Origène quelques écrits

Origenes1Origène, Théologien et Père de l'Église

Liste des lectures

.......

Il tient à la main la pelle à vanner

« Préparez le chemin du Seigneur »

Le signe du Temple

Le nouveau Temple

Tous avaient les yeux fixés sur lui 

La nuit de la foi

Il fut saisi de pitié envers eux

Passons sur l'autre rive 

Il expulse les démons

Va, et toi aussi, fais de même 

Voici mon serviteur 

J'étais encore dans le sein maternel quand le Seigneur m'a appelé 

separ ecrit biblio

Le passage du Jourdain, préfiguration du baptême 

Si vous demeurez fidèles à ma parole, vous êtes vraiment mes disciples

Personne ne mit la main sur lui 

L'été est déjà proche

Que ton règne vienne

Le Christ, bon Samaritain

Purifie d'abord l'intérieur de la coupe

Le Fils de l'homme est maître du sabbat

Alors, il se mit à les instruire longuement 

Ne pensez pas que je suis venu abolir la Loi... 

Afin que tu te rendes bien compte de la solidité des enseignements que tu as reçus 

Les dons de Dieu et la liberté de l'homme

separ ecrit biblio

Le Temple dont il parlait c'était son corps

Le ciel et la terre passeront, mes paroles ne passeront pas

S'en aller en paix 

La perle de grande valeur

Préparez le chemin du Seigneur, aplanissez sa route

Le Verbe s'est fait chair, il a habité parmi nous…

En trois jours je le relèverai 

Les temps sont accomplis : le Règne de Dieu est tout proche 

La maison fut remplie par l'odeur du parfum

Alors on verra le Fils de l'homme venir...avec grande puissance

C'est au bout de trois jours qu'ils le trouvèrent dans le Temple

J'ai vu l'Esprit descendre du ciel comme une colombe et demeurer sur lui 

separ ecrit biblio

Si le monde a de la haine contre vous, sachez qu'il en a eu d'abord contre moi

Tout ce que vous demanderez en invoquant mon nom, je le ferai

On cherchait à l'arrêter, mais personne ne mit la main sur lui

La vraie violence qui s’empare du Royaume des cieux

L'arche de l'Eglise

Ils sont fils de Dieu, en étant héritiers de la résurrection

Précurseur du Christ dans sa naissance et dans sa mort

Comment ai-je ce bonheur que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi

Si je parviens à toucher seulement son vêtement, je serai sauvée

Si je ne te lave pas, tu n’auras point de part avec moi

Moi, la lumière, je suis venu dans le monde

Tu aimes la vérité, mon Dieu, au fond du coeur

separ ecrit biblio

Celui qui ne rassemble pas avec moi, disperse

Je ferai de toi mon épouse dans la fidélité et la tendresse

Suis-moi

Ne pas négliger la prière

Nous sommes en voyage

Je suis blessé d'amour

Le corps et la prière

Jésus enseignait dans leurs synagogues

Père, je te rends grâces de m'avoir exaucé

Abraham a vu mon jour 

Le véritable grand prêtre de l'expiation

Le Sacrifice d'Abraham. 

 

 

Origenes1Origène, Théologien et Père de l'Église

« Il tient à la main la pelle à vanner »

Le baptême par lequel Jésus baptise est « dans l'Esprit Saint et dans le feu ». Si tu es saint, tu seras baptisé dans l'Esprit Saint ; si tu es pécheur, tu seras plongé dans le feu. Le même baptême deviendra condamnation et feu pour les pécheurs indignes ; mais les saints, ceux qui se convertissent au Seigneur avec une foi entière, recevront la grâce du Saint Esprit et le salut.

Donc, celui dont il est dit qu'il baptise « dans l'Esprit Saint et dans le feu, tient la pelle à vanner et va nettoyer son aire à battre le blé ; il amassera le grain dans son grenier ; quant à la paille, il la brûlera au feu qui ne s'éteint pas ». Je voudrais découvrir pour quel motif notre Seigneur tient la pelle à vanner, et par quel souffle la paille légère est emportée çà et là, tandis que le blé, plus lourd, s'accumule en un seul lieu, car, si le vent ne souffle pas, on ne peut pas séparer le blé de la paille.

Je crois que le vent est le symbole des tentations qui, dans la masse mélangée des croyants, révèlent que les uns sont de la paille, les autres, du froment. Car, lorsque votre âme a été dominée par une tentation, ce n'est pas la tentation qui l'a changée en paille, mais c'est parce que vous étiez de la paille, c'est-à-dire des hommes légers et sans foi, que la tentation a dévoilé votre nature cachée. En revanche, quand vous affrontez courageusement les tentations, ce n'est pas la tentation qui vous rend fidèles et constants ; elle révèle seulement les vertus de constance et de courage qui étaient en vous, mais de façon cachée... « Je t'ai affligé et je t'ai fait sentir la faim pour manifester ce que tu avais dans le cœur » (Dt 8,2).

Homélies sur l'évangile de Luc, 26, 3-5; SC 87 (trad. Delhougne, Les Pères commentent, p. 317 rev.)

separ ecrit biblio

« Préparez le chemin du Seigneur »

Il est écrit au sujet de Jean : « Voix de celui qui crie dans le désert : Préparez le chemin du Seigneur, rendez droits ses sentiers ». Mais la suite concerne uniquement le Seigneur notre Sauveur. Car ce n'est pas Jean qui a « comblé toute vallée », mais le Seigneur notre Sauveur. Que chacun considère ce qu'il était avant d'avoir la foi : il constatera qu'il était une vallée profonde, en pente, plongeant dans les abîmes. Mais le Seigneur Jésus est venu et a envoyé l'Esprit Saint à sa place ; alors « toute vallée a été comblée ». Elle a été comblée avec les bonnes œuvres et les fruits du Saint Esprit. La charité ne laisse pas subsister en toi de vallée et, si tu possèdes la paix, la patience et la bonté, non seulement tu cesseras d'être vallée, mais tu commenceras à devenir montagne de Dieu...

« Toute montagne et toute colline seront abaissées. » Dans ces montagnes et ces collines abaissées, on peut voir les puissances ennemies qui se dressaient contre les hommes. En effet pour que les vallées dont nous parlons soient comblées, les puissances ennemies, montagnes et collines, devront être abaissées.

Mais voyons si la prophétie suivante concernant l'avènement du Christ s'est accomplie. De fait, le texte poursuit : « Et tout ce qui était tortueux deviendra droit ». Chacun de nous était tortueux — si du moins il s'agit de ce qui était autrefois et non de ce que nous restons encore aujourd'hui — et la venue du Christ qui s'accomplit jusqu'en notre âme a redressé tout ce qui était tortueux... Prions pour que chaque jour son avènement s'accomplisse en nous et que nous puissions dire : « Je vis, mais ce n'est plus moi, c'est le Christ qui vit en moi » (Ga 2,20).

Homélies sur St Luc, n°22, 1-3 (trad. SC 87, p. 301 rev. Solesmes)

separ ecrit biblio

Le signe du Temple

      « Détruisez ce Temple et en trois jours je le relèverai. » Le Sauveur était certes capable de montrer mille autres signes, mais pour montrer « pourquoi il agissait ainsi », aucun autre n'était possible. C'est pourquoi, très à propos, il a donné une réponse qui concernait le Temple, au lieu d'autres signes sans rapport avec celui-ci. Cependant, il me semble que le Temple et le corps de Jésus doivent être interprétés comme le symbole de l'Église, puisque celle-ci est bâtie avec des « pierres vivantes, édifice spirituel pour un sacerdoce saint ». Elle est construite « sur les fondations des apôtres et des prophètes, avec pour pierre d'angle le Christ Jésus », temple véritable.

      Puisque « vous êtes le Corps du Christ et membres chacun pour sa part », même si on voit détruit l'assemblage harmonieux des pierres du temple et si, comme il est écrit dans le psaume 21, on voit tous les os du Christ disloqués dans l'assaut des épreuves et des tribulations...et les persécutions qui s'acharnent sur l'unité du temple, eh bien, le temple sera relevé et le corps ressuscitera, le troisième jour après le jour d'iniquité qui l'aura écrasé et après le jour de l'accomplissement qui suivra. Car il y aura un troisième jour dans un ciel nouveau et une terre nouvelle, quand les ossements...se dresseront au grand Jour du Seigneur, à la suite de sa victoire sur la mort. La résurrection du Christ après sa Passion et sa croix embrasse le mystère de la résurrection du Corps du Christ tout entier.

(Références bibliques : Jn 2,18-19; 1P 2,5; Ep 2,20; 1Co 12,27; Ps 21,15; 2P 3,3-10.13; Ez 37,11)  

Commentaire de l'évangile de Jean, 10, 226s ; PG 14, 369s (trad. cf Thèmes et figures, DDB 1984, p. 130 et SC 157, p. 520)

separ ecrit biblio

Le nouveau Temple

Détruisez ce Temple, et en trois jours je le relèverai. Les hommes charnels et amis des réalités sensibles me semblent désignés ici à travers les Juifs. Ceux-ci sont irrités parce que Jésus a chassé ceux qui, par leur activité,faisaient de la maison de son Père une maison de trafic , et ils lui réclament un signe. Mais par ce signe on verra que le Verbe, qu'ils refusent d'accueillir, a raison d'agir ainsi. Le Sauveur va unir en une seule parole ce qui concerne le Temple et ce qui concerne son propre corps. Lorsqu'ils lui demandent Quel signe peux-tu nous donner pour justifier ce que tu fais là, il répond :Détruisez ce Temple, et moi trois jours je le relèverai . ~ Mais, selon une interprétation possible, le Temple et le corps de Jésus, l'un et l'autre, me semblent être la figure de l'Église. Car celle-ci est bâtie de pierres vivantes ; elle est une demeure spirituelle pour un sacerdoce saint ; elle est construite sur les fondations que sont les Apôtres et les prophètes avec, pour pierre angulaire, le Christ Jésus . Elle est donc en toute vérité qualifiée de « Temple ».

Selon l'Écriture, vous êtes le corps du Christ et vous êtes ses membres, chacun pour sa part . Pour ce motif, même si l'assemblage des pierres de ce Temple semble se disjoindre et se défaire ; même si, comme il est écrit au psaume 21, tous les os du Christ semblent dispersés dans la persécution et l'oppression, par les complots de ceux qui attaquent l'unité du Temple à coups de persécutions ; cependant le Temple sera relevé et le corps ressuscitera le troisième jour, après le jour de malheur qui l'a accablé et après le lendemain de celui-ci, jour de l'achèvement.

Car il y aura un troisième jour dans le ciel nouveau et sur la terre nouvelle , lorsque ses ossements, qui sont de la maison d'lsraël se relèveront, lors du grand jour du Seigneur, après sa victoire sur la mort. Par conséquent, la résurrection du Christ après les souffrances de la croix englobe le mystère de la résurrection de son corps tout entier.

De même que le corps visible de Jésus a été crucifié, enseveli, et ensuite ressuscité, de même tout le corps constitué par les fidèles du Christ a étécrucifié avec le Christ et ne vit plus désormais. Chacun d'entre eux, comme saint Paul, ne se glorifie pas d'autre chose que de la croix de Jésus Christ notre Seigneur , par laquelle il est crucifié pour le monde, et le monde crucifié pour lui . Non seulement il est crucifié avec le Christ et crucifié pour le monde, mais encore il est enseveli avec le Christ. Nous avons été mis au tombeau avec lui , dit saint Paul. Et comme s'il jouissait déjà d'un avant-goût de la résurrection, il ajoute : Et avec lui nous sommes déjà ressuscités

COMMENTAIRE D'ORIGÈNE SUR L'ÉVANGILE DE JEAN

separ ecrit biblio

« Tous avaient les yeux fixés sur lui »

    « À Nazareth, le jour du sabbat, dans la synagogue, Jésus se leva pour faire la lecture. Déroulant le livre, il tomba sur ce passage d'Isaïe : 'L'Esprit du Seigneur est sur moi, il m'a consacré par l'onction' » (61,1). Ce n'est pas un simple hasard mais une intervention de la divine Providence si Jésus a déroulé ce livre et a trouvé dans le texte le chapitre qui prophétisait à son sujet. S'il est écrit : « Un moineau ne tombe pas dans le filet sans la volonté du Père, les cheveux de votre tête... sont tous comptés » (Mt 10,29-30), serait-ce un effet du hasard que le choix du livre d'Isaïe... exprimait le mystère du Christ ?... En effet, ce texte rappelle le Christ... Car Jésus dit : « Il m'a envoyé porter la Bonne Nouvelle aux pauvres ». « Les pauvres » désigne les païens. De fait, ils étaient pauvres, eux qui ne possédaient absolument rien : ni Dieu, ni Loi, ni prophètes, ni justice, ni aucune autre vertu. C'est pour ce motif que Dieu l'a envoyé comme messager auprès des pauvres, pour « annoncer la libération, aux captifs la délivrance »... Y a-t-il un être plus opprimé et plus meurtri que l'homme, avant qu'il soit libéré et guéri par Jésus ?...

