Alphonse-Marie de Liguori quelques écrits

AlphonsemarieliguoriSaint Alphonse-Marie de Liguori (1696-1787), évêque et docteur de l'Eglise 

 

« Le Fils de l'homme n'a pas d'endroit où reposer sa tête » 

      Bien sûr, il y a sur la terre des princes compatissants, pour qui c'est une joie de consacrer leurs trésors au soulagement des pauvres ; mais a-t-on jamais rencontré un roi qui, pour soulager les pauvres, ait adopté leur condition, comme l'a fait Jésus Christ ? On raconte comme un prodige de charité que le roi saint Édouard, rencontrant sur son chemin un mendiant paralytique et délaissé de tous, l'a pris affectueusement sur ses épaules et l'a porté dans l'église. Certes, cela a été un grand acte de charité, qui a saisi les peuples d'admiration ; mais, après cet acte, saint Édouard n'a pas abandonné ni la royauté, ni les richesses qu'il possédait.

      Jésus, au contraire, Roi du ciel et de la terre, ne se contente pas, pour sauver l'homme, sa brebis perdue, de descendre du ciel à sa recherche et de la mettre sur ses épaules (Lc 15,5) : il n'hésite pas à se dépouiller de sa majesté, de ses richesses et de ses honneurs. Il se fait pauvre..., le plus pauvre de tous les hommes. Saint Pierre Damien dit qu'il cache sa pourpre, c'est-à-dire sa majesté divine, sous l'apparence d'un pauvre ouvrier. Saint Grégoire de Nazianze s'écrie : « Celui qui donne aux riches leurs richesses, choisit pour lui-même la pauvreté, afin de nous obtenir par ses mérites, non pas les biens misérables et périssables d'ici-bas, mais les biens célestes qui sont sans limites et éternels ». Son exemple nous invite à nous détacher des richesses de ce monde qui nous mettent en danger de nous perdre à jamais (cf Mc 10,23)

Discours pour la neuvaine de Noël, n°8 (trad. Éds. Saint Paul 1993, p. 117 rev.)

separ ecrit biblio« Elle mettra au monde un fils, auquel tu donneras le nom de Jésus » 

      Le nom de Jésus est un nom divin que le Seigneur a fait connaître à Marie par la voix de l’archange Gabriel : « Tu lui donneras le nom de Jésus » (Lc 1,31). Nom appelé pour ce motif « au-dessus de tout nom », « le seul nom par lequel nous devions être sauvés » (Ph 2,9; Ac 4,12). Ce grand nom est comparé par l’Esprit Saint à l’huile : « Ton nom est une huile qui s’épanche » (Ct 1,3). Pourquoi ? Parce que, explique saint Bernard, de même que l’huile est à la fois lumière, aliment et remède, ainsi le nom de Jésus est lumière pour notre esprit, aliment pour notre cœur, remède pour notre âme.

      Lumière pour notre esprit : c’est l’éclat de ce nom qui a fait passer le monde des ténèbres de l’idolâtrie à la clarté de la foi. Nous sommes nés dans un pays dont les habitants, avant l’avènement du Sauveur, étaient tous païens ; nous le serions comme eux, s’il n’était pas venu nous éclairer. Combien donc ne devons-nous pas remercier Jésus Christ pour le don de la foi !...

      Aliment pour notre cœur : tel est encore le nom de Jésus. Il nous rappelle, en effet, toute l’œuvre douloureuse accomplie par Jésus pour nous sauver ; c’est ainsi qu’il nous console dans les tribulations, nous donne la force de marcher dans la voie du salut, ranime notre espérance et nous enflamme d’amour pour Dieu.

      Remède, enfin, pour notre âme : le nom de Jésus la rend forte contre les tentations et les attaques de nos ennemis. Entendent-ils l'invocation de ce saint nom ? Les puissances des enfers tremblent et prennent la fuite ; c’est la parole de l’apôtre Paul : « afin qu’au nom de Jésus tout genou fléchisse dans les cieux, sur la terre et dans l’abîme » (Ph 2,10). Celui qui est tenté ne tombera pas s’il invoque Jésus : aussi longtemps qu’il l’invoquera, il persévérera et sera sauvé (cf Ps 17,4). 

