Hippolyte de Rome quelques écrits

HippolytederomeSaint Hippolyte de Rome (?-v. 235), prêtre et martyr 

.........

 

« Restez éveillés et priez en tout temps »

Prie avant que ton corps ne repose au lit. Et puis vers le milieu de la nuit, lève-toi, lave-toi les mains avec de l'eau et prie. Si ta femme est présente, priez tous les deux ensemble. Si cependant elle n'est pas encore croyante, retire-toi dans une autre chambre pour prier, puis retourne dans ton lit. Ne sois pas paresseux pour la prière... Il faut prier à cette heure car les anciens de qui nous tenons cette tradition nous ont appris qu'à cette heure toute la création se repose un moment pour louer le Seigneur. Les étoiles, les arbres et les eaux s'arrêtent un instant, et toute la troupe des anges qui le sert loue Dieu à cette heure avec les âmes des justes. C'est pourquoi les croyants doivent s'empresser de prier à cette heure-là.

Rendant également témoignage de cela, le Seigneur dit : « Voici qu'un cri se fit entendre au milieu de la nuit ; on disait : 'Voici l'époux qui vient, levez-vous pour aller à sa rencontre' » (Mt 25,6). Et il continue en disant : « C'est pourquoi, veillez, car vous ne savez pas à quelle heure il vient » (25,13). Au chant du coq le matin, quand tu te lèves, prie aussi.

La Tradition apostolique, 41 (trad. SC11, p.129s)

separ ecrit biblio

Renaître par l'eau et l'Esprit Saint

Prêtez-moi, je vous en prie, une attention soutenue. Je veux remonter à la fontaine de la vie et faire jaillir la source des remèdes. Le Père de l'immortalité a envoyé dans le monde son Fils immortel et son Verbe. Celui-ci est venu vers l'homme pour le laver dans l'eau et l'Esprit. Il l'a engendré à nouveau pour l'incorruptibilité de l'âme et du corps. Il nous a infusé l'Esprit de vie et nous a couvert complètement d'une armure impérissable. Si donc l'homme a été mortel, il sera également divinisé. Et s'il est divinisé par l'eau et l'Esprit Saint, après la renaissance du bain, il se trouvera aussi héritier du ciel après la résurrection des morts. Venez, toutes les nations, à l'immortalité du baptême... Cette eau est celle qui participe à l'Esprit, elle arrose le paradis, elle abreuve la terre, elle fait croître les plantes, elle enfante les vivants et, pour tout dire en un mot, elle engendre l'homme à la vie en le faisant renaître. En elle le Christ a été baptisé, sur elle l'Esprit est descendu sous la forme d'une colombe... Celui qui descend avec foi dans le bain de la régénération rejette le vêtement de l'esclavage et revêt l'adoption. Il remonte du baptême, brillant comme le soleil, rayonnant de justice. Bien plus, il en sort fils de Dieu et cohéritier du Christ à qui soient gloire et puissance ainsi qu'à l'Esprit très saint, bon et vivifiant, maintenant et toujours dans tous les siècles. Amen.

Homélie pour la fête de l'Épiphanie, sur la « sainte Théophanie » ; PG 10, 854-862 (trad. Orval)

separ ecrit biblio

De la même pâte que nous

           Nous avons appris que ce Verbe, la Parole de Dieu, a pris chair d'une vierge et qu'il a porté l'homme ancien en rénovant sa nature. Nous savons que l'humanité du Verbe est faite de la même pâte que nous. Car s'il n'était pas ainsi, c'est en vain qu'il nous aurait commandé de l'imiter comme notre maître. Si cet homme est d'une autre nature, comment peut-il me prescrire de faire comme lui, à moi qui suis faible par nature ? Et alors où est sa bonté, sa justice ? 

           Pour bien faire comprendre qu'il n'est pas différent de nous, il a voulu supporter la fatigue et connaître la faim ; il n'a pas refusé d'avoir soif, il a trouvé son repos dans le sommeil, il n'a pas refusé la souffrance, il s'est soumis à la mort et il a rendu manifeste sa résurrection. En tout cela il a offert comme prémices sa propre humanité afin que toi, dans ta souffrance, tu ne perdes pas courage mais que, reconnaissant que tu es toi-même homme, tu attendes toi aussi ce que le Père a donné à cet homme-là.