    « Après avoir lu cela et roulé le livre, Jésus le rendit et s'assit ; et tout le monde dans la synagogue avait les yeux fixés sur lui. » Même en ce moment, si vous le voulez..., dans notre assemblée, vous pouvez fixer les yeux sur le Sauveur. Si vous dirigez le regard le plus profond de votre cœur vers la contemplation de la Sagesse, de la Vérité, du Fils unique de Dieu, vous avez les yeux fixés sur Jésus. Bienheureuse assemblée dont l'Écriture atteste que tous avaient « les yeux fixés sur lui » ! Que je voudrais que cette assemblée puisse recevoir un témoignage semblable ! Que tous, catéchumènes et fidèles, femmes, hommes et enfants, y aient les yeux... du cœur occupés à regarder Jésus ! Quand vous le regarderez, sa lumière rendra votre visage plus lumineux, et vous pourrez dire : « La lumière de ta face, Seigneur, a laissé sur nous son empreinte » (Ps 4,7 LXX).

Homélies sur Saint Luc, n° 32, 3-6, (trad. SC 87, p. 389s rev.)

separ ecrit biblio

La nuit de la foi

  Si un jour nous sommes assaillis par des épreuves inévitables, rappelons-nous que c'est Jésus qui nous a ordonné de monter dans la barque et qu'il veut que nous le précédions « sur l'autre rive ». Car il est impossible pour ceux qui n'ont pas supporté l'épreuve des vagues et du vent contraire de parvenir à ce rivage-là. Ainsi, lorsque nous nous verrons entourés par des difficultés nombreuses et pénibles, fatigués de naviguer au milieu d'elles avec la pauvreté de nos moyens, pensons que notre barque est alors au milieu de la mer, secouée par les vagues qui voudraient nous voir « faire naufrage dans la foi » (1Tm 1,19) ou en une autre vertu. Et si nous voyons le souffle du Malin s'acharner contre ce que nous entreprenons, disons-nous qu'à ce moment le vent nous est contraire.

Quand donc, parmi ces souffrances, nous aurons tenu bon durant les longues heures de la nuit obscure qui règne dans les moments d'épreuve, quand nous aurons lutté de notre mieux en prenant garde d'éviter « le naufrage de la foi »..., soyons sûrs alors que vers la fin de la nuit, « lorsque la nuit sera avancée et que le jour sera tout proche» (cf Rm 13,12), le Fils de Dieu viendra près de nous, en marchant sur les vagues, pour adoucir pour nous la mer.

Commentaire sur l'évangile de Matthieu, livre XI, ch. 6 ; PG 13, 919 ; SC 162 (trad Orval rev.)

separ ecrit biblio

« Il fut saisi de pitié envers eux »

      Jésus, le Verbe de Dieu, était en Judée. Après la nouvelle du meurtre du prophète Jean le Baptiste, dans une barque –- symbole de son corps –- « il est allé dans un pays désert, à l'écart ». Dans ce lieu désert, Jésus s'y trouvait « à l'écart » parce que sa parole y était isolée et que son enseignement allait à l'encontre des coutumes et des idées reçues parmi les nations. Alors les foules des nations, apprenant que celui qui est la Parole de Dieu était venu habiter dans leur désert..., sont venus se mettre à sa suite, quittant leurs cités, c'est-à-dire chacun abandonnant les coutumes superstitieuses de sa patrie et adhérant à la loi du Christ... Jésus était sorti à leur rencontre, car ils n'étaient pas capables de venir à lui ; se mêlant à « ceux qui sont dehors » (Mc 4,11), il les a conduits à l'intérieur.

      Elle est nombreuse celle foule du dehors qu'il est allé rencontrer. Répandant sur elle la lumière de sa présence, il la regarde, et voyant quel genre de personnes l'entourent, il les trouve encore plus digne de pitié. Lui qui en tant que Dieu est au-delà de la souffrance, il souffre à cause de son amour pour les hommes ; l'émotion le prend aux entrailles. Non seulement il est ému, mais il les guérit de toutes leurs maladies, il les délivre du mal.

Commentaire sur l'évangile de Matthieu, 10, 23 (trad. SC 162, p. 257 rev)

separ ecrit biblio« Passons sur l'autre rive » (Lc 8,22)

      « Jésus a obligé les disciples à monter dans la barque et à le précéder sur l'autre rive, pendant qu’il renvoyait les foules. » Les foules ne pouvaient pas partir vers l'autre rive ; elles n'étaient pas des Hébreux au sens spirituel du mot, qui se traduit : « les gens de l'autre rive ». Cette œuvre était réservée aux disciples de Jésus : partir pour l'autre rive, dépasser le visible et le corporel, ces réalités temporaires, et arriver les premiers vers l'invisible et l'éternel… Et pourtant les disciples n’ont pas pu précéder Jésus sur l'autre rive…; il voulait peut-être leur apprendre par l'expérience que sans lui il n'était pas possible d’y arriver… Qu'est-ce que cette barque dans laquelle Jésus oblige les disciples à monter ? Ne serait-ce pas la lutte contre les tentations et les circonstances difficiles ?… 

      Ensuite il a gravi la montagne, à l'écart, pour prier. Pour qui prie-t-il ? Probablement pour les foules, pour que, renvoyées après avoir mangé les pains bénis, elles ne fassent rien de contraire à ce renvoi de Jésus. Pour les disciples aussi…, pour qu’il ne leur arrive rien de mal sur la mer à cause des vagues et du vent contraire. J'ai bien envie de dire que c'est grâce à la prière que Jésus adresse à son Père que les disciples n'ont subi aucun dommage, alors que la mer, les vagues et le vent s’acharnaient contre eux... 

      Et nous, si un jour nous sommes aux prises avec des tentations inévitables, souvenons-nous que Jésus nous a obligés à nous embarquer ; il n'est pas possible de parvenir à l'autre rive sans supporter l'épreuve des vagues et du vent contraire. Puis, quand nous nous verrons entourés par des difficultés nombreuses et pénibles, fatigués de naviguer au milieu d’elles avec la pauvreté de nos moyens, pensons que notre barque est alors au milieu de la mer, et que ces vagues cherchent à « nous faire naufrage dans notre foi » (1Tm 1,19)… Soyons sûrs alors que vers la fin de la nuit, quand « la nuit sera avancée et le jour tout proche » (Rm 13,12), le Fils de Dieu arrivera près de nous afin de nous rendre la mer bienveillante en marchant sur ses eaux.

Commentaire sur l'évangile de Matthieu, livre 11, ch. 5-6 ; PG 13, 913 ; SC 162 (trad. SC p. 287s rev.)    

separ ecrit biblio« Il expulse les démons »

      Reconnais-le : « en toi s'est levé un nouveau roi, un roi d'Egypte ». C'est lui qui te réquisitionne pour ses travaux, t'oblige à fabriquer pour lui la brique et le mortier. C'est lui qui t'impose contremaîtres et surveillants, lui qui te pousse par le fouet et la verge à des travaux de terre, te force à lui bâtir des villes. C'est lui qui t'incite à parcourir le monde, à remuer terres et mers pour satisfaire tes convoitises...

      Ce roi d'Egypte sait que la guerre est imminente. Il pressent la venue de « celui qui peut dépouiller ses principautés et ses puissances, triompher d'elles avec audace et les clouer au bois de la croix »...; il sent toute proche l'heure de la destruction de son peuple. Voilà pourquoi il déclare : « Le peuple d'Israël est plus puissant que nous ! » Puisse-t-il en dire autant à notre sujet et nous sentir plus puissants que lui ! Comment le sentira-t-il ? Si je n'accueille pas les pensées mauvaises et les convoitises perverses qu'il m'inspire ; si je repousse « ses flèches enflammées, avec le bouclier de la foi » ; si, chaque fois qu'il fait quelque suggestion à mon âme, me souvenant du Christ mon Seigneur, je lui dis : « Arrière, Satan. Il est écrit : ' C'est le Seigneur ton Dieu que tu adoreras, c'est lui seul que tu serviras ' »...

      Car il vient, le Seigneur Jésus..., pour se soumettre les « principautés, puissances et pouvoirs », pour soustraire les fils d'Israël aux violences de leurs ennemis..., pour nous apprendre de nouveau à voir Dieu en esprit, à délaisser les travaux de Pharaon, à sortir de la terre d'Égypte, à renoncer aux mœurs barbares des Égyptiens, « à dépouiller entièrement le vieil homme avec ses œuvres et à revêtir l'homme nouveau créé selon Dieu », « à nous renouveler sans cesse de jour en jour » à l'image de celui qui nous a créés, le Christ Jésus notre Seigneur, à qui sont gloire et puissance dans les siècles des siècles. Amen.

(Références bibliques : Ex 1,8; Col 2,14-15; Ex 1,9; Ep 6,7; Mt 4,10; Dt 6,13; Col 1,16; Ep 4,22-24; Col 3,9-10; 2Co 4,16) 

Homélies sur l'Exode, n°1, 5 (trad. Sr Isabelle de la Source, Lire la Bible, Médiaspaul 1990, t. 2, p. 14)

separ ecrit biblio« Va, et toi aussi, fais de même »

      Il est écrit : « Aimons-nous les uns les autres, car l'amour est de Dieu » (1Jn 4,7) et peu après « Dieu est amour » (v. 8). Par là on montre à la fois que Dieu lui-même est amour et que celui qui est de Dieu est amour. Or, qui est de Dieu sinon celui qui dit : « Je suis sorti de Dieu et je suis venu dans le monde » ? (Jn 16,28) Si Dieu le Père est amour, le Fils aussi est amour...; le Père et le Fils sont un et ne diffèrent en rien. Voilà pourquoi c'est à bon droit que le Christ, au même titre que Sagesse, Puissance, Justice, Verbe, et Vérité est encore appelé Amour...

      Et parce que Dieu est amour et que le Fils qui est de Dieu est amour, il exige en nous quelque chose de semblable à lui, en sorte que par cet amour, cette charité, qui est dans le Christ Jésus..., nous soyons unis à lui par une sorte de lien de parenté grâce à ce nom. Comme le disait Paul, qui lui était uni : « Qui nous séparera de l'amour de Dieu qui est dans le Christ Jésus notre Seigneur ? » (Rm 8,39)

      Or cet amour de charité estime que tout homme est notre prochain. C'est pour cette raison que le Sauveur a repris un homme qui croyait que l'âme juste n'est pas tenu d'observer les lois de la condition de prochain envers tous... Il a composé la parabole qui dit : « Un homme tomba entre les mains de brigands quand il descendait de Jérusalem à Jéricho ». Il blâme le prêtre et le lévite, qui le voyant à demi-mort, sont passés outre, mais il rend hommage au Samaritain qui a pratiqué la miséricorde. Et il fait confirmer que ce dernier a été le prochain de l'homme blessé par la réponse de celui même qui avait posé la question et lui dit : « Va, et fais de même ». Par nature, en effet, nous sommes tous le prochain les uns des autres, mais par les œuvres de charité, celui qui peut faire du bien se fait le prochain de celui qui ne le peut pas. C'est pourquoi notre Sauveur s'est fait notre prochain et n'est pas passé outre devant nous quand nous gisions « à demi-morts » par suite des « blessures dues aux brigands ». 

