte de Dieu, puisqu'elle est enseignée. En effet, elle n'est pas dans la terreur, elle est dans la logique de l'enseignement. Elle ne vient pas du tremblement de la nature, mais de l'observance du précepte ; elle doit commencer par l'activité d'une vie innocente et par la connaissance de la vérité.

Pour nous, la crainte de Dieu est tout entière dans l'amour, et la charité parfaite mène à son achèvement la peur qui est en elle. La fonction propre de notre amour envers lui est de se soumettre aux avertissements, d'obéir aux décisions, de se fier aux promesses. Écoutons donc l'Écriture, qui nous dit : Et maintenant, lsraël, qu'est-ce que le Seigneur te demande ? Sinon que tu craignes le Seigneur ton Dieu, que tu marches sur tous ses chemins, que tu l'aimes et que tu observes, de tout ton cœur et de toute ton âme, les commandements qu'il t'a donnés pour ton bonheur.

Nombreux sont les chemins du Seigneur, bien qu'il soit lui-même le chemin. Mais lorsqu'il parle de lui-même, il se nomme le chemin et il en montre la raison lorsqu'il dit : Personne ne va vers le Père sans passer par moi . Il faut donc interroger beaucoup de chemins et nous devons en fouler beaucoup pour trouver le seul qui soit bon ; c'est-à- dire que nous trouverons l'unique chemin de la vie éternelle en traversant la doctrine de chemins nombreux. Car il y a des chemins dans la Loi, des chemins chez les prophètes, des chemins dans les évangiles, des chemins chez les Apôtres ; il y a aussi des chemins dans toutes les actions qui accomplissent les commandements, et c'est en les prenant que ceux qui marchent dans la crainte de Dieu trouvent le bonheur.

COMMENTAIRE DE SAINT HILAIRE SUR LE PSAUME 127

separ ecrit biblio

« Soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait »

      « Vous avez appris qu’il a été dit : Tu aimeras ton prochain et tu haïras ton ennemi… » La Loi, en effet, exigeait l’amour du prochain et laissait la liberté de haïr l’ennemi. La foi prescrit d'aimer ses ennemis. Par le sentiment universel de la charité elle brise les mouvements de violence qui sont dans l'esprit de l'homme, non seulement en empêchant la colère de se venger, mais encore en l'apaisant jusqu'à nous faire aimer celui qui a tort. Aimer ceux qui vous aiment appartient aux païens, et tout le monde a de l'affection pour ceux qui nous en donnent. Le Christ nous appelle donc à vivre en enfants de Dieu, et à imiter Celui qui, par l'avènement de son Christ, accorde aux bons comme aux coupables le soleil et la pluie dans les sacrements du baptême et de l'Esprit. Ainsi il nous forme à la vie parfaite par ce lien d'une bonté envers tous, en nous appelant à imiter un Père dans le ciel qui est parfait.

Sur Matthieu, IV, 27 (trad. SC 254, p. 149 rev.)

separ ecrit biblio

« Seigneur, montre-nous le Père et cela nous suffit »

      Jésus dit : « Si vous me connaissiez, vous connaîtriez aussi mon Père. Dès maintenant vous le connaissez et vous l’avez vu ». On voit l'homme Jésus Christ. Les apôtres ont devant les yeux son aspect extérieur, c'est-à-dire sa nature d'homme, alors que Dieu, affranchi de toute chair n'est pas reconnaissable dans un misérable corps charnel. Comment se fait-il donc que le connaître soit aussi connaître le Père ?

      Ces paroles inattendues troublent l'apôtre Philippe…; la faiblesse de son esprit humain ne lui permet pas de comprendre une affirmation si étrange... Alors, avec l'impétuosité que permettaient sa familiarité et sa fidélité d'apôtre, il interroge son Maître : « Seigneur, montre-nous le Père et cela nous suffit ! »... Ce n'est pas qu'il désire contempler le Père de ses yeux physiques, mais il demande à comprendre celui qu'il voit de ses yeux. Car voyant le Fils sous sa forme humaine, il ne comprend pas comment, de ce fait, il avait vu le Père…

      Le Seigneur lui répond donc : « Voilà si longtemps que je suis avec vous, et tu ne me connais pas, Philippe ? » Il lui reproche d’ignorer qui il était… Pourquoi ne l'avait-on pas reconnu, lui qu’ils avaient si longtemps cherché ? C'est que pour le reconnaître, il fallait reconnaître que la divinité, la nature du Père, était en lui. En effet, toutes les oeuvres qu'il avait faites étaient le propre de Dieu : marcher sur les eaux, commander aux vents, accomplir des choses impossibles à comprendre, telles que changer l'eau en vin ou multiplier les pains…, mettre en fuite les démons, chasser les maladies, porter remède aux infirmités du corps, corriger les handicaps de naissance, remettre les péchés, rendre la vie aux morts. Voilà tout ce qu'avait fait son corps de chair, et tout cela lui permet de se proclamer Fils de Dieu. De là son reproche et sa plainte : à travers la réalité mystérieuse de sa naissance humaine, on n'a pas perçu la nature divine qui accomplissait ces miracles par cette nature humaine assumée par le Fils. 

De la Trinité, 7, 34-36 (trad. DDB 1981, t. 2, p.103 rev. ; cf Bresard, 2000 ans A, p.140)

separ ecrit biblio

« Philippe lui dit : ' Seigneur, montre-nous le Père ; cela nous suffit ' »

« Croyez-moi : Je suis dans le Père et le Père est en moi. » Que veut donc dire : « Croyez-moi » ? Assurément cette parole est à rapprocher de cette autre : « Montre-nous le Père ». Le Christ ordonne à ses apôtres de le croire pour raffermir leur foi, cette foi qui avait demandé à voir le Père. Car il n'avait pas suffi au Seigneur de dire : « Qui m'a vu a vu aussi le Père »... Le Seigneur veut que nous croyions en lui, pour que la conviction intime de notre foi ne risque pas de chanceler... Croyons au moins sur le témoignage de ses œuvres que le Fils est Dieu en Dieu, qu'il est né de Dieu et que le Père et le Fils sont un : l'un est dans l'autre par la puissance de leur nature divine, et aucun d'eux n'existe sans l'autre. Par ailleurs, le Père ne renonce à rien de ce qu'il possède du fait qu'il est dans le Fils, tandis que celui-ci reçoit du Père tout ce par quoi il est Fils.