Réfutation de toutes les hérésies, 10, 33-34 ; GCS 26, 289-293 

 

separ ecrit biblio« Parmi les hommes, il n'en a pas existé de plus grand que Jean Baptiste ; et cependant le plus petit dans le Royaume des cieux est plus grand que lui »

      Révérons la compassion d'un Dieu venu sauver et non juger le monde. Jean, le précurseur du Maître, qui jusque-là avait ignoré ce mystère, lorsqu'il a appris que Jésus était vraiment le Seigneur, a crié à ceux qui venaient se faire baptiser : « ' Engeance de vipères ' (Mt 3,6), pourquoi me regardez-vous avec tant d'insistance ? Ce n'est pas moi le Christ. Je suis un serviteur et non le Maître. Je suis un simple sujet, non le roi. Je suis une brebis, non le pasteur. Je suis un homme, non un Dieu. J'ai guéri la stérilité de ma mère en venant au monde, je n'ai pas rendu féconde sa virginité ; j'ai été tiré d'en bas, je ne suis pas descendu des hauteurs. J'ai lié la langue de mon père (Lc 1,20), je n'ai pas déployé la grâce divine... Je suis vil et tout petit, mais après moi vient celui qui est avant moi (Jn 1,30). Il vient après, dans le temps ; mais avant, il était en la lumière inaccessible et ineffable de la divinité. ' Il vient, celui qui est plus puissant que moi, et je ne suis pas digne de lui retirer ses sandales. Lui, vous baptisera dans l'Esprit et le feu ' (Mt 3,11). Moi, je suis subordonné ; il est libre. Je suis assujetti au péché, lui détruit le péché. J'enseigne la Loi, lui porte la lumière de la grâce. Je prêche en esclave, il légifère en maître. J'ai pour couche le sol, lui les cieux. Je baptise du baptême de repentir, lui donne la grâce de l'adoption. ' Il vous baptisera dans l'Esprit et le feu. ' Pourquoi me révérer ? Je ne suis pas le Christ. »

Homélie attribuée à Saint Hippolyte de Rome (?-v. 235), prêtre et martyr 
Sermon sur la sainte Théophanie ; PG 10, 852 (trad. Année en fêtes, Migne 2000, p. 136 rev.)

separ ecrit biblio« Venez, les bénis de mon Père »

      « Venez, les bénis de mon Père, recevez en héritage le Royaume préparé pour vous depuis la création du monde. Venez, vous qui avez aimé les pauvres et les étrangers. Venez, vous qui êtes restés fidèles à mon amour, car je suis l'amour. Venez, vous qui avez choisi la paix, car je suis la paix. Venez, les bénis de mon Père, recevez en héritage le Royaume préparé pour vous.

      « Vous n'avez pas honoré la richesse, mais fait l'aumône aux pauvres. Vous avez secouru les orphelins, aidé les veuves, donné à boire à ceux qui avaient soif et à manger à ceux qui avaient faim. Vous avez accueilli les étrangers, habillé ceux qui étaient nus, visité les malades, réconforté les prisonniers, apporté votre aide aux aveugles. Vous avez gardé intact le sceau de la foi et vous avez été prompts à vous rassembler dans les églises. Vous avez écouté mes Écritures et tant désiré entendre mes paroles. Vous avez observé ma loi le jour et la nuit (Ps 1,2) et partagé mes souffrances comme des soldats courageux, pour trouver grâce devant moi, votre roi du ciel. Venez, recevez en héritage le Royaume préparé pour vous depuis la création du monde. Voici que mon Royaume est préparé et mon ciel ouvert. Voici que mon immortalité apparaît dans toute sa beauté. Venez tous, recevez en héritage le Royaume préparé pour vous depuis la création du monde. »  

Homélie attribuée à saint Hippolyte de Rome (?-v. 235), prêtre et martyr 
Traité sur la fin du monde, 41-43 ; GCS I, 2, 305-307 (trad. Delhougne, Les Pères commentent, p. 159 rev.) 

separ ecrit biblioChrist a pris notre humanité pour que nous ayons part à sa divinité.

Telle est notre foi ~ : nous ne nous laissons pas persuader par des paroles creuses, ni entraîner par des caprices du cœur, ni fasciner par le charme de beaux discours. Mais nous acquiesçons aux paroles proférées par la puissance divine.

Ce sont les ordres que Dieu donnait au Verbe, et le Verbe les prononçait par l'intermédiaire des prophètes pour détourner l'homme de la désobéissance. Il ne le réduisait pas en esclavage par la contrainte, mais il l'appelait à choisir volontairement la liberté.