Commentaire sur le Cantique des Cantiques, prologue 2, 26-31 (trad. cf SC 375, p. 111s)

separ ecrit biblio« Voici mon serviteur »

      Au cour d'un repas, Jésus se lève de table et se dépouille de ses vêtements en prenant une apparence d'esclave, comme le montrent ces paroles : « Il prit un linge et s'en ceignit », pour ne pas être complètement nu et pour essuyer les pieds de ses disciples avec son propre linge (Jn 13,2-5). Voyez à quel point s'abaisse la grandeur et la gloire du Verbe fait chair ; pour laver les pieds de ses disciples : « Il verse de l'eau dans un bassin ».

      « Abraham leva les yeux et vit des hommes debout devant lui. De la porte de sa tente, il courut à leur rencontre et se prosterna à terre en disant : ' Seigneur, si j'ai trouvé grâce devant toi, ne passe pas sans t'arrêter chez ton serviteur ' » (Gn 18,2-3). Mais Abraham ne prend pas lui-même de l'eau et ne déclare pas qu'il va laver les pieds des étrangers, parce qu'ils sont venus chez lui, mais il dit : « Qu'on apporte de l'eau et qu'on vous lave les pieds. » Joseph lui non plus n'a pas apporté d'eau pour laver les pieds de ses onze frères, mais c'était son intendant qui « leur apporta de l'eau pour se laver les pieds » (Gn 43,24).

      Mais celui qui a déclaré : « Je suis venu non pour être servi mais pour servir » (Mt 20,28) et a dit à juste titre : « Apprenez de moi que je suis doux et humble de cœur » (Mt 11,29), verse lui-même l'eau dans le bassin. Il savait que personne, sauf lui, ne pouvait laver les pieds des disciples pour que cette purification leur permette d'avoir part avec lui. L'eau, je pense, était une parole capable de laver les pieds des disciples, quand ils s'approchaient du bassin placé là pour eux par Jésus

Commentaire de l'évangile de Jean 32, 4 ; PG 14, 741-752 (trad. Evangile selon Jean, DDB 1985, p. 116)

separ ecrit biblio« J'étais encore dans le sein maternel quand le Seigneur m'a appelé » (Is 49,1)

      La naissance de Jean le Baptiste est pleine de miracles. Un archange a annoncé l'avènement de notre Seigneur et Sauveur Jésus   ; de même, un archange annonce la naissance de Jean (Lc 1,13) et dit   : «   Il sera rempli du Saint Esprit dès le sein de sa mère.   » Le peuple juif ne voyait pas que notre Seigneur accomplissait « des miracles et des prodiges   » et guérissait leurs maladies, mais Jean exulte de joie alors qu'il est encore dans le sein maternel. On ne peut pas le retenir et, à l'arrivée de la mère de Jésus, l'enfant tente déjà de sortir du sein d'Élisabeth. «   Dès l'instant que ta salutation a frappé mes oreilles, dit Élisabeth, l'enfant a tressailli de joie dans mon sein   » (Lc 1,44). Encore dans le sein de sa mère Jean avait déjà reçu le Saint Esprit...

      L'Écriture dit ensuite «   qu'il ramènera de nombreux fils d'Israël au Seigneur leur Dieu   » (Lc 1,16). Jean en a ramené «   un grand nombre   »   ; le Seigneur, non pas un grand nombre, mais tous. C'est son œuvre en effet de ramener tous les hommes à Dieu le Père...

      Pour ma part, je pense que le mystère de Jean s'accomplit dans le monde jusqu'à maintenant. Quiconque est destiné à croire au Christ Jésus, il faut qu'auparavant l'esprit et la puissance de Jean viennent en son âme pour «   préparer au Seigneur un peuple parfait   » (Lc 1,17) et, dans les aspérités du cœur, «   aplanir les chemins et redresser les sentiers   » (Lc 3,5). Ce n'est pas seulement en ce temps-là que «   les routes furent aplanies et les sentiers redressés   », mais aujourd'hui encore l'esprit et la puissance de Jean précèdent l'avènement du Seigneur Sauveur. Ô grandeur du mystère du Seigneur et de son dessein sur le monde   ! 

Homélies sur St Luc, n° 4, 4-6 (trad. SC 87, p. 133)

 

Origenes1Origène, Théologien et Père de l'Église

Le passage du Jourdain, préfiguration du baptême 

Au Jourdain, l'arche d'alliance conduisait le peuple de Dieu. Alors, prêtres et lévites s'immobilisent et les eaux sont comme saisies de respect devant les ministres de Dieu, elles retiennent leur course et s'accumulent en monceau pour offrir au peuple de Dieu un chemin sans danger.

Ne sois pas étonné, lorsqu'on te raconte ce qui s'est passé à l'égard du peuple ancien. À toi, chrétien, qui as franchi les flots du Jourdain par le mystère du baptême, la parole de Dieu promet des biens beaucoup plus grands et plus élevés : elle te promet que tu chemineras et passeras même à travers les airs. Écoute en effet saint Paul dire au sujet des justes : Nous serons emportés sur les nuées du ciel à la rencontre du Christ dans les airs . ~ Écoute encore les promesses que Dieu nous fait par l'intermédiaire du prophète : Quand tu passerais au milieu du feu, la flamme ne te brûlera pas, car je suis le Seigneur ton Dieu . Le juste est donc partout chez lui, et toutes les créatures manifestent la soumission qu'elles lui doivent. 

Et ne va pas t'imaginer, toi qui entends raconter maintenant, ce qui s'est passé chez les anciens, que tout cela ne te concerne pas ; toutes ces choses s'accomplissent en toi d'une manière spirituelle. Car, lorsque tu abandonnes les ténèbres de l'idolâtrie et que tu désires arriver à la connaissance de la loi divine, c'est alors que commence ta sortie d'Égypte. 

Lorsque tu as été admis dans le groupe des catéchumènes, et que tu as commencé d'obéir aux préceptes de l'Église, tu as traversé la mer Rouge ; dans les étapes du désert, chaque jour, tu t'appliques à écouter la loi de Dieu et à contempler le visage de Moïse, que la gloire du Seigneur te dévoile. Mais lorsque tu arriveras à la source spirituelle du baptême ; lorsque, en présence des prêtres et des diacres, tu seras initié à ces mystères augustes et sublimes, que connaissent ceux-là seuls qui ont le droit de les connaître : alors, après avoir traversé le Jourdain grâce au ministère des prêtres, tu entreras dans la Terre promise.

C'est la terre où Josué (Jésus), après Moïse, te prend en charge et devient le guide de la route nouvelle.

Alors tu te souviendras de ces marques inouïes de la puissance de Dieu : la mer coupée en deux pour toi, l'eau du fleuve arrêtée dans sa course ; tu te retourneras vers elles et tu t'écrieras : Mer, qu'as-tu donc à t'enfuir, et toi, Jourdain, à refluer ? Montagnes, pourquoi bondir comme des béliers, et vous, collines, comme des agneaux ? Mais la parole de Dieu te répondra : La terre a tremblé devant la face du Seigneur, la face du Dieu de Jacob, lui qui change le rocher en source et la pierre en fontaine .

HOMÉLIE D'ORIGÈNE SUR JOSUÉ

separ ecrit biblio

 « Si vous demeurez fidèles à ma parole, vous êtes vraiment mes disciples ; alors vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous rendra libre »

      « Je suis le Seigneur ton Dieu qui t'ai fait sortir de la terre d'Égypte, de la maison de servitude. » (Ex 20,2) Ces paroles ne s'adressent pas seulement à ceux qui jadis sont sortis d'Égypte ; elles s'adressent plus encore à toi qui les écoutes maintenant, si toutefois tu sors d'Égypte... Réfléchis : les affaires de ce monde et les actions de la chair ne seraient-elles pas cette maison de servitude et, à l'opposé, la fuite des choses de ce monde et la vie selon Dieu ne seraient-elles pas la maison de la liberté, selon ce que dit le Seigneur dans l'Évangile : « Si vous demeurez dans ma parole, vous connaîtrez la vérité et la vérité vous rendra libres » ?

      Oui, l'Égypte est la maison de servitude ; Jérusalem et la Judée, la maison de liberté. Ecoute l'apôtre Paul déclarer à ce sujet...: « La Jérusalem d'en haut est libre ; elle est notre mère à tous » (Ga 4,26). Et, de même que l'Égypte, cette province terrestre, est appelée « maison de servitude » pour les enfants d'Israël en regard de Jérusalem et de la Judée, qui deviennent pour eux maison de liberté, de même, en face de la Jérusalem céleste qui est, peut-on dire, la mère de la liberté, le monde entier avec tout ce qu'il contient est une maison de servitude. Il y avait eu autrefois, en châtiment du péché, passage du paradis de liberté à la servitude de ce monde...; c'est pourquoi la première parole qui ouvre les commandements de Dieu concerne la liberté : « Je suis le Seigneur ton Dieu qui t'ai fait sortir de la terre d'Égypte, de la maison de servitude. » 

Homélies sur l'Exode, n°8 (trad. Sr Isabelle de la Source, Lire la Bible, t. 2, p. 174)

separ ecrit biblio« Personne ne mit la main sur lui »

      Nous rencontrons dans le Christ des traits si humains qu'ils n'ont rien qui les distingue de notre commune faiblesse à nous mortels, et en même temps des traits si divins qu'ils ne peuvent convenir qu'à la souveraine et ineffable nature divine. Devant cela, l'intelligence humaine, trop étroite, est frappée d'une telle admiration qu'elle ne sait à quoi s'en tenir ni quelle direction prendre. Sent-elle Dieu dans le Christ, elle le voit pourtant mourir. Le prend-elle pour un homme, voici qu'il revient d'entre les morts, avec son butin de victoire, après avoir détruit l'empire de la mort. Aussi notre contemplation doit-elle s'exercer avec tant de révérence et de crainte qu'elle considère dans le même Jésus la vérité des deux natures, évitant d'attribuer à l'ineffable essence divine des choses qui sont indignes d'elle ou qui ne lui conviennent pas, mais évitant aussi de ne voir dans les événements de l'histoire que des apparences illusoires.

      Vraiment, faire entendre de telles choses à des oreilles humaines, essayer de les exprimer par des mots dépasse largement nos forces, notre talent et notre langage. Je pense même que cela dépasse la mesure des apôtres. Bien plus, l'explication de ce mystère transcende probablement tout l'ordre des puissances angéliques.

Traité des principes, livre 2, chap. 6,2 : PG 11, 210-211 (trad. Orval)

separ ecrit biblio« L'été est déjà proche »

      « Fais-moi connaître, Seigneur, ma fin, et quel est le nombre de mes jours pour que je sache ce qui me manque. » (Ps 38,5) Si tu me faisais connaître ma fin, dit le psalmiste, et si tu me faisais connaître quel est le nombre de mes jours, je pourrai par là-même savoir ce qui me manque. Ou peut-être, par ces mots, il semble encore indiquer ceci : tout métier a une fin ; par exemple la fin d'une entreprise de construction, c'est de faire une maison ; la fin d'un chantier naval, de construire un bateau capable de triompher des flots de la mer et de supporter l'assaut des vents ; et la fin de chaque métier est quelque chose de semblable pour laquelle le métier lui-même semble inventé. Ainsi peut-être est-il aussi une certaine fin de notre vie et du monde entier pour laquelle se fait tout ce qui se fait en notre vie, ou pour laquelle le monde lui-même a été créé ou subsiste. De cette fin, l'apôtre Paul aussi se souvient quand il dit : « Ensuite viendra la fin, quand il remettra la royauté à Dieu le Père. » (1Co 15,24) Vers cette fin-là, il faut assurément se hâter, puisque c'est le prix même de l'oeuvre, ce pour quoi nous sommes créés par Dieu.