Méditations pour l’octave de Noël, n°8 (trad. Éds. Saint Paul 1993, p. 285 rev.)

separ ecrit biblio « Voici l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde »

       « Je suis errant comme une brebis égarée : viens chercher ton serviteur » (Ps 118,176). Seigneur, je suis la pauvre brebis qui s’est perdue en courant après la satisfaction de ses goûts et de ses caprices. Mais toi, qui es à la fois Pasteur et Agneau, tu es venu du ciel pour me sauver, en t’immolant sur la croix comme une victime pour l’expiation de mes péchés : « Voici l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde. » Si donc je veux me corriger, qu’est-ce que je peux craindre ?... « Voici le Dieu de ma délivrance ; j’ai confiance et je ne crains pas » (Is 12,2). Tu t’es donné toi-même à moi : pour m’inspirer confiance, pouvais-tu me donner une plus grande preuve de ta miséricorde ? 

      Cher Enfant ! comme je regrette de t’avoir offensé ! Je t’ai fait pleurer dans l’étable de Bethléem ; mais je sais que tu es venu me chercher. C’est pourquoi je me jette à tes pieds, et malgré la détresse et l’humiliation où je te vois dans cette crèche et sur cette paille, je te reconnais pour mon Roi et mon souverain Maître. Je comprends le sens de tes pleurs si tendres : ils m’invitent à t’aimer, ils réclament mon cœur. Le voici, mon Jésus, je suis aujourd’hui à tes pieds pour te l’offrir. Change-le, enflamme-le puisque tu es venu du ciel pour enflammer les cœurs de ton saint amour. Je t’entends me dire de cette crèche : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur » (Mt 22,37; Dt 6,5). Et moi je réponds : « Mon Jésus, si je ne t’aime pas, toi, mon Seigneur et mon Dieu, qui donc aimerai-je ? » 

1ère méditation pour l’Octave de Noël (trad. Éds Saint-Paul 1993, p. 258 rev.)

separ ecrit biblio« Je viens vous annoncer une bonne nouvelle, une grande joie pour tout le peuple »

« Je vous annonce une grande joie. » Telles sont les paroles de l'ange aux bergers de Bethléem. Je vous les redis aujourd'hui, âmes fidèles : je vous apporte une nouvelle qui doit vous causer une grande joie. Pour de pauvres exilés, condamnés à mort, peut-il y avoir plus heureuse nouvelle que celle de l'apparition de leur Sauveur, venu non seulement les délivrer de la mort, mais leur obtenir le retour dans la patrie ? C'est précisément ce que je vous annonce : « Un Sauveur vous est né »... Quand un monarque fait sa première entrée dans une ville de son royaume, on lui rend les plus grands honneurs ; que de décors, que d'arcs de triomphe ! Prépare-toi donc, ô heureuse Bethléem, à recevoir dignement ton Roi... Sache, te dit le prophète (Mi 5,1), que parmi toutes les cités de la terre, tu es la plus favorisée, puisque c'est toi que le Roi du ciel a choisie pour lieu de sa naissance ici-bas, afin de régner ensuite non pas seulement sur la Judée, mais sur les coeurs des hommes en tous lieux... Qu'auront dit les anges en voyant la Mère de Dieu entrer dans une grotte pour y enfanter le Roi des rois ! Les enfants des princes viennent au monde dans des appartements étincelants d'or...; ils sont entourés des plus hauts dignitaires du royaume. Le Roi du ciel, lui, veut naître dans une étable froide et sans feu ; pour se couvrir, il n'a que de pauvres lambeaux ; pour reposer ses membres, qu'une mangeoire misérable avec un peu de paille...  Ah ! La seule considération de la naissance de Jésus Christ et des circonstances qui l'accompagnèrent, devrait nous embraser d'amour ; et les seuls mots de grotte, de mangeoire, de paille, de lait, de vagissements, replaçant devant nos yeux l'Enfant de Bethléem, devraient être pour nous autant de flèches enflammées blessant d'amour tous nos coeurs. Heureuse grotte, mangeoire, paille ! Mais bien plus heureuses les âmes qui chérissent avec ferveur et tendresse ce Seigneur tant digne d'amour et qui, brûlant de charité ardente, le reçoivent dans la sainte communion. Avec quel élan, avec quelle joie Jésus vient reposer dans l'âme qui l'aime vraiment ! 