Être réciproquement l'un dans l'autre, posséder l'unité parfaite d'une nature essentielle, que le Fils unique et éternel soit inséparable de la vraie nature divine du Père : une telle manière d'être n'appartient pas à tout ce qui a une nature matérielle. Non, il s'agit là d'un caractère propre à Dieu, le Fils unique..., cet état de fait qu'une personne habitant l'autre le fait exister. Car chacun des deux existe du fait que l'une n'est pas sans l'autre, puisque la nature de l'être qui existe est la même, qu'il s'agisse de celui qui engendre ou de celui qui naît.

Tel est le sens de ces textes : « Moi et le Père, nous sommes un » (Jn 10,30), « Celui qui m'a vu a vu le Père », et « Je suis dans le Père et le Père est en moi ». Le Fils n'est pas différent ni inférieur au Père...; le Fils de Dieu, naissant en Dieu, manifeste en lui la nature du Dieu qui l'engendre.

La Trinité VII, 41 (trad. coll. Pères dans la foi, n°20, p. 110 rev.)

separ ecrit biblio

« Tu ne sais pas d’où il vient ni où il va »

      Dieu tout-puissant, selon l’apôtre Paul ton Esprit Saint « scrute et connaît les profondeurs de ton être » (1Co 2,10-11), et il intercède pour moi, te parle à ma place par des « gémissements inexprimables » (Rm 8,26)… Rien en dehors de toi ne scrute ton mystère ; rien qui soit étranger à toi n’est assez puissant pour mesurer la profondeur de ta majesté infinie. Tout ce qui pénètre en toi est de toi ; rien de ce qui est extérieur à toi n’a le pouvoir de te sonder...

      Je crois fermement que ton Esprit Saint vient de toi par ton Fils unique ; même si je ne comprends pas ce mystère, j'en garde la conviction profonde. Car dans les réalités spirituelles qui sont ton domaine, mon esprit est borné, comme l'assure ton Fils unique : « Ne t'étonne pas si je t'ai dit : Il vous faut naître d'en haut. Car l'Esprit Saint souffle où il veut ; tu entends sa voix, mais tu ne sais ni d'où il vient, ni où il va. Ainsi en est-il de quiconque est né de l'eau et de l'Esprit ».

      Je crois à ma nouvelle naissance sans la comprendre, et je tiens bon dans la foi ce qui m’échappe. Je sais que j’ai le pouvoir de renaître, mais je ne sais pas comment cela s’accomplit. L'Esprit n'est limité par rien ; il parle quand il veut, il dit ce qu'il veut et où il veut. La raison de son départ et de sa venue me reste inconnue, mais j'ai la conviction profonde de sa présence. 

La Trinité, 12, 55s ; PL 10, 472 (trad. DDB 1981, vol.3, p. 152 rev.)

separ ecrit biblio

« Il ne fit pas beaucoup de miracles à cet endroit-là à cause de leur manque de foi »

      Je t'en prie, Père Saint, Dieu tout-puissant, conserve intacte la ferveur de ma foi et, jusqu'à mon dernier souffle, donne-moi de conformer ma voix à ma conviction profonde. Oui, que je garde toujours ce que j'ai affirmé dans le credo proclamé lors de ma nouvelle naissance, lorsque j'ai été baptisé dans le Père, le Fils, et l'Esprit Saint. Accorde-moi de t'adorer, toi notre Père, et ton Fils qui avec toi est un seul Dieu ; fais que j'obtienne ton Esprit Saint qui procède de toi, par ton Fils unique.

      Ma foi a pour elle un excellent témoin : celui qui déclare : « Père, tout ce qui est à moi est à toi, et tout ce qui est à toi est à moi » (Jn 17,10). Ce témoin, c'est mon Seigneur Jésus Christ, lui qui est toujours Dieu, en toi, de toi et avec toi, lui qui est béni dans les siècles des siècles. Amen. 

La Trinité, 12, prière finale (trad. DDB 1981, p. 154)

separ ecrit biblio

« A vous, il est donné de connaître les mystères du Royaume de Dieu »

      Toute l’oeuvre contenue dans les saints livres annonce par des paroles, révèle par des faits, établit par des exemples, l'avènement de Jésus Christ notre Seigneur qui, envoyé par son Père, s'est fait homme en naissant d'une vierge par l'opération du Saint Esprit. En effet, pendant toute la durée de la création, c'est lui qui, par des préfigurations vraies et manifestes, engendre, lave, sanctifie, choisit, sépare ou rachète l'Église dans les patriarches : par le sommeil d'Adam, par le déluge de Noé, par la justification d’Abraham, par la naissance d'Isaac, par la servitude de Jacob. Pendant tout le déroulement du temps, en un mot, l'ensemble des prophéties, cette mise en oeuvre du plan secret de Dieu, nous a été donné par bienveillance pour la connaissance de son incarnation à venir...

      Dans chaque personnage, chaque époque, chaque fait, l'ensemble des prophéties projette comme dans un miroir l'image de son avènement, de sa prédication, de sa Passion, de sa résurrection et de notre rassemblement dans l'Église... A commencer par Adam, point de départ de notre connaissance du genre humain, nous trouvons annoncé dès l'origine du monde, en un grand nombre de préfigurations, tout ce qui a reçu dans le Seigneur son achèvement total.

Traité des mystères, Préface (trad. SC 19, p. 72 rev. ; cf. Bouchet)

separ ecrit biblio

« Tous les prophètes, ainsi que la Loi, ont parlé jusqu'à Jean » 

      Comme le propriétaire dans l'évangile de saint Luc fait trois visites au figuier stérile (Lc 13,6), ainsi la sainte Mère Église marque chaque année l'avènement du Seigneur par une période distincte de trois semaines. « Le Fils de l'homme vient en effet chercher et sauver ce qui était perdu » (Lc 19,10). Il est venu avant la Loi, car par la raison naturelle il a fait connaître ce que chacun devait faire ou suivre (Rm 1,20). Il est venu sous la Loi car, par les exemples des patriarches et la voix des prophètes, il a confirmé à la descendance d'Abraham les décrets de la Loi. Il est venu une troisième fois après la Loi, par la grâce, pour appeler les païens, afin que « de l'Orient à l'Occident les enfants apprennent à louer le nom du Seigneur » (Ps 112,1-3), ces enfants que jusqu'à la fin du monde il ne cesse d'appeler à la louange de sa gloire...