      Comme notre organisme corporel, petit et réduit au début de sa naissance, pousse pourtant et tend au terme de sa grandeur en croissant en âge, et encore comme notre âme...reçoit un langage d'abord balbutiant, puis dans la suite plus clair, pour arriver enfin à une manière de s'exprimer parfaite et correcte, de cette façon aussi toute notre vie commence à présent, certes, comme balbutiante parmi les hommes sur la terre, mais elle est achevée et parvient à son sommet dans les cieux près de Dieu.

      Pour ce motif, le prophète désire donc connaître la fin pour laquelle il a été fait, pour qu'en regardant la fin, en examinant ses jours et en considérant sa perfection, il voie ce qui lui manque par rapport à cette fin où il tend... C'est comme si ceux qui sont sortis d'Égypte avaient dit : « Fais-moi connaître, Seigneur, ma fin » qui est une terre bonne et une terre sainte, « et le nombre de mes jours » où je marche, « pour que je sache ce qui me manque », combien il m'en reste jusqu'à ce que je parvienne à la terre sainte qui m'est promise. 

1ère homélie sur le psaume 38 (trad. SC 411, p. 355)

separ ecrit biblio« Que ton règne vienne » (Mt 6,10)

    Comme l'a dit notre Seigneur et Sauveur, le règne de Dieu vient sans qu'on puisse le remarquer. On ne dira pas : Le voilà, il est ici, ou bien : Il est là. Car voilà que le règne de Dieu est au-dedans de vous . Et en effet, elle est tout près de nous, cette Parole, elle est dans notre bouche et dans notre cœur . En ce cas, il est évident que celui qui prie pour que vienne le règne de Dieu a raison de prier pour que ce règne de Dieu germe, porte du fruit et s'accomplisse en lui. Chez tous les saints en lesquels Dieu règne et qui obéissent à ses ordres spirituelles, il habite comme dans une cité bien organisée. Le Père est présent en lui et le Christ règne avec le Père dans cette âme parfaite, selon sa parole : Nous viendrons chez lui, nous irons demeurer auprès de lui. ~

Le règne de Dieu qui est en nous, alors que nous progressons toujours, parviendra à sa perfection lorsque la parole l'Apôtre s'accomplira : le Christ, après avoir soumis ses ennemis, remettra son pouvoir royal à Dieu le Père afin que Dieu soit tout en tous . C'est pourquoi, priant sans cesse et avec des dispositions divinisées par le Verbe, nous disons : Notre Père qui es aux cieux, que ton nom soit sanctifié, que ton Règne vienne. 

À propos du règne de Dieu, il faut encore remarquer ceci : Comme il n'y a pas d'union entre la justice et l'impiété, entre la lumière et les ténèbres, entre le Christ et Bélial , le règne du péché est inconciliable avec le règne de Dieu. Si donc nous voulons que Dieu règne sur nous, que « jamais le péché ne règne dans notre corps mortel ». Mais « faisons mourir en nous ce qui appartient encore à la terre », portons les fruits de l'Esprit. Ainsi, comme dans un paradis spirituel, le Seigneur se promènera en nous, régnant seul sur nous, avec son Christ. Celui-ci « trônera » en nous, « à la droite de la puissance spirituelle », que nous désirons recevoir, jusqu'à ce que tous ses ennemis qui sont en nous « deviennent l'escabeau de ses pieds », et que soit chassée loin de nous toute « principauté, puissance et souveraineté ».


      Tout cela peut arriver en chacun de nous jusqu'à ce que « soit détruit le dernier ennemi, la mort », et que le Christ dise en nous : « Mort, où est ton dard venimeux ? Enfer, où est ta victoire ? » Dès maintenant donc, « que ce qui est périssable en nous » devienne saint et « impérissable ; que ce qui est mortel...revête l'immortalité » du Père. Ainsi Dieu régnera sur nous et nous serons déjà dans le-bonheur de la nouvelle naissance et de la résurrection.

(Références bibliques : Rm 6,12; Col 3,5; Gn 3,8; Mt 26,64; Ps 110,1; 1Co 15,24.26.55.53)

 La Prière, 25 ; GCS 3, 356 (trad. bréviaire).

separ ecrit biblioLe Christ, bon Samaritain

      D'après un ancien qui voulait interpréter la parabole du bon Samaritain, l'homme qui descendait de Jérusalem à Jéricho représente Adam, Jérusalem le paradis, Jéricho le monde, les brigands les forces hostiles, le prêtre la Loi, le lévite les prophètes, le Samaritain le Christ. Par ailleurs, les blessures symbolisent la désobéissance, la monture le corps du Seigneur... Et la promesse de revenir, faite par le Samaritain, préfigure, selon cet interprète, le second avènement du Seigneur...

      Ce Samaritain porte nos péchés (cf Mt 8,17) et souffre pour nous. Il porte le moribond et le conduit dans une auberge, c'est-à-dire dans l'Église. Celle-ci est ouverte à tous, elle ne refuse son secours à personne et tous y sont invités par Jésus : « Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi je vous procurerai le repos » (Mt 11,28). Après y avoir conduit le blessé, le Samaritain ne part pas aussitôt, mais demeure toute la journée dans l'hôtellerie auprès du moribond. Il soigne ses blessures non seulement le jour, mais encore la nuit, l'entourant de toute sa sollicitude empressée... Vraiment ce gardien des âmes s'est montré plus proche des hommes que la Loi et les prophètes « en faisant preuve de bonté » envers celui « qui était tombé entre les mains des bandits » et il « s'est montré son prochain » moins en paroles qu'en actes.

      Il nous est donc possible, en suivant cette parole : « Soyez mes imitateurs comme je le suis moi-même du Christ » (1Co 11,1), d'imiter le Christ et d'avoir pitié de ceux qui « sont tombés entre les mains des bandits », de nous approcher d'eux, de verser de l'huile et du vin sur leurs plaies et de les bander, de les charger sur notre propre monture et de porter leurs fardeaux. C'est pourquoi, pour nous y exhorter le Fils de Dieu a dit en s'adressant à nous tous plus encore qu'au docteur de la Loi : « Va, et toi aussi, fais de même »

Homélies sur l'évangile de Luc, 34, 3.7-9; GCS 9, 201-202.204-205.  (trad. Delhougne, Les Pères commentent, p. 419-420)

separ ecrit biblio« Purifie d'abord l'intérieur de la coupe »

      Partons en guerre comme Josué ; prenons d'assaut la cité la plus considérable de ce monde –- la malice –- et détruisons les murailles orgueilleuses du péché. Regarderais-tu alentour quel chemin il faut prendre, quel champ de  bataille il faut choisir ? Tu vas sans doute trouver mes paroles étonnantes ; elles sont vraies pourtant : limite tes recherches à toi seul. En toi est le combat que tu vas livrer ; à l'intérieur de toi l'édifice de malice qu'il faut saper ; ton ennemi sort du fond de ton coeur.

      Ce n'est pas moi qui le dis, mais le Christ ; écoute-le : « C'est du coeur que viennent les mauvaises pensées, les meurtres, les adultères, les impudicités, les vols, les faux témoignages, les paroles injurieuses » (Mt 15,19). Réalises-tu la puissance de cette armée ennemie qui s'avance contre toi du fond de ton coeur ? Les voilà, nos ennemis à massacrer au premier combat, à terrasser en première ligne. Si nous sommes capables de renverser leurs murailles et de les exterminer jusqu'à ce qu'il n'en reste aucun pour le raconter, aucun pour reprendre haleine (Jos 11,14), s'il n'en est plus un seul pour reprendre vie et pour resurgir dans nos pensées, alors Jésus nous donnera le grand repos

Homélies sur Josué, n°5, 2 (trad. SC 71, p. 167)

separ ecrit biblio« Le Fils de l'homme est maître du sabbat »

      Le sabbat a été institué comme un jour sacré ; tous les saints et tous les justes doivent célébrer le sabbat... Voyons donc en quoi consiste pour le chrétien l'observance du sabbat : le jour du sabbat, il ne faut accomplir aucune oeuvre d'ici-bas ; il faut s'abstenir de toutes les oeuvres terrestres, ne rien faire qui relève de ce monde, s'adonner aux oeuvres spirituelles, venir à l'église, être attentif à la lecture de l'Écriture et aux explications qu'on en donne, penser aux choses du ciel, s'occuper de l'espérance de la vie future, avoir devant les yeux le jugement à venir, méditer, non les réalités visibles et présentes, mais les réalités futures et invisibles.

      Les juifs aussi doivent observer tout cela. Et chez eux, les forgerons, les maçons, tous les travailleurs manuels restent sans rien faire le jour du sabbat. Mais en ce jour, les lecteurs qui proclament la Sainte Écriture, les docteurs qui expliquent la Loi de Dieu, n'interrompent pas leurs fonctions et cependant ils ne profanent pas le sabbat. Mon Seigneur lui-même l'a reconnu : « N'avez-vous pas lu, leur dit-il, que les prêtres dans le Temple manquent au repos du sabbat sans commettre aucune faute ? » C'est donc celui qui s'abstient des oeuvres de ce monde et se rend libre pour les activités spirituelles, c'est celui-là qui offre le sacrifice du sabbat et sanctifie le sabbat comme un jour de fête...

      Pendant le sabbat, chacun reste dans sa demeure et n'en sort pas. Quelle est donc cette demeure de l'âme spirituelle ? Cette demeure, c'est la justice, la vérité, la sagesse, la sainteté ; tout cela, c'est le Christ, lui, la demeure de l'âme. De cette demeure, il ne faut pas sortir, si l'on veut garder le vrai sabbat et célébrer par des sacrifices ce jour de fête, selon la parole du Seigneur : « Celui qui demeure en moi, moi aussi je demeure en lui » (Jn 15,5).

Homélies sur le livre des Nombres, n° 23 (trad. Sr Isabelle de la Source, Lire la Bible, t. 2, p. 87)

separ ecrit biblio

« Le Fils de l'homme est maître du sabbat »

Nous ne voyons pas que les paroles de la Genèse : « Au jour du sabbat Dieu s’est reposé de ses œuvres » se soient réalisées en ce septième jour de la création, ni même qu'elles se réalisent aujourd'hui. Nous voyons toujours Dieu au travail. Il n'y a pas de sabbat où Dieu cesse de travailler, pas de jour où il ne « fasse se lever son soleil sur les bons et sur les méchants et tomber la pluie sur les justes et sur les injustes », où « il ne fasse pousser l'herbe sur les montagnes et les plantes au service des hommes »…, où « il ne fasse mourir et vivre. » 

Ainsi, le Seigneur répond à ceux qui l'accusaient de travailler et de guérir le jour du sabbat : « Mon Père travaille jusqu'à maintenant, et moi aussi je travaille. » Il montrait par là que, durant le temps de ce monde, il n'y a pas de sabbat où Dieu se repose de veiller à la marche du monde et aux destinées du genre humain… Dans sa sagesse de Créateur il ne cesse d’exercer sur ses créatures sa providence et sa bienveillance « jusqu’à la fin du monde ». Donc le vrai sabbat où Dieu se reposera de tous ses travaux sera le monde futur, quand « douleur, tristesse et gémissements s'enfuiront », et que Dieu sera « tout en tous ». 

(Références bibliques : Gn 2,2; Mt 5,45; Ps 146,8; 1Sm 2,6; Jn 5,17; Mt 28,20; Is 35,10 LXX; Col 3,11)

Homélies sur les Nombres, n°23 (trad. SC 29, p. 444) 

separ ecrit biblio« Alors, il se mit à les instruire longuement »

      « Indique-moi, toi que mon coeur aime, dit l'Épouse du Cantique des cantiques, où tu fais paître ton troupeau, où tu le mets au repos. » (1,7) Je pense que dans le psaume vingt-deux, le prophète, placé sous la garde du même berger, parle aussi de ce lieu dont parlait l'Épouse quand il dit : « Le Seigneur est mon berger ; rien ne me manquera » (v.1). Il savait que les autres bergers, sous l'effet de la paresse ou de l'inexpérience, faisaient paître leurs troupeaux dans des lieux plus arides. C'est pourquoi il dit du Seigneur, ce berger parfait : « Dans un lieu verdoyant il m'a fait reposer. Il m'a conduit vers une eau qui réconforte » (v.2). Il montre là que ce berger donne à ses brebis des eaux non seulement abondantes, mais encore saines et pures, qui les abreuvent parfaitement...

