Léon le Grand quelques écrits

Leon le grand 1Saint Léon le Grand (?-v. 461), pape et docteur de l'Église

Liste des lectures

La loi de la Nouvelle Alliance. 

Dans tout l'univers, le Seigneur a fait connaître son salut 

La naissance du Seigneur, c'est la naissance de la paix

Le mystère de notre réconciliation. 

Avoir une foi correcte et une saine doctrine

Le peuple entier doit se purifier

Trouver en nous la ressemblance de Dieu

Sanctification

L'Ascension du Seigneur fortifie notre foi

Ce qui s'est passé entre la Résurrection et l'Ascension

Le Christ est vivant dans son Église 

 Soyez les imitateurs de Dieu, puisque vous êtes ses enfants bien-aimés...

separ ecrit biblio

Le Verbe fait chair

La Transfiguration

Le vrai jeûne.

L'Église et la foi de Pierre

 Si vous ne vous convertissez pas

Heureux, vous les pauvres 

 La gloire qui doit se révéler en nous 

La gloire de la croix

C'est maintenant le jour favorable, c'est maintenant le jour du salut

Table des origines de Jésus Christ 

Et le Verbe s'est fait chair, il a habité parmi nous

Celui qui accueille en mon nom un enfant comme celui-ci, c'est moi qu'il accueille

Tous ceux qui le touchèrent étaient sauvés

separ ecrit biblio

Heureux ceux qui pleurent, heureux les doux

La pauvreté apostolique 

C'était afin de rassembler dans l'unité les enfants de Dieu dispersés 

Laissez les enfants venir à moi

Marie, Mère de Dieu, Mère du Prince de la Paix

Convertissez-vous et croyez à la Bonne Nouvelle

Alors leurs yeux s'ouvrirent

Fils de David et Seigneur des seigneurs

Les exercices du carême : « Déchirez vos coeurs et non vos vêtements ; revenez au Seigneur votre Dieu »

Ceux qui avaient été ses compagnons étaient dans le deuil et les larmes…

Celui-ci est mon Fils bien-aimé...; écoutez-le !

Sur cette pierre je bâtirai mon Eglise

separ ecrit biblio

Celui qui regarde en arrière n'est pas fait pour le royaume de Dieu

Quand vous aurez élevé le Fils de l'homme, alors vous comprendrez que moi, Je suis 

Pour nous, la Croix est puissance de Dieu

Préparons nous au pardon mutuel

Amassez-vous des trésors dans le ciel

La pureté du cœur et la paix

Heureux les cœurs purs : ils verront Dieu

Gloire et puissance de la croix. 

Jésus leur défendit de raconter à personne ce qu'ils avaient vu

Alors ils jeûneront

Reconnais ta dignité. 

Heureux ceux qui ont faim et soif de justice

separ ecrit biblio

........

​La pauvreté qui enrichit

Alors leurs yeux s'ouvrirent

 Maintenant le Fils de l'homme est glorifié, et Dieu est glorifié en lui

Notre Sauveur est né aujourd'hui

C'étaient nos souffrances qu'il portait 

Soyez les imitateurs de Dieu, puisque vous êtes ses enfants bien-aimés

Béni est Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus Christ... En lui, il nous a choisis avant la création du monde

 

 

 

Leon le grand 1Saint Léon le Grand (?-v. 461), pape et docteur de l'Église

La loi de la Nouvelle Alliance. 

Notre Seigneur Jésus Christ, mes bien-aimés, prêchait l'Évangile du Royaume ; il guérissait toutes sortes de maladies à travers toute la Galilée et la renommée de ses miracles se répandait à travers toute la Syrie ; de grandes foules affluaient de la Judée entière vers le céleste médecin. En effet, la foi des hommes ignorants est lente à croire ce qu'elle ne voit pas et à espérer ce qu'elle ne connaît pas. Il fallait donc que, pour être fortifié par l'enseignement divin, leur esprit soit stimulé par des bienfaits corporels et des miracles visibles. En éprouvant une puissance si bienfaisante, ils ne douteraient pas que sa doctrine apportât le salut. 

Donc, pour transformer les guérisons extérieures en remèdes intérieurs, et rendre la santé aux âmes après avoir guéri les corps, le Seigneur s'éloigna des foules qui l'entouraient, gagna la retraite d'une montagne voisine et y appela ses Apôtres pour les imprégner des plus sublimes enseignements du haut de ce lieu symbolique. Par le caractère même du lieu et de l'action, il se désignait comme celui-là même qui jadis avait daigné s'entretenir avec Moïse. Mais alors c'était avec la plus terrible justice, à présent avec la plus sainte douceur, afin que s'accomplît la promesse annoncée par le prophète Jérémie : Voici que des jours viennent, parole du Seigneur, où j'établirai une alliance nouvelle avec la maison d'Israël et la maison de Juda. Après ces jours-là, parole du Seigneur, je mettrai mes lois dans leur pensée, je les écrirai dans leur cœur . 

Celui qui avait parlé à Moïse parla donc aussi aux Apôtres ; dans le cœur de ses disciples, la main du Verbe, comme celle du scribe rapide, écrivit les commandements de la Nouvelle Alliance. Ce n'était plus comme autrefois au milieu de nuées épaisses, ni par des tonnerres et des éclairs effrayants qui empêchaient un peuple terrorisé d'approcher la montagne : c'était dans la tranquillité d'un entretien accessible à tous les assistants. Ainsi la douceur de la grâce supprimait l'âpreté de la loi, et l'esprit d'adoption enlevait la crainte de l'esclavage. 

Quelle est la doctrine du Christ, ses propres paroles le proclament : ceux qui désirent parvenir à l'éternelle béatitude doivent découvrir les degrés de cette ascension vers un bonheur infini : Heureux , dit-il, les pauvres de cœur, car le Royaume des cieux est à eux . On aurait pu se demander de quels pauvres parlait la Vérité si, en disant : Heureux les pauvres , elle n'avait pas précisé de quel genre de pauvres il fallait l'entendre ; et il aurait paru suffire, pour mériter le Royaume des cieux, de connaître le dénuement que beaucoup subissent par le poids et la rigueur de la nécessité. Mais en disant : Heureux les pauvres de cœur , le Seigneur montre que le Royaume des cieux doit être accordé à ceux que recommande l'humilité de l'âme plutôt que le manque de ressources.

SERMON SUR LES BÉATITUDES

separ ecrit biblioDans tout l'univers, le Seigneur a fait connaître son salut

La miséricordieuse providence de Dieu a voulu, sur la fin des temps, venir au secours du monde en détresse. Elle décida que le salut de toutes les nations se ferait dans le Christ. ~

C'est à propos de ces nations que le saint patriarche Abraham, autrefois, reçut la promesse d'une descendance innombrable, engendrée non par la chair, mais par la foi ; aussi est-elle comparée à la multitude des étoiles, car on doit attendre du père de toutes les nations une postérité non pas terrestre, mais céleste. ~

Que l'universalité des nations entre donc dans la famille des patriarches ; que les fils de la promesse reçoivent la bénédiction en appartenant à la race d'Abraham, ce qui les fait renoncer à leur filiation charnelle. En la personne des trois mages, que tous les peuples adorent le Créateur de l'univers ; et que Dieu ne soit plus connu seulement en Judée , mais sur la terre entière afin que partout, comme en Israël, son nom soit grand . ~

Mes bien-aimés, instruits par les mystères de la grâce divine, célébrons dans la joie de l'Esprit le jour de nos débuts et le premier appel des nations. Rendons grâce au Dieu de miséricorde qui, selon saint Paul, nous a rendus capables d'avoir part, dans la lumière, à l'héritage du peuple saint ; qui nous a arrachés au pouvoir des ténèbres, et nous a fait entrer dans le royaume de son Fils bien-aimé . Ainsi que l'annonça le prophète Isaïe : Le peuple des nations, qui vivait dans les ténèbres, a vu se lever une grande lumière, et sur ceux qui habitaient le pays de l'ombre, une lumière a resplendi. Le même prophète a dit à ce sujet : Les nations qui ne te connaissaient pas t'invoqueront ; et les peuples qui t'ignoraient accourront vers toi. Ce jour-là, Abraham l'a vu, et il s'est réjoui lorsqu'il découvrit que les fils de sa foi seraient bénis dans sa descendance, c'est-à-dire dans le Christ ; lorsqu'il aperçut dans la foi qu'il serait le père de toutes les nations ; il rendait gloire à Dieu, car il était pleinement convaincu que Dieu a la puissance d'accomplir ce qu'il a promis.

Ce jour-là, David le chantait dans les psaumes : Toutes les nations, toutes celles que tu as faites, viendront t'adorer, Seigneur, et rendre gloire à ton nom. Et encore : Le Seigneur a fait connaître son salut, aux yeux des païens révélé sa justice .

Nous savons bien que tout cela s'est réalisé quand une étoile guida les trois mages, appelés de leur lointain pays, pour leur faire connaître et adorer le Roi du ciel et de la terre. Cette étoile nous invite toujours à suivre cet exemple d'obéissance et à nous soumettre, autant que nous le pouvons, à cette grâce qui attire tous les hommes vers le Christ. ~

Dans cette recherche, mes bien-aimés, vous devez tous vous entraider afin de parvenir au royaume de Dieu par la foi droite et les bonnes actions, et d'y resplendir comme des fils de lumière ; par Jésus Christ notre Seigneur, qui vit et règne avec le Père et le Saint-Esprit, pour les siècles des siècles. Amen.

SERMON DE SAINT LÉON LE GRAND POUR L'ÉPIPHANIE

separ ecrit biblio

La naissance du Seigneur, c'est la naissance de la paix

La majesté du Fils de Dieu n'avait pas dédaigné l'état d'enfance ; mais l'enfant a grandi avec l'âge, jusqu'à la stature de l'homme parfait ; puis, lorsqu'il a pleinement accompli le triomphe de sa passion et de sa résurrection, toutes les actions de la condition humiliée qu'il avait adoptée pour l'amour de nous sont devenues du passé. Pourtant, la fête d'aujourd'hui renouvelle pour nous les premiers instants de Jésus, né de la Vierge Marie. Et lorsque nous adorons la naissance de notre Sauveur, il se trouve que nous célébrons notre propre origine.

En effet, lorsque le Christ vient au monde, le peuple chrétien commence : l'anniversaire de la tête, c'est l'anniversaire du corps.

Sans doute, chacun de ceux qui sont appelés le sont à leur tour, et les fils de l'Église apparaissent à des époques différentes. Pourtant, puisque les fidèles dans leur totalité, nés de la source du baptême, ont été crucifiés avec le Christ dans sa passion, ressuscités dans sa résurrection, établis à la droite du Père dans son ascension, ils sont nés avec lui en cette Nativité.

Tout croyant, de n'importe quelle partie du monde, qui renaît dans le Christ, après avoir abandonné le chemin du péché qu'il tenait de son origine, devient un homme nouveau par sa seconde naissance. Il n'appartient plus à la descendance de son père selon la chair, mais à la race du Sauveur, car celui-ci est devenu Fils de l'homme pour que nous puissions être fils de Dieu.

Car si lui-même, par son abaissement, n'était pas descendu jusqu'à nous, personne n'aurait pu, par ses propres mérites, parvenir jusqu'à lui. ~

Un si grand bienfait appelle de notre part une reconnaissance digne de sa splendeur. En effet, comme nous l'enseigne saint Paul, nous n'avons pas reçu l'esprit de ce monde, mais l'Esprit qui vient de Dieu, afin que nous connaissions les dons de la grâce de Dieu . On ne peut l'honorer avec assez de piété qu'en lui offrant ce que lui-même nous a donné.

Or, dans les trésors de la générosité divine, que pouvons-nous trouver qui soit aussi bien accordé à la dignité de la fête présente, que cette paix proclamée par le cantique des anges lors de la nativité du Seigneur ?

Car c'est la paix qui engendre les fils de Dieu , qui favorise l'amour, qui enfante l'unité, qui est le repos des bienheureux, la demeure de l'éternité. Son ouvrage propre, son bienfait particulier, c'est d'unir à Dieu ceux qu'elle sépare du monde. ~

Donc, ceux qui ne sont pas nés de la chair et du sang, ni d'une volonté charnelle, ni d'une volonté d'homme , mais qui sont nés de Dieu , doivent offrir au Père la volonté unanime de fils artisans de paix. Tous ceux qui sont devenus par adoption les membres du Christ doivent accourir pour rejoindre ensemble le premier-né de la nouvelle création, celui qui est venu faire non pas sa propre volonté, mais la volonté de celui qui l'envoie . Les héritiers que la grâce du Père adopte ne sont pas des héritiers divisés ou disparates ; ils ont les mêmes sentiments et le même amour. Ceux qui sont recréés selon l'Image unique doivent avoir une âme qui lui ressemble.

La naissance du Seigneur Jésus, c'est la naissance de la paix. Comme le dit saint Paul, c'est lui, le Christ , qui est notre paix . Que nous soyons d'origine juive ou païenne, c'est par lui que nous pouvons approcher le Père dans un seul Esprit.

SERMON DE SAINT LÉON LE GRAND POUR NOËL

separ ecrit biblio

Le mystère de notre réconciliation.

Il ne sert à rien de dire que notre Seigneur, fils de la Vierge Marie, est un homme véritable et parfait, si l'on ne croit pas qu'il est un homme de cette descendance que proclame l'Évangile.

Matthieu dit en effet : Livre des origines de Jésus Christ, fils de David, fils d'Abraham . Il suit donc l'ordre des naissances humaines, de façon à conduire la suite des générations jusqu'à Joseph, à qui la mère du Seigneur était promise en mariage.

Luc, au contraire, en remontant les degrés de succession revient au chef de file du genre humain, pour montrer que le premier Adam et le nouvel Adam ont la même nature.

Évidemment, la toute-puissance du Fils de Dieu aurait pu se manifester, pour l'instruction et la justification des hommes, de la même manière dont elle était apparue aux patriarches et aux prophètes : sous un aspect corporel ; ainsi lorsque cette toute-puissance engagea le combat avec Jacob, s'entretint avec Abraham et accepta son hospitalité ou même prit la nourriture qu'il lui offrait.

Mais de telles apparitions n'étaient que des signes de cet homme dont ces préfigurations symboliques annonçaient la réalité, réalité qu'il devait endosser en devenant le descendant de tels ancêtres.

Et c'est pourquoi aucune de ces figures ne pouvait accomplir le mystère de notre réconciliation, pourtant préparé de toute éternité. L'Esprit Saint n'était pas encore venu sur la Vierge, la puissance du Très-Haut ne l'avait pas encore prise sous son ombre . Il fallait cela pour que, dans ce sein immaculé où la Sagesse lui construisait une demeure , le Verbe se fit chair. Il le fallait pour que, la nature divine et la nature humaine se rencontrant dans une seule personne, le Créateur du temps naquit dans le temps ; pour que celui par qui tout a été fait fût engendré parmi toutes les créatures.

Car si l'homme nouveau, semblable à la chair du péché , n'avait pas assumé notre condition ancienne et dégradée, si celui qui est consubstantiel au Père n'avait pas daigné devenir consubstantiel à sa mère, si lui, seul indemne de tout péché, ne s'était pas uni à notre nature, l'humanité tout entière serait restée prisonnière sous l'esclavage du démon et nous n'aurions pu profiter de la victoire remportée par le Christ, parce que cette victoire aurait été obtenue en dehors de notre nature.

Le sacrement de notre régénération a brillé pour nous en vertu de cette participation étonnante à notre nature : si la conception et la naissance du Christ ont été opérées par l'Esprit, c'est en vertu du même Esprit que nous-mêmes ~ pouvons renaître.

C'est pourquoi l'Évangéliste désigne les croyants comme ceux qui ne sont pas nés de la chair et du sang, ni d'une volonté charnelle, ni d'une volonté d'homme, mais qui sont nés de Dieu .

LETTRE À L'IMPÉRATRICE PULCHÉRIE SUR L'INCARNATION

separ ecrit biblioAvoir une foi correcte et une saine doctrine

"C'est une grande chose d'avoir une foi correcte et une saine doctrine, et il est très louable de circoncire la gloutonnerie, de montrer une tendre bonté et une chasteté pure ; pourtant toutes les vertus sont comme nues sans l'amour et, dans une vie, si excellente soit-elle, on ne peut dire fécond ce que l'amour n'a pas enfanté."

(Léon, le Grand : 10e Sermon sur le Carême, Sermon 35, 3).

separ ecrit biblioLe peuple entier doit se purifier

"Ce ne sont pas seulement les évêques ou les prêtres ou les seuls ministres des sacrements, mais le corps entier de l'Eglise et l'universalité des fidèles qui doivent se purifier de toutes souillures, afin que le temple de Dieu, dont le fondement est son fondateur lui-même, soit beau dans toutes ses pierres et lumineux dans toutes ses parties.
Sans doute ne peut-on ni entreprendre, ni achever cette demeure sans que son auteur y concoure ; pourtant celui qui l'a édifiée lui a encore accordé de pouvoir rechercher son accroissement par son propre travail. C'est, en effet, d'un matériau vivant et raisonnable que l'on se sert pour la construction de ce temple, et c'est de l'Esprit de grâce qu'il est animé pour s'assembler volontairement en un seul tout ; matériau aimé, matériau recherché, pour qu'à son tour il cherche, celui qui ne cherchait pas, et qu'il aime, celui qui n'aimait pas, selon la parole du bienheureux Apôtre Jean : Quant à nous, aimons en retour, puisque Dieu nous a aimés le premier (1 Jn 4, 199)."

