Marie qui défait les noeuds

Mariedefaitnoeuds1700   MARIE QUI DÉFAIT LES NŒUDS, UNE DÉVOTION DEVENUE INTERNATIONALE

Dieu écrit droit avec des lignes courbes. Le plus court chemin entre Augsbourg en Allemagne et Toulon (Var, sud de la France) n’est-il pas de passer par Milan en Italie ? Voire, si l’on préfère, de passer par Lyon (France)… Ce n’est pourtant pas le chemin qu’a pris Marie qui défait les nœuds pour venir s’installer au bord de la Méditerranée. Non, Marie n’a pas hésité à faire un détour de quelque 10 000 km avant de choisir une église bercée par le chant des cigales. Elle est d’abord passée par l’Amérique du Sud et, de là, s’est établie à Toulon.

Une dévotion mais pas d’apparition. Depuis 25 ans, la dévotion à Marie qui défait les nœuds se répand comme une traînée de poudre dans le monde entier. Marie se hâte de venir à nous. Elle accourt avec toutes les grâces qu’elle a en réserve pour nous, pour défaire les nœuds de notre vie compliquée. Les témoignages d’exaucement, de guérison et de réconciliation pleuvent. Partout, on prie Marie qui défait les nœuds et des sanctuaires se créent pour accueillir les pèlerins. Pourtant, nulle trace d’apparition de Marie qui défait les nœuds dans l’histoire de l’Église… Personne n’a bénéficié de l’apparition de cette Vierge dont la tête délicatement penchée sur son cœur nous pousse à nous confier à elle. Tout dans son attitude nous invite à nous tourner vers elle pour lui permettre enfin d’exercer sur nous sa maternité aimante et nous secourir dans nos angoisses. 

D’Augsbourg à Buenos Aires. À l’origine de cette dévotion se trouve un tableau qui a plus de trois siècles. Pendant presque 300 ans, l’histoire de ce tableau est restée comme voilée aux yeux du monde entier. Exposé dans une église en Bavière, il est l’objet d’une dévotion qui reste locale et ne se répand pas. Son auteur est un peintre allemand, Johann Schmidtner, qui l’a réalisé vers 1700 sur la demande très précise d’un prêtre de l’église de Saint-Pierre de Perlach à Augsbourg (Bavière). Ce prêtre, Jérôme Ambroise von Langenmantel, l’a commandé en action de grâces pour un couple en grande difficulté et au bord du divorce. Ce prêtre qui a un grand amour de la Vierge Marie s’est tout naturellement tourné vers elle, pour qu’elle intercède pour ce couple. C’est Marie qui défait les Nœuds qui permettra à ce couple de retrouver cet amour. Et ce tableau restera dans l’ombre, jusqu’en 1983… À cette date, un prêtre jésuite argentin, Jorge Mario Bergoglio (devenu plus tard archevêque de Buenos Aires puis le pape François en 2013), de passage en Bavière pour ses études, est bouleversé par l’image de Marie qui défait les nœuds et en rapporte plusieurs reproductions dans ses valises à Buenos Aires. 