Ce Verbe, Dieu l'envoya dans les derniers temps, mais non pour que sa parole soit transmise par un prophète ; car il ne voulait pas que le Verbe se fit seulement soupçonner à travers une proclamation obscure. Il l'a envoyé se manifester en personne aux yeux des hommes, pour que le monde, en le voyant, soit sauvé. ~

Nous avons appris que ce Verbe a pris chair d'une vierge et qu'il a porté l'homme ancien en rénovant sa nature ~. Nous savons qu'il s'est fait homme, de la même pâte que nous. Car s'il n'était pas ainsi, c'est en vain qu'il nous aurait commandé de l'imiter comme notre maître. Si cet homme est d'une autre substance, comment peut-il me prescrire de faire comme lui, à moi qui suis faible par nature ? Et alors où est sa bonté, sa justice ?

Pour bien faire comprendre qu'il n'est pas différent de nous, il a voulu supporter la fatigue et connaître la faim ; il n'a pas refusé d'avoir soif, il a trouvé son repos dans le sommeil, il n'a pas refusé la souffrance, il s'est soumis à la mort et il a rendu manifeste sa résurrection. En tout cela il a offert comme prémices sa propre humanité afin que toi, dans ta souffrance, tu ne perdes pas courage, mais que, reconnaissant que tu es toi-même homme, tu attendes, toi aussi, ce que le Père a donné à cet homme-là. ~

Grâce à la connaissance du vrai Dieu, tu auras un corps immortel et incorruptible comme l'âme elle-même ; tu recevras en partage le Royaume des cieux parce que tu auras reconnu, tandis que tu vivais sur la terre, le Roi céleste. Tu seras le familier de Dieu et le cohéritier du Christ. Tu ne seras plus l'esclave des convoitises, des souffrances et des maladies, car tu es devenu un dieu.

Toutes les souffrances que tu as subies comme homme, Dieu te les envoyait parce que tu es un homme. Et tout ce qui appartient à Dieu, Dieu a promis de te le donner, lorsque tu auras été déifié, et engendré à l'immortalité. Voilà ce que signifie la maxime : « Connais-toi toi-même » : connais-toi en connaissant le Dieu qui t'a créé. Car se connaître appartient à l'homme appelé par Dieu, du fait qu'il est connu de lui.

Ne soyez donc pas ennemis de vous-mêmes ; n'hésitez pas à revenir en arrière. Car le Christ est Dieu, au-dessus de tout , lui qui a prescrit de laver les hommes du péché, qui a donné à l'homme ancien la perfection de l'homme nouveau ; dès le commencement, il l'a appelé son image, et par cette ressemblance il a montré sa tendresse pour toi. Si tu obéis à ses prescriptions saintes, si, en étant bon, tu imites celui qui est bon, tu deviendras semblable à lui et il te comblera d'honneur. Car Dieu n'est pas un mendiant, lui qui t'a fait dieu, toi aussi, pour sa gloire.

RÉPUTATION DE TOUTES LES HÉRÉSIES

separ ecrit biblio« Le mystère aujourd'hui manifesté... »

Il y a un seul Dieu. Nous ne le connaissons pas autrement, frères, que par les saintes Écritures. ~ Par conséquent, voyons tout ce que proclament les divines Écritures et reconnaissons tout ce qu'elles enseignent. Croyons le Père comme il veut être cru ; glorifions le Fils comme le Père veut qu'il soit glorifié ; et recevons le Saint-Esprit comme le Père veut qu'il soit donné. Ne voyons pas selon notre propre choix, ni d'après notre propre intelligence, ni en faisant violence aux dons de Dieu, mais de la façon que lui-même a voulu indiquer par les saintes Écritures.

Dieu qui était seul, et pour qui rien n'était contemporain de lui-même, décida de créer le monde. Par son intelligence, sa volonté et sa parole, il fit le monde et il eut aussitôt les créatures qu'il voulut, quand il voulut, comme il voulut ; il nous suffit de savoir seulement que rien ne fut contemporain de Dieu, en dehors de lui-même.

Mais, tout en étant seul, il était multiple. Car il n'était pas sans parole, sans sagesse, sans puissance ni décision. Tout était en lui et il était le Tout.

Quand il le voulut, comme il le voulut, il manifesta sa Parole au temps fixé par lui-même, ~ cette Parole par laquelle il a tout créé.

