Jean Pierre de Caussade quelques écrits

JeanpierrecaussadeJean Pierre de Caussade (1675-1751), jésuite 

Liste des lectures

..........

Le monde entier ne suffirait pas pour contenir les livres qu’on écrirait

Même vos cheveux sont tous comptés. Soyez sans crainte

C’est le Seigneur ! 

Vous ne voyez pas ? Vous ne comprenez pas encore ?

JeanpierrecaussadeJean Pierre de Caussade (1675-1751), jésuite
 

................

« Le monde entier ne suffirait pas pour contenir les livres qu’on écrirait »

Dès l'origine du monde, Jésus Christ vit en nous ; il opère en nous tout le temps de notre vie…; il a commencé en soi-même et il continue dans ses saints une vie qui ne finira jamais… Si « le monde entier n'est pas capable de contenir tout ce que l'on pourrait écrire de Jésus », de ce qu'il a fait, ou dit, et de sa vie en lui-même, si l'Évangile ne nous en crayonne que quelques petits traits, si la première heure est si inconnue et si féconde, combien faudrait-il écrire d'évangiles pour faire l'histoire de tous les moments de cette vie mystique de Jésus Christ, qui multiplie les merveilles à l'infini et les multipliera éternellement, puisque tous les temps, à proprement parler, ne sont que l'histoire de l'action divine ? Le Saint-Esprit a fait marquer en caractères infaillibles et incontestables quelques moments de cette vaste durée ; il a ramassé dans les Écritures quelques gouttes de cette mer ; il a fait voir par quelles manières secrètes et inconnues il a fait paraître Jésus Christ au monde… 

Le reste de l'histoire de cette divine action qui consiste dans toute la vie mystique que Jésus mène dans les âmes saintes, jusqu'à la fin des siècles, n'est que l'objet de notre foi… Le Saint-Esprit n'écrit plus d'évangile que dans les cœurs ; toutes les actions, tous les moments des saints sont l'évangile du Saint-Esprit ; les âmes saintes sont le papier, leurs souffrances et leurs actions sont l'encre. Le Saint-Esprit, par la plume de son action, écrit un évangile vivant. Et on ne pourra le lire qu'au jour de la gloire où, après être sorti de la presse de cette vie, on le publiera. 

Ô la belle histoire ! le beau livre que l'Esprit Saint écrit présentement ! Il est sous la presse, âmes saintes, il n'y a point de jour qu'on n'en arrange les lettres, que l'on n'y applique l'encre, que l'on n'en imprime les feuilles. Mais nous sommes dans la nuit de la foi : le papier est plus noir que l'encre…; c'est une langue de l'autre monde, on n'y comprend rien ; vous ne pouvez lire cet évangile que dans le ciel.

L’Abandon à la Providence divine, ch. 11, § 191s 

separ ecrit biblio

« Même vos cheveux sont tous comptés. Soyez sans crainte »

      Quand on est conduit par un guide qui mène dans un pays inconnu, de nuit, à travers les champs, sans route frayée, selon son génie, sans prendre avis de personne et sans vouloir découvrir ses desseins, peut-on prendre un autre parti que celui de l'abandon ? A quoi sert de regarder où l'on est, d'interroger les passants, de consulter la carte et les voyageurs ? Le dessein...d'un guide qui veut que l'on se confie à lui sera contraire à tout cela ; il prendra plaisir à confondre l'inquiétude et la méfiance d'une âme ; il veut une entière remise en lui...

      L'action divine est essentiellement bonne, elle ne veut point être renforcée ni contrôlée, elle a commencé dès la création du monde et, dès cet instant, elle développe de nouvelles preuves ; elle ne limite point ses opérations, sa fécondité ne s'épuise point ; elle faisait cela hier, elle fait ceci aujourd'hui ; c'est la même action qui s'applique à tous les moments par des effets toujours nouveaux et elle se déploiera ainsi éternellement.

L'Abandon à la Providence divine (trad. DDB 1966, p. 138)

separ ecrit biblio« C’est le Seigneur ! »

      Toutes les créatures sont vivantes dans la main de Dieu ; les sens n'aperçoivent que l'action de la créature, mais la foi croit à l'action divine en tout. Elle voit que Jésus Christ vit en tout et opère dans toute l'étendue des siècles, que le moindre moment et le plus petit atome renferment une portion de cette vie cachée et de cette action mystérieuse. L'action des créatures est un voile qui couvre les profonds mystères de l'action divine.

      Jésus Christ après sa résurrection surprenait ses disciples dans ses apparitions, il se présentait à eux sous des figures qui le déguisaient, et aussitôt qu'il se découvrait, il disparaissait. Ce même Jésus qui est toujours vivant, toujours opérant, surprend encore les âmes qui n'ont pas la foi assez pure et assez perçante. Il n'y a aucun moment où Dieu ne se présente sous l'apparence de quelque peine, de quelque obligation ou de quelque devoir. Tout ce qui se fait en nous, autour de nous et par nous, renferme et couvre son action divine, quoique invisible, ce qui fait que nous sommes toujours surpris et que nous ne connaissons son opération que lorsqu'elle ne subsiste plus.

      Si nous percions le voile et si nous étions vigilants et attentifs, Dieu se révélerait sans cesse à nous et nous jouirions de son action en tout ce qui nous arrive. A chaque chose nous dirions : « C'est le Seigneur ! » Et nous trouverions dans toutes les circonstances que nous recevons un don de Dieu, que les créatures sont de très faibles instruments, que rien ne nous manquerait, et que le soin continuel de Dieu le porte à nous départir ce qui nous convient.

Abandon à la Providence divine (DDB 1966, p. 121)

separ ecrit biblio« Vous ne voyez pas ? Vous ne comprenez pas encore ? »

       Si nous percions le voile, et si nous étions vigilants et attentifs, Dieu se révélerait sans cesse à nous, et nous jouirions de son action en tout ce qui nous arrive ; à chaque chose, nous dirions : « Dominus est, c'est le Seigneur ! » (Jn 21,7) Et nous trouverions dans toutes les circonstances que nous recevons un don de Dieu.

      Nous considérerions les créatures comme de très faibles instruments entre les mains d'un tout-puissant ouvrier ; et nous reconnaîtrions sans peine que rien ne nous manque, et que le soin continuel de Dieu le porte à nous départir, à chaque instant, ce qui nous convient. Si nous avions la foi, nous saurions bon gré à toutes les créatures ; nous les caresserions, et nous les remercierions intérieurement de ce qu'elles servent et se rendent si favorables à notre perfection, appliquée par la main de Dieu. Si nous vivions sans interruption de la vie de la foi, nous serions dans un commerce continuel avec Dieu ; nous lui parlerions bouche à bouche.

      La foi est l'interprète de Dieu : sans les éclaircissements qu'elle donne, on n'entend rien au langage des créatures. C'est une écriture en chiffres, où on ne voit que confusion ; c'est un amas d'épines, du milieu desquelles on ne soupçonne pas que Dieu puisse parler. Mais la foi nous fait voir, comme à Moïse, le feu de la divine charité brûlant au sein de ces épines (Ex 3,2) ; elle nous donne la clef de ces chiffres, et nous fait découvrir dans cette confusion les merveilles de la sagesse d'en haut. La foi donne une face céleste à toute la terre ; c'est par elle que le coeur est transporté, ravi, pour converser dans le ciel... C'est la clef des trésors, la clef de l'abîme, la clef de la science de Dieu.

L'Abandon à la Providence divine, II, 1 (§26)

 

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 2018-05-18