Discours pour la neuvaine de Noël, n° 10 (trad. Eds. Saint Paul 1993, p. 133s rev.)

separ ecrit biblio« Ils virent l'enfant avec Marie sa mère ; et, tombant à genoux, ils se prosternèrent devant lui »

Les mages trouvent une pauvre jeune fille avec un pauvre enfant couvert de pauvres langes... mais, en entrant dans cette grotte, ils ressentent une joie qu'ils n'ont jamais éprouvée... Le divin Enfant prend un air joyeux : signe de la satisfaction affectueuse avec laquelle il les accueille comme les premières conquêtes de son oeuvre rédemptrice. Les saints rois regardent ensuite Marie, qui ne parle pas ; elle se tient en silence ; mais son visage qui reflète la joie et respire une douceur céleste, prouve qu'elle leur fait bon accueil et qu'elle les remercie d'être venus les premiers reconnaître son Fils pour ce qu'il est : leur souverain Maître...  Enfant digne d'amour, je te vois dans cette grotte, couché sur la paille, très pauvre et très méprisé ; mais la foi m'enseigne que tu es mon Dieu descendu du ciel pour mon salut. Je te reconnais pour mon souverain Seigneur et mon Sauveur ; je te proclame tel mais je n'ai rien à t'offrir. Je n'ai pas l'or de l'amour, puisque j'ai aimé les choses de ce monde ; je n'ai aimé que mes caprices, au lieu de t'aimer toi, infiniment digne d'amour. Je n'ai pas l'encens de la prière, puisque j'ai malheureusement vécu sans penser à toi. Je n'ai pas la myrrhe de la mortification, puisque, pour ne m'être pas abstenu de plaisirs misérables, j'ai tant de fois contristé ta bonté infinie. Que t'offrirai-je donc ? Mon Jésus, je t'offre mon coeur, tout souillé, tout dénué qu'il est : accepte-le et change-le, puisque tu es venu ici-bas laver dans ton sang nos coeurs coupables et nous transformer ainsi de pécheurs en saints. Donne-moi donc cet or, cet encens, cette myrrhe qui me manquent. Donne-moi l'or de ton saint amour ; donne-moi l'encens, l'esprit de prière ; donne-moi la myrrhe, le désir et la force de me mortifier en tout ce qui te déplaît... O Vierge sainte, tu as accueilli les pieux rois mages avec une vive affection et tu les as comblés ; daigne aussi m'accueillir et me consoler, moi qui viens, à leur exemple, faire visite et m'offrir à ton Fils. 

Méditations pour l'octave de l'Epiphanie, n°1 (trad. Noël, Eds. Saint-Paul 1993, p. 302 rev.) 

separ ecrit biblio« Donner sa vie en rançon pour la multitude »

    Un Dieu qui sert, qui balaie la maison, qui se livre à des travaux pénibles -- comme une seule de ces pensées devrait suffire à nous combler d'amour ! Lorsque le Sauveur s'est mis à prêcher son Évangile, il s’est fait « le serviteur de tous », déclarant lui-même « qu'il n'était pas venu pour être servi, mais pour servir ». C'est comme s'il avait dit qu'il voulait être le serviteur de tous les hommes. Et au terme de sa vie, il ne s’est pas contenté, dit saint Bernard, « d'avoir pris la condition de serviteur pour se mettre au service des hommes ; il a voulu prendre l'aspect d'un serviteur indigne pour être frappé et subir la peine qui nous était due en raison de nos péchés ».       Voici que le Seigneur, serviteur obéissant de tous, se soumet à la sentence de Pilate, tout injuste qu'elle est, et se livre à ses bourreaux... Ainsi, ce Dieu nous a tant aimés que, par amour pour nous, il a voulu obéir comme esclave jusqu'à mourir et à mourir d'une mort douloureuse et infâme, le supplice de la croix (Ph 2,8).        Or, en tout cela, il obéissait non comme Dieu, mais comme homme, comme esclave dont il avait assumé la condition. Tel saint s'est livré comme esclave pour racheter un pauvre, et il s'est attiré par là l'admiration du monde par cet acte héroïque de charité. Mais qu'est-ce que cette charité comparée à celle du Rédempteur ? Etant Dieu, voulant nous racheter de l'esclavage du diable et de la mort qui nous était dû, il se fait esclave lui-même, il se laisse ligoter et clouer à la croix. « Pour que le serviteur devienne maître, dit saint Augustin, Dieu a voulu se faire serviteur. »

Saint Alphonse Marie de Liguori (1696-1787), évêque et docteur de l’Eglise  (trad. Oeuvres, t.14) 

separ ecrit biblio « Tous ceux qui souffraient de quelque mal se précipitaient sur lui pour le toucher »