      Cette formation première, donnée par le pasteur, est celle des commencements ; la suite concerne les progrès et la perfection. Nous venons de parler de prairies et de verdure. Il semble bon de voir ceci dans les évangiles. J'y ai trouvé ce bon berger parlant des pâturages des brebis : il dit qu'il est le berger mais aussi la porte : « Si quelqu'un entre en passant par moi, il sera sauvé ; il pourra aller et venir, et il trouvera un pâturage » (Jn 10,9). C'est donc bien lui que l'Épouse questionne... Elle appelle « midi », bien sûr, ces lieux secrets du coeur où l'âme obtient du Verbe de Dieu une lumière plus brillante de science. C'est, en effet, l'heure où le soleil atteint le point le plus haut de sa course. Donc, si le Christ, « Soleil de justice » (Ml 3,20), manifeste à son Église les sublimes secrets de ses vertus, il lui découvre alors des pâturages agréables et des lieux où l'on se repose à midi.

      Car lorsqu'elle en est encore aux commencements de son instruction et qu'elle ne reçoit de lui que les premiers commencements de la connaissance, le prophète dit : « Dieu la secourra le matin, au lever du jour » (Ps 45,6). Mais parce qu'elle recherche à présent des biens plus parfaits et désire des réalités supérieures, elle demande la lumière de la connaissance à son midi.

Commentaire sur le Cantique des cantiques, II, 4, 17s (trad. Brésard, 2000 ans B, p. 196 rev ; cf SC 375, p. 341)

separ ecrit biblio« Ne pensez pas que je suis venu abolir la Loi... : je ne suis pas venu abolir, mais accomplir » (Mt 5,17)

      Je veux rappeler aux disciples du Christ la bonté de Dieu : que personne d'entre vous ne se laisse ébranler par les hérétiques si, dans la controverse, ils disent que le Dieu de la Loi n'est pas bon mais juste, et que la Loi de Moïse n'enseigne pas la bonté mais la justice. Qu'ils voient, ces détracteurs de Dieu en même temps que de la Loi, comment Moïse lui-même et Aaron ont accompli en devanciers ce que l'Évangile a enseigné plus tard. Considérez comment Moïse « aime ses ennemis et prie pour ceux qui le persécutent » (Mt 5,44)...; voyez comment, « tombant la face contre terre », tous deux prient pour ceux qui s'étaient rebellés et voulaient les tuer (Nb 17,10s). Ainsi trouve-t-on l'Évangile en puissance dans la Loi et doit-on comprendre que les Évangiles sont appuyés sur le fondement de la Loi.

      Pour moi, je ne donne pas le nom d'Ancien Testament à la Loi, quand je la considère spirituellement ; la Loi ne devient « Ancien Testament » que pour ceux qui ne veulent pas la comprendre selon l'esprit. Pour eux, elle est obligatoirement devenue « ancienne » et elle a vieilli, parce qu'elle ne peut pas conserver sa force. Mais pour nous, qui la comprenons et l'expliquons en esprit et dans la ligne de l'Évangile, elle est toujours nouvelle ; les deux Testaments sont pour nous un nouveau Testament, non par la date, mais par la nouveauté du sens.

      L'apôtre Jean ne pense-t-il pas aussi la même chose quand il dit dans son épître : « Petits enfants, je vous donne un commandement nouveau, c'est de vous aimer les uns les autres » ? (4,7; Jn 13,34) Il savait que le précepte de l'amour avait été donné depuis longtemps dans la Loi (1Jn 2,7s ; Lv 19,18). Mais comme « la charité ne disparaît jamais » (1Co 13,8)..., il affirme l'éternelle nouveauté de ce précepte qui ne vieillit pas... Pour le pécheur et pour ceux qui n'observent pas le pacte de la charité, même les Évangiles vieillissent ; il ne peut pas y avoir de Testament Nouveau pour celui qui « ne dépouille pas le vieil homme et ne revêt pas l'homme nouveau et créé selon Dieu » (Ep 4,22.24). 

Homélies sur les Nombres, n° 9,4 (trad. SC 415, p. 239 rev.)

separ ecrit biblio« Afin que tu te rendes bien compte de la solidité des enseignements que tu as reçus » (Lc 1,4)

             « Plusieurs ont essayé de composer un récit des événements qui se sont accomplis parmi nous... C'est pourquoi j'ai décidé, moi aussi, après m'être informé soigneusement de tout, d'en écrire pour toi, cher Théophile, un exposé suivi, afin que tu te rendes bien compte de la solidité des enseignements que tu as reçus. » (Lc 1,1-4)

            Autrefois, chez les juifs, un grand nombre de gens prétendaient avoir le don de prophétie, mais certains étaient de faux prophètes... Il en va de même au temps du Nouveau Testament, où beaucoup « ont essayé » d'écrire des évangiles, mais tous n'ont pas été acceptés... Ces mots « ont essayé » contiennent une accusation cachée contre ceux qui, sans la grâce du Saint Esprit, se sont lancés dans la rédaction d'évangiles. Matthieu, Marc, Jean et Luc n'ont pas « essayé » d'écrire mais, remplis du Saint Esprit, ce sont eux qui ont écrit les vrais évangiles...

            L'Église possède donc quatre évangiles ; les hérétiques en ont un très grand nombre... « Beaucoup ont essayé d'écrire », mais quatre évangiles seulement sont approuvés ; et c'est d'eux que l'on doit tirer, pour le mettre en lumière, ce qu'il faut croire de la personne de notre Seigneur et Sauveur. Je sais qu'il existe un évangile qu'on appelle « selon Thomas », un autre « selon Matthias », et nous en lisons quelques autres encore pour ne pas avoir l'air d'être ignorants devant ceux qui s'imaginent savoir quelque chose quand ils connaissent ces textes. Mais en tout cela, nous n'approuvons rien sinon ce qu'approuve l'Église : on doit admettre quatre évangiles seulement. Voilà ce qu'on peut dire sur le texte du prologue de saint Luc : « Beaucoup ont essayé de composer un récit de tous les événements qui se sont accomplis parmi nous ». 

Homélies sur St Luc, n° 1,1-2 (trad. SC 87, p. 99)

separ ecrit biblioLes dons de Dieu et la liberté de l'homme

      L'homme a-t-il quelque chose à offrir à Dieu ? Oui, sa foi et son amour. C'est là ce que Dieu demande à l'homme, ainsi est-il écrit : « Et maintenant, Israël, sais-tu ce que le Seigneur ton Dieu te demande ? Craindre le Seigneur ton Dieu, marcher dans ses chemins, l'aimer, garder tous ses commandements et servir le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur et de toute ton âme » (Dt 10,12). Voilà les offrandes, voilà les dons qu'il faut présenter au Seigneur. Et pour lui offrir ces dons de notre cœur, il nous faut d'abord le connaître ; il nous faut avoir bu la connaissance de sa bonté aux eaux profondes de son puits...

      En entendant ces mots, ils doivent rougir, ceux qui nient que le salut de l'homme est au pouvoir de sa liberté ! Dieu demanderait-il quelque chose à l'homme si celui-ci n'était pas capable de répondre à la demande de Dieu et de lui offrir ce qu'il lui doit ? Car il ya le don de Dieu mais il y a aussi la contribution de l'homme. Par exemple, il était bien au pouvoir de l'homme qu'une pièce d'or en rapporte dix ou qu'elle en rapporte cinq ; mais il appartenait à Dieu que l'homme possède cette pièce d'or avec laquelle il a pu en produire dix autres. Lorsqu'il a présenté à Dieu ces dix pièces d'or gagnées par lui, l'homme a reçu un nouveau don, non plus de l'argent cette fois, mais le pouvoir et la royauté sur dix villes.

      De même, Dieu a demandé à Abraham de lui offrir son fils Isaac, sur la montagne qu'il lui montrerait. Et Abraham, sans hésiter, a offert son fils unique : il l'a placé sur l'autel et a sorti le couteau pour l'égorger ; mais aussitôt, une voix l'a retenu et un bélier lui a été donné à immoler à la place de son fils (Gn 22). Tu le vois : ce que nous offrons à Dieu reste à nous ; mais cette offrande nous est demandé afin qu'en la présentant nous témoignions de notre amour pour Dieu et de notre foi en lui.

Homélies sur les Nombres, n°12, §3 (trad. Sr Isabelle de la Source, Lire la Bible, t. 2, p. 181 rev.)

 

Origenes1Origène, Théologien et Père de l'Église

« Le Temple dont il parlait c'était son corps »

« Détruisez ce Temple et en trois jours je le relèverai »... L'un et l'autre, le Temple et le corps de Jésus, sont à mes yeux un symbole de l'Eglise... Le Temple sera relevé et le corps ressuscitera, le troisième jour... Car le troisième jour surgira dans un ciel nouveau et une terre nouvelle (2P 3,13), quand les ossements, c'est-à-dire toute la maison d'Israël (Ez 37,11), se dresseront au grand Jour du Seigneur, et que la mort sera vaincue... 

    De même que le corps de Jésus, assujetti à la condition humaine vulnérable, a été fixé à la croix et enseveli, puis a été relevé, ainsi le corps total des fidèles du Christ a été « fixé à la croix avec lui » et « désormais ne vit plus » (Ga 2,19). En effet, comme Paul, chacun d'eux ne se glorifie de rien d'autre que de la croix de notre Seigneur Jésus Christ, qui a fait de lui un crucifié pour le monde et du monde un crucifié pour lui (Ga 6,14)... « Car nous avons été ensevelis avec le Christ » dit Paul, qui ajoute, comme s'il avait reçu quelque gage de la résurrection : « Et avec lui nous nous sommes relevés » (Rm 6,4-9). Chacun marche alors dans une vie nouvelle, mais qui n'est pas encore la résurrection bienheureuse et parfaite... Si quelqu'un est maintenant mis au tombeau, un jour il ressuscitera.

Commentaire sur St Jean 10,20 (trad. Thèmes et figures, coll. Pères dans la foi, DDB 1984, p. 132) 

separ ecrit biblio

 « Le ciel et la terre passeront, mes paroles ne passeront pas »

      « Bois l'eau de tes sources et de tes puits, et que ta source soit bien à toi » (Pr 5,15.17). Essaie, toi qui m'écoutes, d'avoir un puits à toi et une source à toi ; de la sorte, quand tu prendras le livre des Écritures, tu arriveras à découvrir toi aussi, de ton propre chef, quelque interprétation. Oui, d'après ce que tu as appris dans l'Église, essaie de boire, toi aussi, à la source de ton esprit. A l'intérieur de toi-même, il y a...« l'eau vive » (Jn 4,10) ; il y a les canaux intarissables et les fleuves gonflés du sens spirituel de l'Écriture, pourvu qu'ils ne soient pas obstrués par la terre et les déblais. Dans ce cas, ce qu'il faut faire, c'est de creuser et de nettoyer, c'est-à-dire de chasser la paresse de l'esprit et de secouer la torpeur du cœur...

      Purifie donc ton esprit pour qu'un jour tu boives à tes sources et puises l'eau vive à tes puits. Car si tu as reçu en toi la parole de Dieu, si tu as reçu de Jésus l'eau vive, et si tu l'as reçue avec foi, elle deviendra en toi « source d'eau jaillissant pour la vie éternelle » (Jn 4,14).