      En effet, tout ce qui est contenu dans les livres saints annonce par des paroles, révèle par des faits et établit par des exemples l'avènement de Jésus Christ notre Seigneur... Par des préfigurations vraies et manifestes, par le sommeil d'Adam, par le déluge de Noé, par la justification d'Abraham, par la naissance d'Isaac, par la servitude de Jacob, dans ces patriarches c'est lui qui engendre, lave, sanctifie, choisit ou rachète l'Église. En un mot, l'ensemble des prophéties, ce dévoilement progressif du plan secret de Dieu, nous a été donné pour connaître son incarnation à venir... Chaque personnage, chaque époque, chaque fait projette comme dans un miroir l'image de son avènement, de sa prédication, de sa Passion, de sa résurrection et de notre rassemblement dans l'Église... À commencer par Adam, point de départ de notre connaissance du genre humain, nous trouvons annoncé dès l'origine du monde ce qui reçoit dans le Seigneur son achèvement total. 

Traité des mystères ; SC 19  (trad. cf SC et Bouchet, Lectionnaire, p. 22)

separ ecrit biblio

« La multitude des croyants n'avait qu'un cœur et qu'une âme »

Qu'il est bon, qu'il est joyeux pour des frères d'habiter ensemble ! Il est bon et joyeux pour des frères d'habiter ensemble parce qu'en habitant le même lieu, ils forment un groupement d'Église ; on les appelle frères, parce qu'ils sont d'accord par la charité qui leur donne un seul vouloir.

Nous savons que ce grand précepte s'est réalisé au début de la prédication des Apôtres, puisque nous pouvons lire : Tous ceux qui avaient adhéré à la foi avaient un seul cœur et une seule âme . Ainsi convenait-il au peuple de Dieu d'être des frères ayant un seul Père, de ne faire qu'un par un seul Esprit, de vivre unanimes dans une seule maison, d'être les membres d'un seul corps.

Il est bon et joyeux pour des frères d'habiter ensemble . Le Prophète présente ce bien et cette joie en donnant une comparaison : On dirait un baume précieux qui descend de la tête d'Aaron sur sa barbe, qui descend jusqu'au bord de son vêtement . Le baume d'Aaron, employé pour sa consécration sacerdotale, était composé de divers parfums. Dieu a voulu que cette consécration fût d'abord accordée à son grand prêtre, et le psaume dit que notre Seigneur aussi fut consacré d'une onction invisible de préférence à ses compagnons . Car cette onction n'est pas terrestre, elle n'emploie pas de l'huile contenue dans une corne, comme pour l'onction des rois, mais de l'huile d'allégresse . Après cette onction, Aaron fut appelé selon la loi « Christ », c'est-à-dire « oint ».

De même que cette onction, lorsqu'elle est donnée à un homme, détruit les aspirations impures du cœur, ainsi par l'onction de la charité, nous respirons la concorde qui est déjà délicieuse pour Dieu. Comme dit l'Apôtre : Nous sommes la bonne odeur du Christ . De même que Dieu a d'abord pris plaisir aux parfums qui consacrèrent le prêtre Aaron, ainsi est-il bon et joyeux pour des frères d'habiter ensemble .

Le baume descend de la tête sur la barbe. La barbe caractérise l'âge viril. Et nous ne devons pas être des tout-petits dans le Christ, sinon, comme on l'a dit, de petits enfants pour le mal, non pour le jugement . L'Apôtre déclare que tous les incroyants sont de petits enfants, car ils sont trop faibles pour prendre une nourriture solide, ils ont besoin de lait : C'est du lait que je vous ai fait boire, non de la nourriture solide : vous ne l'auriez pas supportée, mais vous ne la supporteriez pas davantage aujourd'hui. 

COMMENTAIRE DE SAINT HILAIRE DE POITIERS SUR LE PSAUME 132

http://www.aelf.org/

St hilaireSaint Hilaire de Poitiers

.......

« Pourquoi cette génération demande-t-elle un signe ? »
 

Père saint, Dieu tout-puissant, lorsque j'élève vers ton ciel la faible lumière de mes yeux, puis-je douter qu'il est ton ciel ? Quand je contemple la course des étoiles, leur retour dans le cycle de l'année, quand je vois les Pléiades, la Petite Ourse et l'Étoile du matin et que je considère comment chacune brille au poste qui lui est assigné, je comprends, ô Dieu, que tu es là, dans ces astres que je ne comprends pas. Lorsque je vois « les vagues superbes de la mer » (Ps 92,4), je ne saisis pas l'origine de ces eaux, je ne saisis même pas ce qui met en branle leurs flux et leurs reflux réguliers, et pourtant, je crois qu'il est une cause — impénétrable certes pour moi — à ces réalités que j'ignore, et là aussi je perçois ta présence.

Si je tourne mon esprit vers la terre qui, par le dynamisme de forces cachées, décompose toutes les semences qu'elle a accueillies dans son sein, les fait lentement germer et les multiplie, puis leur donne de grandir, je ne trouve rien là que je puisse comprendre avec mon intelligence ; mais cette ignorance m'aide à te discerner, toi, puisque, si je ne connais pas la nature mise à mon service, cependant je te rencontre par le fait même qu'elle est là, pour mon usage.

Si je me tourne vers moi, l'expérience me dit que je ne me connais pas moi-même et je t'admire d'autant plus que je suis pour moi un inconnu. En effet, même si je ne peux pas les comprendre, je fais l'expérience des mouvements de mon esprit qui juge, de ses opérations, de sa vie, et cette expérience, c'est à toi que je la dois, toi qui m'as donné en partage cette nature sensible qui fait ma joie, même si son origine est au-delà des prises de mon intelligence. Je ne me connais pas moi-même, mais en moi je te trouve et, en te trouvant, je t'adore.