 « Dites à ceux qui ont le cœur troublé : Prenez courage et soyez sans crainte... Dieu viendra lui-même et vous sauvera » (Is 35,4). Cette prophétie s'est réalisée : qu'il me soit donc permis de m'écrier maintenant dans l'allégresse : Réjouissez-vous, enfants d'Adam, réjouissez-vous ; arrière tout découragement ! A la vue de votre faiblesse et de votre impuissance à résister à tant d'ennemis, « bannissez toute frayeur, Dieu lui-même viendra et vous sauvera ». Comment est-il venu lui-même, et vous a-t-il sauvés ? En vous donnant la force nécessaire pour affronter et surmonter tous les obstacles à votre salut. Et comment le Rédempteur vous a-t-il procuré cette force ? En se faisant faible, de fort et tout-puissant qu'il était ; il a pris sur lui notre faiblesse, et nous a communiqué sa force... Dieu est tout-puissant : « Seigneur, s'écriait Isaïe, qui donc résisterait à la force de ton bras ? » (40,10)... Mais les blessures faites à l'homme par le péché l'avaient tellement affaibli qu'il était incapable de résister à ses ennemis. Qu'est-ce que le Verbe éternel, la Parole de Dieu, a fait ? De fort et tout-puissant, il s'est rendu faible ; il s'est revêtu de la faiblesse corporelle de l'homme pour procurer à l'homme par ses mérites la force d'âme nécessaire...; il s'est fait enfant... Enfin, au terme de sa vie, dans le jardin des Oliviers, il est chargé de liens, dont il ne peut pas se dégager. Dans le prétoire, il est attaché à la colonne pour être flagellé. Puis, la croix sur ses épaules, il tombe souvent sur le chemin, faute de forces. Cloué à la croix, il ne peut pas se délivrer... Sommes-nous faibles ? Mettons notre confiance en Jésus Christ et nous pourrons tout : « Je peux tout en Celui qui me rend fort » disait l'apôtre Paul (Ph 4,13). Je peux tout, non par mes propres forces, mais par celles que m'ont obtenus les mérites de mon Rédempteur.

5ème Discours pour la neuvaine de Noël (trad. Éds Saint-Paul 1993, p. 76 rev.) 

separ ecrit biblio« Ceux qui en voulaient à la vie de l'enfant »

Un ange apparut en songe à saint Joseph et l'avertit qu'Hérode recherchait l'Enfant Jésus, pour lui ôter la vie : « Lève-toi, lui dit-il, prends l'enfant et sa mère et fuis en Égypte ». Jésus, à peine né, est donc persécuté à mort... Joseph obéit à la voix de l'ange sans délai ; il avertit sa sainte épouse. Il prend les quelques outils qu'il pouvait porter, afin de pouvoir exercer son métier en Égypte et d'avoir de quoi soutenir sa pauvre famille. Marie, de son côté, réunit en un petit paquet les langes nécessaires à son divin enfant ; puis, s'approchant du berceau où il reposait, elle se jette à genoux, baise les pieds de son fils chéri, et, au milieu de ses larmes de tendresse, lui dit : « Ô mon fils et mon Dieu, tu es venu au monde pour sauver les hommes ; à peine es-tu né que les hommes te cherchent pour te faire mourir ! » Elle le prend alors dans ses bras, et, tandis qu'ils continuent de pleurer, les deux saints époux ferment la porte et se mettent en route durant la nuit... Mon bien-aimé Jésus, tu es le roi du ciel, et je te vois maintenant errer en fugitif sous les traits d'un enfant. Qui cherches-tu ? Dis-le-moi. Je suis ému de compassion à la vue de ta pauvreté et ton abaissement ; mais ce qui m'afflige plus profondément, c'est la noire ingratitude avec laquelle je te vois traité par ceux-là même que tu es venu sauver. Tu pleures, et moi aussi je pleure d'avoir été l'un de ceux qui t'ont méprisé et persécuté ; mais sache que maintenant je préfère ta grâce à tous les royaumes du monde. Pardonne-moi tous les outrages que je t'ai faits ; dans le voyage de cette vie à l'éternité, permets-moi de te porter dans mon cœur, à l'exemple de Marie qui t'a porté dans ses bras pendant la fuite en Égypte. Mon bien-aimé Rédempteur, je t'ai souvent banni de mon âme, mais j'ai confiance maintenant que tu en as repris possession. Je t'en supplie : attache-la étroitement à toi par les douces chaînes de ton amour.