(10e Sermon sur le Carême (Sermon XXXV, 1), SC 49, pp.74-76).

separ ecrit biblioTrouver en nous la ressemblance de Dieu

"... Si nous comprenons à la lumière de la foi et de la sagesse les débuts de notre création, nous découvrirons que l'homme a été fait à l'image de Dieu [Gn 1, 27] pour imiter son auteur et que notre dignité naturelle consiste en ce que la ressemblance de la bonté divine brille en nous comme en un miroir. Cette ressemblance, la grâce du Sauveur la restaure tous les jours en nous, car ce qui et tombé dans le premier Adam est relevé dans le second.
Or le motif de notre restauration n'est autre que la miséricorde de Dieu ; nous ne l'aimerions pas s'il ne nous avait aimés le premier [1 Jn 4, 19]. C'est pourquoi, en nous aimant, Dieu nous restaure à son image et, afin de trouver en nous la ressemblance de sa bonté, il nous donne le moyen de faire nous-mêmes ce qu'il fait ; il allume, en effet, le flambeau de nos intelligences et nous enflamme du feu de son amour, pour que nous l'aimions, et non seulement lui, mais aussi tout ce qu'il aime."

(1er sermon sur le jeûne du 10e mois, 1, Sources chrétiennes n° 200, pp. 151-153).

separ ecrit biblioSanctification

"La terre qui est promise aux doux et qui sera donnée en propriété aux indulgents, c’est le corps des saints. À cause du mérite de leur humilité, il sera transformé par une merveilleuse résurrection et revêtira la gloire de l’immortalité. Désormais, il ne s’opposera plus en rien à l’esprit et il s’accordera avec la volonté de l’âme dans une parfaite unité. Alors, en effet, l’homme extérieur sera la possession paisible et inviolable de l’homme intérieur. Les doux posséderont la terre dans une paix perpétuelle, et jamais rien ne viendra diminuer leur droit de propriété, lorsque cet être corruptible aura revêtu l’incorrigibilité, et cet être mortel l’immortalité (1 Co 15,53). Ce qui était péril se changera en récompense, et ce qui était un poids deviendra une gloire."

(Homélies sur les Béatitudes 95, 5-6)

separ ecrit biblio

L'Ascension du Seigneur fortifie notre foi. 

Dans la solennité pascale, la Résurrection du Seigneur était la cause de notre joie; de même, sa montée au ciel nous donne lieu de nous réjouir, puisque nous commémorons et vénérons comme il convient ce grand jour où notre pauvre nature, en la personne du Christ, a été élevée plus haut que toute l'armée des cieux, plus haut que tous les choeurs des anges, plus haut que toutes les puissances du ciel, jusqu'à s'asseoir auprès de Dieu le Père. C'est sur cette disposition des oeuvres divines que nous sommes fondés et construits. La grâce de Dieu devient en effet plus admirable lorsque les hommes ayant vu disparaître ce qui leur inspirait de l'adoration, leur foi n'a pas connu le doute, leur espérance n'a pas été ébranlée, leur charité ne s'est pas refroidie.

Voici en quoi consiste la force des grands esprits, telle est la lumière des âmes pleines de foi: croire sans hésitation ce que les yeux du corps ne voient pas, fixer son désir là où le regard ne parvient pas. Mais comment une telle piété pourrait-elle naître en nos coeurs, comment pourrait-on être justifié par la foi, si notre salut ne consistait qu'en des réalités offertes à nos yeux? ~ 

Ce qui était visible chez notre Rédempteur est passé dans les mystères sacramentels. Et pour rendre la foi plus pure et plus ferme, la vue a été remplacée par l'enseignement: c'est à l'autorité de celui-ci que devaient obéir les coeurs des croyants, éclairés par les rayons du ciel. 

Cette foi, augmentée par l'Ascension du Seigneur, et fortifiée par le don du Saint-Esprit, n'a redouté ni les chaînes, ni les prisons, ni l'exil, ni la morsure des bêtes, ni les supplices raffinés de cruels persécuteurs. Dans le monde entier, c'est pour cette foi que non seulement des hommes, mais des femmes, et aussi de jeunes enfants et de frêles jeunes filles ont combattu jusqu'à répandre leur sang. Cette foi a chassé des démons, écarté des maladies, ressuscité des morts.

Les saints Apôtres eux-mêmes, fortifiés par tant de miracles, instruits par tant de discours, avaient cependant été terrifiés par la cruelle passion du Seigneur et n'avaient pas admis sans hésitation la réalité de sa résurrection. Mais son Ascension leur fit accomplir de tels progrès que tout ce qui, auparavant, leur avait inspiré de la crainte, les rendait joyeux. Ils avaient dirigé leur contemplation vers la divinité de celui qui avait pris place à la droite du Père. La vue de son corps ne pouvait plus les entraver ni les empêcher de considérer, par la fine pointe de leur esprit, qu'en descendant vers nous et qu'en montant vers le Père ,Il ne s'était pas éloigné de ses disciples.

C'est alors, mes bien-aimés, que ce Fils d'homme fut connu, de façon plus haute et plus sainte, comme le Fils de Dieu. Lorsqu'il eut fait retour dans la gloire de son Père, il commença d'une manière mystérieuse, à être plus présent par sa divinité, alors qu'il était plus éloigné quant à son humanité.

C'est alors que la foi mieux instruite se rapprocha, par une démarche spirituelle, du Fils égal au Père ; elle n'avait plus besoin de toucher dans le Christ cette substance corporelle par laquelle il est inférieur au Père. Le corps glorifié gardait sa nature, mais la foi des croyants était appelée à toucher, non d'une main charnelle mais d'une intelligence spirituelle, le Fils unique égal à celui qui l'engendre

SERMON  POUR L'ASCENSION

separ ecrit biblioCe qui s'est passé entre la Résurrection et l'Ascension .

Les jours qui s'écoulèrent entre la résurrection du Seigneur et son ascension, mes bien-aimés, n'ont pas été dépourvus d'événements : de grands mystères y ont reçu leur confirmation, de grandes vérités y ont été révélées.

C'est alors que la crainte d'une mort amère est écartée, et que l'immortalité, non seulement de l'âme mais aussi de la chair, est manifestée. C'est alors que, par le souffle du Seigneur, le Saint-Esprit est communiqué à tous les Apôtres ; et le bienheureux Apôtre Pierre, après avoir reçu les clefs du Royaume, se voit confier, de préférence aux autres, la garde du bercail du Seigneur.

En ces jours-là, le Seigneur se joint à deux disciples et les accompagne en chemin ; et, afin de dissiper en nous toute l'obscurité du doute, il reproche à ces hommes apeurés leur lenteur à comprendre. Les cœurs qu'il éclaire voient s'allumer en eux la flamme de la foi ; ils étaient tièdes, et ils deviennent brûlants lorsque le Seigneur leur fait comprendre les Écritures. À la fraction du pain, les yeux des convives s'ouvrent. Ils ont un bonheur bien plus grand, eux qui voient se manifester la glorification de leur nature humaine, que nos premiers parents qui conçoivent de la honte pour leur désobéissance. ~ 

Pendant tout ce temps qui s'est écoulé entre la résurrection du Seigneur et son ascension, voilà, mes bien-aimés, de quoi la providence divine s'est occupée, voilà ce qu'elle a enseigné, voilà ce qu'elle a fait comprendre aux yeux et aux cœurs de ses amis : on reconnaîtrait que le Seigneur Jésus était vraiment ressuscité, lui qui vraiment était né, avait souffert et était mort vraiment.

Aussi les bienheureux Apôtres et tous les disciples que la mort de la croix avait apeurés et qui doutaient de la foi en la résurrection furent-ils raffermis par l'évidence de la vérité ; si bien que, lorsque le Seigneur partit vers les hauteurs des cieux, ils ne furent affectés d'aucune tristesse, mais comblés d'une grande joie.

Certes, c'était pour eux un motif puissant et indicible de se réjouir puisque, devant le groupe des Apôtres, la nature humaine recevait une dignité supérieure à celle de toutes les créatures célestes ; elle allait dépasser les chœurs des anges et monter plus haut que les archanges ; les êtres les plus sublimes ne pourraient mesurer son degré d'élévation, car elle allait être admise à trôner auprès du Père éternel en étant associée à sa gloire, puisque la nature divine lui était unie dans la personne du Fils.

SERMON DE SAINT LÉON LE GRAND POUR L'ASCENSION

separ ecrit biblioLe Christ est vivant dans son Église 

Il n'y a pas de doute, mes bien-aimés : en prenant la nature humaine, le Fils de Dieu s'y est uni très étroitement ; au point que, non seulement chez cet homme qui est le premier-né de toute créature , mais encore chez tous les saints, ce n'est qu'un seul et même Christ ; et comme on ne peut séparer la tête de ses membres, on ne peut pas non plus séparer les membres de leur tête.

Que Dieu soit tout en tous , cela n'appartient pas à la vie présente, mais à la vie éternelle. Toutefois, même maintenant, il habite son temple, qui est l'Église, sans pouvoir en être séparé, comme il l'a lui-même promis : Voici que je suis avec vous tous les jours jusqu'à la fin des temps . ~ 

Tout ce que le Fils de Dieu a fait et enseigné pour la réconciliation du monde, nous ne le connaissons pas seulement par l'histoire du passé, mais encore nous en éprouvons l'efficacité par ses œuvres présentes. C'est lui qui, né d'une mère vierge par l'action du Saint-Esprit, rend féconde son Église très pure, en vertu de cet Esprit ; aussi, par l'enfantement du baptême, une foule innombrable de fils de Dieu sont engendrés, dont il est dit : Ils ne sont pas nés de la chair et du sang, ni d'une volonté charnelle, ni d'une volonté d'homme : ils sont nés de Dieu .

C'est en lui que la descendance d'Abraham est bénie parce que le monde entier se reconnaît en elle : le patriarche devient père des nations lorsque naissent des fils de la promesse, non pas de la chair mais en vertu de la foi. C'est lui qui, sans excepter aucun peuple, forme de toutes les nations qui sont sous le ciel un seul troupeau de brebis saintes, et qui accomplit chaque jour ce qu'il avait promis :J'ai encore d'autres brebis, qui ne sont pas de cette bergerie : il faut que je les conduise avec les autres. Elles écouteront ma voix : il y aura un seul troupeau, un seul pasteur .

Il a dit à saint Pierre, le premier des Apôtres : Conduis mes brebis . Mais celui qui régit la charge de tous les pasteurs, c'est le Seigneur seul ; et il nourrit ceux qui viennent vers la « pierre » dans des pâturages si plaisants et si bien arrosés que des brebis innombrables, fortifiées par la richesse de son amour, n'hésitent pas à mourir pour le nom de leur pasteur, de même que le bon Pasteur a daigné donner sa vie pour ses brebis.

C'est à lui, c'est à ses souffrances que s'associe non seulement l'héroïsme des martyrs, mais aussi la foi de tous les fidèles qui renaissent, et cela dans le sacrement même de leur régénération. ~ 

Voici comment la Pâque du Seigneur est célébrée dignement, avec le pain sans levain de la droiture et de la vérité : lorsque la nouvelle créature a rejeté le ferment de l'ancienne malice, et qu'elle s'enivre et se nourrit du Seigneur lui-même. Car tout l'effet de la participation au corps et au sang du Christ est de nous transformer en ce que nous consommons ; morts avec lui, ensevelis avec lui, ressuscités avec lui, portons-le toujours dans notre esprit et dans notre chair.

SERMON  SUR LA PASSION

separ ecrit biblio« Soyez les imitateurs de Dieu, puisque vous êtes ses enfants bien-aimés... » 

Le Seigneur dit dans l'évangile de saint Jean : Tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples si vous vous aimez les uns les autres. Et on lit dans la lettre de cet Apôtre : Mes bien-aimés, aimons-nous les uns les autres, puisque l'amour vient de Dieu. Tous ceux qui aiment sont enfants de Dieu, et ils connaissent Dieu. Celui qui n'aime pas ne connaît pas Dieu, car Dieu est amour.

Que les fidèles scrutent donc leur âme et discernent par un examen loyal les sentiments profonds de leur cœur. S'ils découvrent que leur conscience a en réserve des fruits de charité, ils peuvent être certains que Dieu est en eux ; et pour se rendre de plus en plus accueillants à un tel hôte, qu'ils se dilatent par les œuvres d'une miséricorde inlassable.

En effet, si Dieu est amour, la charité ne doit pas avoir de bornes, car la divinité ne peut s'enfermer dans aucune limite.

Toutes les époques conviennent, mes bien-aimés, pour pratiquer le bien de la charité ; cependant les jours présents nous y invitent plus spécialement. Ceux qui désirent recevoir la Pâque du Seigneur avec une âme et un corps sanctifiés doivent s'efforcer surtout d'acquérir cette perfection, qui renferme en elle toutes les vertus et qui couvre une multitude de péchés.

Et c'est pourquoi, sur le point de célébrer ce mystère qui dépasse tous les autres, par lequel le sang de Jésus Christ a effacé toutes nos iniquités, préparons en premier lieu des sacrifices de miséricorde. Ce que la bonté de Dieu nous a octroyé, donnons-le, nous aussi, à ceux qui ont péché contre nous. ~

Il faut aussi que notre libéralité se montre plus bienfaisante envers les pauvres et ceux qui sont accablés par toutes sortes de malheurs, afin que de nombreuses voix rendent grâce à Dieu, et que le réconfort donné aux indigents vienne recommander nos jeûnes. Aucune générosité de la part des fidèles ne réjouit Dieu davantage que celle qui se prodigue en faveur de ses pauvres ; et là où il rencontre un souci de miséricorde, il reconnaît l'image de sa propre bonté.

Ne craignons pas d'épuiser nos ressources par de telles dépenses, car la bonté elle-même est une grande richesse, et les largesses ne peuvent manquer de fonds, là où c'est le Christ qui nourrit et qui est nourri. Dans toute cette activité intervient la main qui augmente le pain en le rompant, et le multiplie en le distribuant.

Celui qui donne, qu'il soit tranquille et joyeux, car il aura le plus grand bénéfice quand il aura gardé pour lui le minimum. Comme dit saint Paul : Celui qui fournit la semence au semeur et le pain pour la nourriture multipliera aussi vos semences et fera croître les fruits de votre justice dans le Christ Jésus notre Seigneur, qui vit et règne avec le Père et le Saint-Esprit pour les siècles des siècles. Amen.

SERMON DE SAINT LÉON LE GRAND

 

Leon le grand 1Saint Léon le Grand (?-v. 461), pape et docteur de l'Église 

Le Verbe fait chair

La petitesse a été assumée par la majesté, la faiblesse par la force, l'asservissement à la mort par l'immortalité ; et pour payer la dette de notre condition humaine, la nature inaltérable s'est unie à la nature exposée à la souffrance. C'est ainsi que, pour mieux nous guérir, le seul médiateur entre Dieu et les hommes, l'homme Jésus Christ devait, d'un côté, pouvoir mourir et, de l'autre, ne pas pouvoir mourir.

C'est donc dans la nature intégrale et complète d'un vrai homme que le vrai Dieu est né, tout entier dans ce qui lui appartient, tout entier dans ce qui nous appartient. Par là nous entendons ce que le Créateur nous a donné au commencement et qu'il a assumé pour le rénover.

Car les défauts que le démon trompeur a introduits dans l'homme, et que l'homme trompé a contractés n'ont aucunement marqué le Sauveur. Aussi, bien qu'il ait accepté de partager les faiblesses humaines, n'a-t-il pas participé à nos fautes.

Il a pris la condition de l'esclave sans la souillure du péché ; il a rehaussé l'humanité sans abaisser la divinité. Par son anéantissement, lui qui était invisible s'est rendu visible, le Créateur et Seigneur de toutes choses a voulu être un mortel parmi les autres. Mais ce fut là une condescendance de sa miséricorde, non une défaite de sa puissance. Par conséquent, lui qui a fait l'homme en demeurant dans la condition de Dieu, c'est encore lui qui s'est fait homme en adoptant la condition d'esclave.

Le Fils de Dieu entre donc dans la basse région du monde qui est la nôtre, en descendant du séjour céleste sans quitter la gloire de son Père ; il est engendré selon un ordre nouveau et par une naissance nouvelle.

Selon un ordre nouveau : étant invisible par lui-même, il est devenu visible en se faisant l'un de nous ; dépassant toute limite, il a voulu être limité ; existant avant la création du temps, il a commencé à exister temporellement ; le Seigneur de l'univers a adopté la condition d'esclave en plongeant dans l'ombre la grandeur infinie de sa majesté ; le Dieu inaccessible à la souffrance n'a pas dédaigné d'être un homme capable de souffrir, et lui qui est immortel, de se soumettre aux lois de la mort.

En effet, le même qui est vrai Dieu est aussi vrai homme, et il n'y a aucun mensonge dans cette unité, puisque la bassesse de l'homme et la hauteur de la divinité se sont unies dans cet échange.