La Trinité, livre 12, 52-53 (trad. Sr Isabelle de la Source, Lire la Bible, Mediaspaul 1988, t. 1, p. 19)

separ ecrit biblio

« Recevez en héritage le Royaume préparé pour vous depuis la création du monde »

« Le Christ remettra le Royaume à son Père » dit saint Paul (1Co 15,28), non pas en ce sens qu'il renoncerait à sa puissance en lui remettant son Royaume, mais parce que c'est nous qui serons le Royaume de Dieu, lorsque nous aurons été rendus conformes à la gloire de son corps... C'est nous qu'il remettra à Dieu, après nous avoir constitués « Royaume de Dieu » par la glorification de son corps. C'est nous qu'il remettra au Père, en tant que Royaume, selon ce qui est dit dans l'Évangile : « Venez, les bénis de mon Père, prenez possession du Royaume qui vous a été préparé dès la création du monde ». « Les justes brilleront alors comme le soleil dans le Royaume de leur Père » (Mt 13,43). Car le Fils livrera à Dieu comme étant son Royaume ceux qu'il a conviés à son Royaume, ceux à qui il a promis la béatitude propre à ce mystère par ces mots : « Bienheureux les cœurs purs, car ils verront Dieu » (Mt 5,8)... Le Christ livre à Dieu le Royaume, et voici que ceux qu'il remet à son Père comme étant son Royaume voient Dieu. Le Seigneur lui-même a déclaré à ses apôtres en quoi consiste ce Royaume : « Le Royaume de Dieu est au-dedans de vous » (Lc 17,21). Et si quelqu'un cherche à savoir qui est celui qui remet le Royaume, qu'il écoute : « Le Christ est ressuscité d'entre les morts, pour être parmi les morts le premier ressuscité. Car la mort étant venue par un homme, c'est par un homme aussi que vient la résurrection » (1Co 15,20-21). Tout cela concerne le mystère du Corps, car le Christ est le premier ressuscité d'entre les morts... C'est donc pour le progrès de l'humanité assumée par le Christ que « Dieu sera tout en tous » (1Co 15,28).

La Trinité, 11, 38-39 (trad. Brésard, 2000 ans A, p. 268)

separ ecrit biblio

« Seigneur, sauve-moi ! »

Le fait que, de tous les passagers de la barque, Pierre ose répondre et demande de recevoir l'ordre de venir sur les eaux vers le Seigneur indique la disposition de son cœur au moment de la Passion. Alors lui seul, marchant sur les traces du Seigneur au mépris des agitations du monde, comparables à celles de la mer, il l'a accompagné avec le même courage pour mépriser la mort. Mais son manque d'assurance révèle sa faiblesse dans la tentation qui l'attendait ; car, bien qu'il ait osé s'avancer, il s'enfonçait. La faiblesse de la chair et la crainte de la mort l'ont obligé à aller jusqu'à la fatalité du reniement. Pourtant, il pousse un cri et demande au Seigneur le salut. Ce cri est la voix gémissante de son repentir... Il y a une chose à considérer chez Pierre : il a devancé tous les autres par la foi, car, tandis qu'ils étaient dans l'ignorance, il a été le premier à répondre : « Tu es le Fils du Dieu vivant » (Mt 16,16). Il a été le premier à rejeter la Passion, pensant qu'elle était un malheur (Mt 16,22) ; il a été le premier à promettre qu'il mourrait et ne renierait pas (Mt 26,35) ; il a été le premier à refuser qu'on lui lave les pieds (Jn 13,8) ; il a tiré aussi son glaive contre ceux qui se saisissaient du Seigneur (Jn 18,10). Le calme que connaissent le vent et la mer quand le Seigneur est monté dans la barque est présenté comme la paix et la tranquillité de l'Église éternelle à la suite de son retour glorieux. Parce qu'alors il viendra en se manifestant à tous, un juste étonnement a fait dire à tous ceux qui étaient dans la barque : « Vraiment, tu es le Fils de Dieu ». A son retour dans la gloire tous les hommes feront l'aveu clair et public que le Fils de Dieu a rendu la paix à l'Église, non plus dans l'humilité de la chair, mais dans la gloire du ciel.

Commentaire de l'évangile de Matthieu, 14, 15 ; SC 258 (trad. cf SC, p. 29)

separ ecrit biblio

« Levant les yeux au ciel, il prononça la bénédiction »

Après avoir pris les cinq pains, le Seigneur a tourné son regard vers le ciel pour honorer Celui dont lui-même tient l'être. Il n'était pas obligé de regarder le Père avec ses yeux de chair ; il voulait faire comprendre à ceux qui étaient présents de qui il avait reçu le pouvoir d'accomplir un acte d'une telle puissance. Il donne ensuite les pains à ses disciples. Ce n'est pas par multiplication que les cinq pains en font plusieurs. Les morceaux se succèdent et trompent ceux qui les brisent ; c'est comme s'ils étaient coupés d'avance ! La matière continue à se déployer...  Ne t'étonne donc pas de ce que les sources coulent, de ce qu'il y ait des grappes aux ceps de vigne, de ce que des ruisseaux de vin s'écoulent à partir des grappes. Toutes les ressources de la terre se répandent selon un rythme annuel indéfectible. Une telle multiplication de pains révèle l'action de l'auteur de l'univers. Normalement, il impose à un tel accroissement une limite ; car il connaît à fond les lois de la matière. Dans la création visible s'opère un travail invisible. Le mystère de l'action présente est l'œuvre du Seigneur des mystères célestes. La puissance de Celui qui agit dépasse toute la nature, et la méthode de cette Puissance déborde la compréhension du fait. Seule demeure l'admiration pour ce pouvoir.