Méditations pour l'Octave de l'Épiphanie, n° 3 (trad. Noël, Éds. Saint-Paul 1993, p. 309)

separ ecrit biblio« L'homme se leva et le suivit »

Mon bien-aimé Rédempteur, voici mon cœur, je te le donne tout entier ; il n'est plus à moi, il est à toi. En entrant dans le monde, tu as offert au Père Éternel, offert et donné toute ta volonté, comme tu nous l'apprends par la bouche de David : « Il est écrit de moi dans le rouleau du livre de la Loi, que je ferai ta volonté. C'est ce que j'ai toujours voulu, ô mon Dieu » (Ps 39,8-9). De même, mon bien-aimé Sauveur, je t'offre aujourd'hui toute ma volonté. Autrefois elle t'a été rebelle, c'est par elle que je t'offensais. Maintenant je regrette de tout mon cœur l'usage que j'en ai fait, toutes les fautes qui m'ont misérablement privé de ton amitié. Je m'en repends profondément, et cette volonté je te la consacre sans réserve. « Seigneur, que veux-tu que je fasse ? » (Ac 22,10) Seigneur, dis-moi ce que tu demandes de moi : je suis prêt à faire tout ce que tu désires. Dispose de moi et de ce qui m'appartient comme il te plaira : j'accepte tout, je consens à tout. Je sais que tu cherches mon plus grand bien : « Je remets donc entièrement mon âme entre tes mains » (Ps 30,6). Par miséricorde, aide-la, conserve-la, fais qu'elle soit toujours à toi, et toute à toi, puisque « tu l'as rachetée, Seigneur, Dieu de vérité », au prix de ton sang (Ps  30,6). 

6e Discours pour la neuvaine de Noël (trad. Éds Saint-Paul 1993, p. 94 rev.) 

separ ecrit biblio« Le grand, le premier commandement »

Pour pouvoir beaucoup aimer Dieu dans le ciel, il faut d'abord l'aimer beaucoup sur la terre. Le degré de notre amour pour Dieu à la fin de notre vie sera la mesure de notre amour de Dieu pendant l'éternité. Voulons-nous acquérir la certitude de ne plus nous séparer de ce souverain Bien dans la vie présente ? Étreignons-le de plus en plus par les liens de notre amour, en lui disant avec l'Épouse du Cantique des Cantiques : « J'ai trouvé celui que mon cœur aime : je l'ai saisi et je ne le lâcherai pas » (3,4). Comment l'Épouse sacrée a-t-elle saisi son Bien-Aimé ? « Avec les bras de la charité », répond Guillaume...; « c'est avec les bras de la charité que l'on saisit Dieu », reprend saint Ambroise. Heureux donc qui pourra s'écrier avec saint Paulin : « Que les riches possèdent leurs richesses, que les rois possèdent leurs royaume : notre gloire, notre richesse et notre royaume à nous, c'est le Christ ! » Et avec saint Ignace : « Donne-moi seulement ton amour et ta grâce, je suis assez riche ». Fais que je t'aime et que je sois aimé de toi ; je ne désire pas et n'ai pas à désirer autre chose.

8ème Discours pour la neuvaine de Noël (trad. Éds Saint-Paul 1993, p. 120) 

separ ecrit biblio« Ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l'as révélé aux tout-petits »

Dieu nous a fait naître après la venue du Messie : quelles actions de grâces ne lui devons-nous pas ! La rédemption une fois opérée par Jésus Christ, quels bienfaits plus grands n'avons-nous pas reçus ! Abraham, les patriarches, les prophètes ont ardemment désiré voir le Rédempteur ; ils n'ont pas eu ce bonheur. Ils ont fatigué pour ainsi dire le ciel par leurs soupirs et leurs supplications : « Cieux, s'écriaient-ils, répandez d'en-haut votre rosée, et que les nuées fassent pleuvoir le Juste !... Envoyez l'Agneau Dominateur de la terre (Is 45,8 ; 16,1 Vulg)... C'est ainsi qu'il règnera dans nos cœurs et nous affranchira de l'esclavage dans lequel nous vivons misérablement. Seigneur, fais-nous voir ta bonté, et accorde-nous le salut (Ps 84,8) ». C'est-à-dire : « Hâte-toi, Dieu très miséricordieux, de faire éclater sur nous ta tendresse en nous envoyant l'objet principal de tes promesses, celui qui doit nous sauver ». Tels ont été les soupirs, telles ont été les supplications ardentes des saints, avant la venue du Messie ; pourtant ils ont été privés pendant quatre mille ans du bonheur de le voir naître. Ce bonheur nous était réservé : mais que faisons-nous ? Quel profit en tirons-nous ? Sachons aimer cet aimable Rédempteur, maintenant qu'il est venu, qu'il nous a délivrés des mains de nos ennemis, qu'il nous a rachetés de la mort éternelle au prix de sa vie..., qu'il nous a ouvert le paradis, qu'il nous a munis de tant de sacrements et de tant de puissants secours pour que nous l'aimions et le servions en paix durant cette vie, que nous en jouissions à jamais dans l'autre... Mon âme, tu serais vraiment remplie d'ingratitude, si tu n'aimais pas ton Dieu, ce Dieu qui a voulu être emmailloté pour te délivrer des chaînes de l'enfer, pauvre pour te communiquer ses richesses, faible pour te rendre fort contre tes ennemis, accablé de souffrances et de tristesse pour laver tes péchés par ses pleurs

