Ludolphe de Saxe quelques écrits

Ludolphe le chartreuxLudolphe de Saxe (v. 1300-1378), dominicain puis chartreux à Strasbourg 

 ......

 Et le Verbe s'est fait chair, il a habité parmi nous

Notre Sauveur, frères bien-aimés, est né aujourd'hui : réjouissons-nous ! Il n'est pas permis d'être triste en ce jour où naît la vie. Ce jour détruit la crainte de la mort et nous comble de la joie que donne la promesse de l'éternité. Personne n'est tenu à l'écart de cette allégresse ; un seul et même motif de joie est commun à tous. Car notre Seigneur, en venant détruire le péché et la mort..., est venu libérer tous les hommes. Que le saint exulte, car il approche de la victoire. Que le pécheur se réjouisse, car il est invité au pardon. Que le païen prenne courage, car il est appelé à la vie. En effet, quand est venue la plénitude des temps fixée par la profondeur insondable du plan divin, le Fils de Dieu a épousé notre nature humaine pour la réconcilier avec son Créateur... Le Verbe, la Parole de Dieu, qui est Dieu, Fils de Dieu, « qui était auprès de Dieu au commencement, par qui tout a été fait et sans qui rien n'a été fait », est devenu homme pour délivrer l'homme d'une mort éternelle. Il s'est abaissé pour prendre notre humble condition sans que sa majesté en soit diminuée. Demeurant ce qu'il était et assumant ce qu'il n'était pas, il a uni notre condition d'esclave à sa condition d'égal de Dieu le Père... La majesté se revêt d'humilité, la force de faiblesse, l'éternité de mortalité : vrai Dieu et vrai homme, dans l'unité d'un seul Seigneur, « seul médiateur entre Dieu et les hommes » (1Tm 2,5)... Rendons grâce donc, frères bien-aimés, à Dieu le Père, par son Fils, dans l'Esprit Saint. Car dans sa grande miséricorde et son amour pour nous, il nous a pris en pitié. « Alors que nous étions morts par suite de nos fautes, il nous a fait revivre par le Christ », voulant que nous soyons en lui une nouvelle création, une nouvelle oeuvre de ses mains (Ep 2,4-5; 2Co 5,17)... Chrétien, prends conscience de ta dignité.

1er sermon pour la Nativité du Seigneur ; PL 59,190 (trad. cf SC 22 bis, p. 67s, bréviaire et Orval)

separ ecrit biblio

« Il a jeté les yeux sur l'humilité de sa servante » (Lc 1,48)

      La conception de notre Seigneur a été figurée par le buisson ardent qui brûlait sans perdre sa verdeur (Ex 3,2), comme Marie a conçu son divin fils sans perdre sa virginité. Le Seigneur, qui demeurait dans ce buisson ardent, a habité aussi dans le sein de Marie. De même qu'il était descendu dans ce buisson pour délivrer les juifs en les tirant de l'Égypte, de même il est descendu en Marie pour racheter les hommes, en les arrachant à l'enfer.

      Le choix que Dieu a fait de Marie parmi toutes les femmes pour se revêtir de notre chair, a été figuré par la toison de Gédéon (Jg 6,36s). En effet, de même que cette toison a reçu seule la rosée céleste pendant que toutes les terres voisines restaient sèches, de même aussi Marie seule a été remplie de cette rosée divine dont aucune autre créature n'a été trouvée digne dans le monde entier... La Vierge Marie est cette toison dont Jésus Christ s'est formé une tunique. La toison de Gédéon a reçu la rosée du ciel sans qu'elle soit endommagée, et Marie a conçu l'Homme-Dieu sans que sa virginité soit altérée...

      O Jésus, Fils du Dieu vivant, toi qui, par la volonté du Père céleste et avec la coopération de l'Esprit Saint, es sorti du sein de ton Père comme le fleuve sourd hors du Paradis de délices, toi qui, visitant les profondeurs de nos vallées et regardant l'humilité de ta servante, es descendu dans le sein d'une vierge où, par une conception ineffable, tu as revêtu ta chair mortelle. Je te supplie, Jésus miséricordieux, par les mérites de cette Vierge ta mère, de répandre ta grâce sur moi, serviteur très indigne, afin que je te désire ardemment, que par cet amour, je te conçoive en mon cœur, et qu'avec le secours de cette même grâce, je produis les fruits salutaires des bonnes œuvres. Amen. 