Commentaire sur l'évangile de Matthieu, 14, 12 (trad. Matthieu commenté, DDB 1985, p. 100 rev.)

separ ecrit biblio

« Par quelle autorité fais-tu cela ? »

Il est bien au Père, ce Fils qui lui ressemble. Il vient de lui, ce Fils qu'on peut lui comparer, car il lui est semblable. Il est son égal, ce Fils qui accomplit les mêmes œuvres que lui (Jn 5,19)... Oui, le Fils accomplit les œuvres du Père ; c'est pourquoi il nous demande de croire qu'il est le Fils de Dieu. Il ne s'arroge pas là un titre qui ne lui serait pas dû ; ce n'est pas sur ses propres œuvres qu'il appuie sa revendication. Non ! Il rend témoignage que ce ne sont pas ses propres œuvres, mais celles de son Père. Et il atteste ainsi que l'éclat de ses actions lui vient de sa divine naissance. Mais comment les hommes auraient-ils pu reconnaître en lui le Fils de Dieu, dans le mystère de ce corps qu'il avait assumé, dans cet homme né de Marie ? C'est pour faire pénétrer en leur cœur la foi en lui que le Seigneur accomplissait toutes ces œuvres : « Si j'accomplis les œuvres de mon Père, alors, même si vous ne voulez pas croire en moi, croyez au moins mes œuvres ! » (Jn 10,38) Si l'humble condition de son corps semble un obstacle pour croire en sa parole, il nous demande de croire au moins en ses œuvres. En effet, pourquoi le mystère de sa naissance humaine nous empêcherait-il de percevoir sa naissance divine ?... « Si vous ne voulez pas croire en moi, croyez en mes œuvres, pour savoir et reconnaître que le Père est en moi, et moi dans le Père »...  Telle est la nature qu'il possède par naissance ; tel est le mystère d'une foi qui nous assurera le salut  : ne pas diviser ceux qui sont un, ne pas priver le Fils de sa nature, et proclamer la vérité du Dieu Vivant né du Dieu Vivant... « Comme le Père qui m'a envoyé est vivant, de même, moi, je vis par le Père » (Jn 6,57). « Comme le Père a la vie en lui-même, de même il a donné au Fils d'avoir aussi en lui-même la vie » (Jn 5,26).

De Trinitate, VII, 26-27

separ ecrit biblio

Le Christ est l'accomplissement des Écritures

« Je ne suis pas venu abolir, mais accomplir. » La force et la puissance de ces paroles du Fils de Dieu enferment un profond mystère. La Loi, en effet, prescrivait des oeuvres, mais toutes ces oeuvres, elle les orientait vers la foi aux réalités qui seraient manifestées dans le Christ : car l'enseignement et la Passion du Sauveur sont le dessein grand et mystérieux de la volonté du Père. La Loi, sous le voile des paroles inspirées, a annoncé la naissance de notre Seigneur Jésus Christ, son incarnation, sa Passion, sa résurrection ; les prophètes aussi bien que les apôtres nous enseignent à maintes reprises que de toute éternité, tout le mystère du Christ a été disposé pour être révélé en notre temps... Le Christ n'a pas voulu que nous pensions que ses propres œuvres contenaient autre chose que les prescriptions de la Loi. C'est pourquoi il a affirmé lui-même : « Je ne suis pas venu abolir, mais accomplir ». Le ciel et la terre...doivent disparaître, mais pas le moindre commandement de la Loi, car dans le Christ toute la Loi et tous les prophètes trouvent leur achèvement. Au moment de sa Passion...il a déclaré : « Tout est accompli » (Jn 19 30). A ce moment-là, toutes les paroles des prophètes ont reçu leur confirmation. C'est pourquoi le Christ affirme que même le plus petit des commandements de Dieu ne peut être aboli sans offense pour Dieu... Rien ne peut être plus humble que la chose la plus petite. Et la plus humble de toutes a été la Passion du Seigneur et sa mort sur la croix.

Commentaire sur l'évangile de Matthieu, 4, 14-15 ; PL 9, 936-937 (trad. cf SC 254, p. 135)

separ ecrit biblio

« De même que je vis par le Père, celui qui mangera ma chair vivra par moi »

Parce que véritablement le Verbe s'est fait chair , c'est véritablement aussi que nous mangeons le Verbe incarné en communiant au banquet du Seigneur. Comment ne doit-on pas penser qu'il demeure en nous par nature ? En effet, par sa naissance comme homme, il a assumé notre nature charnelle d'une façon désormais définitive et, dans le sacrement de sa chair donnée en communion, il a uni sa nature charnelle à sa nature éternelle. C'est ainsi que tous nous formons un seul être, parce que le Père est dans le Christ et que le Christ est en nous. ~

Que nous sommes en lui par le sacrement de la communion à sa chair et à son sang, lui-même l'affirme lorsqu'il dit : Et ce monde désormais ne me voit plus ; mais vous, vous me verrez vivant parce que je vis, et vous vivrez aussi ; parce que je suis dans le Père, que vous êtes en moi, et moi en vous . S'il voulait parler seulement d'une unité de volonté, pourquoi a-t-il exposé une progression et un ordre dans la consommation de cette unité ? N'est-ce pas parce lui-même étant dans le Père par sa nature divine, nous au contraire étant en lui en vertu de sa naissance corporelle, on doit croire que, réciproquement, il est en nous par le mystère sacramentel ? Ceci enseigne la parfaite unité réalisée par le médiateur : tandis que nous demeurons en lui, lui-même demeure en nous. Et ainsi nous progressons dans notre unité avec le Père, puisque le Fils demeure en lui par nature selon sa naissance éternelle et que nous-mêmes aussi sommes dans le Fils par nature, tandis que lui par nature demeure en nous.

Que cette unité soit en nous produite par sa nature, lui-même l'affirme ainsi : Celui qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi, et moi en lui . Car ce n'est pas tout homme qui sera en lui, mais celui en qui il sera lui-même : c'est seulement celui qui mangera sa chair qui aura en lui la chair assumée par le Fils.

Plus haut, il avait déjà enseigné le sacrement de cette parfaite unité, en disant : De même que le Père, qui est la vie, m'a envoyé, et que moi je vis par le Père, de même aussi celui qui mangera ma chair vivra par moi . Donc, il vit par le Père ; et de la manière dont il vit par le Père, nous-mêmes vivons par sa chair.

Tout ce parallèle est à la base de notre intelligence du mystère ; il nous fait comprendre, par le modèle proposé, ce qui se passe. Donc, ce qui nous donne la vie, c'est que, dans les êtres charnels que nous sommes, le Christ demeure en nous par sa chair ; et il nous fera vivre en vertu du principe qui le fait vivre par le Père.

TRAITÉ DE SAINT HILAIRE SUR LA TRINITÉ

separ ecrit biblio

« Le Père et moi, nous sommes un »

Le Père est ce qu'il est et on doit le croire ainsi. Quant au Fils, notre esprit se décourage à l'atteindre, et toute parole hésite à se faire entendre. Il est en effet la génération de l'inengendré, l'unique né de l'unique, le vrai issu du vrai, le vivant né du vivant, le parfait venant du parfait, la puissance de la puissance, la sagesse de la sagesse, la gloire de la gloire, « l'image du Dieu invisible » (Col 1,15)...