3ème Discours pour la neuvaine de Noël (trad. Éds Saint-Paul 1993, p. 59) 

separ ecrit biblio Répondre aux appels de Dieu, pour accueillir le Sauveur

« Feu toujours brûlant, dirons-nous avec Saint Augustin, enflamme nos âmes. » Verbe incarné, tu t'es fait homme pour allumer dans nos cœurs le feu de l'amour divin : comment as-tu pu rencontrer en nous tant d'ingratitude ? Tu n'as rien épargné pour te faire aimer ; tu es allé jusqu'à sacrifier ton sang et ta vie. D'où vient que les hommes demeurent insensibles à tant de bienfaits ? Peut-être les ignorent-ils ? Non, ils connaissent, ils croient que, par amour pour eux, tu es venu du ciel revêtir la chair humaine et te charger de leurs misères ; ils savent que, par amour pour eux, tu as voulu mener une vie de souffrances continuelles et subir une mort ignominieuse. Après cela, comment expliquer qu'ils vivent dans un oubli complet de ta bonté extrême ? Ils aiment leurs parents, ils aiment leurs amis, ils aiment les bêtes même...; c'est envers toi seulement qu'ils sont sans amour et sans reconnaissance ! Mais que dis-je ? En accusant les autres d'ingratitude, je me condamne moi-même, puisque ma conduite envers toi a été pire que la leur. Toutefois, ta miséricorde me rend le courage ; je sais qu'elle m'a supporté si longtemps, afin de me pardonner et de m'embraser de ton amour, à la seule condition que je veuille me repentir et t'aimer. Oui, mon Dieu, je veux me repentir... ; je veux t'aimer de tout mon cœur. Je vois bien que mon cœur...t'a délaissé pour aimer les choses de ce monde ; mais je vois aussi que, malgré cette trahison, tu le réclames encore. C'est pourquoi, de toute la force de ma volonté, je te le consacre et te le donne. Daigne donc l'enflammer tout entier de ton saint amour ; fais que désormais il n'aime plus autre chose que toi... Je t'aime, mon Jésus ; je t'aime, mon souverain Bien ! Je t'aime, unique amour de mon âme. Marie, ma mère, tu es « la mère du bel amour » (Si 24,24 Vulg), obtiens-moi la grâce d'aimer mon Dieu ; c'est de toi que je l'espère. 

1er Discours pour la neuvaine de Noël (trad. Éds Saint-Paul 1993, p. 38)

 

AlphonsemarieliguoriSaint Alphonse-Marie de Liguori (1696-1787), évêque et docteur de l'Eglise 

 

......
Un cœur vraiment tout à Dieu

      Comprenons-le bien, notre cœur appartiendra tout entier à Dieu à partir du jour où nous lui remettrons toute notre volonté, où nous ne voudrons plus que ce qu’il veut. Ce Dieu, du reste, ne veut que notre bien et notre bonheur. « Le Christ est mort, dit l’apôtre Paul, afin d’être le Seigneur et des morts et des vivants. Soit donc que nous vivions, soit que nous mourions, nous appartenons au Seigneur » (Rm 14,8-9). Jésus a voulu mourir pour nous ; que pouvait-il faire de plus pour conquérir notre amour et devenir l’unique Maître de notre cœur ? À nous donc de montrer désormais au ciel et à la terre, par notre vie et par notre mort, que nous ne nous appartenons plus, mais que nous sommes tout entiers possédés par notre Dieu et par lui seul. 

      Combien Dieu désire voir un cœur vraiment tout à lui ! De quel ardent amour ne l’aime-t-il pas ? Quelles marques de sa tendresse ne lui prodigue-t-il pas, dès ici-bas ! Quels biens, quel bonheur, quelle gloire ne lui prépare-t-il pas dans le ciel !... 