De même que Dieu n'est pas altéré par sa miséricorde, de même l'homme n'est pas anéanti par sa dignité. Chacune des deux natures agit en communion avec l'autre, mais selon ce qui lui est propre : le Verbe opère ce qui appartient au Verbe, et la chair exécute ce qui appartient à la chair.

L'un brille par ses miracles, l'autre succombe aux outrages. Et de même que le Verbe ne perd pas son égalité avec la gloire du Père, de même la chair ne déserte pas la nature de notre race humaine.

C'est un seul et même être, il faut le dire souvent, vraiment Fils de Dieu et vraiment fils d'homme. Dieu par le fait que au commencement était le Verbe, et le Verbe était avec Dieu et le Verbe était Dieu. Homme par le fait que le Verbe s'est fait chair et a établi sa demeure parmi nous .

LETTRE DE S. LÉON LE GRAND À FLAVIEN

separ ecrit biblioLa Transfiguration

Le Seigneur découvre sa gloire devant les témoins qu'il a choisis, et il éclaire d'une telle splendeur cette forme corporelle qu'il a en commun avec les autres hommes que son visage a l'éclat du soleil et que ses vêtements sont aussi blancs que la neige.

Par cette transfiguration il voulait avant tout prémunir ses disciples contre le scandale de la croix et, en leur révélant toute la grandeur de sa dignité cachée, empêcher que les abaissements de sa passion volontaire ne bouleversent leur foi.

Mais il ne prévoyait pas moins de fonder l'espérance de l'Église, en faisant découvrir à tout le corps du Christ quelle transformation lui serait accordée ; ses membres se promettraient de partager l'honneur qui avait resplendi dans leur chef.

Le Seigneur lui-même avait déclaré à ce sujet, lorsqu'il parlait de la majesté de son avènement : Alors les justes brilleront comme le soleil dans le royaume de leur Père . Et l'Apôtre saint Paul atteste lui aussi : J'estime qu'il n'y a pas de commune mesure entre les souffrances du temps présent et la gloire que le Seigneur va bientôt révéler en nous . Et encore : Vous êtes morts avec le Christ, et votre vie reste cachée avec lui en Dieu. Quand paraîtra le Christ qui est votre vie, alors, vous aussi, vous paraîtrez avec lui en pleine gloire . Cependant, pour confirmer les Apôtres et les introduire dans une complète connaissance, un autre enseignement s'est ajouté à ce miracle.

En effet, Moïse et Élie, c'est-à-dire la Loi et les Prophètes, apparurent en train de s'entretenir avec le Seigneur. Ainsi, par la réunion de ces cinq hommes s'accomplirait de façon certaine la prescription : Toute parole est garantie par la présence de deux ou trois témoins.

Qu'y a-t-il donc de mieux établi, de plus solide que cette parole ? La trompette de l'Ancien Testament et celle du Nouveau s'accordent à la proclamer ; et tout ce qui en a témoigné jadis s'accorde avec l'enseignement de l'Évangile.

Les écrits de l'une et l'autre Alliance, en effet, se garantissent mutuellement ; celui que les signes préfiguratifs avaient promis sous le voile des mystères, est montré comme manifeste et évident par la splendeur de sa gloire présente. Comme l'a dit saint Jean, en effet : Après la Loi communiquée par Moïse, la grâce et la vérité sont venues par Jésus Christ . En lui s'est accomplie la promesse des figures prophétiques comme la valeur des préceptes de la Loi, puisque sa présence enseigne la vérité de la prophétie, et que sa grâce rend praticables les commandements. ~

Que la foi de tous s'affermisse avec la prédication de l'Évangile, et que personne n'ait honte de la croix du Christ, par laquelle le monde a été racheté.

Que personne donc ne craigne de souffrir pour la justice, ni ne mette en doute la récompense promise ; car c'est par le labeur qu'on parvient au repos, par la mort qu'on parvient à la vie. Puisque le Christ a accepté toute la faiblesse de notre pauvreté, si nous persévérons à le confesser et à l'aimer, nous sommes vainqueurs de ce qu'il a vaincu et nous recevons ce qu'il a promis. Qu'il s'agisse de pratiquer les commandements ou de supporter l'adversité, la voix du Père que nous avons entendue tout à l'heure doit retentir sans cesse à nos oreilles : Celui-ci est mon Fils bien-aimé en qui j'ai mis tout mon amour ; écoutez-le !

SERMON DE SAINT LÉON LE GRAND POUR LE 2° DIMANCHE DE CARÊME

separ ecrit biblioLe vrai jeûne.

Il est vrai en tout temps, mes bien-aimés, que la terre est comblée de miséricorde par le Seigneur . La nature elle-même enseigne à chacun des croyants qu'il doit adorer Dieu, puisque le ciel, la terre et la mer, avec tout ce qu'ils renferment, attestent la bonté et la toute-puissance de leur Créateur ; puisque l'admirable beauté des éléments mis à notre service exige de la créature douée d'intelligence une juste action de grâce.

Mais voici revenus les jours plus spécialement marqués par les mystères qui ont renouvelé les hommes, les jours qui précèdent immédiatement la fête de Pâques ; nous sommes donc invités à nous y préparer plus activement par une religieuse purification. ~

La solennité pascale a ceci de propre que toute l'Église s'y réjouit de la rémission des péchés. Cette rémission se réalise non seulement chez ceux qui renaissent par le baptême mais encore chez ceux qui déjà font partie de la communauté des fils adoptés par Dieu.

Le bain de la nouvelle naissance a pour effet principal de faire des hommes nouveaux ; toutefois, il incombe à tous de se renouveler quotidiennement pour combattre la routine de notre condition mortelle et, dans les étapes de notre progrès, chacun doit toujours devenir meilleur ; tous doivent faire effort pour qu'au jour de la rédemption personne ne demeure dans les vices de sa vie ancienne.

Ce que chaque chrétien doit faire en tout temps, mes bien-aimés, doit donc être recherché maintenant avec plus d'empressement et de générosité. C'est ainsi que nous accomplirons le jeûne de quarante jours institué par les Apôtres ; nous ne nous contenterons pas de réduire notre nourriture, mais nous nous abstiendrons absolument du péché. ~

Rien n'est plus profitable que de joindre aux jeûnes spirituels et religieux la pratique de l'aumône ; sous le nom de miséricorde, elle englobe beaucoup d'actions de bonté qui méritent l'éloge, et c'est ainsi que les âmes de tous les croyants peuvent se rejoindre dans un même mérite, malgré l'inégalité de leurs ressources.

En effet, l'amour que l'on doit avoir tout ensemble pour Dieu et pour le prochain n'est jamais entravé par de tels obstacles que ce désir du bien ne soit librement à sa disposition. Les anges ont dit : Gloire à Dieu dans les hauteurs et paix sur la terre aux hommes pleins de bienveillance  parce que non seulement la vertu de bienveillance, mais aussi le bien de la paix rend bienheureux celui qui compatit par sa charité à toutes les misères dont souffrent les autres.

Les œuvres de bonté sont extrêmement vastes, et leur diversité même permet aux vrais chrétiens de participer à la distribution des aumônes, s'ils sont riches et dans l'abondance, et même s'ils sont de fortune modeste ou dans la pauvreté ; et ceux qui, pour faire des largesses, sont inégaux en ressources, se ressemblent pourtant par les sentiments profonds.

SERMON DE CARÊME 

separ ecrit biblio

L'Église et la foi de Pierre.

Dans tout l'univers, Pierre seul est choisi pour présider à la vocation de tous les peuples, à la direction de tous les Apôtres et de tous les Pères de l'Église. Ainsi, bien qu'il y ait dans le peuple de Dieu beaucoup de prêtres et beaucoup de pasteurs, Pierre en personne les gouvernerait tous, alors que le Christ les gouverne aussi à titre de chef. Dieu a daigné remettre à cet homme une grande et admirable participation à sa puissance. Et s'il a voulu que les autres chefs aient quelque chose de commun avec lui, tout ce qu'il n'a pas refusé aux autres, c'est toujours par lui qu'il le leur a donné.

Le Seigneur demande à tous les Apôtres quelle est l'opinion des hommes à son sujet. Et ils disent tous la même chose aussi longtemps qu'ils exposent les doutes venus de l'ignorance humaine.

Mais lorsque le Seigneur exige de connaître le sentiment des disciples eux-mêmes, le premier à confesser le Seigneur est celui qui est le premier dans la dignité d'Apôtre. Comme il avait dit : Tu es le Messie, le Fils du Dieu vivant, Jésus lui répond : Heureux es-tu, Simon, fils de Yonas, car ce n'est pas la chair et le sang qui t'ont révélé cela, mais mon Père qui est aux cieux . C'est-à-dire : Heureux es-tu parce que c'est mon Père qui t'a enseigné ; l'opinion de la terre ne t'a pas égaré, mais c'est une inspiration céleste qui t'a instruit ; et ce n'est pas la chair et le sang, mais celui dont je suis le Fils unique qui t'a permis de me découvrir.

Et moi , dit-il, je te le déclare , c'est-à-dire : de même que mon Père t'a manifesté ma divinité, de même moi, je te fais connaître ta supériorité. Tu es Pierre , c'est-à-dire : moi, je suis le rocher inébranlable, la pierre d'angle, qui fais l'unité de deux réalités séparées, le fondement tel que nul ne peut en poser un autre ; mais toi aussi, tu es pierre, car tu es solide par ma force, et ce que j'ai en propre par ma puissance, tu l'as en commun avec moi du fait que tu y participes.

Et sur cette pierre je bâtirai mon Église, et la puissance de la mort ne l'emportera pas sur elle . Sur cette solidité j'érigerai un temple éternel, et la hauteur de mon Église, qui doit la faire pénétrer dans le ciel, s'élèvera sur la fermeté de cette foi.

Les puissances de l'enfer n'arrêteront pas cette confession, les liens de la mort ne l'enchaîneront pas : car cette parole est une parole de vie. Et de même qu'elle porte jusqu'au ciel ceux qui la confessent, de même plonge-t-elle dans les enfers ceux qui la refusent.

C'est pourquoi il est dit à saint Pierre : Je te donnerai les clefs du Royaume des Cieux : tout ce que tu auras lié sur la terre sera lié dans les Cieux, et tout ce que tu auras délié sur la terre sera délié dans les Cieux .

Sans doute, la possession de ce pouvoir a passé encore aux autres Apôtres et l'institution née de ce décret s'est étendue à tous les chefs de l'Église. Mais ce n'est pas en vain que ce qui doit être signifié à tous est confié à un seul. En effet, ce pouvoir est remis à Pierre personnellement, parce que Pierre est donné en modèle à tous ceux qui gouvernent l'Église.

SERMON DE S. LÉON LE GRAND POUR L'ANNIVERSAIRE DE SON ORDINATION

separ ecrit biblio« Si vous ne vous convertissez pas »   

      Efforçons-nous d'être trouvés associés à la résurrection du Christ et de passer de la mort à la vie tandis que nous sommes encore en ce corps. Car, pour tout homme, passer par une conversion, de quelque nature qu'elle soit, passer d'un état à un autre, signifie la fin de quelque chose — n’être plus ce qu’on était — et le commencement d’une autre — être ce qu’on n’était pas. Mais il est important de savoir pour qui on meurt et pour qui on vit, car il y a une mort qui fait vivre et une vie qui fait mourir.

      Et c’est justement dans ce monde éphémère que l'on recherche l'une et l'autre ; c'est de la qualité de nos actions ici-bas que dépendra la différence des rétributions éternelles. Mourons donc au diable et vivons pour Dieu ; mourons au péché pour ressusciter à la justice ; que disparaisse l'être ancien pour que se lève l’être nouveau. Puisque, selon la parole de la Vérité, « Personne ne peut servir deux maîtres » (Mt 6,24), prenons pour maître non celui qui fait trébucher ceux qui sont debout pour les mener à la ruine, mais celui qui relève ceux qui sont tombés pour les conduire à la gloire. 

20ème sermon sur la Passion ; SC 74 bis (trad. SC p. 245 rev.)

separ ecrit biblio« Heureux, vous les pauvres » 

  « Heureux les pauvres en esprit, car le Royaume des cieux est à eux » (Mt 5,3). On aurait pu se demander de quels pauvres la Vérité avait voulu parler, si, en disant : « Heureux les pauvres », elle n'avait rien ajouté sur le genre de pauvres qu'il fallait comprendre ; il aurait alors semblé que, pour mériter le Royaume des cieux, le seul dénuement suffisait, dont beaucoup souffrent par l'effet d'une nécessité pénible et dure. Mais en disant : « Heureux les pauvres en esprit », le Seigneur montre que le Royaume des cieux doit être donné à ceux que l'humilité de l'âme recommande, plutôt que la pénurie des ressources.

On ne peut pas douter cependant que les pauvres acquièrent plus facilement que les riches le bien qu'est cette humilité, car à ceux-là la douceur est une amie dans leur indigence, tandis qu'à ceux-ci l'orgueil est le compagnon de leur opulence. Pourtant, chez beaucoup de riches également, on trouve cette disposition d'âme qui les porte à se servir de leur abondance non pour s'enfler d'orgueil mais pour exercer la bonté, et qui considère comme un grand profit ce qui est dépensé pour soulager la misère et la peine des autres. À toutes les sortes et classes d'hommes il est donné d'avoir part à cette vertu, car ils peuvent être à la fois égaux en intention et inégaux en fortune ; peu importe de combien diffèrent en ressources terrestres des hommes que l'on trouve égaux en biens spirituels. Heureuse donc cette pauvreté qui n'est pas enchaînée par l'amour des richesses matérielles ; elle ne désire pas agrandir sa fortune en ce monde, mais aspire à devenir riche des biens des cieux. 

Sermon 95 ; PL 54, 461 (trad. Orval rev.)

separ ecrit biblio« La gloire qui doit se révéler en nous » 

      « Jésus prit Pierre, Jacques et Jean son frère » et, les ayant amenés sur une haute montagne, il leur a manifesté l'éclat de sa gloire. Car, même s'ils avaient compris que la majesté de Dieu résidait en lui, ils ignoraient que son corps, qui voilait sa divinité, avait part à la puissance de Dieu. Voilà pourquoi le Seigneur avait promis expressément, peu de jours auparavant, que parmi ses disciples « quelques-uns ici présents ne goûteront pas la mort avant de voir le Fils de l'homme venir dans son Royaume » (Mt 16,28), c'est-à-dire dans l'éclat royal...qui convenait spécialement à la nature humaine qu'il avait prise...

      Cette transfiguration avait d'abord pour but d'enlever du cœur des disciples le scandale de la croix, pour que l'humilité de la Passion volontairement subie ne trouble pas la foi de ceux qui auraient vu la grandeur de la dignité cachée. Mais, par une même prévoyance, la transfiguration établissait dans l'Église de Jésus l'espérance destinée à la soutenir, en sorte que les membres du Corps du Christ comprennent quel changement s'opérerait un jour en eux, puisqu'ils étaient appelés à participer à la gloire qu'ils avaient vu resplendir dans leur Chef, dans leur tête.

      À ce sujet, le Seigneur lui-même avait dit, parlant de la majesté de son avènement : « Alors les justes resplendiront comme le soleil dans le Royaume de leur Père » (Mt 13,43). Et l'apôtre Paul affirme la même chose quand il dit : « J'estime en effet que les souffrances du temps présent ne sont pas à comparer avec la gloire qui doit se révéler en nous » (Rm 8,18). Et dans un autre passage : « Car vous êtes morts et votre vie est désormais cachée avec le Christ en Dieu ; quand le Christ sera manifesté, lui qui est votre vie, alors vous aussi vous serez manifestés avec lui pleins de gloire » (Col 3,3-4). 

Sermon 51, 2-6 ; SC 74 bis (trad. Véricel, L'Évangile commenté, p. 209 rev.)

separ ecrit biblioLa gloire de la croix

      Le Seigneur révèle sa gloire en présence de témoins choisis : il répand sur son corps, d'ailleurs semblable au nôtre, une lumière si éclatante que son visage devient éblouissant comme le soleil et son vêtement aussi blanc que la neige. En se transfigurant de la sorte, il avait comme but d'abord d'enlever du coeur de ses disciples le scandale de la croix, pour que la honte volontairement subie de sa mort ne trouble pas la foi de ceux qui auraient vu ainsi la grandeur de sa dignité cachée.

      Mais il n'avait pas moins en vue de fonder l'espérance de la sainte Église, de sorte que les membres du corps du Christ comprennent quelle transformation se ferait un jour en eux, puisque chacun est appelé à partager un jour la gloire qu'ils ont vu briller par avance dans leur chef...

      « Celui-ci est mon Fils bien-aimé...; écoutez-le.  Écoutez-le, lui qui ouvre le chemin du ciel et, par le supplice de la croix, vous prépare des marches pour monter au Royaume. Pourquoi redoutez-vous d'être rachetés ? Pourquoi craignez-vous d'être guéris, vous qui êtes blessés ? Que ma volonté soit faite, comme le veut le Christ. Rejetez les craintes de ce monde et armez-vous de la constance qu'inspire la foi. Car il ne convient pas de redouter dans la Passion du Sauveur ce que, avec son secours, vous ne craindrez plus dans votre propre mort... »

      En ces trois apôtres, c'est l'Église entière qui a appris tout ce qu'ils ont vu de leurs yeux et entendu de leurs oreilles (cf 1Jn 1,1). Que donc la foi de tous devienne plus ferme par la prédication du saint Évangile, et que personne ne rougisse de la croix du Christ, par laquelle le monde a été racheté. 