Sa Parole, qu'il tenait en lui-même et qui était invisible au monde créé, il la rend visible. Tout d'abord, il la profère comme une voix, il l'engendre comme la lumière issue de la lumière, il envoie comme Seigneur pour la création sa propre intelligence. Et celle-ci, qui était d'abord visible à lui seul et invisible au monde créé, il la rend visible, afin que le monde, en voyant cette épiphanie, puisse être sauvé. ~ Telle est l'intelligence de Dieu : en entrant dans le monde, elle se montra le serviteur de Dieu. Par lui tout s'est fait, mais lui seul est issu du Père. ~

Dieu a donné la Loi et les Prophètes et, en les donnant, il les a forcés, par l'Esprit Saint, à parler, en sorte qu'ayant reçu l'inspiration de la puissance du Père, ils annoncent la décision et la volonté du Père. ~

La parole de Dieu, son Verbe, s'est donc manifestée , comme dit saint Jean. En effet, il récapitule les paroles des prophètes en montrant que c'est lui, le Verbe, par qui tout a été fait. Il parle ainsi : Au commencement était le Verbe, et le Verbe était avec Dieu, et le Verbe était Dieu. Par lui tout s'est fait, et sans lui rien ne s'est fait . Et saint Jean dit plus loin : Le monde a été fait par lui, mais le monde ne l'a pas reconnu. Il est venu chez les siens, et les siens ne l'ont pas reçu.

TRAITÉ CONTRE L'HÉRÉSIE DE NOET

separ ecrit biblio« Voici mon serviteur que j’ai choisi »

      Voici notre foi… : Dieu a envoyé sa Parole, son Verbe (Jn 1,1), se manifester en personne aux yeux des hommes, pour que le monde, en le voyant, soit sauvé… Nous savons qu’il s’est fait homme, de la même pâte que nous. S’il en était autrement, c’est en vain qu’il nous aurait commandé de l’imiter comme notre maître (Jn 13,14.34). Si cet homme était d’une autre nature, comment pourrait-il me demander de faire comme lui, à moi qui suis faible par nature ? Où serait alors sa bonté, sa justice ? 

      Pour bien faire comprendre qu’il n’est pas différent de nous, il a voulu supporter la fatigue et connaître la faim (Jn 4,6) ; il n’a pas refusé d’avoir soif, il a trouvé son repos dans le sommeil, il n’a pas refusé la souffrance, il s’est soumis à la mort et il a clairement manifesté sa résurrection. En tout cela il a offert sa propre humanité comme des premiers fruits afin que toi, dans ta souffrance, tu ne perdes pas courage, mais que, reconnaissant que tu es toi-même homme, tu attendes, toi aussi, ce que le Père a donné à cet homme-là… 

      Grâce à la connaissance du vrai Dieu, tu auras un corps immortel et impérissable comme l’âme elle-même ; tu recevras en partage le Royaume des cieux parce que tu auras reconnu le Roi du ciel tandis que tu vivais sur la terre. Tu vivras en présence de Dieu, « héritier avec le Christ » (Rm 8,17). Tu ne seras plus dominé par des désirs, des souffrances et des maladies, car tu es devenu de nature divine… « Le Christ est Dieu, au-dessus de tout » (cf Rm 9,5)…et a donné au vieil homme la perfection de l’homme nouveau (Col 3,9). Dès le commencement il l’a appelé son image (Gn 1,27), et par cette ressemblance il a montré sa tendresse pour toi. Si tu obéis à ses saints commandements, si, en étant bon, tu imites Celui qui est bon, tu deviendras semblable à lui.

La Réfutation de toutes les hérésies, 10, 33-34 (trad. bréviaire 30/12 rev.) 

separ ecrit biblioDieu créateur

"Dieu, qui était seul, et pour qui rien n'était contemporain de lui-même, décida de créer le monde. Par son intelligence, sa volonté et sa parole, il fit le monde et il eut aussitôt les créatures qu'il voulut, quand il voulut, comme il voulut [...] Mais, tout en étant seul, il était multiple. Car il n'était pas sans parole, sans sagesse, sans puissance ni décision. Tout était en lui et il était le Tout [...]. Sa Parole, qu'il tenait en lui-même et qui était invisible au monde créé, il la rend visible. Tout d'abord, il la profère comme une voix, il l'engendre comme la lumière issue de la lumière, il envoie comme Seigneur de la création sa propre intelligence. Et celle-ci, qui était d'abord visible à lui seul et invisible au monde créé, il la rend visible, afin que le monde, en voyant cette épiphanie, puisse être sauvé."

(Traité contre l'hérésie de Noet, extrait).

 

 

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 2016-12-23