Passioniste de Polynésie

11 octobre

sant-alessandro-sauli-c.jpg

Saint Alexandre Sauli 

 Saint Alexandre Sauli Évêque (1534-1592)
Entré à 17 ans chez les Barnabites, que venait de fonder St Antoine-Marie Zaccaria  il en devint, après lui, le second supérieur général.il fut un prédicateur célèbre et fut l'ami de Saint Charles Borromée, de Grégoire XIV et de Saint Pie V.
Nommé évêque d'Aléria (Corse), il y fit nombre d'actions qui augmentèrent son renom. Sson zèle lui valut le titre « d’apôtre des Corses » En 1591, il fut nommé évêque de Pavie (Italie) et mourut dans ces fonctions.

St Anastase l'apocrisiaire,
comp. de St Maxime  

Martyrologe Romain : Prêtre, apocrisiaire de l’Église romaine, compagnon de saint Maxime le Confesseur dans sa confession de foi et dans son exil. Il rendit son âme à Dieu près du camp de Schemaris dans les monts du Caucase, alors qu’il disait dans la sainte assemblée: « Aux saints, les saints mystères ».(† 666)

beato-angelo-angel-ramos-velazquez.jpg

Bx Ange Ramos Velasquez

Martyrologe Romain : À Barcelone, en 1936, le bienheureux Ange Ramos Velasquez, religieux salésien et martyr, victime de la persécution religieuse au cours de la guerre civile espagnole.

Saint Bruno

A Reims, en 965,  fils d’Othon l’Oiseleur et de Ste Mathilde. Sous la pression de l’Empereur Othon son frère, les chanoines de Cologne l’élirent archevêque, promotion que ni l’Église ni l’Empire n’eurent à regretter.

san-cainnech.jpg

Saint Canice (Kenneth)

Martyrologe Romain : À Ossory en Irlande, vers 600, saint Canice (Kenneth), disciple de saint Finnian, ami de saint Colomba et abbé du monastère d’Aghaboe qu’il fonda parmi bien d’autres. Il aimait se retirer dans la solitude des îles.

Saint Firmin

A Uzès, au 6ème siècle, , « pontife et maître en religion ».

Saint Firmin Évêque († après 552)

À 22 ans, il est l'un des premiers évêques de l'ancien diocèse d'Uzès dans le Gard (France). Il était le disciple et ami de Césaire d'Arles. Il assista au Concile d'Orléans en 541. Son grand renom de docteur et d'orateur s'étendit jusqu'en Italie. Il meurt à l'âge de 37 ans.

saint Gaudence 
ou Radzim (Gaudentius)

Martyrologe Romain : À Gniezno en Pologne, vers 1011, saint Gaudence ou Radzim (Gaudentius), évêque. Frère de sang et d’esprit de saint Adalbert, évêque de Prague, il fut son fidèle compagnon, assista à son martyre et fut ensuite mis en prison.

Saint Gommaire

Martyrologe Romain : À Lierre dans le Brabant, vers 775, saint Gommaire. Soldat dévoué à Dieu, il construisit à cet endroit, de ses propres ressources, un oratoire, où il fut mis au tombeau.

beato-giacomo-griesinger-da-ulma.jpg

Bx Jacques d’Ulm

A Bologne, en 1491, dit « l’Allemand ». Après avoir été soldat par nécessité, il fut convers dominicain par choix et maître verrier par obéissance ; enfin, déclaré Bienheureux par l’Église.

Martyrologe Romain : À Bologne en Émilie, l’an 1491, le bienheureux Jacques Griesinger d’Ulm, religieux de l’Ordre des Prêcheurs. Il était illettré mais peintre verrier très expert et donna à tous, pendant cinquante ans, un exemple de travail et de prière.

beato-giovanni-xxiii-angelo-giuseppe-roncalli-au.jpg

Saint Jean XXIII

Pape (261e) de 1958 à 1963   Surnom affectueux : « Le Bon Pape »

« Au vu de la dimension extraordinaire avec laquelle ces Souverains Pontifes ont offert au clergé et aux fidèles un modèle singulier de vertu et ont promu la vie dans le Christ, tenant compte des innombrables requêtes partout dans le monde, le Saint-Père François, faisant siens les désirs unanimes du peuple de Dieu, a disposé que les célébrations de saint Jean XXIII, Pape, et de saint Jean-Paul II, Pape, soient inscrites dans le Calendrier Romain général, la première le 11, la deuxième le 22 octobre, avec le degré de mémoire facultative. […] »

De la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements, 29 mai 2014, solennité de l’Ascension du Seigneur.

san-meinardo-meinhard.jpg

 Saint Meinard

Martyrologe Romain : À Riga sur la mer Baltique, en 1196, saint Meinard, évêque de Lettonie. D’abord chanoine régulier en Germanie, il prit la route à un âge déjà avancé pour évangéliser le peuple de Livonie, construisit une église sur une île, près d’Iskill et, ordonné évêque, établit avec vigueur les fondements de la foi chrétienne dans cette région.

nicaise.jpg

Saint Nicaise

 Saint Nicaise , évêque de Rouen , et ses Compagnons
Martyrs  († siècle incertain)

******

Nicaise, dont le nom grec signifie victorieux, vit le jour en Grèce. D'après de très anciens documents, il naquit à Athènes et fut converti, avec le grand saint Denis, par le savant discours de saint Paul devant l'Aréopage.
 