Des reproductions miraculeuses. Une femme en particulier est touchée à son tour par une de ces images : c’est l’artiste argentine Ana Maria Berti de Betta qui réalise quatre grandes reproductions du tableau. L’une d’elle est placée, par le Père Bergoglio lui-même, à l’Université catholique El Salvador de Buenos Aires, dans la chapelle. Des témoignages commencent rapidement à circuler. Mais la chapelle de l’université est petite et des paroissiens de San José del Talar (paroisse à 17 km), demandent alors à leur curé d’accrocher dans l’église une autre copie du tableau. Le jour de l’inauguration officielle du tableau, 5 000 personnes sont présentes ! Très vite, une autre paroisse de la ville acquiert une troisième réplique du fameux tableau : c’est la paroisse de San Juan Bautista dont le curé est le père Juan Celeiro. Touché par la ferveur de ses paroissiens qui viennent déposer leurs fardeaux aux pieds de Marie, il écrit en 1997 une neuvaine pour mettre en mots le cri qui monte de leurs cœurs. Les pèlerins viennent par milliers. Parmi eux, un couple franco-brésilien qui arrive de Campinas au Brésil. Elle est une femme médecin brésilienne (Suzel) et lui est un Français, ancien pilote d’avion (Denis Bourgerie). Tous les deux ont une grande dévotion à Marie et œuvrent pour elle. Ils ont un coup de cœur pour elle et la ramènent dans leur pays où ils fondent le plus grand sanctuaire à ce jour dédié à Marie qui défait les nœuds : plus de 1 000 personnes tous les jours et plus de 150 000 personnes chaque 8 décembre ! Des pèlerins viennent de tous les États du Brésil, mais aussi du monde entier. 

Marie, chez elle à Toulon. En juillet 2013, arrive un jour à Campinas un prêtre du diocèse de Fréjus-Toulon : le Père François-Régis de Joigny. Il est arrivé là sur une invitation de Denis Bourgerie qu’il a croisé en France et avec qui il s’est lié d’amitié. Il reste trois semaines sur place, à vivre au rythme du sanctuaire, du va-et-vient incessant des pèlerins et des retransmissions de la « webTV » créée pour les immenses besoins. Sa motivation : Marie qui défait les nœuds. Son désir : répandre la neuvaine à Marie qui défait les nœuds dont il a déjà expérimenté la puissance. Il est touché par la ferveur que suscite la Vierge, spécialement lors d’une messe qu’il célèbre devant des milliers de pèlerins. De retour en France dans son petit village de 5 000 habitants (Flayosc, Var), il décide de célébrer tous les lundis soir une messe en l’honneur de Marie qui défait les nœuds. Alors qu’il comptabilise entre 2 et 5 paroissiens lors des eucharisties de semaine, 12 personnes sont là dès la première célébration. Le « bouche à oreille » fonctionne déjà. Pour autant, le culte se développe peu. Le Père de Joigny ne se décourage pas, continue sa messe hebdomadaire et surtout fait de la publicité pour la neuvaine. C’est alors que son évêque, Mgr Dominique Rey, évêque de Fréjus-Toulon, le nomme à l’été 2015 à la paroisse toulonnaise de l’Immaculée Conception. Il se trouve que la fête de l’Immaculée Conception, le 8 décembre est aussi celle de Marie qui défait les nœuds ! Dès son arrivée, il partage à ses nouveaux paroissiens son attachement à cette dévotion et son désir de continuer à la propager. Beaucoup la connaissent déjà et sont enthousiastes. Encore une fois, il assiste au même « bouche à oreille », mais cette fois, l’effet est décuplé ! 15 à 20 paroissiens en semaine, 60 dès la première messe à Marie qui défait les nœuds le lundi soir ! Marie est chez elle… 