Homélies sur la Genèse, n°12, 5 (trad. SC 7, p. 307 rev.)

separ ecrit biblio« S'en aller en paix »

      « Une femme toucha la frange du vêtement de Jésus et elle a été guérie. » (Mt 9,20) Si cette femme, en touchant l'extrémité de son vêtement, en a retiré tant d'avantages, que penser de Syméon qui « reçut l'enfant dans ses bras », et, le tenant dans ses bras, s'abandonnait à la joie, voyant qu'il portait l'enfant venu pour libérer les captifs (Lc 4,18), et que lui-même allait être délivré des liens du corps ? Il savait que personne ne pouvait faire sortir quelqu'un de la prison du corps avec l'espoir de la vie future sinon celui qu'il tenait dans ses bras. Et c'est à lui qu'il s'adresse : « C'est maintenant, Seigneur, que tu laisses ton serviteur s'en aller en paix. Car aussi longtemps que je ne tenais pas le Christ, aussi longtemps que je ne le pressais pas dans mes bras, j'étais emprisonné et ne pouvais pas sortir de mes liens ».

      Ce n'est pas seulement de Syméon, d'ailleurs, mais de tout le genre humain qu'il faut comprendre ces mots. Si quelqu'un quitte le monde, si quelqu'un est libéré de la prison et de la demeure des captifs pour obtenir la royauté, qu'il prenne Jésus dans ses mains et l'entoure de ses bras, qu'il le tienne tout entier sur son cœur, et alors, bondissant de joie, il pourra se rendre où il désire. 

Homélies sur l'évangile de Luc, n°15 (trad. SC 87, p. 233 rev.)

separ ecrit biblioLa perle de grande valeur

      À l'homme « qui recherche de belles perles », il faut appliquer les paroles suivantes : « Cherchez et vous trouverez » et « Celui qui cherche, trouve » (Mt 7,7-8). En effet, à quoi peuvent bien se rapporter « cherchez » et « celui qui cherche, trouve » ? Disons-le sans hésiter : aux perles, et particulièrement à la perle acquise par l'homme qui a tout donné et tout perdu. A cause de cette perle, Paul dit : « J'ai accepté de tout perdre afin de gagner le Christ » (Ph 3,8). Par le mot « tout » il entend les belles perles, et par « gagner le Christ » l'unique perle de grand prix.

      Précieuse, assurément, est la lampe pour ceux qui sont dans les ténèbres et qui en ont besoin jusqu'au lever du soleil. Précieuse aussi la gloire resplendissante sur le visage de Moïse (2Co 3,7) et aussi, je crois, sur celui des autres prophètes. Elle est belle à voir car elle nous aide à progresser jusqu'à ce que nous puissions contempler la gloire du Christ, à laquelle le Père rend témoignage en disant : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé en qui j'ai mis tout mon amour » (Mt 3,17). « Ce qui a été glorieux de manière partielle ne l'est plus, parce qu'il y a maintenant une gloire qui dépasse tout » (2Co 3,10). Nous avons besoin en un premier temps d'une gloire susceptible de disparaître devant « la gloire qui dépasse tout », comme nous avons besoin « d'une connaissance partielle » qui « disparaîtra quand viendra ce qui est parfait » (1Co 13,9s).

      Ainsi toute âme qui est encore dans l'enfance et chemine « vers la perfection d'adultes » (He 6,1) a besoin d'être enseignée, entourée, accompagnée jusqu'à ce que s'instaure en elle la « plénitude du temps » (Ga 4,4)... A la fin elle atteindra sa majorité et recevra son patrimoine : la perle de grand prix, « ce qui est parfait et qui fait disparaître ce qui est partiel » (1Co 13,10). Elle parviendra à ce bien qui dépasse tout : la connaissance du Christ (Ph 3,8). Mais beaucoup ne comprennent pas la beauté des nombreuses perles de la Loi et de la « connaissance partielle » répandue chez tous les prophètes ; ils s'imaginent à tort que sans la Loi et les prophètes parfaitement compris ils pourront trouver l'unique perle de grand prix... : la compréhension plénière de l'Evangile et tout le sens des actes et des paroles du Christ Jésus. 

Commentaire sur l'évangile de Matthieu, 10, 9-10 ; GCS 10, 10-11 (trad. Delhougne, Les Pères commentent, p.120 rev. ; cf SC p. 173)

separ ecrit biblio« Préparez le chemin du Seigneur, aplanissez sa route »

      Jean le Baptiste disait : « Toute vallée sera comblée » (Lc 2,5), mais ce n'est pas Jean qui a comblé toute vallée ; c'est le Seigneur, notre Sauveur... « Et tous les passages tortueux deviendront droits. » Chacun de nous était tortueux..., et c'est la venue du Christ qui s'accomplit jusqu'en notre âme qui a redressé tout ce qui était tortueux... Rien n'était plus impraticable que vous. Regardez vos désirs déréglés d'autrefois, votre emportement et vos autres penchants mauvais, si toutefois ils ont disparu : vous comprendrez que rien n'était plus impraticable que vous ou, selon une formule plus expressive, que rien n'était plus raboteux. Votre conduite était raboteuse, vos paroles et vos œuvres étaient raboteuses.

      Mais mon Seigneur Jésus est venu : il a aplani vos rugosités, il a changé en routes unies tout ce chaos pour faire en vous un chemin sans heurts, bien uni et très propre, pour que Dieu le Père puisse marcher en vous, et que le Christ Seigneur fasse en vous sa demeure et puisse dire : « Mon Père et moi, nous viendrons et nous ferons en lui notre demeure » (Jn 14,23). 

Homélies sur l'évangile de Luc, n°22, 4 (trad. SC 87, p. 303 rev.)

separ ecrit biblio« Le Verbe s'est fait chair, il a habité parmi nous, et nous avons vu sa gloire..., pleine de grâce et de vérité » (Jn 1,14)

      Je pense que les quatre évangiles sont les éléments essentiels de la foi de l'Eglise..., et je pense que les prémices des évangiles se trouvent dans...l'évangile de Jean qui, pour parler de celui dont d'autres ont fait la généalogie, commence par celui qui n'en a pas. En effet, Matthieu, écrivant pour les juifs qui attendent le fils d'Abraham et de David, dit : « Généalogie de Jésus Christ, fils de David, fils d'Abraham » (1,1) ; et Marc, sachant bien ce qu'il écrit, met : « Début de l'Évangile » (1,1). La fin de l'Évangile nous la trouvons chez Jean : c'est « le Verbe qui était au commencement », la Parole de Dieu (1,1). Mais Luc aussi réserve à celui qui a reposé sur la poitrine de Jésus (Jn 13,25) les discours les plus grands et les plus parfaits sur Jésus. Aucun d'eux n'a montré sa divinité d'une manière aussi absolue que Jean, qui lui fait dire : « C'est moi la lumière du monde », « C'est moi le chemin, la vérité et la vie », « C'est moi la résurrection », « C'est moi la porte », « C'est moi le bon berger » (8,12; 14,6; 11,25; 10,9.11) et, dans l'Apocalypse, « C'est moi l'alpha et l'oméga, le commencement et la fin, le premier et le dernier » (22,13).

      Il faut donc oser dire que, de toutes les Écritures, les évangiles sont les prémices et que, parmi les évangiles, les prémices sont celui de Jean, dont nul ne peut saisir le sens s'il ne s'est penché sur la poitrine de Jésus et n'a reçu de Jésus Marie pour mère (Jn 19,27)... Quand Jésus dit à sa mère : « Voici ton fils » et non : « Voici, cet homme est aussi ton fils », c'est comme s'il lui disait : « Voici ton fils que tu as enfanté ». En effet, quiconque est arrivé à la perfection « ne vit plus, mais le Christ vit en lui » (Ga 2,20)... Est-il encore nécessaire de dire quelle intelligence il nous faut pour interpréter dignement la parole déposée dans les trésors d'argile (cf 2Co 4,7) d'un langage ordinaire ? dans cette lettre qui peut être lue par n'importe qui, cette parole rendue audible par une voix et qu'entendent tous ceux qui prêtent leurs oreilles ? Car, pour interpréter avec exactitude l'évangile de Jean, il faut pouvoir dire en toute vérité : « Nous, nous avons la pensée du Christ, pour connaître les grâces que Dieu nous a accordées » (1Co 2,16.12). 

Commentaire sur l'évangile de Jean, I, 21-25 ; SC 120 (trad. SC p. 69 rev.)

separ ecrit biblio« En trois jours je le relèverai »

      Il est grand, le mystère de notre résurrection, et extrêmement difficile à sonder. Il est annoncé dans beaucoup de textes de l'Écriture, mais surtout dans Ézéchiel... : « L'Esprit du Seigneur me déposa dans une vallée pleine d'ossements humains...; ils étaient complètement desséchés. Le Seigneur me dit : Fils d'homme, ces ossements vivront-ils ? Je répondis : Seigneur, c'est toi qui le sais. Il me dit : Prophétise sur ces ossements. Tu leur diras : Ossements desséchés, écoutez la parole du Seigneur » (Ez 37,1-4)...

      Quels sont donc ces ossements à qui il est dit : « Écoutez la parole du Seigneur »...sinon le Corps du Christ, dont le Seigneur disait : « Tous mes os sont disloqués » (Ps 21,15)... Comme a eu lieu la résurrection du corps véritable et parfait du Christ, un jour les membres du Christ...seront réunis, l'os à son os, la jointure à la jointure. Personne privé de cette jointure n'atteindra « l'homme parfait, à la stature du corps du Christ dans sa plénitude » (Ep 4,13). Alors...« tous les membres du corps, à plusieurs, formeront un seul corps » (1Co 12,12)...

      Je dis cela à propos du Temple dont le Seigneur a dit : « Le zèle pour ta maison me dévore » (Ps 68,10), et à propos des juifs qui lui demandaient de leur montrer un signe, et enfin à propos de sa réponse... : « Détruisez ce Temple, et en trois jours je le relèverai ». Car il faut que soit chassé de ce temple, qui est le Corps du Christ, tout ce qui refuse la raison et ce qui relève du commerce, pour qu'à l'avenir ce temple ne soit plus une maison de marchands. Il faut en outre...qu'après sa destruction par ceux qui refusent la parole de Dieu, il soit relevé le troisième jour... Grâce à la purification de Jésus, ses disciples, ayant abandonné tout ce qui est déraisonnable et toute forme de commerce et à cause du zèle du Verbe, la Parole de Dieu, qui est présent en eux, ses disciples seront « détruits » pour être « relevés » par Jésus en trois jours... Car il faut trois jours entiers pour que cette reconstruction soit achevée. C'est pourquoi l'on peut dire d'une part que la résurrection a eu lieu et d'autre part qu'elle est à venir : vraiment « nous avons été ensevelis avec le Christ » et « avec lui nous nous lèverons » (cf Rm 6,4)... « Tous revivront dans le Christ, mais chacun à son rang : comme prémices, le Christ, puis ceux qui seront au Christ sors de son avènement » (1Co 15,22s).

Commentaire de l'évangile de Jean, 10 (trad. coll. Pères dans la foi, n°28-29, DDB 1984, p. 133 rev. ; cf SC 222) 

separ ecrit biblio« Les temps sont accomplis : le Règne de Dieu est tout proche »

      La vie des mortels est remplie de pièges qui font trébucher, remplie des filets des tromperies... Et parce que l'ennemi avait tendu partout ces filets, et qu'il y avait pris à peu près tous les hommes, il a été nécessaire que paraisse quelqu'un qui soit plus fort pour les dominer, les rompre, et frayer ainsi la voie à ceux qui le suivaient. C'est pourquoi, avant de venir s'unir l'Église comme son épouse, le Sauveur aussi est tenté par le diable... Il enseignait ainsi à l'Église que ce n'est pas par l'oisiveté et les plaisirs, mais par bien des épreuves et tentations, qu'elle devrait venir au Christ.

