Gabriel de l'Addolorata textes divers

ad204a.jpgSaint Gabriel de l'Addolorata (1838 - 18662)

Liste des lectures

........

Première lettre à son père,  après sa prise d'habit

ad204a.jpgSaint Gabriel de l'Addolorata (1838 - 18662)

.........

Première lettre à son père,  après sa prise d'habit  ( 15 septembre 1856)

Le jour est venu. Dieu tout puissant m'attendait depuis longtemps, et moi, ingrat, je faisais la sourde oreille en m'égarant et l'offensant dans le monde; mais l'infinie miséricorde de Dieu a su bien disposer les choses, et aujourd'hui, jour de Notre Dame des sept douleurs, notre protectrice et notre Mère, avec une joie inexprimable, j'ai revêtu le saint habit religieux en prenant le nom de Gabriel de l'Addolorata. Jusqu'ici , mon cher papa, je n'ai pas eu le moindre désagrément, tant per rapport à la vie religieuse qu'à ma vocation. Soyez bien assuré que celui que Dieu appelle à la vie religieuse reçoit une grande grâce, que jamais on ne pourra estimer à sa juste valeur. Comme il faut se tenir sur ses gardes dans le monde pour vivre en bon chrétien!

Faites moi je vous prie la grâce de faire parvenir à la famille Spada quatre ou cinq paoli (la monnaie d'alors) par une tierce personne, en échange de deux livres qu'ils m'ont prêtés , j'en ai fait tombé un dans les toilette et j'ai égaé l'autre. ; en échange aussi d'un compas qu'ils m'avaient prêté et que j'ai cassé à la maison.

Je vous demande pardon , mon cher papa, de toutes mes désobéissances et de toutes les peines trop grandes que je vous ai causées; pardonnez-moi, si parfois, j'ai donné quelque chose de la maison, ou me le suis approprié; j'en dis autant à mes frères et à Pacifique qui me pardonnera si parfois je l'ai rudoyée.

Que mes frères prennent exemple là-dessus et qu'ils n'aillent pas s'imaginer que je fais cela par ostenttion, ou quelque idée de dévotion ou pour un autre motif de ce genre.Il faut tout examiner devant Dieu, et ce ne sont pas des choses à s'endormir dessus.  Ne faites pas fâcher ce pauvre papa qui ne le mérite pas, aimez-vous les uns les autres. Mon cher Michel, fuis les mauvaises compagnies qui sont notre perte éternelle. Je sais de combien d epéchés elles sont cause et maintenant je commence à comprendre à quel point on doit apprécier les conseils de papa et des supérieurs.  Mon cher Henri, mon cher Cencio (Vincent) je vous dis la même chose, de plus étudiez bien et allez toujours ensemble, en un mot faites ce que papa vous dit et vous serez bénis de Dieu et de la Sainte Vierge.

Je n'ai pas prétendu faire office de prédicateur, parce que j'ai plus besoin de leçon que vous, mais de bon frère. Recommandez moi et faites moi recommander au Seigneur, ce que je ne manquerai pas de faire dans mon indignité , pour vous et pour tous nos défunts.

Recevez les salutations de mes excellents Pères Maître et vice-Maître, unies aux miennes. Saluez les Jésuites et les Oratoriens, ainsi que tous ceux qui demanderont de mes nouvelles.

En implorant votre bénédiction, mon bien cher papa, je me dis votre fils très affectionné.

Confrère Gabriel d el'Addolorata. Passioniste

Un visage de Lumière
du Père  Jean Claude Delion, passioniste

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 2018-02-27