La Vie de Jésus Christ (trad. Au commencement, Parole et Silence 2004, p. 81s rev.)

separ ecrit biblio« Sois sans crainte, désormais ce sont des hommes que tu prendras »

      Pierre se jette avec humilité aux genoux de Jésus. Il reconnaît en lui son Seigneur et lui dit : « Retire-toi de moi, Seigneur, car je suis un homme pécheur et je ne suis pas digne de demeurer en ta compagnie. Retire-toi de moi, car je suis seulement un homme et tu es l'Homme-Dieu, je suis pécheur et tu es saint, je suis serviteur et tu es Seigneur. Qu'une distance te sépare de moi qui suis séparé de toi par la fragilité de ma nature, la laideur de mes fautes et la faiblesse de mon pouvoir...»

      Mais le Seigneur console Pierre en lui montrant que la capture des poissons signifie qu'il sera pêcheur d'hommes. « Ne crains pas, lui dit-il, ne t'effraie pas ; crois plutôt et réjouis-toi, car tu es destiné à une pêche bien plus grande ; une autre barque et d'autres filets te seront donnés. Jusqu'à présent tu as pris des poissons avec des filets, désormais c'est par la parole que tu prendras des hommes. Par la saine doctrine tu les attireras sur le chemin du salut, car tu es appelé au service de la prédication. La parole de Dieu est semblable à l'hameçon du pêcheur. De même que l'hameçon ne prend le poisson qu'après avoir d'abord été pris par lui, ainsi la parole de Dieu ne prend l'homme pour la vie éternelle que si cette parole a d'abord pénétré son esprit. Désormais ce sont des hommes que tu prendras. Désormais, c'est-à-dire après ce qui s'est passé, après le témoignage de ton humilité, tu auras la charge de prendre des hommes ; car l'humilité a une force d'attraction, et pour commander aux autres il est bon de savoir ne pas se glorifier de son pouvoir. » 

La Vie de Jésus Christ, I, ch. 29, 9-11 (trad. Orval)

separ ecrit biblioViens chercher ta brebis perdue

     Seigneur Jésus Christ, pour nous enseigner le sommet des vertus, tu as gravi la montagne avec tes disciples, tu leur as enseigné les Béatitudes et les vertus sublimes, leur promettant des récompenses propres à chacune. Accorde à ma fragilité d'entendre ta voix, de m'appliquer par leur pratique à acquérir le mérite des vertus, afin que par ta miséricorde j'obtienne la récompense promise. Fais qu'en considérant le salaire, je ne refuse pas la peine du travail. Fais que l'espérance du salut éternel adoucisse pour moi l'amertume du remède, en enflammant mon âme par la splendeur de ton oeuvre. Du misérable que je suis, Seigneur, fais un bienheureux ; de la béatitude d'ici-bas, par ta grâce, conduis-moi à la béatitude de la patrie.

     Viens, Seigneur Jésus, à la recherche de ton serviteur, à la recherche de ta brebis errante et harassée. Viens, Epoux de l'Eglise, à la recherche de la drachme perdue. Viens, Père de miséricorde, recevoir le fils prodigue qui revient à toi. Viens donc, Seigneur, car tu es le seul à pouvoir rappeler la brebis qui s'égare, à retrouver la drachme perdue, à réconcilier le fils fugitif. Viens, afin qu'il y ait salut sur la terre et joie au ciel! Convertis-moi à toi et donne-moi d'accomplir une vraie et parfaite pénitence, pour que je sois occasion de joie pour les anges. Très doux Jésus, je t'en prie, par l'immensité de ton amour pour moi pécheur, que je t'aime toi seul, par dessus tout, que je ne sois consolé que par toi, mon Dieu très doux! 

Prières à Jésus Christ, CLD (trad. Oury, pp. 48-49)

 

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 2016-12-14