Passioniste de Polynésie

07 octobre

Sant augusto di s sinforianoSaint Auguste

Martyrologe Romain : À Bourges, vers 560, saint Auguste, prêtre et abbé, qui avait les mains et les pieds si contractés qu’il ne pouvait s’appuyer que sur les coudes et les genoux, mais, guéri par l’intercession de saint Martin, il rassembla des moines et se livra à la prière sans interruption.

Beati martiri dei pontoni di rochefortBx Jean Hunot

Martyrologe Romain : bienheureux Jean Hunot, prêtre et martyr.Comme son cousin François, décédé la veille, chanoine de Brienon, il fut, sous la Révolution française, déporté sur un bateau négrier, et mourut de maladie, après avoir fait publiquement sa profession de foi, à l’édification de ses confrères.

Beato giuseppe llosa balaguerBx Joseph Llosa Balaguer

Martyrologe Romain : À Benaguacil, dans la région de Valence en Espagne, en 1936, le bienheureux Joseph Llosa Balaguer, religieux du Tiers-Ordre capucin de Notre-Dame des Douleurs et martyr, victime de la persécution déchaînée contre l’Église au cours de la guerre civile.

Venerabile giuseppe toniolo cBx Joseph Toniolo

Grand sociologue et économiste  « Apôtre de la Rerum Novarum »

Giuseppe Toniolo, né à Trévise (Vénétie, Italie) le 07 mars 1845, reçut en famille et dans la paroisse une formation catholique solide et ouverte. À l’école, il fut un étudiant brillant, sérieux, joyeux, entraînant et engagé.

En 1873 il défend sa thèse en économie à l’Université de Padoue dont le titre est d’une actualité bouleversante : « L’élément éthique comme facteur intrinsèque dans les lois économiques ». Il devient professeur d’économie, de sciences politiques et de sociologie à l’Université de Venise, Padoue, Modène et surtout Pise où il garda la chaire de l’enseignement pendant 40 ans. Enseignement qu’il donna avec un sens académique et professionnel très sérieux, uni à un style de vie chrétien et de pensée évangélique presque impossibles dans ces milieux et en ces temps-là.

Très engagé à l’université, il se montra aussi actif dans beaucoup d’autres domaines : il anticipa les intuitions de laRerum Novarum de Léon XIII (Vincenzo Gioacchino Pecci, 1878-1903) et réalisa ensuite ses programmes ; il fut le théoricien du nouveau « Parti Populaire », qui marqua l’entrée officielle des catholiques italiens dans la politique ; il promut les « Semaines sociales » qui sont toujours bien florissantes en Italie ; il fonda des revues scientifiques de sociologie et d’économie ; il eut l’idée et prépara le projet de la future « Université Catholique » ; il favorisa fortement à l’intérieur de l’Église l’associationnisme qui deviendra plus tard « l’Action Catholique ». Il déploya toute cette activité dans une cohérence chrétienne incroyablement édifiante et dans un attachement fidèle à l’Église qui lui causa beaucoup de problèmes dans certains milieux. Malgré ses engagements extérieurs, il fut un homme de profonde prière et de vie intérieure solide.

Il se maria en 1877 et eut 7 enfants. Malgré ses continuels déplacements et ses multiples engagements extérieurs il ne renonça jamais à ses devoirs d’époux et de père de famille qu’il accomplit avec une fidélité chrétienne exemplaire. Une de ses filles devint religieuse. Après son mariage il s’installa à Pieve di Soligo, dans le diocèse de Vittorio Veneto, où il meurt le 7 octobre 1918. Sa dépouille mortelle est gardée, et maintenant aussi vénérée, dans l’église paroissiale.

Giuseppe Toniolo a été béatifié le 29 avril 2012, à Rome, dans la basilique de Saint-Paul-hors-les-murs ; la cérémonie a été présidée par le card. Salvatore De Giorgi, archevêque de Palerme et assistant général de l’Action Catholique Italienne, qui représentait le pape Benoît XVI. 

Santa giustina di padova aSainte Justine de Padoue 

 (1er s.) lle aurait été baptisée à Padoue par un disciple de saint Pierre. Si vive était sa foi, qu'elle demeura fermement attachée à Jésus Christ et pour cela fut percée d'un coup d'épée.. Martyre à Padoue : elle donna son patronage à la congrégation bénédictine qui prendra plus tard le nom de Congrégation de Subiaco.

************

Justine est un nom d'origine latine qui signifie "juste".
Justine de Padoue est née à une date inconnue au IIIe siècle.
Elle aurait été baptisée à Padoue par un disciple de saint Pierre. Si vive était sa foi qu’elle demeura attachée à Jésus-Christ et pour cela fut percée d’un coup d’épée, à Padoue, le 7 octobre 304 à l’époque des persécutions de Maximien, avant l'Édit de Constantin.

Sur la tombe de sainte Justine de Padoue fut fondée, au VIe siècle, par le préfet du prétoire Venanzio Opolione, la basilique Sainte-Justine (en italien Abbazia di Santa Giustina) . 
Elle fut, au XVe siècle un important centre monastique qui fut supprimé en 1810 par Napoléon Bonaparte. En 1919, le monastère a rouvert et abrite en son sein la ‘Biblioteca di Santa Giustina’.

 

San marco iSaint Marc, pape

 En 336, pape pendant 8 mois.

Pape (34e) en 336 Le Liber pontificalis en fait un Romain, fils de Priscus. Marc ne participa pas aux disputes qui suivirent le Concile de Nicée. Mais sous son règne, saint Athanase d'Alexandrie (296-373) était en exil à Trêves ; Marcel d'Ancyre († 374) et d'autres chefs de file de l'orthodoxie nicéenne étaient déposés. Arius était sur son lit de mort. On a de bonnes raisons de croire que c'est sous son règne que débuta la compilation des listes anciennes des évêques et des martyrs de Rome connues sous le nom de Depositio episcoporum et de Depositio martyrum. Son court pontificat fut de dix mois. Il est vénéré par l'Église comme saint et fêté le 7 octobre.

Saint Marcel

Martyrologe Romain : À Capoue en Campanie, saint Marcel, martyr.

Bx Martin Cid

 Au monastère de Valparaiso (ou Val-Paradis) en Espagne, l’an 1152,  abbé cistercien, apparenté au héros cornélien de ce nom

Martyrologe Romain : Au monastère de Bellofonte, au pays de León en Espagne, l’an 1152, le bienheureux Martin, surnommé Cid, abbé, qui fonda ce monastère et l’agrégea à l’Ordre de Cîteaux

Saint Pallais

Martyrologe Romain : À Saintes, après 596, saint Pallais, évêque, qui construisit une basilique sur la tombe de saint Eutrope et développa dans sa cité le culte des saints.

Santi sergio e baccoSaints Serge et Bacchus

En Syrie,   officier dans l’armée romaine, et Bacchus son lieutenant, sur leur refus d’apostaier, ils furent dépouillés de leurs insignes, dégradés et mis à mort.

Martyrologe Romain : À Rosafa en Euphratésie de Syrie, au IIIe ou IVe siècle, les saints Serge et Bacchus, martyrs.

Date de dernière mise à jour : 2019-10-08