Comment allons-nous comprendre la génération du Fils unique par l'Inengendré ? ... Cette génération n'est pas une brisure ou une division... : « Le Père est en moi, et je suis dans le Père » (Jn 10,38). Ce n'est pas une adoption, car le Fils est le vrai Fils de Dieu et dit « Qui me voit voit le Père » (Jn 14,9). Il n'est pas venu à l'existence comme les autres êtres, pour obéir à un ordre, car...il a en lui-même la vie, comme celui qui l'a engendré a la vie en lui-même (Jn 5,26)... Il est parfait, celui qui vient du Parfait, puisque celui qui possède tout lui a tout donné. Le Père et le Fils possèdent chacun le secret de cette naissance.

De Trinitate II, 8 (trad. Soleil levant et DDB, 1981, p. 70)

separ ecrit biblio

« Est-il permis, le jour du sabbat, de faire le bien...? de sauver une vie ? »

Dieu est-t-il à l'œuvre, travaille-t-il, le jour du sabbat ? Certes oui, car autrement le ciel disparaîtrait, la lumière du soleil s'éteindrait, la terre perdrait consistance, tous les fruits manqueraient de sève et la vie des hommes périrait si, à cause du sabbat, la force constitutive de l'univers cessait d'agir. Mais en fait, il n'y a aucune trêve ; aussi bien pendant le sabbat que durant les six autres jours, les éléments de l'univers continuent à remplir leur fonction. À travers eux le Père œuvre donc en tous temps, mais il agit dans le Fils qui est né de lui et par qui tout cela est son œuvre... Par le Fils, l'action du Père se poursuit donc le jour du sabbat. Et par conséquent il n'y a pas de repos en Dieu, puisque aucun jour ne voit cesser l'œuvre de Dieu.

     Ainsi en est-il de l'action de Dieu. Mais en quoi consiste son repos ? L'œuvre de Dieu, c'est l'œuvre du Christ. Et le repos de Dieu, c'est Dieu, le Christ, car tout ce qui appartient à Dieu est véritablement dans le Christ à tel point que le Père peut s'en reposer sur lui.

Traité sur le psaume 91, 3,4-5,7 ; PL 9, 495-498 (trad. Orval)

separ ecrit biblio

« Il vient à eux vers la fin de la nuit »

« Après cela, il ordonna à ses disciples de monter dans la barque jusqu'à ce qu'il disperse lui-même les foules ; et, la foule dispersée, il monta pour prier et, le soir venu, il était seul » (Mt 14,22-23). Pour donner la raison de ces faits, il faut faire des distinctions de temps. S'il est seul le soir, cela montre sa solitude à l'heure de la Passion, quand la panique a dispersé tout le monde. S'il ordonne à ses disciples de monter dans la barque et de traverser la mer, pendant qu'il renvoie lui-même les foules et, celles-ci une fois renvoyées, s'il monte sur une montagne, c'est qu'il leur ordonne d'être dans l'Église et de naviguer par la mer, c'est-à-dire ce monde, jusqu'à ce que, revenant dans son avènement de gloire, il rende le salut à tout le peuple qui sera le reste d'Israël (cf Rm 11,5)...et que ce peuple rende grâce à Dieu son Père et s'établisse dans sa gloire et sa majesté...

« Il vient à eux vers la fin de la nuit, à la quatrième veille. » Dans l'expression « quatrième veille de la nuit » on trouve le nombre correspondant aux marques de sa sollicitude. En effet, la première veille a été celle de la Loi, la seconde celle des prophètes, la troisième celle de son avènement corporel, la quatrième se place à son retour glorieux. Mais il trouvera l'Église déclinante et cernée par l'esprit de l'Antéchrist et toutes les agitations de ce monde ; il viendra au plus fort de l'anxiété et des tourments... Les disciples seront dans l'effroi même à l'avènement du Seigneur, redoutant les images de la réalité déformées par l'Antéchrist et les fictions qui s'insinuent dans le regard. Mais le Seigneur qui est bon leur parlera aussitôt, chassera leur peur et leur dira : « C'est moi », dissipant, par la foi en son avènement, la crainte du naufrage menaçant.

Commentaire sur l'Evangile de Matthieu, 14, 13-14 (trad. SC 258, p. 27 rev.)

separ ecrit biblio

« Le Temple dont il parlait, c'était son Corps »

    Le Seigneur dit : « C'est ici mon repos à tout jamais » et il « choisit Sion pour le lieu de sa demeure » (Ps 131,14). Mais Sion et son temple sont détruits. Où se tiendra le trône éternel de Dieu ? Où sera son repos à tout jamais ? Où sera son temple pour qu'il y habite ? L'apôtre Paul nous répond : « Le temple de Dieu, c'est vous ; en vous habite l'Esprit de Dieu » (1Co 3,16). Voilà la maison et le temple de Dieu ; ils sont remplis de sa doctrine et de sa puissance. Ils sont le séjour de la sainteté du cœur de Dieu.

    Mais cette demeure, c'est Dieu qui l'édifie. Construite de main d'homme, elle ne durerait pas, ni même si elle était fondée sur les doctrines humaines. Nos vains labeurs et nos inquiétudes ne suffisent pas à la protéger. Le Seigneur s'y prend bien autrement ; il ne l'a pas fondée sur la terre ni sur les sables mouvants, mais elle repose sur les prophètes et les apôtres (Ep 2,20) ; elle se construit sans cesse de pierres vivantes (1P 2,5). Elle se développera jusqu'aux ultimes dimensions du corps du Christ. Sans cesse son édification se poursuit ; autour d'elle montent de nombreuses maisons qui se rassembleront dans une grande et bienheureuse cité (Ps 121,3).