Sermon 51, 2-3, 5-8 ; PL 54, 310-313, SC 74 bis (trad. Orval rev.)

separ ecrit biblio« C'est maintenant le jour favorable, c'est maintenant le jour du salut » (2Co 6, 2)

      « Voici maintenant le jour du salut ! » Certes, il n'est pas de saison qui ne soit pleine des dons divins ; la grâce de Dieu nous ménage en tout temps l'accès à sa miséricorde. Pourtant, c'est maintenant que tous les coeurs doivent être stimulés avec plus d'ardeur à leur avancement spirituel et animés de plus de confiance, car le jour où nous avons été rachetés nous invite, par son retour, à toutes les oeuvres spirituelles. Ainsi célébrerons-nous, le corps et l'âme purifiés, le mystère qui l'emporte sur tous les autres : le sacrement de la Pâque du Seigneur.

      De tels mystères exigeraient un effort spirituel sans défaillance..., en sorte que nous demeurions toujours sous le regard de Dieu, tels que devrait nous trouver la fête de Pâques. Mais cette force spirituelle n'est le fait que d'un petit nombre d'hommes ; pour nous au milieu des activités de cette vie, par la faiblesse de la chair, le zèle se détend... Pour rendre la pureté à nos âmes, le Seigneur a donc prévu le remède d'un entraînement de quarante jours, au cours desquels les fautes des autres temps puissent être rachetées par les bonnes oeuvres et consumées par les saints jeûnes... Prenons donc soin d'obéir au commandement de l'apôtre Paul : « Purifiez-vous de toute souillure de la chair et de l'esprit » (2Co 7,1).

      Mais que notre manière de vivre soit en accord avec notre abstinence. Le tout du jeûne n'est pas dans la seule abstention de nourriture ; il n'y a aucun profit à soustraire les aliments au corps si le coeur ne se détourne pas de l'injustice, si la langue ne s'abstient pas de la calomnie... Ce temps, c'est celui de la douceur, de la patience, de la paix...; aujourd'hui, que l'âme forte s'habitue à pardonner les injustices, à compter pour rien les affronts, à oublier les injures... Mais que la retenue spirituelle ne soit pas triste ; qu'elle soit sainte. Qu'on n'entende pas le murmure des plaintes, car à ceux qui vivent ainsi la consolation des joies saintes ne manqueront jamais. 

Quatrième sermon pour le Carême, 1-2 (trad. SC 49 bis, p. 101 rev.)

separ ecrit biblio« Table des origines de Jésus Christ »

      Il ne sert à rien de dire que notre Seigneur, fils de la Vierge Marie, est vraiment homme, si on ne croit pas qu'il l'est de la manière que proclame l'Evangile. Lorsque Matthieu nous parle de la « généalogie de Jésus Christ, fils de David, fils d'Abraham », il dessine, à partir de l'origine de l'humanité, la lignée des générations jusqu'à Joseph à qui Marie était fiancée. Luc, au contraire, remonte les degrés successifs pour aboutir au commencement du genre humain, et il montre ainsi que le premier et le dernier Adam sont de la même nature (3,23s).

      Il était possible, certes, à la Toute-puissance du Fils de Dieu de se manifester pour l'instruction et la justification des hommes de la même manière qu'il était apparu aux patriarches et aux prophètes sous une forme charnelle ; par exemple, lorsqu'il luttait avec Jacob (Gn 32,25) ou qu'il engageait une conversation avec Abraham, acceptant le service de son hospitalité au point de prendre la nourriture qu'il lui présentait (Gn 18). Mais ces apparitions n'étaient que des signes, des images de l'homme dont elles annonçaient la réalité puisée aux racines de ces ancêtres.

      Le mystère de notre rédemption, disposé dès avant le temps, depuis l'éternité, aucune image ne pouvait l'accomplir. L'Esprit n'était pas encore descendu en la Vierge, et la puissance du Très-Haut ne l'avait pas encore couverte de son ombre (Lc 1,35). La Sagesse ne s'était pas encore construit une demeure pour que le Verbe s'y incarne et que, la nature de Dieu et celle de l'esclave s'unissant en une seule personne, le Créateur du temps naisse dans le temps, et celui par qui tout a été fait soit engendré parmi toutes les créatures. Si l'homme nouveau ne s'était assimilé à la chair du péché et chargé de notre vieillesse, s'il n'avait daigné, lui, consubstantiel au Père, prendre substance de sa mère et assumer notre nature –- hormis le péché --, l'humanité serait maintenue prisonnière à la merci du démon, et nous ne pourrions jouir de la victoire triomphale du Christ, car elle aurait eu lieu en dehors de notre nature. C'est donc de l'admirable participation du Christ à notre nature que jaillit sur nous la lumière du sacrement de la régénération.

Lettre 31 ; PL 54, 791 (trad. Orval)

separ ecrit biblio« Et le Verbe s'est fait chair, il a habité parmi nous »

      Notre Sauveur, frères bien-aimés, est né aujourd'hui : réjouissons-nous ! Il n'est pas permis d'être triste en ce jour où naît la vie. Ce jour détruit la crainte de la mort et nous comble de la joie que donne la promesse de l'éternité. Personne n'est tenu à l'écart de cette allégresse ; un seul et même motif de joie est commun à tous. Car notre Seigneur, en venant détruire le péché et la mort..., est venu libérer tous les hommes. Que le saint exulte, car il approche de la victoire. Que le pécheur se réjouisse, car il est invité au pardon. Que le païen prenne courage, car il est appelé à la vie. En effet, quand est venue la plénitude des temps fixée par la profondeur insondable du plan divin, le Fils de Dieu a épousé notre nature humaine pour la réconcilier avec son Créateur...

      Le Verbe, la Parole de Dieu, qui est Dieu, Fils de Dieu, « qui était auprès de Dieu au commencement, par qui tout a été fait et sans qui rien n'a été fait », est devenu homme pour délivrer l'homme d'une mort éternelle. Il s'est abaissé pour prendre notre humble condition sans que sa majesté en soit diminuée. Demeurant ce qu'il était et assumant ce qu'il n'était pas, il a uni notre condition d'esclave à sa condition d'égal de Dieu le Père... La majesté se revêt d'humilité, la force de faiblesse, l'éternité de mortalité : vrai Dieu et vrai homme, dans l'unité d'un seul Seigneur, « seul médiateur entre Dieu et les hommes » (1Tm 2,5)...

      Rendons grâce donc, frères bien-aimés, à Dieu le Père, par son Fils, dans l'Esprit Saint. Car dans sa grande miséricorde et son amour pour nous, il nous a pris en pitié. « Alors que nous étions morts par suite de nos fautes, il nous a fait revivre par le Christ », voulant que nous soyons en lui une nouvelle création, une nouvelle oeuvre de ses mains (Ep 2,4-5; 2Co 5,17)... Chrétien, prends conscience de ta dignité.

1er sermon pour la Nativité du Seigneur ; PL 59,190 (trad. cf SC 22 bis, p. 67s, bréviaire et Orval)

separ ecrit biblio« Celui qui accueille en mon nom un enfant comme celui-ci, c'est moi qu'il accueille »

      La majesté du Fils de Dieu n'avait pas dédaigné l'état d'enfance. Mais l'enfant a grandi avec l'âge jusqu'à la stature de l'homme parfait ; puis, lorsqu'il a pleinement accompli le triomphe de sa passion et de sa résurrection, toutes les actions de la condition humiliée qu'il avait adoptée pour l'amour de nous sont devenues du passé. Pourtant la fête de sa nativité renouvelle pour nous les premiers instants de Jésus, né de la Vierge Marie. Et lorsque nous adorons la naissance de notre Sauveur, il se trouve que nous célébrons notre propre origine.

      En effet, lorsque le Christ vient au monde, le peuple chrétien commence : l'anniversaire de la tête, c'est l'anniversaire du corps. Sans doute, chacun de ceux qui sont appelés le sont à leur tour, et les fils de l'Église apparaissent à des époques différentes. Pourtant, puisque les fidèles dans leur totalité, nés de la source du baptême, ont été crucifiés avec le Christ dans sa passion, ressuscités dans sa résurrection, établis à la droite du Père dans son ascension, ils sont nés avec lui en sa nativité.

      Tout croyant, de n'importe quelle partie du monde, qui renaît dans le Christ, après avoir abandonné le chemin de péché qu'il tenait de son origine, devient un homme nouveau par sa seconde naissance. Il n'appartient plus à la descendance de son père selon la chair, mais à la race du Sauveur, car celui-ci est devenu Fils de l'homme pour que nous puissions être fils de Dieu. 

6e sermon pour Noël

separ ecrit biblio« Tous ceux qui le touchèrent étaient sauvés »

      La petitesse humaine a été assumée par la majesté de Dieu, notre faiblesse par sa force, notre servitude à la mort par son immortalité. Pour payer la dette de notre condition humaine, la nature inaltérable de Dieu s'est unie à notre nature exposée à la souffrance. C'est ainsi que, pour mieux nous guérir, « le seul médiateur entre Dieu et les hommes, l'homme Jésus Christ » (1Tm 2,5) devait, d'un côté, pouvoir mourir, et de l'autre, ne pas pouvoir mourir.

      C'est donc dans la nature intégrale et complète d'un vrai homme que le vrai Dieu est né... Il a pris la nature de l'esclave sans la souillure du péché ; il a rehaussé l'humanité sans abaisser la divinité. En se dépouillant lui-même (Ph 2,7), celui qui était invisible s'est rendu visible ; le Créateur et Seigneur de toutes choses a voulu être un mortel parmi les autres mortels. Mais tout cela était la condescendance de sa miséricorde, non une défaite de sa puissance... Tout cela est d'un ordre nouveau... : lui qui dépasse toute limite a voulu être limité comme nous, lui qui existait avant la création du temps a commencé à exister dans le temps, le Seigneur de l'univers a pris la condition d'esclave (Ph 2,7), en plongeant dans l'ombre la grandeur infinie de sa majesté. Le Dieu incapable de souffrir n'a pas dédaigné d'être un homme capable de souffrir, et lui qui est immortel, de se soumettre aux lois de la mort. En effet, le même Christ qui est vrai Dieu est aussi vrai homme... Il est vrai Dieu du fait qu'« au commencement était le Verbe, et le Verbe était avec Dieu et le Verbe était Dieu » ; il est homme du fait que « le Verbe s'est fait chair et a établi sa demeure parmi nous » (Jn 1,1.14). 

Lettre 28, à Flavien, 3-4 ; PL 54, 763-767 (trad. cf bréviaire 25/03)

Leon le grand 1Saint Léon le Grand (?-v. 461), pape et docteur de l'Église

 

« Heureux ceux qui pleurent, heureux les doux » 

Après avoir proclamé le grand bonheur de la pauvreté, le Seigneur ajoute : Heureux ceux qui pleurent, car ils seront consolés. Ces pleurs, mes bien-aimés, auxquels la consolation éternelle est promise, n'ont rien de commun avec l'amour de ce monde. Ces lamentations que répand la plainte de tout le genre humain ne rendent personne heureux. Les saints gémissements ont un autre motif, les saintes larmes ont une autre cause. La tristesse religieuse pleure ou bien le péché d'autrui, ou bien son propre péché ; elle ne s'attriste pas de voir agir la justice divine, mais de voir se commettre l'iniquité humaine. Ici, celui qui fait le mal est plus à plaindre que celui qui le supporte, parce que sa propre malice plonge l'homme injuste dans le châtiment, tandis que la patience conduit l'homme juste à la gloire. 

Le Seigneur dit ensuite : Heureux les doux, car ils posséderont la terre . À ceux qui sont doux et indulgents, humbles et modestes, à ceux qui sont prêts à subir toutes les injustices, c'est à ceux-là qu'est promise la possession de la terre. Et il ne faut pas regarder un pareil héritage comme médiocre et sans valeur, comme s'il excluait la demeure du ciel, car on doit comprendre que nul autre que ceux-là n'entrera dans le Royaume des cieux. La terre qui est promise aux doux et qui sera donnée en propriété aux indulgents, c'est le corps des saints. À cause du mérite de leur humilité, il sera transformé par une merveilleuse résurrection et revêtira la gloire de l'immortalité. Désormais, il ne s'opposera plus en rien à l'esprit, et il s'accordera avec la volonté de l'âme dans une parfaite unité. Alors, en effet, l'homme extérieur sera la possession paisible et inviolable de l'homme intérieur. ~

Les doux posséderont la terre dans une paix perpétuelle, et jamais rien ne viendra diminuer leur droit de propriété, lorsque cet être corruptible aura revêtu l'incorruptibilité, et cet être mortel, l'immortalité. Ce qui était péril se changera en récompense, et ce qui était un poids deviendra une gloire.

 

SERMON SUR LES BÉATITUDES

separ ecrit biblio

La pauvreté apostolique 

On ne peut en douter : les pauvres obtiennent la vertu d'humilité plus facilement que les riches. Car les premiers, dans leur indigence, ont pour amie la douceur, tandis que les autres, dans leur opulence, ont la fierté pour compagne. Pourtant, on trouve aussi chez beaucoup de riches une disposition à user de l'abondance non pas pour se gonfler d'orgueil, mais pour exercer la bienfaisance ; ils comptent parmi leurs plus grands bénéfices ce qu'ils dépensent pour soulager la misère et la peine d'autrui. 

Les hommes de toutes les catégories et toutes les classes peuvent se rejoindre dans cette vertu, car ils peuvent avoir la même intention sans posséder la même fortune. Peu importe l'inégalité des ressources terrestres chez ceux qui sont égaux quant aux biens spirituels. Heureuse, donc, cette pauvreté qui n'est pas entravée par l'amour des richesses temporelles, qui ne désire pas accroître ses ressources en ce monde, mais convoite de s'enrichir en biens célestes. 

Les Apôtres, les premiers après le Seigneur, nous ont donné l'exemple de cette pauvreté généreuse. Ils ont abandonné tous leurs biens sans exception. Pêcheurs de poissons, ils se sont transformés, par une rapide conversion, en pêcheurs d'hommes ; ils ont suscité de nombreux imitateurs de leur foi, lorsque, dans la première génération de l'Église, tous les croyants n'avaient qu'un seul cœur et une seule âme. En abandonnant totalement leurs biens et leurs possessions, ils s'enrichissaient des biens éternels par leur généreuse pauvreté. Selon la prédication des Apôtres, ils se réjouissaient de ne rien avoir en ce monde, et de tout posséder en possédant le Christ. 

C'est ainsi que l'Apôtre saint Pierre, alors qu'il montait au Temple et qu'un boiteux lui demandait l'aumône, déclara : De l'argent et de l'or, je n'en ai pas ; mais ce que j'ai, je te le donne : Au nom de Jésus Christ de Nazareth, lève-toi et marche . Qu'y a-t-il de plus sublime que cette humilité ? Qu'y a-t-il de plus riche que cette pauvreté ? Elle n'a pas les subsides de l'argent, mais les ressources de la nature. Cet homme que sa mère avait enfanté infirme, Pierre l'a guéri d'un mot. Et lui qui ne donnait pas une pièce de monnaie avec l'image de César, a rétabli dans un homme l'image du Christ. 

Or, les richesses de ce trésor n'ont pas secouru seulement l'homme rendu capable de marcher, mais aussi les cinq mille hommes qui ont cru alors, comme l'Apôtre les y exhortait, à cause de ce miracle de guérison. Et ce pauvre, qui n'avait pas de quoi donner à un mendiant, a donné la grâce de Dieu avec une telle profusion qu'après avoir remis sur pied un seul homme, il rendit de même à des milliers de croyants la santé du cœur et rendit tous ces boiteux alertes et libres dans le Christ.

SERMON SUR LES BÉATITUDES

separ ecrit biblio« C'était afin de rassembler dans l'unité les enfants de Dieu dispersés »

      « Une fois élevé de terre, j'attirerai tout à moi » (Jn 12,32). Puissance admirable de la croix ! Gloire inexprimable de la Passion ! Là se trouve le tribunal du Seigneur, le jugement du monde et la victoire du Crucifié. Oui, tu as tout attiré à toi, Seigneur, et lorsque « tu étendais tes mains tout le jour vers un peuple incroyant et rebelle » (Is 65,2; Rm 10,21), le monde entier a compris qu'il devait rendre gloire à ta majesté... Tu as tout attiré à toi, Seigneur, car, quand le voile du Temple s'est déchiré (Mt 27,51), le symbole du Saint des Saints s'est manifesté en vérité, la prophétie trouve son accomplissement, et la Loi ancienne devient l'Évangile. Tu as tout attiré à toi, Seigneur, afin que le culte de toutes les nations soit célébré en plénitude par le mystère qui, jusqu'alors voilé sous des symboles dans un seul temple en Judée, est enfin manifesté ouvertement...