      Il n'y avait en effet personne d'autre qui aurait pu triompher de ces filets. « Car tous ont péché », comme il est écrit (Rm 3,23)... Notre Seigneur et Sauveur Jésus est le seul qui « n'a jamais commis de péché » (1P 2,22). Mais le Père « l'a identifié au péché pour nous » (2Co 5,21) afin que « dans notre condition humaine de pécheurs, à cause du péché, il détruise le péché » (Rm 8,3). Jésus est donc entré dans ces filets, mais lui seul n'a pas pu être enlacé par eux. Bien plus, les ayant rompus et déchirés, il a donné confiance à l'Église, si bien qu'elle ose désormais fouler aux pieds les pièges, franchir les filets, et dire en toute allégresse : « Notre âme comme un oiseau s'est échappée du filet des chasseurs. Le filet a été rompu, et nous avons été libérés » (Ps 123,7).

      Lui aussi cependant a succombé à la mort, mais volontairement, et non, comme nous, sous la contrainte du péché. Car il est le seul à avoir été « libre entre les morts » (Ps 87,6 LXX). Et parce qu'il était libre entre les morts, il a vaincu « celui qui possédait le pouvoir de la mort » (He 2,14) et lui a « arraché  les captifs » (Ep 4,8) qui étaient détenus dans la mort. Il ne s'est pas seulement ressuscité lui-même des morts, mais il a en même temps « ressuscité ceux qui étaient prisonniers de la mort, et il les a fait asseoir dans les cieux » (Ep 2,5s) ; « montant dans les hauteurs, il a emmené captive la foule des captifs » (Ep 4,8). 

Commentaire sur le Cantique des cantiques, III, 27-33 ; SC 376 (trad. cf SC, p. 671)

separ ecrit biblio« La maison fut remplie par l'odeur du parfum »

      L'épouse du Cantique des Cantiques dit : « Mon nard a donné son parfum » (1,12)...; mais on peut lire aussi « Son parfum »... L'épouse s'est approchée de l'Époux, l'a oint de ses onguents, et d'une façon étonnante, c'est comme si le nard n'avait pas donné d'odeur auparavant, tant qu'il était aux mains de l'épouse, mais a donné son odeur lorsqu'il entre en contact avec le corps de l'Époux -- en sorte que, semble-t-il, c'est moins lui qui a pris l'odeur du nard, que le nard qui l'a prise comme venant de lui...

      Présentons ici l'épouse Église en la personne de Marie : il est dit qu'elle apporte une livre d'un nard de grand prix, qu'elle oint les pieds de Jésus, les essuie de ses cheveux, et reçoit en quelque sorte pour elle-même, par la chevelure de sa tête, un parfum imprégné de la qualité et de la puissance du corps de Jésus... Elle s'imprègne la tête d'un parfum exquis qui vient moins du nard que du Christ, et elle dit [avec l'épouse] : « Mon nard, versé sur le corps du Christ, m'a renvoyé Son odeur »...

      « Et la maison tout entière fut remplie de l'odeur du parfum. » Cela indique à coup sûr que l'odeur de la doctrine qui procède du Christ et le parfum agréable du Saint Esprit ont rempli toute la maison de ce monde, ou la maison de toute l'Église. Ou du moins, ils ont rempli toute la maison de cette âme qui a reçu en partage l'odeur du Christ, lui offrant d'abord le don de sa foi comme un nard pur, et recevant en retour la grâce de l'Esprit Saint et le parfum agréable de la doctrine spirituelle..., afin de dire elle aussi : « Nous sommes une bonne odeur pour Dieu » (2Co 2,15). Or, parce que ce nard a été rempli de foi et d'un amour de grand prix, pour cette raison Jésus lui rend ce témoignage : « Elle a accompli une bonne œuvre à mon égard » (Mc 14,6). 

Commentaire du Cantique des Cantiques, II, 9 ; SC 375 (trad. SC p. 437 rev.)

separ ecrit biblio« Alors on verra le Fils de l'homme venir...avec grande puissance »

« Il reste encore beaucoup de terre à posséder » (Jos 13,1)... Considère le premier avènement de notre Seigneur et Sauveur, quand il est venu semer sa parole sur la terre. Il s'est emparé de toute la terre par la seule force de ces semailles : il a mis en fuite les puissances adverses et les anges rebelles qui dominaient les esprits des nations, et en même temps il a semé sa parole et répandu ses églises. Telle est sa première possession de toute la terre.

Suis-moi cependant...à travers les lignes subtiles de l'Écriture, et je te montrerai ce qu'est la seconde conquête d'une terre dont on dit à Josué/Jésus qu'on en a beaucoup laissé. Écoute les paroles de Paul : « Il faut qu'il règne jusqu'à ce qu'il fasse de tous ses ennemis l'escabeau de ses pieds » (1Co 15,25; Ps 109,1). Voilà la terre dont on dit qu'elle a été laissée jusqu'à ce que tous soient complètement soumis à ses pieds et qu'ainsi il prenne tous les peuples dans son héritage... En ce qui concerne notre temps, nous voyons bien des choses « qui restent » et ne sont pas encore soumises aux pieds de Jésus ; or il faut qu'il entre en possession de tout. Car il ne pourra y avoir de fin du monde que lorsque tout lui aura été soumis. Le prophète dit en effet : « Toutes les nations lui seront soumises, des extrémités des fleuves jusqu'aux extrémités de la terre ; devant lui se prosterneront les Éthiopiens » (Ps 71 LXX), et « D'au-delà des fleuves de l'Éthiopie ils lui présenteront des offrandes » (So 3,10).

Il résulte de là qu'à son second avènement Jésus dominera cette terre dont il reste beaucoup à posséder. Mais bienheureux ceux qui auront été ses sujets dès le premier avènement ! Ils seront vraiment comblés de faveurs, malgré la résistance de tant d'ennemis et les attaques de tant d'adversaires ; ils recevront...leur part de la Terre Promise. Mais lorsque la soumission aura été faite par la force, au jour où il faut que « soit détruit le dernier ennemi, c'est-à-dire la mort » (1Co 15,26), il ne pourra plus y avoir de faveur pour ceux qui refuseront de se soumettre. 

Homélies sur le livre de Josué, n°16, 3 ; SC 71 (trad. SC p. 363 rev.)

separ ecrit biblio« C'est au bout de trois jours qu'ils le trouvèrent dans le Temple »

      A l'âge de douze ans, Jésus reste à Jérusalem. Ne le sachant pas, ses parents le cherchent avec inquiétude et ne le trouvent pas. Ils cherchent « parmi leurs proches parents », ils cherchent « parmi leurs compagnons de route », ils cherchent « parmi leurs connaissances », mais, parmi tous ces gens-là, ils ne le trouvent pas... Mon Jésus ne veut pas être trouvé dans la foule.

      Apprenez donc où ils l'ont trouvé...pour que vous aussi vous puissiez le trouver : « À force de recherches, ils le trouvèrent dans le Temple ». Non pas n'importe où, mais « dans le Temple », et pas simplement dans le Temple, mais « au milieu des docteurs qu'il écoutait et qu'il interrogeait ». Vous aussi, cherchez donc Jésus dans le temple de Dieu, cherchez-le dans l'Église, cherchez-le auprès des maîtres qui sont dans ce temple et qui n'en sortent pas. Si vous cherchez de cette façon, vous le trouverez...

      Ils le trouvent « assis au milieu des docteurs..., les interrogeant et les écoutant ». Maintenant encore, Jésus est ici ; il nous interroge et nous écoute parler. « Tous étaient dans l'admiration », dit Luc. Qu'est-ce qu'ils admiraient ? Non pas ses questions qui pourtant étaient admirables, mais ses réponses... « Moïse parlait, dit l'Écriture, et Dieu lui répondait par une voix » (Ex 19,19). C'est ainsi que le Seigneur apprenait à Moïse ce qu'il ignorait. Tantôt Jésus interroge, tantôt il répond..., et si admirables que soient ses questions, ses réponses sont plus admirables encore.

      Pour que nous puissions l'entendre nous aussi et qu'il nous pose des questions qu'il résoudra lui-même, supplions-le, mettons un effort intense et douloureux à le chercher, et nous pourrons alors trouver celui que nous cherchons. Ce n'est pas sans raison qu'il est dit dans l'Écriture : « Ton père et moi nous te cherchions dans la douleur ». Il faut en effet que celui qui cherche Jésus ne le fasse pas avec négligence et mollesse, d'une manière intermittente, comme le font certains...et qui, pour cette raison, ne le trouvent pas. Pour nous, disons : « Nous te cherchons avec peine ». 

Homélies sur l'évangile de Luc, n°18 ; SC 87 (trad. SC p. 267 rev.)

separ ecrit biblio« J'ai vu l'Esprit descendre du ciel comme une colombe et demeurer sur lui »

      Jésus est celui qui est « sorti de la souche de Jessé » selon la chair, « né de la lignée de David selon la chair », et aussi « établi dans sa puissance de Fils de Dieu selon l'Esprit qui sanctifie » (Is 11,1; Rm 1,3-4). Oui, il est « le rejeton sorti de la souche de Jessé », et pourtant il n'est pas un rejeton, lui « le Premier-né de toute la création » (Col 1,15) ; il n'est pas qu'un rejeton, lui le Dieu « Verbe qui au commencement était auprès de Dieu » (Jn 1,1), et pourtant celui qui est né selon la chair est bien « un rejeton sorti de la souche de Jessé : une fleur a jailli de ses racines » ...

      « Sur lui reposera l'esprit du Seigneur, esprit de sagesse et d'intelligence » (Is 11,2). L'esprit de sagesse n'a pas reposé sur Moïse, l'esprit de sagesse n'a pas reposé sur Josué, l'esprit de sagesse n'a reposé sur aucun des prophètes, ni sur Isaïe, ni sur Jérémie... Il est venu sur Moïse, mais après cette visite de l'esprit de sagesse, Moïse a manqué de foi : « Écoutez donc, rebelles, dit-il, est-ce que nous pouvons faire jaillir de l'eau pour vous de ce rocher ? » (Nb 20,10) Il est venu sur tous les justes. Il est venu sur Isaïe, mais que dit ce dernier ? « Je suis un homme aux lèvres impures et j'habite au milieu d'un peuple aux lèvres impures » (Is 6,5)... L'Esprit peut bien venir sur n'importe quel homme, mais il ne peut pas y trouver de repos, car tout homme pèche et il n'y a pas de juste sur la terre qui fasse le bien sans jamais tomber. « Personne n'est pur de souillures » (Jb 14,4)... Si l'Esprit est venu sur beaucoup, il n'est demeuré sur aucun. Auparavant dans l'Écriture, il y a cette parole : « Mon esprit, dit le Seigneur, ne demeurera pas indéfiniment dans l'homme » (Gn 6,3)...

      Jean le Baptiste a vu un homme, un seul, sur lequel l'Esprit a demeuré, et c'était le signe que Dieu lui avait donné : « Celui sur qui tu verras l'Esprit descendre et demeurer, c'est lui, le Fils de Dieu »

Homélies sur Isaïe, n°3, 1-2 (trad. Sr Isabelle de la Source, Lire la Bible, t. 6, p. 57 rev.)

 

Origenes1

Origène, Théologien et Père de l'Église
 

« Si le monde a de la haine contre vous, sachez qu'il en a eu d'abord contre moi »

Si, en passant de l'incroyance à la foi, nous sommes « passés de la mort à la vie » (Jn 5,24) ne soyons pas étonnés que le monde nous hait. Car tous ceux qui ne sont pas passés de la mort à la vie, mais qui demeurent dans la mort, ne peuvent pas aimer ceux qui sont passés de la demeure ténébreuse de la mort...aux « édifices faits de pierres vivantes » (1P 2,5) où règne la lumière de la vie...

Pour nous chrétiens voici venu le temps de nous glorifier, car il est dit : « Nous nous glorifions dans nos épreuves, car nous savons que l'épreuve produit la persévérance, la persévérance produit la valeur éprouvée, la valeur éprouvée produit l'espérance, et l'espérance ne trompe pas. Que seulement l'amour de Dieu soit répandu dans nos cœurs par l'Esprit Saint » (Rm 5,3-5)...