Traité sur le psaume 64, PL 9, 416s (trad. Bouchet, Lectionnaire, p. 361)

separ ecrit biblio

Le fleuve d’eau vive

Le fleuve de Dieu regorge d’eau, c’est ainsi que tu apprêtes leur nourriture . Il n’y a pas de doute à avoir sur ce fleuve, car le Prophète dit aussi : L’élan du fleuve réjouit la cité de Dieu . Et le Seigneur lui-même dit, dans les évangiles : Celui qui boit de l’eau que je lui donnerai, des fleuves d’eau vive couleront de son cœur, jaillissant en vie éternelle . Et encore : Celui qui croit en moi, comme dit l’Écriture, des fleuves d’eau vive jailliront de son cœur. Jésus disait cela de l’Esprit Saint que devaient recevoir ceux qui croiraient en lui . Donc, ce fleuve de Dieu regorge d’eau. Car nous sommes inondés par les dons de l’Esprit Saint, et le fleuve de Dieu, regorgeant d’eau, se déverse en nous à partir de cette source de vie.

Et nous avons aussi une nourriture apprêtée. Quelle est cette nourriture ? Celle qui nous prépare à la participation de la vie divine, au moyen de la communion au Corps sacré afin de nous établir ensuite dans la communion de ce Corps. C’est ce que signifie le psaume que nous commentons, lorsqu’il dit : Tu apprêtes leur nourriture ; car c’est toi-même qui la prépares : car cette nourriture nous sauve présentement, mais elle nous prépare pour l’avenir.

Nous qui avons reçu par le sacrement de baptême la nouvelle naissance, nous éprouvons une grande joie lorsque nous ressentons en nous les premières avances de l’Esprit Saint, lorsque s’éveille en nous l’intelligence des mystères, la connaissance des prophéties, la parole de sagesse, les charismes de guérison et la domination sur les démons. Tout cela nous pénètre comme des ondées , et peu à peu ce que nous avons semé se développe en une moisson abondante.

COMMENTAIRE DE SAINT HILAIRE DE POITIERS SUR LE PSAUME 64

separ ecrit biblio

« Personne ne connaît le Père, sinon le Fils et celui à qui le Fils veut le révéler »

      Le Père est celui de qui vient tout ce qui existe. Lui-même, dans le Christ et par le Christ, est l'origine de tout. En plus, il est en lui-même son être, et il ne reçoit pas d'ailleurs ce qu'il est… Il est infini parce qu'il n'est pas en quelque endroit, mais que tout est en lui… Il est toujours avant le temps, le temps vient de lui. Si ta pensée lui court après et si tu crois atteindre les limites de son être, tu le trouveras toujours, car lorsque tu progresses sans cesse vers lui, le but où tu te diriges est toujours plus loin… Telle est la vérité du mystère de Dieu, telle est l'expression de la nature incompréhensible du Père… Pour l'exprimer, la parole ne peut que se taire ; pour le sonder, la pensée reste inerte ; et pour le saisir, l'intelligence se sent à l'étroit.

      Et pourtant, ce nom de Père indique sa nature : il n'est que Père. Car il ne reçoit pas d'ailleurs, à la manière des hommes, le fait d'être Père. Il est l'Éternel Inengendré… Il est connu seulement du Fils, puisque « personne ne connaît le Père, si ce n'est le Fils, et celui à qui le Fils a voulu le révéler », et « personne ne connaît le Fils, si ce n'est le Père. » Tous deux se connaissent l'un l'autre et cette connaissance mutuelle est parfaite. Donc, puisque « personne ne connaît le Père, si ce n'est le Fils », n'ayons du Père que la pensée conforme à ce que nous en a révélé le Fils, qui seul est « le témoin fidèle » (Ap 1,5).


      Mieux vaut penser à ce qui concerne le Père que d'en parler. Car toute parole est impuissante à traduire ses perfections… Nous ne saurions que reconnaître sa gloire, en avoir une certaine idée et essayer de la préciser par notre imagination. Mais le langage de l'homme ressent son impuissance et les mots n'expliquent pas la réalité telle qu'elle est… Ainsi, on a beau reconnaître Dieu, il faut renoncer à le nommer : quels que soient les mots employés, ils ne pourraient pas exprimer Dieu tel qu'il est, ni traduire sa grandeur… Il nous faut croire en lui, essayer de le comprendre et l'adorer ; ce faisant, nous parlerons de lui.

La Trinité 2, 6-7 (trad. DDB 1981, p. 67s rev.)

St hilaireSaint Hilaire de Poitiers

.......

'N'est-il pas le fils du charpentier ?'... Il ne fit pas beaucoup de miracles en cet endroit, à cause de leur manque de foi 

Aussi longtemps que je jouirai du souffle de vie que tu m'as accordé, Père saint, Dieu tout-puissant, je te proclamerai Dieu éternel, mais aussi Père éternel. Jamais je ne m'établirai juge de ta toute-puissance et de tes mystères ; jamais je ne ferai passer ma connaissance limitée avant la notion vraie de ton infini ; jamais je n'affirmerai que tu as existé autrefois sans ta Sagesse, ta Puissance et ton Verbe, Dieu, l'Unique Engendré, mon Seigneur Jésus Christ. Car même si le langage humain est faible et imparfait lorsqu'il parle de toi, il ne rétrécira pas mon esprit au point de réduire ma foi au silence, faute de mots capables d'exprimer le mystère de ton être...

Déjà dans les réalités de la nature, il y a bien des choses dont nous ne connaissons pas la cause, sans pourtant en ignorer les effets. Et, lorsque de par notre nature, nous ne savons que dire de ces choses, notre foi se teinte d'adoration. Si je contemple le mouvement des étoiles..., le flux et le reflux de la mer..., la puissance cachée dans la plus petite semence..., mon ignorance m'aide à te contempler, car si je ne comprends pas cette nature qui est à mon service, je discerne ta bonté, du fait même qu'elle est là pour me servir. Moi-même, je perçois que je ne me connais pas, mais je t'admire d'autant plus... Tu m'as donné la raison et la vie et mes sens d'homme qui me causent tant de joies, mais je n'arrive pas à comprendre quel a été mon commencement d'homme.