Un sanctuaire nouveau. Constatant la vénération dont Marie fait l’objet, le prêtre décide de nourrir ses paroissiens par un enseignement approfondi et invite Denis Bourgerie à prêcher une retraite à l’automne 2016. Dans la foulée est créé un groupe de prière par quelques personnes qui veulent s’impliquer. Le groupe se réunit tous les mardis soir aux pieds de Marie. Au programme, louange, enseignement, chapelet et adoration. Mais Marie ne s’arrête pas là, elle a encore d’autres idées pour se faire connaître. En juin 2017, une fois la célébration des ordinations sacerdotales du diocèse de Fréjus-Toulon terminée, le Père de Joigny discute sur place avec quelques « fans de Marie ». Ils l’invitent à créer un sanctuaire à Marie qui défait les Nœuds. Ce à quoi, il rétorque qu’il n’a aucune idée des démarches à accomplir pour porter un tel projet. Nullement déstabilisés, les paroissiens l’envoient vers Mgr Rey qui discute aussi à quelques pas de là. 
- « Monseigneur, comment fait-on pour ériger un sanctuaire ? » 
- « Il faut m’en faire la demande » lui répond l’évêque. 
- « Alors, je vous le demande ! » 
 Et les démarches sont lancées ! Il faut trouver un lieu adéquat dans l’église, un autel pour déposer la statue de Marie et rafraîchir les peintures des piliers de la nef : en blanc et en bleu ! Tous les paroissiens se mobilisent et tout est prêt pour la bénédiction du sanctuaire qui a lieu le 12 février 2018, devant une église pleine de pèlerins et en présence de Mgr Dominique Rey. Un sanctuaire de Marie qui défait les nœuds en France vient de naître. Aujourd’hui, les pèlerins qui affluent tous les lundis soir à 18h ont vu leur nombre plus que doubler, ils sont entre 100 et 150 y compris pendant les vacances scolaires. Et le mardi soir à 20h15 pour le groupe de prière, nombreux sont ceux qui viennent louer, prier, écouter l’enseignement et adorer devant le sanctuaire. Le Père de Joigny a encore plusieurs projets pour Marie, qui verront le jour quand la Providence ouvrira les portes : modernisation du site Internet*, ouverture d’une librairie, de lieux d’écoute et de confession, d’un lieu simple de restauration… 

Demander à la Vierge Marie est une bonne chose, mais lorsque l’on est exaucé, sachons dire MERCI.

 Compléments

Explication des éléments du tableau de J.M. SCMITTDNER (par Suzel Bourgerie). 
La très Sainte Vierge Marie, Notre-Dame qui Défait les Nœuds, est un tableau magnifique conservé dans la petite chapelle de Saint Peter am Perlack d’Augsburg depuis l’an 1700. Le peintre s’est inspiré d’une méditation de Saint Irénée sur le pouvoir de la Vierge Marie à défaire les Nœuds de nos vies. De là est née la dévotion à Notre-Dame qui défait les Nœuds, dévotion qui aujourd’hui se développe avec force et grande puissance. Saint Irénée, évêque et martyrisé à Lyon en 208, affirmait : « Ève, à cause de sa désobéissance, noua le nœud du malheur pour l’humanité ; alors qu’au contraire, Marie par son obéissance, le dénoua. » Saint Irénée nous fait ici comprendre qu’il existe des nœuds dans nos vies qui sont la conséquence du péché originel, et que la Vierge Marie dénoue tout, en Jésus-Christ, grâce à son obéissance et ses vertus. Ce tableau ne doit donc pas être regardé comme une œuvre s’art telle qu’on en trouve dans les musées, mais contemplé avec les yeux, et plus encore avec le cœur et l’âme, car il est porteur d’une promesse d’un Dieu qui vous fait une déclaration d’amour ! Le point central de ce tableau, est la Sainte Vierge qui occupe presque entièrement tout le tableau avec toute Sa royauté et splendeur, car Elle est la Reine, Mère de Dieu et notre Mère, et par Elle, comme médiatrice auprès de son Fils, les grâces divines nous sont données. Elle a dans ses mains un ruban qu’elle regarde attentivement, et comme Mère Amoureuse, Elle défait les nœuds de ce ruban qui est entre ses doigts et l’enveloppe de son infinie miséricorde. Ce ruban représente votre vie et le nœud dans les mains de Notre-Dame est le problème dont vous n’avez pas trouvé la solution, et qui vous rend si malheureux. 

https://www.notrehistoireavecmarie.com/fr/esc/marie-qui-defait-les-noeuds-une-devotion-devenue-internationale/?utm_source=Une+minute+avec+Marie+%28fr%29&utm_campaign=ab703941c0-NHM_2017_N90&utm_medium=email&utm_term=0_a9c0165f22-ab703941c0-107225017

 

 

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 2018-09-25