      Car ta croix est la source de toutes les bénédictions, la cause de toute grâce. De la faiblesse de la croix les croyants reçoivent la force ; de son opprobre, la gloire ; de ta mort, la vie. Maintenant, en effet, les sacrifices multiples prennent fin : l'offrande unique de ton corps et de ton sang mène à leur achèvement tous les différents sacrifices offerts de par le monde, car tu es le véritable Agneau de Dieu, toi qui enlèves le péché du monde (Jn 1,29). Tu achèves en toi toutes les religions de tous les hommes afin que tous les peuples ne fassent plus qu'un seul Royaume

8ème homélie sur la Passion, 7 ; SC 74 bis (trad. SC p. 115 rev. ; cf bréviaire Vendr. Saint)

separ ecrit biblio« Laissez les enfants venir à moi »

      Le Christ aime l'enfance qu'il a d'abord assumée dans son âme comme dans son corps. Le Christ aime l'enfance, qui enseigne l'humilité, qui est la norme de l'innocence, le modèle de la douceur. Le Christ aime l'enfance : vers elle il oriente la conduite des adultes, vers elle il ramène les vieillards, il attire à son propre exemple ceux qu'il élève au royaume éternel.

      Mais pour comprendre comment il est possible de parvenir à une conversion si admirable, et par quelle transformation il nous faut revenir à une attitude d'enfants, laissons saint Paul nous instruire et nous dire : « Pour ce qui du bons sens, ne soyez pas des enfants, mais soyez de petits enfants pour ce qui est de la malice » (1Co 14,20). Il ne s'agit donc pas pour nous de revenir aux jeux de l'enfance, ni aux maladresses des débuts, mais de lui prendre quelque chose qui convient aux années de la maturité, c'est-à-dire apaiser rapidement les agitations intérieures, retrouver vite le calme, oublier totalement les offenses, être complètement indifférent aux honneurs, aimer se retrouver ensemble, garder l'égalité d'humeur comme étant naturelle. En effet, c'est un grand bien que de ne pas savoir nuire et ne pas avoir de goût pour le mal...; ne rendre à personne le mal pour le mal (Rm 12,17), c'est la paix intérieure des enfants qui convient aux chrétiens... C'est cette forme d'humilité que nous enseigne le Sauveur enfant quand il a été adoré par les mages.   

Sermon 7 pour l'Épiphanie, 3 4 ; SC 22 bis, PL 54, 258 (trad. cf Orval et SC, p. 281)

separ ecrit biblioMarie, Mère de Dieu, Mère du Prince de la Paix (Cf. Is 11,5)

      La fête de Noël renouvelle pour nous les premiers instants de Jésus, né de la Vierge Marie. Et lorsque nous adorons la naissance de notre Sauveur, il se trouve que nous célébrons notre propre origine. En effet, lorsque le Christ vient au monde, le peuple chrétien commence : l'anniversaire de la tête, c'est l'anniversaire du corps.

      Or, dans les trésors de la générosité divine, que pouvons-nous trouver qui soit aussi bien accordé à la dignité de la fête de Noël que cette paix proclamée par le cantique des anges lors de la nativité du Seigneur ? (Lc 2,14) Car c'est la paix qui engendre des fils de Dieu, qui favorise l'amour, qui enfante l'amitié, qui est le repos des bienheureux, la demeure de l'éternité. Son ouvrage propre, son bienfait particulier, c'est d'unir à Dieu ceux qu'elle sépare de ce monde-ci... Donc, ceux qui « ne sont pas nés de la chair et du sang, ni d'une volonté charnelle, ni d'une volonté d'homme », mais qui « sont nés de Dieu » (Jn 1,13) doivent offrir au Père la volonté unanime de fils artisans de paix. Tous ceux qui sont devenus par adoption les membres du Christ, doivent accourir pour rejoindre ensemble le premier-né de la nouvelle création, celui qui est venu faire « non pas sa propre volonté, mais la volonté de celui qui l'envoie » (Jn 6,38). Les héritiers que la grâce du Père adopte ne sont pas des héritiers divisés ou disparates ; ils ont les mêmes sentiments et le même amour. Ceux qui sont recréés selon l'Image unique (cf He 1,3; Gn 1,27) doivent avoir une âme qui lui ressemble. La naissance du Seigneur Jésus, c'est la naissance de la paix. Comme le dit Saint Paul : « C'est lui, le Christ, qui est notre paix » (Ep 2,14). 

6ème sermon pour Noël, 2, 3, 5 (trad. bréviaire ; cf SC 22 bis, p. 139s)

separ ecrit biblio« Convertissez-vous et croyez à la Bonne Nouvelle »

      Rendons grâce, frères bien-aimés, à Dieu le Père, par son Fils, dans l'Esprit Saint ; car dans sa grande miséricorde et son amour pour nous, il nous a pris en pitié, et « alors que nous étions morts des suites de nos fautes, il nous a rendu la vie dans le Christ » (Ep 2,5) pour nous façonner et nous créer à nouveau. Rejetons donc l'homme ancien avec ses agissements (Col 3,9) et puisque nous sommes admis à participer à la naissance du Christ, renonçons à notre façon terre à terre de vivre.

      Chrétien, prends conscience de ta dignité : puisque tu participes maintenant à la nature divine (2P 1,4), ne retourne pas aux errements de ta conduite passée. Rappelle-toi qui est ta tête et de quel corps tu es le membre (Ep 4,15-16). Souviens-toi que tu as été « arraché à la puissance des ténèbres et transporté dans la lumière et le Royaume de Dieu » (Col 1,13). Par le sacrement du baptême tu es devenu le temple du Saint Esprit (1Co 6,19) ; garde-toi de mettre en fuite un hôte si grand par tes mauvaises actions et de retomber ainsi sous la domination du démon, car tu as été racheté par le sang du Christ. 

Sermon 1 pour la Nativité du Seigneur, 1-3 ; PL 54, 190 (trad. Orval rev ; cf bréviaire 25/12)

separ ecrit biblio« Alors leurs yeux s'ouvrirent »

      Les jours qui se sont écoulés entre la résurrection du Seigneur et son ascension n'ont pas été dépourvus d'événements : de grands mystères y ont reçu leur confirmation, de grandes vérités y ont été révélées. C'est alors que la crainte d'une mort amère est abolie et que l'immortalité, non seulement de l'âme mais aussi de la chair, est manifestée...

      En ces jours-là, le Seigneur se joint à deux disciples et les accompagne en chemin ; et, afin de dissiper en nous toutes les ténèbres du doute, il reproche à ces hommes apeurés leur lenteur à comprendre. Les cœurs qu'il éclaire voient s'allumer en eux la flamme de la foi ; ils étaient tièdes, et ils deviennent brûlants lorsque le Seigneur leur fait comprendre les Écritures. A la fraction du pain s'ouvrent les yeux de ceux qui sont à table avec lui : ils voient la glorification de leur nature humaine et ils ont un bonheur bien plus grand que nos premiers parents dont les yeux se sont ouverts sur la honte de leur désobéissance (Gn 3,7).

      Parmi ces merveilles et d'autres encore, comme les disciples demeuraient dans l'inquiétude, le Seigneur est apparu au milieu d'eux et leur a dit : « La paix soit avec vous » (Lc 24,36; Jn 20,26). Pour qu'ils ne restent pas dans ces pensées qui les troublaient...il a dévoilé à leurs yeux hésitants les traces de la croix sur ses mains et ses pieds... Ainsi ce ne serait pas d'une foi hésitante, mais d'une conviction certaine qu'ils maintiendraient que le corps qui allait siéger sur le trône de Dieu le Père était bien celui qui avait reposé dans le tombeau. Voilà ce que la bonté de Dieu a enseigné avec tant de soin pendant tout ce temps entre la résurrection et l'ascension, voilà ce qu'elle a montré aux yeux et au cœur de ses amis : le Seigneur Jésus Christ, qui était vraiment né, avait vraiment souffert et est vraiment mort, est vraiment ressuscité.

1er sermon pour l'Ascension ; SC 74 bis (trad. cf SC p. 271))

separ ecrit biblioFils de David et Seigneur des seigneurs

      Une vierge est choisie de la maison royale de David pour porter en elle un enfant saint, fils à la fois divin et humain... Le Verbe, la Parole de Dieu, qui est Dieu lui-même, le Fils de Dieu qui « au commencement était auprès de Dieu, par qui tout a été fait et sans qui rien ne s'est fait » (Jn 1,1-3), s'est fait homme pour délivrer l'homme de la mort éternelle. Il s'est abaissé jusqu'à prendre l'humilité de notre condition sans que sa majesté en soit diminuée. Demeurant ce qu'il était et assumant ce qu'il n'était pas, il a uni une vraie nature de serviteur à la nature selon laquelle il est égal au Père. Il a joint si étroitement ces deux natures que sa gloire ne peut pas anéantir la nature inférieure, ni l'union avec celle-ci avilir la nature supérieure.

      Ce qui est propre à chaque nature demeure intégralement, et se rejoint en une seule personne : l'humilité est accueillie par la majesté, la faiblesse par la force, la mortalité par l'éternité. Pour payer la dette de notre condition, la nature au-dessus de toute atteinte est unie à la nature capable de souffrir ; vrai Dieu et vrai homme s'associent dans l'unité d'un seul Seigneur Jésus. Ainsi, comme il le fallait pour nous guérir, le seul et « unique médiateur entre Dieu et les hommes » (1Tm 2,5) pouvait mourir par l'action des hommes et ressusciter par l'action de Dieu...

      Telle est, mes bien-aimés, la naissance qui convenait au Christ, « puissance de Dieu et sagesse de Dieu » (1Co 1,24). Par elle, il s'accordait à notre humanité tout en gardant la prééminence de sa divinité. S'il n'était pas vrai Dieu, il ne nous apportait pas le remède. S'il n'était pas vrai homme, il ne nous montrait pas l'exemple.

1er sermon pour la Nativité du Seigneur (trad. bréviaire)

separ ecrit biblioLes exercices du carême : « Déchirez vos coeurs et non vos vêtements ; revenez au Seigneur votre Dieu » (Jl 2,13)

      Le Seigneur a dit : « Je ne suis pas venu appeler les justes, mais les pécheurs » (Mt 9,13). Il n'est donc permis à aucun chrétien de haïr qui que ce soit, car personne n'est sauvé autrement que grâce au pardon des péchés... Que le peuple de Dieu soit donc saint, et qu'il soit bon : saint pour se détourner de ce qui est défendu, bon pour accomplir ce qui est commandé. C'est une grande chose, certes, d'avoir une foi droite et une doctrine sainte ; il est très louable de réprimer la gloutonnerie, d'avoir une douceur et une chasteté irréprochable, mais toutes ces vertus ne sont rien sans la charité...

      Mes bien-aimés, tous les temps conviennent pour réaliser ce bien de la charité, mais le carême nous y invite plus spécialement. Ceux qui désirent accueillir la Pâque du Seigneur avec la sainteté de l'esprit et du corps doivent s'efforcer avant tout d'acquérir ce don qui contient l'essentiel des vertus et qui « couvre la multitude des péchés » (1P 4,8). C'est pourquoi, au moment de célébrer le mystère qui surpasse tous les autres, celui par lequel le sang de Jésus Christ a effacé nos fautes, préparons en premier lieu les sacrifices de la miséricorde. Ce que la bonté de Dieu nous a accordé, accordons-le à ceux qui ont péché contre nous. Que les injustices soient jetées dans l'oubli, que les fautes n'entraînent pas le châtiment, et que tous ceux qui nous ont offensés ne craignent plus d'être payés de retour...

      Chacun doit bien savoir qu'il est lui même pécheur et, pour recevoir lui-même le pardon, il doit se réjouir d'avoir trouvé quelqu'un à qui pardonner. Ainsi, lorsque nous dirons, selon l'enseignement du Seigneur : « Pardonne-nous nos offenses comme nous avons nous-mêmes pardonné à ceux qui nous ont offensés » (Mt 6,12), nous pouvons être sûrs que nous obtiendrons la miséricorde de Dieu

10ème homélie pour le carême (trad. bréviaire ; SC 49 rev)

separ ecrit biblio« Ceux qui avaient été ses compagnons étaient dans le deuil et les larmes… Il leur dit : ‘ Allez dans le monde entier, proclamer la Bonne Nouvelle ’ »

      Ne soyons pas pris par le spectacle des choses de ce monde ; que les biens de la terre ne détournent pas nos regards du ciel. Tenons pour dépassé ce qui n’est déjà presque plus rien ; que notre esprit, attaché à ce qui doit demeurer, fixe son désir aux promesses d'éternité. Bien que nous ne sommes encore « sauvés qu'en espérance » (Rm 8,24), bien que nous portions encore une chair sujette à la corruption et à la mort, on peut bien affirmer pourtant que nous vivons hors de la chair, si nous échappons à l'emprise de ses passions. Non, nous ne méritons plus le nom de cette chair dont nous avons fait taire les appels…

      Que le peuple de Dieu donc prenne conscience qu'il est « une créature nouvelle dans le Christ » (2Co 5,17). Qu'il comprenne bien qui l'a choisi, et qui il a lui-même choisi. Que l’être nouveau ne retourne pas à l'inconstance de son état ancien. Que « celui qui a mis la main à la charrue » (Lc 9,62) ne cesse de travailler, qu'il veille au grain qu'il a semé, qu'il ne se retourne pas vers ce qu'il a abandonné. Que personne ne retombe dans la déchéance d'où il s'est relevé. Et si, parce que la chair est faible, quelqu'un gît encore dans une de ses maladies, qu'il prenne la ferme résolution de guérir et de s'en relever. Telle est la voie du salut ; telle est la manière d’imiter la résurrection commencée dans le Christ... Que nos pas quittent les sables mouvants pour marcher sur la terre ferme, car il est écrit : « Le Seigneur mène les pas de l’homme et sa marche lui plaît. Quand le juste vient à tomber, il ne reste pas à terre, car le Seigneur lui tient la main » (Ps 36,23s).

      Frères bien-aimés, gardez bien ces réflexions à l'esprit, non seulement pour célébrer les fêtes de Pâques, mais pour sanctifier toute votre vie.

Sermon 58 (71), le 20e sur la Passion (trad. cf coll. Icthus v.10, p. 284 et SC 74, p. 252)

separ ecrit biblio« Celui-ci est mon Fils bien-aimé...; écoutez-le ! »

      Les apôtres, qui devaient être affermis dans leur foi, ont reçu dans le prodige de la Transfiguration un enseignement propre à les amener à la connaissance de toutes choses. En effet, Moïse et Elie, c'est-à-dire la Loi et les prophètes, sont apparus en conversation avec le Seigneur... Comme le dit saint Jean : « La Loi a été communiquée par Moïse ; la grâce et la vérité sont venues par Jésus Christ » (1,17).

      L'apôtre Pierre était pour ainsi dire ravi en extase par le désir des biens éternels ; rempli de joie par une telle vision, il souhaitait habiter avec Jésus en un lieu où sa gloire ainsi manifestée le comblait de joie. Il dit donc : « Seigneur, il est heureux que nous soyons ici ; si tu le veux, je vais faire ici trois tentes, une pour toi, une pour Moïse et une pour Elie ». Mais le Seigneur n'a pas répondu à cette proposition, voulant montrer non certes que ce désir était mauvais, mais qu'il était déplacé. Car le monde ne pouvait être sauvé que par la mort du Christ, et l'exemple du Seigneur invitait la foi des croyants à comprendre que, sans qu'il nous soit permis de douter du bonheur promis, nous devions pourtant, au milieu des tentations de cette vie, demander la patience plutôt que la gloire, car le bonheur du Royaume ne peut pas précéder le temps de la souffrance.

      C'est pourquoi, comme il parlait encore une nuée lumineuse les a enveloppés, et voici que de la nuée une voix a proclamé : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j'ai mis toute mon amour ; écoutez-le »... « Celui-ci est mon Fils, par qui tout a été fait et sans qui rien n'a été fait » (Jn 1,3). Tout ce que je fais, il le fait pareillement ; tout ce que j'opère, il l'opère avec moi inséparablement, sans différence (Jn 5,17-19)... Celui-ci est mon Fils, qui n'a pas retenu jalousement cette égalité qu'il avait avec moi, n'a pas revendiqué son droit, mais tout en demeurant dans ma gloire divine, s'est abaissé jusqu'à la condition de serviteur (Ph 2,6s), pour mettre en oeuvre notre dessein commun de la restauration du genre humain. Ecoutez sans hésitation donc celui-ci, qui a toute ma faveur, dont l'enseignement me manifeste, dont l'humilité me glorifie, car il est la Vérité et la Vie (Jn 14,6). Il est ma puissance et ma sagesse (1Co 1,24). Ecoutez-le, lui qui rachète le monde par son sang..., lui qui ouvre le chemin du ciel par le supplice de sa croix.

Sermon 51 (trad. cf. SC 74 bis, p.29 et Véricel, p.211)

separ ecrit biblio« Sur cette pierre je bâtirai mon Eglise » 

      Rien n'échappait à la sagesse et à la puissance du Christ : les éléments de la nature étaient à son service, les esprits lui obéissaient, les anges le servaient... Et pourtant dans tout l'univers, Pierre seul est choisi pour présider à l'appel de tous les peuples, à la direction de tous les apôtres et de tous les Pères de l'Église. Ainsi, bien qu'il y ait dans le peuple de Dieu beaucoup de prêtres et beaucoup de pasteurs, Pierre en personne les gouvernerait tous, alors que le Christ les gouverne aussi à titre de chef...