C'est donc en ne connaissant pas ce qui m'entoure, que je saisis ce que tu es ; et en percevant ce que tu es, je t'adore. C'est pourquoi, lorsqu'il s'agit de tes mystères, ne pas les comprendre n'amoindrit pas ma foi en ta toute-puissance... La naissance de ton Fils éternel dépasse la notion même d'éternité, elle est antérieure aux temps éternels. Avant tout ce qui existe, il est le Fils sorti de toi, Dieu Père ; il est vrai Dieu... Jamais tu n'as existé sans lui... Tu es le Père éternel de ton Unique Engendré, avant les temps éternels

La Trinité, 12, 52-53

separ ecrit biblio

«Ils disent et ne font pas»

      Le Seigneur nous avertit que les paroles flatteuses et les allures douces doivent être jugées aux fruits qu'elles produisent. Il nous faut donc apprécier quelqu'un, non pas tel qu'il se propose en paroles mais tel qu'il est réellement dans ses actes. Car bien souvent sous des dehors de brebis se dissimule une rage de loup (Mt 7,15). Et de même que les épines ne produisent pas de raisin ni les ronces de figues..., ainsi, nous dit Jésus, ce n'est pas en ces belles paroles que consiste la réalité des bonnes œuvres ; tous les hommes doivent être jugés d'après leurs fruits (v. 16-18). 

      Non, un service qui se limiterait à de belles paroles ne suffit pas pour obtenir le Royaume des cieux ; ce n'est pas celui qui dit : « Seigneur, Seigneur » qui en sera l'héritier (v. 21)... À quoi rimerait une sainteté qui se limiterait à l'invocation d'un nom, puisque le chemin du Royaume des cieux se trouve dans l'obéissance à la volonté de Dieu ?... 

      Il faut donc y mettre du sien, si on veut parvenir à la béatitude éternelle. Il faut donner quelque chose de notre propre fonds : vouloir le bien, éviter le mal et obéir de tout cœur aux préceptes divins. Une telle attitude nous vaudra d'être reconnus par Dieu comme siens. Conformons donc nos actes à sa volonté au lieu de nous glorifier de sa puissance. Car il repoussera et rejettera ceux qui se seront détournés eux-mêmes de lui par l'injustice de leurs actes.

Commentaire sur l'évangile de Matthieu, 6, 4-5 ; PL 9, 952-953 (trad. Orval rev.)

separ ecrit biblio

« Tu es...le Fils du Dieu vivant »

Le Seigneur avait demandé : « Le Fils de l'homme, qui est-il, d'après ce que disent les hommes ? » Assurément, la vue de son corps manifestait le Fils de l'homme, mais en posant cette question, il faisait comprendre qu'en plus de ce qu'on voyait en lui, il y avait autre chose à discerner... L'objet de la question était un mystère où devait tendre la foi des croyants. 

La confession de Pierre a obtenu pleinement la récompense qu'il méritait pour avoir vu dans l'homme le Fils de Dieu. « Bienheureux » il l'est, loué pour avoir étendu sa vue au-delà des yeux humains, ne regardant pas ce qui venait de la chair et du sang, mais contemplant le Fils de Dieu révélé par le Père céleste. Il a été jugé digne de reconnaître le premier ce qui dans le Christ était de Dieu. Quel fondement qu'il a la chance de donner à l'Église, au titre de son nom nouveau ! Il devient la pierre digne d'édifier l'Église, de façon qu'elle brise les lois de l'enfer... et toutes les prisons de la mort. Bienheureux portier du ciel à qui sont remises les clés de l'accès à l'éternité ; sa sentence sur terre fait d'avance autorité au ciel, en sorte que ce qui a été lié ou délié sur terre l'est aussi au ciel. 

Jésus ordonne encore aux disciples de ne dire à personne qu'il est le Christ, car il fallait que d'autres, c'est-à-dire la Loi et les prophètes, soient témoins de son Esprit, tandis que le témoignage de la résurrection est propre aux apôtres. Et comme la béatitude de ceux qui connaissent le Christ dans l'Esprit a été manifestée, est manifesté à son tour le danger de méconnaître son humilité et sa Passion.

Commentaire sur Matthieu, 16 (trad. SC 258, p.55 rev.) 

separ ecrit biblio

« La jeune fille n'est pas morte, elle dort »

Ce chef [de synagogue] peut être compris comme représentant la Loi de Moïse qui, priant à l'intention de la foule qu'elle avait nourrie pour le Christ en prêchant l'attente de sa venue, demande au Seigneur de rendre la vie à une morte... Le Seigneur lui a promis son aide et pour la lui assurer, l'a suivi. 

Mais d'abord, la foule des païens pécheurs est sauvée avec les apôtres. Le don de la vie revenait en premier lieu à l'élection prédestinée par la Loi, mais au préalable, dans l'image de la femme, le salut est rendu aux publicains et aux pécheurs. Voilà pourquoi cette femme a confiance qu'en venant sur le passage du Seigneur, elle sera guérie de son flux de sang par le contact du vêtement du Seigneur... Elle a hâte dans sa foi de toucher la frange du vêtement, c'est-à-dire d'atteindre en compagnie des apôtres le don de l'Esprit Saint qui sort du corps du Christ à la manière d'une frange. En peu de temps elle est guérie. Ainsi, la santé destinée à l'une est rendue aussi à une autre, dont le Seigneur a loué la foi et la persévérance, parce que ce qui était préparé pour Israël a été accueilli par les peuples des nations... La puissance guérissante du Seigneur, contenue dans son corps, gagnait jusqu'aux franges de ses vêtements. En effet, Dieu n'était pas divisible ni saisissable pour être enfermé dans un corps ; il divise lui-même ses dons dans l'Esprit, mais n'est pas divisé dans ses dons. Sa puissance est atteinte par la foi partout, parce qu'elle est partout et n'est absente nulle part. Le corps qu'il a pris n'a pas enfermé sa puissance, mais sa puissance a pris la fragilité d'un corps pour le racheter. Et cette puissance est si illimitée et si généreuse que l'œuvre du salut des hommes était présente jusque dans les franges du vêtement du Christ. 

Le Seigneur entre ensuite dans la maison du chef, autrement dit dans la synagogue..., et beaucoup se moquent de lui. En effet ils n'ont pas cru en Dieu dans un homme ; ils ont ri d'entendre prêcher la résurrection d'entre les morts. Prenant la main de la jeune fille, le Seigneur a ramené à la vie celle dont la mort n'était auprès de lui qu'un sommeil.

Commentaire de l'évangile de Matthieu, 9, 5-8 (trad. cf SC 254, p 209s) 

 

 

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 2018-08-07