      Âmes fidèles ! Marchons à la rencontre de Jésus : s’il a le bonheur de nous posséder, nous avons, nous, celui de le posséder, lui : l’échange est beaucoup plus avantageux pour nous que pour lui. « Thérèse, dit un jour le Seigneur à cette sainte [d’Avila], jusqu’ici tu ne fus pas entièrement à moi ; maintenant que tu es tout à moi, sache que je suis tout à toi »… Dieu brûle d’un désir extrême de s’unir à nous ; mais il faut que nous aussi nous prenions soin de nous unir à Dieu.

6ème Discours pour la neuvaine de Noël (trad. Éds Saint-Paul 1993, p. 92 rev.) 

separ ecrit biblioLe Fils de l'homme est venu pour donner sa vie

      Le Seigneur éternel a daigné se présenter à nous d'abord comme un petit enfant dans une étable, puis comme un simple ouvrier dans un atelier, plus tard comme un criminel expirant sur un gibet, enfin comme du pain sur un autel. Aspects nombreux, aspects intentionnels de Jésus, aspects qui n'ont eu qu'un effet : celui de montrer l'amour qu'il nous porte.

      Ah, Seigneur, peux-tu encore inventer quelque chose pour te faire aimer de nous ? « Proclamez parmi les peuples, clamait le prophète Isaïe, proclamez les hauts faits de notre Dieu » (Is 12,4). Âmes rachetées, faites connaître partout les œuvres d'amour de ce Dieu plein d'amour. Il les a conçues et réalisées pour se faire aimer de tous les hommes, lui qui, après les avoir comblés de ses bienfaits, s'est donné lui-même, et de tant de manières !

      « Malade ou blessé, désires-tu guérir ? Jésus est le médecin » : il te guérit par son sang. Es-tu brûlé par la fièvre ? Il est la source rafraîchissante. Es-tu tourmenté par les passions et les troubles de ce monde ? Il est la source des consolations spirituelles et du vrai réconfort. « Crains-tu la mort ? Il est la vie. Aspires-tu au ciel ? Il est la voie (Jn 14,6) » : ainsi parle saint Ambroise. Jésus Christ ne s'est pas donné seulement à tous les hommes en général ; il tient à se donner en chacun en particulier. C'est pourquoi saint Paul dit : « Il m'a aimé et s'est livré lui-même pour moi » (Ga 2,20).

 6ème Discours pour la neuvaine de Noël (trad. Éds Saint-Paul 1993, p. 90) 

separ ecrit biblio« Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur »

      Les grands de la terre se font gloire de posséder des royaumes et des richesses. Jésus Christ trouve tout son bonheur à régner sur nos cœurs ; c'est là la souveraineté qu'il convoite et qu'il a décidé de conquérir par sa mort sur la croix : « Il a reçu le pouvoir sur ses épaules » (Is 9,5). Par ces paroles, plusieurs interprètes...comprennent la croix que notre divin Rédempteur a portée sur ses épaules. « Ce Roi du ciel, remarque Cornelius a Lapide, est un maître bien différent du démon : celui-ci charge de lourds fardeaux les épaules de ses esclaves. Jésus, au contraire, prend sur lui-même tout le poids de sa souveraineté ; il embrasse la croix et veut y mourir pour régner sur nos cœurs ». Et Tertullien dit que tandis que les monarques de la terre « portent le sceptre à la main et la couronne sur la tête comme emblèmes de leur puissance, Jésus Christ a porté la croix sur ses épaules. Et la croix a été le trône où il est monté pour fonder son règne d'amour »...

      Hâtons-nous donc de consacrer tout l'amour de notre cœur à ce Dieu qui, pour l'obtenir, a sacrifié son sang, sa vie, tout lui-même. « Si tu savais le don de Dieu, disait Jésus à la Samaritaine, et qui est celui qui te dit : ' Donne-moi à boire ' » (Jn 4,10). C'est-à-dire : si tu savais la grandeur de la grâce que tu reçois de Dieu... Oh, si l'âme comprenait quelle grâce extraordinaire Dieu lui fait quand il réclame son amour en ces termes : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu ». Un sujet qui entendrait son prince lui dire : « Aime-moi », ne serait-il pas captivé par cette invitation ? Et Dieu ne réussirait pas à gagner notre cœur, alors qu'il nous le demande avec tant de bonté : « Mon fils, donne-moi ton cœur » ? (Pr 23,26) Mais ce cœur, Dieu ne le veut pas à moitié ; il le veut tout entier, sans réserve ; c'est son précepte : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur ».