      Le Seigneur demande à tous les apôtres quelle est l'opinion des hommes à son sujet. Et ils disent tous la même chose aussi longtemps qu'ils exposent les doutes venus de l'ignorance humaine. Mais lorsque le Seigneur exige de connaître le sentiment des disciples eux-mêmes, le premier à confesser le Seigneur est celui qui est le premier dans la dignité d'apôtre. Comme il avait dit : « Tu es le Messie, le Fils du Dieu vivant », Jésus lui répond : « Heureux es-tu, Simon, fils de Yonas, car ce n'est pas la chair et le sang qui t'ont révélé cela, mais mon Père qui est aux cieux. » C'est-à-dire : heureux es-tu parce que c'est mon Père qui t'a enseigné ; l'opinion de la terre ne t'a pas égaré, mais c'est une inspiration du ciel qui t'a instruit ; ce n'est pas la chair et le sang qui t'ont permis de me découvrir, mais celui dont je suis le Fils unique.

       « Et moi, je te le déclare », c'est-à-dire : de même que mon Père t'a manifesté ma divinité, de même moi je te fais connaître ta supériorité. « Tu es Pierre », c'est-à-dire : Moi je suis le rocher inébranlable, la pierre d'angle qui de deux peuples n'en fait qu'un seul (Ep 2,14), le fondement en dehors duquel personne ne peut en poser d'autre (1Co 3,11), mais toi aussi, tu es pierre, car tu es solide par ma force, et ce que j'ai en propre par ma puissance, tu l'as en commun avec moi du fait que tu y participes. « Sur cette pierre, je bâtirai mon Eglise »... Sur la solidité de ce fondement, dit-il, je construirai un temple éternel, et mon Eglise, dont le sommet doit être introduit au ciel, s'élèvera sur la fermeté de cette foi. 

4e  sermon pour l'anniversaire de son ordination ; PL 54, 14a ; SC 200 (trad. bréviaire 22 fév)

Leon le grand 1Saint Léon le Grand (?-v. 461), pape et docteur de l'Église 

« Celui qui regarde en arrière n'est pas fait pour le royaume de Dieu »

Mes très chers, Paul, l'apôtre des païens, ne contredit pas notre foi lorsqu'il dit : « Même si nous avons connu le Christ selon la chair nous ne le connaissons plus ainsi à présent » (2Co 5,16). La résurrection du Seigneur n'a pas mis fin à sa chair, elle l'a transformée. Le surcroît de sa puissance n'a pas détruit sa substance ; la qualité a changé ; la nature n'a pas été anéantie. On avait cloué ce corps en croix : il est devenu inaccessible à la souffrance. On l'avait mis à mort : il est devenu éternel. On l'avait meurtri : il est de venu incorruptible. Et l'on peut bien dire en effet que la chair du Christ n'est plus celle que l'on avait connue ; car il n'y a plus trace en elle de souffrance ou de faiblesse. Elle reste la même en son essence, mais elle n'est plus la même sous le rapport de la gloire. Pourquoi s'étonner d'ailleurs que saint Paul s'exprime ainsi à propos du corps de Jésus Christ lorsque, parlant de tous les chrétiens qui vivent selon l'esprit, il dit : « Nous ne connaissons plus désormais personne selon la chair ». 

Il veut dire par là que notre résurrection a commencé en Jésus Christ. En lui, qui est mort pour tous, toute notre espérance a pris corps. Point de doute en nous ni de réticence, point d'attente déçue : les promesses ont commencé à s'accomplir et nous voyons déjà, avec les yeux de la foi, les grâces dont elles nous combleront demain. Notre nature a été élevée ; alors, dans la joie, nous possédons déjà l'objet de notre foi. 

Que le peuple de Dieu prenne donc conscience qu'il est « une création nouvelle dans le Christ » (2Co 5,17). Qu'il comprenne bien qui l'a choisi, et qui il a lui-même choisi. Que l'être renouvelé ne retourne pas à l'instabilité de son ancien état. Que « celui qui a mis la main à la charrue » ne cesse de travailler, qu'il veille au grain qu'il a semé, qu'il ne se retourne pas vers ce qu'il a abandonné. Telle est la voie du salut ; telle est la manière d'imiter la résurrection commencée dans le Christ.

Sermon 71, pour le résurrection de Seigneur ; PL 54, 388 (trad. Année en fêtes, Migne 2000, p.363 rev. ; cf Orval) 

separ ecrit biblio

« Quand vous aurez élevé le Fils de l'homme, alors vous comprendrez que moi, Je suis »

Celui qui vénère vraiment la Passion du Seigneur doit si bien regarder Jésus crucifié par les yeux du cœur qu'il reconnaisse sa propre chair dans la sienne... Aucun malade ne se voit refuser la victoire de la croix, et il n'y a personne qui ne trouve un secours dans la prière du Christ ; si elle a profité à beaucoup de ses bourreaux, combien davantage aidera-t-elle ceux qui se tournent vers lui !

Cette adoption de notre nature par la divinité, grâce à laquelle « le Verbe s'est fait chair et a demeuré parmi nous » (Jn 1,14), a-t-elle exclu aucun homme de sa miséricorde, sauf s'il refuse la foi ? L'homme n'a-t-il pas une nature commune avec le Christ, s'il accueille celui qui l'a assumée, et s'il a été régénéré par l'Esprit qui l'a engendré ? De plus, qui ne reconnaîtrait pas nos propres faiblesses en Lui, Lui qui a « pris la condition d'esclave » ? (Ph 2,7)...

Il est nôtre, ce corps sans vie qui gisait dans le sépulcre, mais qui a ressuscité le troisième jour et qui, au-dessus de toutes les hauteurs célestes, est monté jusqu'à la droite de la majesté du Père. Si nous marchons dans la voie de ses commandements, et si nous n'avons pas honte de confesser tout ce qu'il a fait pour notre salut dans l'abaissement de sa chair, nous aussi nous serons élevés jusqu'à partager sa gloire. Car ce qu'il a annoncé s'accomplira de façon éclatante : « Celui qui se prononcera pour moi devant les hommes, moi aussi je me prononcerai pour lui devant mon Père qui est aux cieux » (Mt 10,32).

15ème sermon sur la Passion, 3-4 (trad. bréviaire ; cf SC 75 bis, p. 189)

separ ecrit biblio

« Pour nous, la Croix est puissance de Dieu » .

Celui qui vénère vraiment la passion du Seigneur doit si bien regarder Jésus crucifié par les yeux du cœur qu'il reconnaisse sa propre chair dans la sienne.

Que la nature terrestre se mette à trembler au supplice de son Rédempteur, que les pierres, c'est-à-dire les esprits des incroyants, se fendent; que les hommes, écrasés par le tombeau de la condition mortelle, surgissent en fracassant la masse qui les tenait captifs. Qu'ils se montrent, eux aussi, dans la Cité sainte, c'est-à-dire dans l'Église de Dieu, comme des présages de la résurrection future. Et ce qui doit un jour se produire dans les corps, que cela se réalise dans les cœurs.

Aucun malade ne se voit refuser la victoire de la Croix, et il n'y a personne qui ne trouve un secours dans la prière du Christ ; si elle a profité à beaucoup de ses bourreaux, combien davantage aidera-t-elle ceux qui se tournent vers lui!

L'ignorance est enlevée, l'obstacle est diminué et le sang sacré du Christ a éteint ce glaive de feu qui interdisait d'entrer dans le domaine de la vie. Devant la vraie lumière, l'obscurité de la nuit ancienne a disparu.

Le peuple chrétien est invité à posséder les richesses du paradis, et l'accès à la patrie perdue s'offre à tous ceux qui ont reçu le sacrement de la nouvelle naissance, pourvu que personne ne se fasse fermer ce chemin qui a pu s'ouvrir devant la foi d'un malfaiteur. ~

Que les activités de la vie présente ne nous condamnent ni à l'angoisse ni à l'orgueil, en nous empêchant de rechercher de tout l'élan de notre cœur la ressemblance avec notre Rédempteur, par l'imitation de ses exemples. Il n'a rien fait ni rien supporté que pour notre salut, afin que la vertu qui se trouve dans la tête se trouve aussi dans son corps.

Tout d'abord, cette adoption de notre nature par la divinité, grâce à laquellele Verbe s'est fait chair et a demeuré parmi nous , a-t-elle exclu aucun homme de sa miséricorde, sauf s'il refuse la foi ? L'homme n'a-t-il pas une nature commune avec le Christ, s'il a accueilli celui qui a pris cette nature, et s'il a été régénéré par l'Esprit qui a engendré le Christ ? Celui-ci a pris de la nourriture, a connu le repos du sommeil, le trouble de la tristesse, les larmes de l'amitié : cela ne prouve-t-il pas qu'il avait pris la condition d'esclave ?

Il fallait guérir celle-ci des antiques blessures, et la purifier de la boue du péché. Le Fils unique de Dieu s'est fait fils d'homme afin de ne manquer ni du réalisme de l'humanité ni de la plénitude de la divinité. ~

Il est nôtre, ce corps sans vie qui gisait dans le sépulcre, mais qui a ressuscité le troisième jour et qui, au-dessus de toutes les hauteurs célestes, est monté jusqu'à la droite du Père tout-puissant. Si nous suivons la route de ses commandements, et si nous n'avons pas honte de confesser tout ce qu'il a payé pour notre salut dans l'abaissement de sa chair, nous aussi serons élevés jusqu'à la participation de sa gloire. Car ce qu'il a annoncé s'accomplira de façon éclatante : Celui qui se prononcera pour moi devant les hommes, moi aussi je me prononcerai pour lui devant mon Père qui est aux cieux.

SERMON DE SAINT LÉON LE GRAND SUR LA PASSION

separ ecrit biblio

Préparons nous au pardon mutuel

Le seigneur a dit : Je ne suis pas venu appeler les justes mais les pécheurs . Il n’est donc pas permis à aucun chrétien de haïr qui que ce soit : personne ne peut être sauvé si ce n’est dans le pardon des péchés et, ceux que la sagesse du monde méprise, nous ne savons pas à quel point la grâce de l’Esprit peut leur donner du prix. Que le peuple de Dieu soit saint et qu’il soit bon : saint pour se détourner de ce qui est défendu, bon pour agir selon les commandements. Bien qu’il soit grand d’avoir une foi droite et une saine doctrine, et que soient digne de louange la sobriété, la douceur et la pureté, toutes ces vertus demeurent pourtant vaines sans la charité. Et on ne peut pas dire qu’une conduite excellente soit féconde si elle n’est pas engendrée par l’amour. ~

Que les croyants fassent donc la critique de leur propre état d’esprit et qu’ils examinent attentivement les sentiments intimes de leur cœur. S’ils trouvent au fond de leur conscience quelque fruit de la charité, qu’ils ne doutent pas que Dieu est en eux. Et pour devenir de plus en plus capables d’accueillir un hôte si grand, qu’ils persévèrent et grandissent dans la miséricorde par des actes. Si en effet l’amour est Dieu, la charité ne doit connaître nulle borne, car aucune limite ne peut enfermer la divinité.

Pour traduire en actes ce bien de la charité, mes frères, il est vrai que tous les temps sont bons ; et pourtant, les jours que nous vivons nous y exhortent particulièrement. Ceux qui désirent accueillir la Pâque du Seigneur avec la sainteté de l’esprit et du corps doivent s’efforcer avant tout d’acquérir cette grâce que contient la somme des vertus et couvre une multitude de péchés.

Sur le point donc de célébrer le plus grand de tous les mystères, celui où le sang de Jésus Christ a effacé nos iniquités, préparons tout d’abord le sacrifice de la miséricorde. Ce que la bonté de Dieu nous a donné, nous le rendrons ainsi à ceux qui nous ont offensés. Que les injures soient jetées dans l’oubli, que les fautes ignorent désormais la torture et que toutes les offenses soient libérées de la peur de la vengeance ! Que chacun sache bien que lui-même est pécheur et, pour recevoir le pardon, qu’il se réjouisse d’avoir trouvé à qui pardonner. Ainsi lorsque nous dirons, selon l’enseignement du Seigneur :Pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés , nous ne douterons pas, en formulant notre prière, d’obtenir le pardon de Dieu.  

SERMON DE SAINT LÉON LE GRAND SUR LA PASSION

separ ecrit biblio

« Amassez-vous des trésors dans le ciel »

Le Seigneur déclare : Si votre justice ne surpasse pas celle des scribes et des pharisiens, vous n’entrerez pas dans le Royaume des cieux . Mais comment la justice surpassera-t-elle, si la miséricorde ne triomphe pas ? Et qu’y a-t-il d’aussi juste ou d’aussi digne, pour la créature faite à l’image et ressemblance de Dieu, que d’imiter son auteur ? Celui-ci a fait consister le pardon des péchés dans la restauration et la sanctification des croyants ; en écartant la sévérité de la vengeance, en faisant cesser tout supplice, il a voulu que le coupable revienne à l’innocence et que la disparition du péché soit la naissance des vertus. ~

Voilà en quoi la justice chrétienne peut surpasser celle des scribes et des pharisiens, sans abolir la loi mais en refusant de la comprendre de façon charnelle. Aussi le Seigneur, en enseignant à ses disciples la manière de jeûner, disait-il : Quand vous jeûnez, ne prenez pas un air abattu comme ceux qui se donnent en spectacle : ils se composent une mine défaite pour bien faire connaître aux hommes qu’ils jeûnent. Amen, je vous le déclarent, ils ont touché leur récompense . Quelle récompense, sinon celle de la louange humaine ? Parce qu’on désire celle-ci, on étale souvent une apparence de justice et, sans écouter sa conscience, on s’attache à une réputation qui est fausse ; si bien que l’injustice, décelée par sa dissimulation même, prend plaisir à une renommée mensongère. ~

Si l’on aime Dieu, on se contente de plaire à celui qu’on aime, car on ne doit pas attendre une récompense meilleure que l’amour lui-même. En effet, la charité qui vient de Dieu est telle que Dieu lui-même est charité ; l’âme religieuse et chaste se réjouit tellement d’être comblée par lui qu’elle désire trouver son bonheur en rien d’autre que lui. Car elle est très vraie, la parole du Seigneur : Là où sera ton trésor, là aussi sera ton cœur . Qu’est-ce que le trésor de l’homme, sinon un certain rassemblement de ses récoltes, et le total de ses travaux ? Car chacun récolte ce qu’il a semé, et le bénéfice de chacun correspond à son ouvrage ; là où l’on met son plaisir dans la jouissance, c’est là que le cœur attache son intérêt. Mais comme il y a beaucoup de genre de richesses, et des sources de joie très différentes, chacun a un trésor correspondant au penchant de son désir. Si ce désir se porte sur les biens terrestres, il ne rend pas heureux, mais misérables, ceux qui en jouissent.

Quant à ceux qui ont le goût des biens d’en haut, non des biens de la terre, qui ne s’intéressent pas aux biens périssables, mais aux biens éternels, ils ont en réserve des ressources incorruptibles en celui dont le prophète nous dit : Notre trésor, notre salut nous advient ; sagesse, doctrine et piété viennent du Seigneur : ce sont des trésors de la justice . Par eux, avec le secours de la grâce de Dieu, les biens de la terre eux-mêmes se transforment en biens célestes ; car beaucoup d’hommes emploient les richesses dont ils ont légitimement hérité ou qu’ils ont acquises autrement, au service de la bienfaisance. Et lorsqu’ils distribuent leur superflu pour le soulagement des pauvres, ils accumulent pour eux-mêmes des richesses inaliénables ; ce qu’ils ont mis de côté par leurs aumônes ne risque plus de se perdre ; et il est bien juste qu’ils aient leur cœur là où est leur trésor, car le plus grand bonheur est de faire valoir de telles richesses pour qu’elles s’accroissent, et de ne pas craindre qu’elles disparaissent.

HOMÉLIE DE SAINT LÉON LE GRAND POUR LE JEÛNE DU 7ème MOIS

separ ecrit biblio

La pureté du cœur et la paix

C'est à juste titre que la béatitude de voir Dieu est promise à la pureté du cœur. En effet, un regard souillé ne pourra pas voir la splendeur de la vraie lumière ; et ce qui sera la joie des âmes limpides sera le châtiment des âmes boueuses. Il faut donc détourner ses yeux des vanités terrestres qui les obscurcissent et nettoyer notre œil intérieur de toute souillure d'iniquité ; c'est ainsi qu'un regard paisible se rassasiera de l'incomparable vision de Dieu.

Nous avons compris que la béatitude suivante nous enseigne comment mériter cela : Heureux les artisans de paix, car ils seront appelés fils de Dieu.Cette béatitude, mes bien-aimés, ne vient pas d'une entente banale ou d'une concorde quelconque, mais de celle dont l'Apôtre dit : Soyez en paix avec Dieu . Et le prophète David : Grande est la paix des amis de ta loi ; pour eux, plus d'obstacle.

Même une amitié très étroite, même une parfaite unité d'esprit ne peuvent véritablement prétendre à cette paix, s'il n'y a pas accord avec la volonté de Dieu. On ne peut reconnaître la dignité de cette paix à une communauté de désirs malhonnêtes, à des complicités criminelles ou à des pactes conclus pour le vice. L'amour du monde n'est pas compatible avec l'amour de Dieu, et il ne peut entrer dans la société des fils de Dieu, celui qui ne brise pas avec son origine charnelle. Mais ceux dont l'âme est toujours unie à Dieu ont à cœur de garder l'unité de l'esprit par le lien de la paix ; ils ne s'écartent jamais de la loi éternelle, disant dans une prière pleine de foi : Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel .

