Claude la Colombière quelques écrits

Claudelacolombiere4Saint Claude la Colombière (1641-1682), jésuite

.......

Le Fils de Dieu vient à notre recherche

      Représentez-vous la désolation d'un pauvre berger dont la brebis s'est égarée. On n'entend dans toutes les campagnes voisines que la voix de ce malheureux qui, ayant abandonné le gros du troupeau, court dans les bois et sur les collines, passe à travers les fourrés et les buissons, en se lamentant et criant de toute sa force et ne pouvant se résoudre à rentrer qu'il n'ait retrouvé sa brebis et qu'il ne l'ait ramené à la bergerie.

      Voilà ce qu'a fait le Fils de Dieu lorsque les hommes s'étaient soustraits par leur désobéissance à la conduite de leur Créateur ; il est descendu sur la terre et n'a épargné ni soins ni fatigues pour nous rétablir dans l'état duquel nous étions déchus. C'est ce qu'il fait encore tous les jours pour ceux qui s'éloignent de lui par le péché ; il les suit, pour ainsi dire, à la trace, ne cessant de les rappeler jusqu'à ce qu'il les ait remis en voie de salut. Et certes, s'il n'en usait pas de la sorte, vous savez que c'en serait fait de nous après le premier péché mortel ; il nous serait impossible d'en revenir. Il faut que ce soit lui qui fasse toutes les avances, qu'il nous présente sa grâce, qu'il nous poursuive, qu'il nous invite à avoir pitié de nous-mêmes, sans quoi nous ne songerions jamais à lui demander miséricorde...

      L'ardeur avec laquelle Dieu nous poursuit est sans doute un effet d'une très grande miséricorde. Mais la douceur dont ce zèle est accompagné marque une bonté encore plus admirable. Nonobstant le désir extrême qu'il a de nous faire revenir, il n'use jamais de violence, il n'emploie pour cela que les voies de la douceur. Je ne vois nul pécheur, en toute l'histoire de l'Évangile, qui ait été invité à la pénitence autrement que par des caresses et par des bienfaits.

Sermon prêché à Londres devant la duchesse d'York (trad. Christus, 1959 / Orval) 

separ ecrit biblio« Ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse »

      Nous ne savons que fort peu de choses de la vie de saint Joseph. L'Évangile ne rapporte que trois ou quatre de ses actions ; et un ancien auteur a remarqué qu'on n'y trouve pas une de ses paroles. C'est peut-être que...le Saint Esprit a voulu par là nous marquer le silence et l'humilité de saint Joseph, son amour pour la solitude et la vie cachée. Quoi qu'il en soit, nous avons fait en cela une grande perte. Si le Seigneur eût permis qu'on eût su le détail de la vie de ce grand saint, on y aurait trouvé sans doute de beaux exemples, de belles règles, surtout pour ceux qui vivent dans l'état du mariage...

     Toute la vie de saint Joseph peut se diviser en deux parties : la première est celle qui a précédé son mariage ; la seconde est celle qui l'a suivi. Nous ne savons rien du tout de la première et nous ne savons que très peu de choses de la seconde. Je prétends néanmoins que l'une et l'autre ont été très saintes : la première puisqu'elle a été couronnée d'un mariage si avantageux ; la seconde a été encore plus sainte puisqu'elle s'est toute passée dans ce mariage...

      Quel profit doit avoir tiré saint Joseph de tant d'années de conversation qu'il a eue presque continuellement avec la Sainte Vierge !... Je ne doute nullement que le silence même de Marie ne fût extrêmement édifiant et que ce ne fût assez de la regarder pour se sentir porté à aimer Dieu et à mépriser tout le reste. Mais quels devaient être les discours d'une âme où le Saint Esprit habitait, où Dieu avait versé la plénitude des grâces, qui avait plus d'amour que tous les séraphins ensemble ! Quel feu ne sortait point de cette bouche, lorsqu'elle s'ouvrait pour exprimer les sentiments de son cœur ! Quelles froideurs, quelles glaces ce feu n'aurait-il point dissipées ! Mais quel effet ne produisait-il point sur Joseph qui avait déjà tant de disposition à être enflammé !... Ce grand feu, capable d'embraser toute la terre, n'a eu que le cœur de Joseph à échauffer et à consumer durant un si grand nombre d'années... Si elle a cru que le cœur de saint Joseph était une partie du sien, quel soin ne doit-elle pas avoir pris de l'enflammer de l'amour de Dieu ! 

1ère Panégyrique de saint Joseph

separ ecrit biblio« Il se jeta la face contre terre aux pieds de Jésus en lui rendant grâce » 

      À la méditation de l'amour de Dieu, j'ai été fort touché à la vue des biens que j'ai reçus de Dieu depuis le premier moment de ma vie jusqu'ici. Quelle bonté ! Quel soin ! Quelle providence, et pour le corps, et pour l'âme ! Quelle patience ! Quelle douceur !... Dieu m'a fait pénétrer, ce me semble, et voir clairement cette vérité : premièrement, qu'il est dans toutes les créatures ; secondement, qu'il est tout ce qu'il y a de bon en elles ; troisièmement, qu'il nous fait tout le bien que nous recevons d'elles. Et il m'a semblé voir ce roi de gloire et de majesté appliqué à nous échauffer en nos habits, à nous rafraîchir en l'air, à nous nourrir dans les viandes, à nous réjouir dans les sons et dans les objets agréables, à produire en moi tous les mouvements nécessaires pour vivre et pour agir. Quelle merveille !

     Qui suis-je, ô mon Dieu, pour être ainsi servi par vous, en tout temps, avec tant d'assiduité et en toutes choses avec tant de soin et d`amour ! Il agit de même dans toutes les autres créatures ; mais tout cela pour moi, comme un intendant zélé et vigilant qui fait travailler dans tous les endroits du royaume pour son roi. Ce qui est de plus admirable, c'est que Dieu fait cela pour tous les hommes, quoique presque personne n'y pense, si ce n'est quelque âme choisie, quelque âme sainte. Il faut du moins que j'y pense, que j'en sois reconnaissant.

      Je m'imagine que, comme Dieu a sa gloire pour dernière fin de toutes ses actions, il fait toutes ces choses principalement pour l'amour de ceux qui y pensent et qui admirent en cela sa bonté, qui lui en savent gré, qui prennent de là occasion de l'aimer : les autres reçoivent les mêmes biens, comme par hasard et par bonne fortune... Dieu rapporte incessamment à nous l'être, la vie, les actions de tout ce qu'il y a de créé dans l'univers. Voilà son occupation dans la nature ; la nôtre doit être de recevoir sans cesse ce qu'il nous envoie de toutes parts et de le lui renvoyer par des actions de grâces, en le louant et reconnaissant qu'il est l'auteur de toutes choses. J'ai promis à Dieu de le faire autant que je le pourrai. 

Retraite de 1674, quatrième semaine (Écrits spirituels, DDB 1922, p. 125)

 

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 2014-12-09