6e Discours pour la neuvaine de Noël (trad. Éds Saint-Paul 1993, p. 91 rev.)

separ ecrit biblio« Beaucoup de prophètes et de rois ont voulu voir ce que vous voyez »

Considérons qu'après tant de siècles, tant de soupirs et de prières, le Messie que ni les patriarches ni les prophètes n'ont vu, « le Désiré des nations » (Ag 2,7 Vulg), le Désir des collines éternelles, notre Sauveur, est enfin venu : « Il est né, il s'est donné tout à nous » (Is 9,5). Le Fils de Dieu s'est fait petit pour nous donner sa grandeur ; il s'est donné à nous, afin que nous nous donnions à lui ; il est venu nous témoigner son amour, afin que nous y répondions par le nôtre. Accueillons-le donc avec affection, aimons-le, recourons à lui dans tous nos besoins...

Jésus est venu sous la forme d'un enfant, pour nous montrer son grand désir de nous combler de ses biens. Or « en lui sont tous les trésors » (Col 2,3) ; son Père céleste « a tout remis entre ses mains » (Jn 3,35; 13,3). Désirons-nous la lumière ? Il est venu nous éclairer. Désirons-nous plus de force, pour résister à nos ennemis ? Il est venu nous fortifier. Désirons-nous le pardon et le salut ? Il est venu nous pardonner et nous sauver. Désirons-nous enfin le don suprême, le don de l'amour divin ? Il est venu en embraser nos cœurs. C'est surtout pour cela qu'il s'est fait enfant : il a voulu se montrer à nous dans un état si pauvre et si humble, pour...bannir toute crainte et mieux gagner notre affection... Les enfants provoquent l'affection de tous ceux qui les voient : qui donc n'aimera pas avec une grande tendresse un Dieu qu'il contemple petit enfant, nourri d'un peu de lait, tremblant de froid, pauvre, méprisé, délaissé, pleurant et gémissant dans une crèche, sur la paille ? Ce spectacle poussait saint François à s'écrier : « Aimons l'enfant de Bethléem ! » Venez, âmes chrétiennes, venez aimer un Dieu fait enfant, devenu pauvre pour vous, un Dieu tout amour, descendu du ciel pour se donner tout à nous. 

Troisième méditation pour la neuvaine de Noël (trad. Éds. Saint Paul 1993, p. 229 rev.)

separ ecrit biblio« Jésus étendit la main et la toucha »

      « Le Christ dit en entrant dans le monde : ' Tu n'as voulu ni sacrifice, ni oblation, mais tu m'as formé un corps. Alors j'ai dit : Voici que je viens pour faire ta volonté ' » (He 10,5-7; Ps 40,7-9 LXX). Est-il bien vrai que pour nous sauver dans notre misère...et pour conquérir notre amour, Dieu a voulu se faire homme ? Tellement vrai que c'est un article de foi : « Pour nous les hommes et pour notre salut il descendit du ciel...et s'est fait homme » (Credo)... Oui, voilà ce que Dieu a fait pour se faire aimer de nous... C'est ainsi qu'il a voulu nous manifester la grandeur de son amour pour nous : « La grâce de Dieu notre Sauveur s'est manifestée à tous les hommes » (Tt 2,11). « L'homme ne m'aime pas, semble avoir dit le Seigneur, parce qu'il ne me voit pas. Je vais me rendre visible, converser avec lui, je m'en ferai sûrement aimer » : « il est apparu sur la terre, et il a conversé avec les hommes » (Ba 3,38).

      L'amour de Dieu pour l'homme est immense, immense de toute éternité : « Je t'ai aimé d'un amour éternel ; c'est pourquoi je t'ai attiré dans ma miséricorde » (Jr 31,3). Mais on n'avait pas encore vu combien il est grand, incompréhensible ; quand le Fils de Dieu s'est fait contempler sous la forme d'un enfant couché sur la paille dans une étable, il s'est vraiment manifesté : « Dieu notre Sauveur a fait paraître sa bonté et son amour pour les hommes » (Tt 3,4). « La création du monde, observe saint Bernard, a fait resplendir la puissance de Dieu, le gouvernement du monde, sa sagesse ; mais l'incarnation du Verbe a fait éclater sa miséricorde à tous les yeux »...

      « En méprisant Dieu, dit saint Fulgence, l'homme s'était séparé de lui pour toujours ; et comme l'homme ne pouvait plus retourner à Dieu, Dieu a daigné venir le trouver sur la terre. » Saint Augustin avait déjà dit : « Nous ne pouvions pas aller au médecin ; c'est pourquoi le médecin a eu la bonté de venir jusqu'à nous ». 

1er Discours pour la neuvaine de Noël (trad. Éds Saint-Paul 1993, p. 27 rev.)

 

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 2016-12-21