Les voilà, les pacifiques ; les voilà, ceux qui sont unanimes dans le bien, qui ont un même cœur dans la sainteté, qui doivent être appelés éternellementfils de Dieu, héritiers avec le Christ . L'amour de Dieu et l'amour du prochain leur obtiendra de ne plus ressentir aucune opposition, de ne craindre aucun scandale ; mais, une fois terminé le combat de toutes les tentations, de se reposer dans la paix infiniment tranquille, la paix de Dieu, par notre Seigneur qui, avec le Père et l'Esprit Saint, vit et règne pour les siècles des siècles. Amen.

 

SERMON DE SAINT LÉON LE GRAND SUR LES BÉATITUDES

separ ecrit biblio

« Heureux les cœurs purs : ils verront Dieu »

Cette promesse: Heureux les cœurs purs : ils verront Dieu , rejoint la totalité de la béatitude. Après avoir obtenu un tel bien, peut-on désirer quelque chose d'autre, puisque en celui qu'on voit, on possède tout ? Car, dans le langage de l'Écriture, « voir » est synonyme de « posséder ». Par exemple :Voir le bonheur de Jérusalem signifie le trouver. Et quand le prophète dit :Que l'impie soit supprimé, pour qu'il ne voie pas la gloire du Seigneur , « ne pas voir » signifie : « ne pas partager ». Donc, celui qui voit Dieu possède tous les biens possibles du fait qu'il le voit : la vie sans fin, l'incorruptibilité éternelle, la béatitude immortelle, le royaume indestructible, la joie continuelle, la lumière véritable, les doux entretiens de l'Esprit, la gloire inaccessible, l'exultation intarissable, en un mot, tout le bonheur.

Ainsi donc, ce qui nous est proposé en espérance par la promesse de la béatitude est magnifique. Mais comme on l'a vu précédemment, la possibilité de voir Dieu dépend de la pureté du cœur. Alors, de nouveau, mon esprit est saisi de vertige. Il se demande si la pureté du cœur n'est pas une de ces choses impossibles qui dépassent notre nature. Car, si l'on voit Dieu grâce à elle, Moïse et Paul ne l'ont pas vu, et ils affirment que ni eux-mêmes ni un autre ne peuvent le voir. Il semble alors que ce qui nous est présenté maintenant par le Verbe dans cette béatitude soit quelque chose d'impossible.

Quel avantage trouvons-nous à savoir comment on voit Dieu, si c'est là une perspective irréalisable ? C'est comme si on nous disait que c'est une béatitude de vivre dans le ciel parce que, de là-haut, on peut voir des choses qu'on voit pas d'ici. Si l'on nous expliquait le moyen de nous rendre dans le ciel, il serait très utile aux auditeurs d'apprendre quel bonheur on trouve à y vivre. Aussi longtemps que cette ascension n'est pas praticable, la connaissance de cette béatitude n'a aucun intérêt ; au contraire, elle ne peut que nous attrister, puisqu'elle nous enseigne une chose dont l'accès nous est refusé. Le Seigneur, en nous donnant ce magnifique précepte, nous invite donc à ce qui est au-delà de notre nature et dépasse nos capacités ?

Ce n'est pas le cas. Le Seigneur n'ordonne pas de voler aux animaux qu'il n'a pas pourvus d'ailes ni de vivre dans l'eau à ceux qu'il a destinés à vivre sur la terre. Ainsi, chez tous les êtres, la loi est proportionnée aux capacités de ceux qui la reçoivent et ne fait jamais violence à leur nature. Nous devons certainement en conclure que nous n'avons pas à désespérer du but montré par la Béatitude des cœurs purs. Ni Jean ni Paul ni Moïse ni aucun de leurs semblables n'a été privé de ce sublime bonheur qui naît de la contemplation de Dieu. Ni Paul, qui a dit : Elle est préparée pour moi, la couronne de gloire que me décernera le juste juge . Ni Jean, qui a reposé sur la poitrine de Jésus. Ni Moïse, qui a entendu Dieu lui dire : Je te connais entre tous . Ces hommes, qui ont proclamé que la vision de Dieu dépasse nos capacités, sont sans nul doute des bienheureux. Or, la béatitude consiste à voir Dieu, et cela vient de la pureté du cœur. Il est donc certain que la pureté du cœur, qui rend bienheureux, n'est pas impossible.

Ainsi les hommes disent vrai en affirmant avec saint Paul que la saisie de Dieu est au-dessus de nos forces, mais le Seigneur ne les contredit pas lorsqu'il promet qu'on peut voir Dieu grâce à la pureté du cœur.

SERMON DE SAINT LÉON LE GRAND SUR LES BÉATITUDES

separ ecrit biblio

Gloire et puissance de la croix. 

Le Seigneur est livré à ceux qui le haïssent. Pour insulter sa dignité royale, on l'oblige à porter lui-même l'instrument de son supplice. Ainsi s'accomplissait l'oracle du prophète Isaïe : Il a reçu sur ses épaules le pouvoir. En se chargeant ainsi du bois de la croix, de ce bois qu'il allait transformer en sceptre de sa force , c'était certes aux yeux des impies un grand sujet de dérision mais, pour les fidèles, un mystère étonnant : Le vainqueur glorieux du démon, l'adversaire tout-puissant des puissances du mal, présentait sur ses épaules, avec une patience invincible, le trophée de sa victoire, le signe du salut, à l'adoration de tous les peuples.

Comme la foule allait avec Jésus au lieu du supplice, on rencontra un certain Simon de Cyrène, et on fit passer le bois de la croix des épaules du Seigneur sur les siennes. Ce transfert préfigurait la foi des nations, pour qui la croix du Christ devait devenir, non un opprobre, mais une gloire. En vérité, le Christ, notre Pâque, a été immolé . Il s'est offert au Père en sacrifice nouveau et véritable de réconciliation, non dans le Temple, dont la dignité avait déjà pris fin, mais à l'extérieur et hors du camp , pour qu'à la place des victimes anciennes dont le mystère était aboli, une nouvelle victime fût présentée sur un nouvel autel, et que la croix du Christ fût cet autel, non plus du temple, mais du monde.

Devant le Christ élevé en croix, il nous faut dépasser la représentation que s'en firent les impies, à qui fut destinée la parole de Moïse : Votre vie sera suspendue sous vos yeux, et vous craindrez jour et nuit, sans pouvoir croire à cette vie . Pour nous, accueillons d'un cœur libéré la gloire de la croix qui rayonne sur le monde. Pénétrons d'un regard éclairé par l'Esprit de vérité le sens de la parole du Seigneur annonçant l'imminence de sa Passion : C'est maintenant le jugement du monde, c'est maintenant que le prince de ce monde va être jeté dehors. Et moi, une fois élevé de terre, j'attirerai tout à moi. 

O admirable puissance de la croix ! O gloire inexprimable de la Passion ! En elle apparaît en pleine lumière le jugement du monde et la victoire du Crucifié ! Oui, Seigneur, tu as tout attiré à toi ! Alors que tu avais tendu les mains tout le jour vers un peuple rebelle, le monde entier comprit qu'il devait rendre gloire à ta majesté. Tu as tout attiré à toi, Seigneur, puisque, le voile du temple déchiré, le saint des saints devenu béant, la figure a fait place à la réalité, la prophétie à son accomplissement, la Loi à l'Évangile. Tu as tout attiré à toi, Seigneur, puisque la piété de toutes les nations célèbre partout, au vu et au su de tous, le mystère qui jusqu'alors était voilé sous des symboles dans un temple unique de Judée.

Ta croix, ô Christ, est la source de toutes les bénédictions, la cause de toute grâce. Par elle, les croyants tirent de leur faiblesse la force, du mépris reçu la gloire, et de la mort la vie. Désormais, l'unique offrande de ton corps et de ton sang donne leur achèvement à tous les sacrifices, car tu es, ô Christ, le véritable Agneau de Dieu, toi qui enlèves le péché du monde . L'ensemble des mystères trouve en toi seul son sens plénier : au lieu d'une multitude de victimes, il n'y a plus qu'un unique sacrifice.

SERMON POUR LA PASSION

separ ecrit biblio« Jésus leur défendit de raconter à personne ce qu'ils avaient vu avant que le Fils de l'homme soit ressuscité »

            Jésus voulait armer ses apôtres d'une grande force d'âme et d'une constance qui leur permettraient de prendre sans crainte leur propre croix, malgré sa rudesse. Il voulait aussi qu'ils ne rougissent pas de son supplice, qu'ils ne considèrent pas comme une honte la patience avec laquelle il devait subir une Passion si cruelle, sans perdre en rien la gloire de sa puissance. Jésus « prit donc Pierre, Jacques et Jean, et il monta avec eux sur une haute montagne », et là il leur a manifesté l'éclat de sa gloire. Même s'ils avaient compris que la majesté divine était en lui, ils ignoraient encore la puissance détenue par ce corps qui voilait la divinité...

            Le Seigneur découvre donc sa gloire en présence des témoins qu'il avait choisis, et sur son corps, semblable à tous les autres corps, il répand une telle splendeur « que son visage parut brillant comme le soleil et ses vêtements blancs comme la neige. » Sans doute cette transfiguration avait surtout pour but d'enlever du cœur de ses disciples le scandale de la croix, de ne pas bouleverser leur foi par l'humilité de sa Passion volontaire..., mais cette révélation fondait aussi dans son Eglise l'espérance qui devait la soutenir. Tous les membres de l'Eglise, son Corps, comprendraient ainsi quelle transformation devrait s'opérer en eux un jour, puisqu'il est promis aux membres de participer à l'honneur qui a resplendi dans la Tête. Le Seigneur lui-même avait dit en parlant de la majesté de son avènement : « Alors les justes brilleront comme le soleil dans le Royaume de leur Père » (Mt 13,43). Et l'apôtre Paul affirme de son côté : « J'estime que les souffrances du temps présent ne sont pas à comparer à la gloire qui doit se révéler en nous » (Rm 8,18)... Il écrit aussi : « Car vous êtes morts avec le Christ, et votre vie reste cachée avec lui en Dieu. Lorsque le Christ paraîtra, lui qui est votre vie vous serez manifestés vous aussi, avec lui, dans la gloire » (Col 3,3-4).

Homélie 51, sur la Transfiguration ; SC 74 bis (trad. cf SC p. 25s)

separ ecrit biblio« Alors ils jeûneront »

Bien-aimés, « la terre est remplie de la miséricorde de Dieu » (Ps 32,5) en tout temps... Cependant, le retour des jours plus spécialement marqués par le mystère de la restauration humaine, ces jours qui précèdent la fête de Pâques, nous encourage à nous y préparer par une purification religieuse... La fête de Pâques a ceci de propre que toute l'Église se réjouit du pardon des péchés. Ce pardon se réalise non seulement en ceux qui renaissent par le baptême mais aussi en ceux qui déjà font partie de la communauté des fils adoptifs de Dieu.

C'est vrai que c'est principalement le bain de la nouvelle naissance qui fait des hommes nouveaux (Tt 3,5) ; toutefois, il incombe à tous de se renouveler quotidiennement pour combattre la rouille de notre condition mortelle et, dans les étapes de notre progrès, il n'est personne qui ne doive toujours devenir meilleur ; tous doivent faire effort pour qu'au jour de la rédemption personne ne demeure dans ses vices d'autrefois.

Ce que chaque chrétien doit faire en tout temps, mes bien-aimés, doit donc être recherché maintenant avec plus d'empressement et de générosité. C'est ainsi que nous accomplirons le jeûne de quarante jours institué par les apôtres non seulement en réduisant notre nourriture, mais surtout en nous abstenant du péché... Rien n'est plus profitable que de joindre aux jeûnes raisonnables et saints la pratique de l'aumône : sous le nom d'œuvres de miséricorde, elle englobe bien des actions de bonté dignes d'éloge, et c'est ainsi que les âmes de tous les fidèles peuvent se rejoindre dans un même mérite, quelle que soit l'inégalité de leurs ressources.

6ème sermon pour le Carême, 1-2 ; SC 49 (trad. cf SC, p. 56 et bréviaire jeu. après Cendres)

separ ecrit biblio

Reconnais ta dignité. 

En naissant comme un homme véritable, notre Seigneur Jésus Christ n'a jamais cessé d'être vrai Dieu ; il a réalisé en lui les débuts d'une création nouvelle et il a donné au genre humain, par la manière dont il est né, un principe spirituel. ~ Quel esprit pourrait comprendre ce mystère, quelle langue pourrait décrire ce bienfait divin ? L'iniquité revient à l'innocence, la vieillerie retrouve la nouveauté. Les étrangers reçoivent l'adoption et les gens de l'extérieur sont admis à l'héritage. ~

Réveille-toi, ô homme, et reconnais la dignité de ta nature ! Rappelle-toi que tu as été créé à l'image de Dieu. Si, en Adam, elle a été dégradée, dans le Christ elle a été restaurée. Use des créatures visibles, comme il faut en user, comme tu uses de la terre, de la mer, du ciel, de l'air, des sources et des fleuves. Tout ce qu'il y a en eux de beau et d'admirable, rapporte-le à la louange et à la gloire du Créateur. ~

Expérimente par les sens de ton corps la lumière sensible, mais avec tout l'élan de ton esprit embrasse cette lumière qui éclaire tout homme venant en ce monde et qui fait dire au Prophète : Approchez-vous d'elle et soyez éclairés, et vos visages ne connaîtront pas la honte . Car, si nous sommes le temple de Dieu et si l'Esprit de Dieu habite en nous, ce que chaque fidèle porte dans son âme a plus de valeur que ce qu'on admire dans le ciel.

Fils bien-aimés, nous ne voulons pas pour autant vous prescrire ou vous conseiller de mépriser les œuvres de Dieu, ou de juger qu'il y ait quelque chose d'opposé à votre foi dans ces choses bonnes que le Dieu bon a créées. Nous voulons seulement que vous usiez raisonnablement et avec réserve de toute la beauté des créatures qui font l'ornement de l'univers. Car, dit l'Apôtre, ce qui se voit est provisoire, mais ce qui ne se voit pas est éternel .

Nous sommes nés au monde présent, nous sommes renés pour le monde futur. Aussi nous ne devons pas nous consacrer aux biens temporels, mais tendre aux biens éternels. Et pour que nous puissions considérer de plus près ce qui fait notre espérance ~, réfléchissons à ce que la grâce divine a procuré à notre nature. Écoutons ce que dit l'Apôtre : Vous êtes morts avec le Christ, et votre vie reste cachée avec lui en Dieu. Quand paraîtra le Christ, votre vie, alors, vous aussi, vous paraîtrez avec lui en pleine gloire ; lui qui vit et règne avec le Père et le Saint-Esprit pour les siècles des siècles. Amen.

HOMÉLIE DE SAINT LÉON LE GRAND POUR NOËL

separ ecrit biblio

« Heureux ceux qui ont faim et soif de justice » 

Le Seigneur a dit : Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice, car ils seront rassasiés . Cette faim n'a rien de corporel, cette soif ne désire rien de terrestre. Elles aspirent à être rassasiées de justice et, lorsqu'elles ont été introduites dans le secret de tous les mystères, elles souhaitent être comblées du Seigneur lui-même. 

Heureuse l'âme qui convoite cette nourriture et qui brûle de désir pour une telle boisson : elle n'y aspirerait pas si elle n'avait déjà goûté quelque chose de sa douceur. Elle a entendu l'Esprit qui fait parler les prophètes, quand il lui disait : Goûtez et voyez comme le Seigneur est doux ! Alors elle a reçu comme une parcelle de la douceur d'en haut, elle s'est enflammée d'amour pour cette volupté très pure. Aussi, méprisant tous les biens corporels, elle a brûlé de toute son ardeur pour cette nourriture et cette boisson de la justice, et elle a saisi la vérité de ce premier commandement qui dit : Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de tout ton esprit et de toute ta force . Car aimer Dieu n'est rien d'autre que désirer la justice. 

Enfin, de même que le souci du prochain se rattache à l'amour de Dieu, ainsi la vertu de miséricorde s'unit à ce désir de la justice, si bien qu'il est dit : Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde ! 

Reconnais, chrétien, la valeur de ta sagesse ; comprends à quelles récompenses tu es appelé, et par la pratique de quels enseignements tu les obtiendras. La Miséricorde veut que tu sois miséricordieux ; la Justice, que lu sois juste, afin que le Créateur apparaisse dans sa créature et que, dans le miroir du cœur humain, resplendisse l'image de Dieu exprimée par les traits qui la reproduisent. Ta foi peut être assurée, si elle s'accompagne de la pratique : tout ce que tu désires viendra à ta rencontre, et tu posséderas sans fin ce que tu aimes. 