Après avoir séjourné quelques temps près du grand apôtre, Nicaise, avec saint Denis, travailla en Grèce au salut des âmes, puis s'embarqua avec le même saint pour Rome. Le pape saint Clément les envoya dans les Gaules, avec d'autres missionnaires, pour continuer l'évangélisation de ce pays, commencée avec succès par des envoyés de saint Pierre lui-même.
Tandis que saint Denis fixa son siège à Paris, Nicaise se dirigea vers le pays de Rouen. Mais cette ville, qui le vénère encore aujourd'hui pour son premier pontife, ne devait pas le voir dans ses murs ; car il reçut en route la couronne du martyre. Il emmenait avec lui le prêtre Quirin et le diacre Égobile.

Vers Pontoise, les habitants leur promirent d'accepter l'Évangile, s'ils les délivraient d'un dragon qui infestait ce pays. Alors Quirin marcha vers le dragon, le lia sans peine et le conduisit devant le peuple émerveillé ; là, le monstre expira, par l'ordre du saint. À cette vue, bon nombre d'idolâtres se convertirent à la foi du Christ, et trois cent dix-huit d'entre eux reçurent le baptême.

Le bruit de ce prodige s'étant répandu dans le pays d'alentour, les conversions se multiplièrent, et les habitants de Meulan, de Mantes, de Monceaux, commencèrent à ouvrir les yeux à la lumière de l'Évangile. Les apôtres chassèrent aussi plusieurs démons qui tourmentaient les habitants de la contrée. Mais la voix du Ciel les appelait plus loin. Nicaise, Quirin et Égobile reprirent leur marche vers Rouen.

À la Roche-Guyon, ils convertirent par leur prédication une noble dame, nommée Pience, et un prêtre des idoles, appelé Clair. Ce dernier était aveugle ; ils lui rendirent en même temps la vue de l'âme et celle du corps. Ce fut le signal de nombreuses conversions. Les prêtres païens, irrités, conduisirent les trois apôtres au gouverneur, qui, peu auparavant, avait mis à mort saint Denis et ses compagnons ; mais, inaccessibles à toutes les menaces, ils subirent courageusement le martyre. On rapporte de ces trois héros de la foi le même fait qui est raconté de saint Denis ; ils auraient porté leur tête entre leurs mains, après avoir été décapités.

san-filippo-b.jpg

Saint Philippe

Martyrologe Romain : Commémoraison de saint Philippe, un des Sept choisis par les Apôtres pour les aider dans leur ministère. Il convertit à la foi du Christ l’eunuque, ministre de Candace, reine d’Éthiopie, et le baptisa, puis annonça l’Évangile dans toutes les cités qu’il traversait jusqu’à Césarée, où il repose, selon la tradition.

santi-martiri-cinesi-agostino-zhao-rong-e-compagni-1.jpg

Saint Pierre Lê Tuy

Martyrologe Romain : À Hanoï au Tonkin, l’an 1833, saint Pierre Lê Tuy, prêtre et martyrdécapité pour le Christ sous l’empereur Minh Mang.

Saint Saintin

Martyrologe Romain : À Verdun, au IVe siècle, saint Saintin, évêque, que l’on croit avoir été le premier à annoncer l’Évangile dans cette cité.

Saint Sarmate

En Thébaïde, l’an du Seigneur 357,  disciple de St Antoine ; il prononça quatre apophtegmes, dont celui-ci : « Je préfère un homme qui ayant péché, le reconnaît, et fait pénitence, à celui qui n’a pas péché et se croit juste ».

saintm21.jpg

Bse Soledad Torrès-Acosta

- A Madrid où elle naquit, vécut et mourut au siècle dernier,  son nom « Compassion », sa mission de fondatrice de religieuses garde malades le justifia.

Martyrologe Romain : À Madrid, en 1887, sainte Marie de Soledad, 'de la solitude' (Emmanuelle Torres Acosta), vierge, qui montra dès sa jeunesse une admirable sollicitude pour les pauvres malades, et leur vint en aide avec un oubli d’elle-même continuel et surtout grâce à la Congrégation des « Servantes de Marie », ministres des malades, qu’elle fonda.

santi-taraco-probo-e-andronico-b.jpg

Saints Tharace, Probus
et Andronic

Martyrologe Romain : À Anazarbe en Cilicie, vers 304, les saints Tharace, Probuset Andronic, martyrs, qui offrirent leur vie en confessant le Christ dans la persécution de Dioclétien

Traduction automatique / Page accueil

Date de dernière mise à jour : 2020-10-11