Et parce que tout est pur pour toi grâce à ton aumône, tu parviendras aussi à la béatitude que le Seigneur promet ensuite lorsqu'il dit :Heureux les cœurs purs, car ils verront Dieu ! Quelle grande félicité, mes bien-aimés, pour laquelle est préparée une telle récompense ! Qu'est-ce donc qu'avoir le cœur pur, sinon s'appliquer aux vertus qui viennent d'être énumérées ? Voir Dieu, quel esprit peut concevoir, quelle langue peut exprimer une telle béatitude ? C'est cependant ce qu'on obtiendra lorsque la nature humaine sera transformée : ce ne sera plus comme une image obscure, dans un miroir, mais face à face , qu'elle verra, telle qu'elle est, la divinité que nul être humain n'a jamais pu voir. Et alors, ce que personne n'avait vu de ses yeux ni entendu de ses oreilles, ce que le cœur de l'homme n'avait pas imaginé, elle le possédera dans la joie indicible d'une éternelle contemplation.

SERMON SUR LES BÉATITUDES

Leon le grand 1Saint Léon le Grand (?-v. 461), pape et docteur de l'Église 

..................

La pauvreté qui enrichit

« Heureux les pauvres de cœur : le Royaume des cieux est à eux » (Mt 5,3)... Après le Seigneur, les premiers qui nous ont donné l'exemple de cette pauvreté généreuse, ce sont les apôtres. Laissant là sans hésiter tous leurs biens à l'appel du divin Maître, ils se sont convertis joyeusement et ont abandonné leur pêche de poissons pour devenir pêcheurs d'hommes (Mt 4,18s). Parmi ceux-ci beaucoup leur sont devenus semblables en imitant leur foi ; chez les premiers enfants de l'Église, « tous les croyants n'avaient qu'un cœur et qu'une âme » (Ac 4,32). Dépouillés de toutes leurs possessions, ils étaient enrichis des biens éternels grâce à la sainte pauvreté. Accueillant la prédication des apôtres, ils se réjouissaient de ne rien avoir en ce monde et de tout posséder dans le Christ (cf 2Co 6,10).

Un jour l'apôtre saint Pierre montait au Temple. Un boiteux lui demande l'aumône : « De l'argent, dit-il, et de l'or, je n'en ai pas ; mais ce que j'ai, je te le donne : au nom de Jésus Christ de Nazareth, lève-toi et marche » (Ac 3,6)... Pierre le guérit d'une parole. N'ayant pas de monnaie à l'effigie de César, il restaure en l'homme l'image du Christ. La richesse de ce trésor a secouru non seulement celui à qui le pourvoir de marcher a été rendu, mais aussi les cinq mille hommes qui ont cru à la prédication de l'apôtre à cause de ce miracle (Ac 4,4). Et Pierre, ce pauvre qui n'avait pas de quoi donner à quelqu'un qui lui demandait l'aumône, a donné si largement la grâce divine que, non content de remettre un homme debout sur ses pieds, il a guéri le cœur de milliers d'hommes en leur donnant la foi.

Sermon 95, 2-3 ; PL 54, 461-462 (trad. Orval rev.)

separ ecrit biblio

« Alors leurs yeux s'ouvrirent »

Les jours qui se sont écoulés entre la résurrection du Seigneur et son ascension n'ont pas été dépourvus d'événements : de grands mystères y ont reçu leur confirmation, de grandes vérités y ont été révélées. C'est alors que la crainte d'une mort amère est abolie et que l'immortalité, non seulement de l'âme mais aussi de la chair, est manifestée... 

En ces jours-là, le Seigneur se joint à deux disciples et les accompagne en chemin ; et, afin de dissiper en nous toutes les ténèbres du doute, il reproche à ces hommes apeurés leur lenteur à comprendre. Les cœurs qu'il éclaire voient s'allumer en eux la flamme de la foi ; ils étaient tièdes, et ils deviennent brûlants lorsque le Seigneur leur fait comprendre les Écritures. À la fraction du pain s'ouvrent les yeux de ceux qui sont à table avec lui : ils voient la glorification de leur nature humaine et ils ont un bonheur bien plus grand que nos premiers parents dont les yeux se sont ouverts sur la honte de leur désobéissance (Gn 3,7). 

Parmi ces merveilles et d'autres encore, comme les disciples demeuraient dans l'inquiétude, le Seigneur est apparu au milieu d'eux et leur a dit : « La paix soit avec vous » (Lc 24,36; Jn 20,26). Pour qu'ils ne restent pas dans ces pensées qui les troublaient... il a dévoilé à leurs yeux hésitants les traces de la croix sur ses mains et ses pieds... Ainsi ce ne serait pas d'une foi hésitante, mais d'une conviction certaine qu'ils maintiendraient que le corps qui allait siéger sur le trône de Dieu le Père était bien celui qui avait reposé dans le tombeau. Voilà ce que la bonté de Dieu a enseigné avec tant de soin pendant tout ce temps entre la résurrection et l'ascension, voilà ce qu'elle a montré aux yeux et au cœur de ses amis : le Seigneur Jésus Christ, qui était vraiment né, avait vraiment souffert et est vraiment mort, est vraiment ressuscité.

1er sermon pour l'Ascension ; SC 74 bis (trad. cf SC p. 271) 

separ ecrit biblio

« Maintenant le Fils de l'homme est glorifié, et Dieu est glorifié en lui »

Quand le Seigneur a déclaré : « En vérité, je vous le dis, l'un de vous va me livrer », il a démontré qu'il pénétrait la conscience de celui qui devait le trahir. Il n'a pas déjoué le malfaiteur par des reproches sévères et publics, mais il cherchait à l'atteindre par un avertissement tendre et voilé : ainsi le repentir pourrait mieux redresser celui qu'aucun interdit n'avait destitué. 

Pourquoi, malheureux Judas, ne profites-tu pas de tant de bonté ? Vois, le Seigneur est tout prêt à pardonner ta démarche, le Christ ne te dénonce à personne, sauf à toi-même. Ni ton nom, ni ta personne ne sont indiqués mais par cette parole de vérité et de miséricorde, seul le secret de ton cœur est touché. Ni l'honneur de ton titre d'apôtre, ni la participation au sacrement ne te sont refusés. Retourne en arrière, abandonne ta folie et repens-toi. La douceur t'invite, le salut t'incite, la Vie te rappelle. Vois, tes compagnons qui sont purs et sans péché s'épouvantent à l'annonce du crime, et comme l'auteur d'une tel mal n'a pas été dévoilé, chacun craint pour soi. Ils sont plongés dans la tristesse, non parce que leur conscience les accuse, mais parce que l'inconstance humaine les inquiète : ils redoutent que ce que chacun sait de soi-même soit moins vrai que ce que la Vérité en personne voit à l'avance. Et toi, au milieu de cette angoisse des saints, tu abuses de la patience du Seigneur, tu crois que ton audace te cache... 

Voyant alors que toute la pensée de Judas restait fixée sur son projet misérable, le Seigneur lui dit : « Ce que tu fais, fais le vite ». En parlant ainsi, il ne donne pas un ordre, il laisse faire c'est la parole non d'un homme qui tremble, mais qui est prêt. Lui qui tient tous les temps en son pouvoir montre qu'il ne cherche pas à retarder le traître et qu'il entre dans la volonté de son Père pour la rédemption du monde, sans provoquer ni redouter le crime que préparent ses persécuteurs.       

Sermon 58, 7ème sur la Passion, § 3-4 ; SC 74 bis 

separ ecrit biblio

Notre Sauveur est né aujourd'hui

Notre Sauveur, mes bien-aimés, est né aujourd'hui : réjouissons-nous ! Il n'est pas permis d'être triste, lorsqu'on célèbre l'anniversaire de la vie. Celui-ci détruit la crainte d'avoir à mourir, il nous donne la joie de l'éternité promise.

Personne n'est tenu à l'écart de cette allégresse, car le même motif de joie est commun à tous. Notre Seigneur, chargé de détruire le péché et la mort, n'ayant trouvé personne qui en fût affranchi, est venu en affranchir tous les hommes. Que le saint exulte, car il approche du triomphe. Que le pécheur se réjouisse, car il est invité au pardon. Que le païen prenne courage, car il est appelé à la vie.

En effet, le Fils de Dieu, à la plénitude des temps fixée dans la profondeur impénétrable du plan divin, a épousé la nature humaine pour la réconcilier avec son Créateur ; c'est ainsi que le démon, inventeur de la mort, allait être vaincu par cette nature même qu'il avait vaincue. ~

À la naissance du Seigneur, les anges bondissent de joie et chantent : Gloire à Dieu dans les hauteurs ; ils annoncent : Paix sur la terre aux hommes que Dieu aime. Ils voient en effet la Jérusalem céleste qui se construit avec toutes les nations du monde. Combien la pauvre humanité doit-elle se réjouir devant cette œuvre inouïe de la bonté divine, puisque celle-ci inspire une telle joie à la nature sublime des anges eux-mêmes !

Mes bien-aimés, il nous faut donc rendre grâce à Dieu le Père, par son Fils, dans l'Esprit Saint ; avec la grande miséricorde dont il nous a aimés, il nous a pris en pitié, et lors que nous étions morts par suite de nos fautes, il nous a fait revivre avec le Christ pour que nous soyons en lui une nouvelle création, une nouvelle œuvre de ses mains.

Rejetons donc l'homme ancien avec ses agissements, et puisque nous sommes admis à participer à la naissance du Christ, renonçons à notre conduite charnelle.

Chrétien, prends conscience de ta dignité. Puisque tu participes maintenant à la nature divine, ne dégénère pas en venant à la déchéance de ta vie passée. Rappelle-toi à quel chef tu appartiens, et de quel corps tu es membre. Souviens-toi que tu as été arraché au pouvoir des ténèbres pour être transféré dans la lumière et le royaume de Dieu.Par le sacrement de baptême, tu es devenu temple du Saint-Esprit. Garde-toi de mettre en fuite un hôte si noble par tes actions mauvaises, et de retomber ainsi dans l'esclavage du démon, car tu as été racheté par le sang du Christ.

SERMON DE SAINT LÉON LE GRAND POUR NOËL

separ ecrit biblio

« C'étaient nos souffrances qu'il portait » (Is 53,4)

Le Seigneur s'est revêtu de notre faiblesse pour recouvrir notre inconstance de la fermeté de sa force. Il était venu du ciel en ce monde comme un marchand riche et bienfaisant, et, par un admirable échange avait conclu un marché : prenant ce qui était à nous, il nous accordait ce qui était à lui ; pour ce qui faisait notre honte il donnait l'honneur, pour les douleurs la guérison, pour la mort la vie... 

Le saint apôtre Pierre a fait le premier l'expérience de combien cette humilité a été profitable à tous les croyants. Ébranlé par la tempête violente de son trouble, il est revenu à lui par ce brusque changement, et a retrouvé sa force. Il avait trouvé le remède dans l'exemple du Seigneur... Le serviteur en effet « ne pouvait pas être plus grand que son seigneur ni le disciple que son maître » (Mt 10,24), et il n'aurait pas pu vaincre le tremblement de la fragilité humaine si le vainqueur de la mort n'avait d'abord tremblé. Le Seigneur donc a regardé Pierre (Lc 22,61) ; au milieu des calomnies des prêtres, des mensonges des témoins, des injures de ceux qui le frappaient et le bafouaient, il a rencontré son disciple ébranlé avec ces yeux qui avaient vu son trouble d'avance. La Vérité l'a pénétré de son regard là où son cœur avait besoin de guérison. C'était comme si la voix du Seigneur s'y était fait entendre pour lui dire : « Où vas-tu, Pierre ? Pourquoi te retirer en toi-même ? Reviens à moi, fais-moi confiance et suis-moi. Ce temps-ci est celui de ma Passion, l'heure de ton supplice n'est pas encore venue. Pourquoi craindre maintenant ? Toi aussi tu surmonteras. Ne te laisse pas déconcerté par la faiblesse que j'ai prise. C'est à cause de ce que j'ai pris de toi que j'ai tremblé, mais toi, sois sans crainte à cause de ce que tu tiens de moi. »

Sermon 3 sur la Passion, 4-5 ; PL 54, 320-321 (trad. cf Orval et SC 74 bis p. 59) 

separ ecrit biblio

« Soyez les imitateurs de Dieu, puisque vous êtes ses enfants bien-aimés.. »

Le Seigneur dit dans l'évangile de saint Jean : Tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples si vous vous aimez les uns les autres. Et on lit dans la lettre de cet Apôtre : Mes bien-aimés, aimons-nous les uns les autres, puisque l'amour vient de Dieu. Tous ceux qui aiment sont enfants de Dieu, et ils connaissent Dieu. Celui qui n'aime pas ne connaît pas Dieu, car Dieu est amour.

Que les fidèles scrutent donc leur âme et discernent par un examen loyal les sentiments profonds de leur cœur. S'ils découvrent que leur conscience a en réserve des fruits de charité, ils peuvent être certains que Dieu est en eux ; et pour se rendre de plus en plus accueillants à un tel hôte, qu'ils se dilatent par les œuvres d'une miséricorde inlassable.

En effet, si Dieu est amour, la charité ne doit pas avoir de bornes, car la divinité ne peut s'enfermer dans aucune limite.

Toutes les époques conviennent, mes bien-aimés, pour pratiquer le bien de la charité ; cependant les jours présents nous y invitent plus spécialement. Ceux qui désirent recevoir la Pâque du Seigneur avec une âme et un corps sanctifiés doivent s'efforcer surtout d'acquérir cette perfection, qui renferme en elle toutes les vertus et qui couvre une multitude de péchés.

Et c'est pourquoi, sur le point de célébrer ce mystère qui dépasse tous les autres, par lequel le sang de Jésus Christ a effacé toutes nos iniquités, préparons en premier lieu des sacrifices de miséricorde. Ce que la bonté de Dieu nous a octroyé, donnons-le, nous aussi, à ceux qui ont péché contre nous. ~

Il faut aussi que notre libéralité se montre plus bienfaisante envers les pauvres et ceux qui sont accablés par toutes sortes de malheurs, afin que de nombreuses voix rendent grâce à Dieu, et que le réconfort donné aux indigents vienne recommander nos jeûnes. Aucune générosité de la part des fidèles ne réjouit Dieu davantage que celle qui se prodigue en faveur de ses pauvres; et là où il rencontre un souci de miséricorde, il reconnaît l'image de sa propre bonté.

Ne craignons pas d'épuiser nos ressources par de telles dépenses, car la bonté elle-même est une grande richesse, et les largesses ne peuvent manquer de fonds, là où c'est le Christ qui nourrit et qui est nourri. Dans toute cette activité intervient la main qui augmente le pain en le rompant, et le multiplie en le distribuant.

Celui qui donne, qu'il soit tranquille et joyeux, car il aura le plus grand bénéfice quand il aura gardé pour lui le minimum. Comme dit saint Paul : Celui qui fournit la semence au semeur et le pain pour la nourriture multipliera aussi vos semences et fera croître les fruits de votre justice dans le Christ Jésus notre Seigneur, qui vit et règne avec le Père et le Saint-Esprit pour les siècles des siècles. Amen.

SERMON DE SAINT LÉON LE GRAND

separ ecrit biblio

« Béni est Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus Christ... En lui, il nous a choisis avant la création du monde » (Ep 1,3-4)

L'Incarnation du Verbe, la Parole de Dieu, concerne le passé comme l'avenir ; aucun âge, si reculé soit-il, n'a été privé du sacrement du salut des hommes. Ce que les apôtres ont prêché, c'est ce que les prophètes avaient annoncé, et on ne peut pas dire que ce qui a été cru de tout temps a été accompli tardivement. En différant l'œuvre du salut, Dieu, dans sa sagesse et sa bonté, nous a rendus plus aptes à répondre à son appel..., grâce à ces annonces anciennes et fréquentes. Il n'est donc pas vrai que Dieu a pourvu aux affaires humaines en changeant de dessein et mû par une miséricorde tardive : dès la création du monde, il a décrété pour tous une seule et même voie de salut. En effet, la grâce de Dieu, par laquelle tous ses saints ont toujours été justifiés, a grandi et non pas commencé lorsque le Christ est né. Ce mystère d'un grand amour, qui a maintenant rempli le monde entier, a déjà été aussi puissant en ses signes avant-coureurs ; ceux qui y ont cru quand il était promis n'en ont pas moins bénéficié que ceux qui l'ont reçu quand il a été donné. Mes bien-aimés, c'est donc avec une bonté évidente que les richesses de la grâce de Dieu ont été répandues sur nous. Appelés à l'éternité, non seulement nous sommes soutenus par les exemples du passé, mais encore nous avons vu apparaître la vérité elle-même sous une forme visible et corporelle. Nous devons donc célébrer le jour de la naissance du Seigneur avec une joie fervente qui n'est pas de ce monde... Grâce à la lumière de l'Esprit Saint, sachez reconnaître celui qui nous a reçus en lui et que nous avons reçu en nous : car de même que le Seigneur Jésus est devenu notre chair en naissant, de même en retour nous sommes devenus son corps en renaissant... Dieu nous a proposé l'exemple de sa bienveillance et de son humilité... : soyons donc semblables au Seigneur dans son humilité, si nous voulons lui ressembler dans sa gloire. Lui-même nous aidera et nous conduira jusqu'à l'accomplissement de ce qu'il a promis.

3ème sermon pour Noël ; SC 22 bis (trad. SC p.103 rev.)

 

Commentaires (1)

Rose
  • 1. Rose | 2017-12-28
Merci Myriam pour toute ses Beaux écrits agréables a lire Dieu te benisse

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 2018-09-05