« De même que nous avons largement part aux souffrances du Christ, de même, par le Christ, nous sommes largement consolés » (2Co 1,5). Accueillons donc avec une grande ferveur les souffrances du Christ ; qu'elles nous soient largement accordées, si nous voulons être largement consolés, puisque tous « ceux qui pleurent seront consolés » (Mt 5,5)... Ceux qui participent aux souffrances participeront aussi à la consolation en proportion des souffrances qui les font participer au Christ. Apprenez-le de l'apôtre qui a dit avec confiance : « Nous le savons : puisque vous connaissez comme nous la souffrance, vous obtiendrez comme nous la consolation » (2Co 1,7).

Exhortation au martyre, 41-42 (trad. bréviaire rev.)

separ ecrit biblio

 « Tout ce que vous demanderez en invoquant mon nom, je le ferai, afin que le Père soit glorifié dans le Fils »

      Il me semble que celui qui se dispose à prier doit se recueillir et se préparer quelque peu, pour être plus prompt, plus attentif à l'ensemble de sa prière. Il doit de même chasser toutes les anxiétés et tous les troubles de sa pensée, et s'efforcer de se souvenir de la grandeur du Dieu qu'il approche, songer qu’il est impie de se présenter à lui sans attention, sans effort, avec une sorte de sans-gêne, rejeter enfin toutes les pensées étrangères.

      En venant à la prière, il faut présenter pour ainsi dire l’âme avant les mains, élever l'esprit vers Dieu avant les yeux, dégager l'esprit de la terre avant de se lever pour l'offrir au Seigneur de l'univers, enfin déposer tout ressentiment des offenses qu'on croit avoir reçues si on désire que Dieu oublie le mal commis contre lui-même, contre nos proches, ou contre la droite raison.

      Comme les attitudes du corps sont innombrables, celle où nous étendons les mains et où nous levons les yeux au ciel doit être sûrement préférée à toutes les autres, pour exprimer dans le corps l'image des dispositions de l'âme pendant la prière…, mais les circonstances peuvent amener parfois à prier assis…ou même couché… Pour la prière à genoux, elle est nécessaire lorsque quelqu'un s'accuse devant Dieu de ses propres péchés, en le suppliant de le guérir et de l'absoudre. Elle est le symbole de ce prosternement et de cette soumission dont parle Paul lorsqu'il écrit : « C'est pourquoi je fléchis les genoux devant le Père, de qui vient toute paternité dans le ciel et sur la terre » (Ep 3,14-15). C'est là l'agenouillement spirituel, ainsi appelé parce que toute créature adore Dieu au nom de Jésus et se soumet humblement à lui. L'apôtre Paul semble y faire allusion quand il dit : « Qu'au nom de Jésus tout genou fléchisse au ciel, sur la terre, et dans l'abîme » (Ph 2,10).

La Prière, 31 (trad. DDB 1977, p. 117)

separ ecrit biblio« On cherchait à l'arrêter, mais personne ne mit la main sur lui parce que son heure n'était pas encore venue »

      Chercher Jésus est souvent un bien, car c'est la même chose que de chercher le Verbe, la vérité et la sagesse. Mais vous allez dire que les mots « chercher Jésus » sont parfois prononcés à propos de ceux qui lui veulent du mal. Par exemple : « Ils cherchaient à le saisir, mais personne ne porta la main sur lui, parce que son heure n'était pas encore venue ». « Je sais que vous êtes la descendance d'Abraham ; mais vous cherchez à me tuer parce que ma parole ne pénètre pas en vous » (Jn 8,37). « Maintenant vous cherchez à me tuer, moi un homme qui vous ai dit la vérité que j'ai entendue de mon Père » (Jn 8,40).

      Ces paroles...ne s'opposent pas à cette autre parole : « Quiconque cherche trouve » (Mt 7,8). Il existe toujours des différences entre ceux qui cherchent Jésus : tous ne le cherchent pas sincèrement pour leur salut et pour obtenir son aide. Il est des hommes qui le cherchent pour d'innombrables raisons fort éloignées du bien. C'est pourquoi seuls ceux qui l'ont cherché en toute droiture ont trouvé la paix, ceux dont on peut vraiment dire qu'ils cherchent le Verbe qui est auprès de Dieu (Jn 1,1), afin qu'il les amène à son Père...

      Il menace de s'en aller s'il n'est pas accueilli : « Je m'en vais et vous me chercherez » (Jn 8,21)... Il sait de qui il s'éloigne et auprès de qui il reste sans être encore trouvé, afin que si on le cherche on le trouve au temps favorable. 

Commentaire de Saint Jean, 19,12 ; PG 14, 548 (trad. cf. Jean expliqué, DDB 1985, p. 85)

separ ecrit biblioLa vraie violence qui s’empare du Royaume des cieux

      Josué a traversé le Jourdain pour attaquer la ville de Jéricho. Mais Saint Paul enseigne : « Nous ne luttons pas contre des hommes, mais contre les forces invisibles, les puissances des ténèbres qui dominent le monde, les esprits du mal qui sont au-dessus de nous » (Ep 6,12). Les choses qui ont été écrites sont des images et des symboles. Car Paul dit ailleurs : « Ces évènements servaient d’exemple ; ils ont été écrits pour notre instruction, à nous qui voyons arriver la fin des temps » (1Co 10,11). Si donc ces choses ont été écrites pour notre instruction, eh bien ! pourquoi tardes-tu ? Comme Josué, partons pour la guerre, prenons d'assaut la plus vaste cité de ce monde, c’est-à-dire la méchanceté, et détruisons les murailles orgueilleuses du péché.

      Regarderais-tu alentour quel chemin il faut prendre, quel champ de bataille il faut choisir ? Tu vas trouver, sans doute, mes paroles étonnantes, elles sont pourtant vraies : limite tes recherches à toi seul. En toi est le combat que tu vas livrer, à l'intérieur de toi l'édifice du mal et du péché qu'il faut abattre ; ton ennemi sort du fond de ton coeur. Ce n'est pas moi qui le dis, mais le Christ ; écoute-le : « C'est du coeur que viennent les pensées mauvaises, meurtres, adultères, inconduites, vols, faux témoignages, diffamations » (Mt 15,19). Réalises-tu la puissance de cette armée ennemie qui s’avance contre toi du fond de ton coeur ? Voilà nos vrais ennemis. 

Homélies sur Josué, n° 5 (trad. SC 71, p. 166)

separ ecrit biblioL'arche de l'Eglise

      Autant que la petitesse de mon esprit me le permet, je pense que le déluge, qui a mis alors presque un terme au monde, est le symbole de la fin du monde, fin qui doit véritablement arriver. Le Seigneur lui-même l'a déclaré quand il a dit : « Aux jours de Noé, les hommes achetaient, vendaient, bâtissaient, se mariaient, donnaient leurs filles en mariage, et le déluge arriva, qui les fit tous périr. Ainsi sera également l'avènement du Fils de l'homme ». Dans ce texte, il semble bien que le Seigneur décrit d'une seule et même façon le déluge qui a déjà eu lieu et la fin du monde qu'il annonce pour l'avenir.

      Ainsi donc, jadis il a été dit à l'antique Noé de faire une arche et d'y introduire avec lui non seulement ses fils et ses proches mais des animaux de toute espèce. De même, à la consommation des âges, il a été dit par le Père au Seigneur Jésus Christ, notre nouveau Noé, le seul Juste et le seul Parfait (Gn 6,9), de se faire une arche de bois équarri et de lui donner des mesures qui sont pleines de mystères divins (cf Gn 6,15). Cela est indiqué dans un psaume qui dit : « Demande et je te donnerai les nations pour héritage et pour domaine les extrémités de la terre » (2,8). Il a construit donc une arche avec toutes sortes d'abris pour recevoir les animaux divers. Un prophète parle de ces demeures quand il écrit : « Va, mon peuple, entre dans tes abris, cache-toi pour quelques instants, jusqu'à ce que la colère ait passé » (Is 26,20). Il y a en effet une correspondance mystérieuse entre ce peuple qui est sauvé dans l'Eglise, et tous ces êtres, hommes et animaux, qui ont été sauvés du déluge dans l'arche. 

Homélies sur la Genèse, II, 3 (trad. cf SC 7bis, p. 89)

separ ecrit biblio« Ils sont fils de Dieu, en étant héritiers de la résurrection »

      Au dernier jour, la mort sera vaincue. La résurrection du Christ, après le supplice de la croix, contient mystérieusement la résurrection de tout le Corps du Christ. Comme le corps visible du Christ est crucifié, enseveli et ensuite ressuscité, ainsi le Corps entier des saints du Christ est crucifié avec lui et ne vit plus en lui-même. Mais quand viendra la résurrection du véritable Corps du Christ, son Corps total, alors les membres du Christ aujourd'hui semblables à des ossements desséchés se réuniront jointure à jointure (Ez 37,1s), chacun trouvant sa place et « tous ensemble constitueront un homme parfait à la mesure de la plénitude du corps du Christ » (Ep 4,13). Alors la multitude des membres sera un corps, car tous appartiennent au même corps (Rm 12,4).

Commentaire de l'épître aux Romains, 4,7 ; PG 14, 985

separ ecrit biblioPrécurseur du Christ dans sa naissance et dans sa mort

      Admirons Jean Baptiste surtout à cause du témoignage suivant : « Parmi les enfants des femmes, personne ne dépasse Jean Baptiste » (Lc 7,28) ; il a mérité de s'élever à une telle réputation de vertu que bien des gens pensaient qu'il était le Christ (Lc 3,15).  Mais il y a bien plus admirable encore : Hérode le tétrarque jouissait du pouvoir royal et était à même de le faire mourir quand il le voudrait. Or, il avait commis une action injuste et contraire à la loi de Moïse en prenant la femme de son frère. Jean, sans avoir peur de lui, ni faire acception de la personne, sans se soucier du pouvoir royal, sans craindre la mort…, sans se dissimuler tous ces dangers, a réprimandé Hérode avec la liberté des prophètes et lui a reproché son mariage. Jeté en prison pour cette audace, il ne se préoccupe ni de la mort ni d'un jugement à l'issue incertaine, mais, dans ses chaînes, ses pensées allaient au Christ qu'il avait annoncé.

      Ne pouvant aller le trouver en personne, il envoie ses disciples pour s'informer : « Es-tu celui qui doit venir ou faut-il en attendre un autre ? » (Lc 7,19) Notez bien que, jusque dans sa prison, Jean enseignait. Même dans ce lieu il avait des disciples ; même en prison Jean accomplissait son devoir de maître et instruisait ses disciples par des entretiens sur Dieu. Dans ces circonstances, le problème de Jésus se trouvait posé, et Jean lui envoie donc quelques disciples…

      Les disciples reviennent et rapportent à leur maître ce que le Sauveur les avait chargés d'annoncer. Cette réponse est pour Jean une arme pour affronter le combat ; il meurt avec assurance et de grand coeur se laisse décapiter, assuré par la parole du Seigneur lui-même que celui en qui il croyait était vraiment le Fils de Dieu. Telle a été la liberté de Jean Baptiste, telle a été la folie d'Hérode qui, à de nombreux crimes, a ajouté d'abord l'emprisonnement, puis le meurtre de Jean Baptiste. 

Homélie 27 sur St Luc, 2-4 (trad. SC 87, p. 347)

separ ecrit biblio« Comment ai-je ce bonheur que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi ? »

      « Tu es bénie entre les femmes et le fruit de tes entrailles est béni. D'où me vient cette faveur que la Mère de mon Seigneur vienne à moi ? » Ces mots : « D'où me vient cette faveur ? » ne sont pas un signe d'ignorance, comme si Élisabeth toute remplie du Saint Esprit ne savait pas que la Mère du Seigneur était venue à elle selon la volonté de Dieu. Voici le sens de ses paroles : « Qu'ai-je fait de bien ? En quoi mes oeuvres sont-elles assez importantes pour que la Mère du Seigneur vienne me voir ? Suis-je une sainte ? Quelle perfection, quelle fidélité intérieure m'ont mérité cette faveur, une visite de la Mère du Seigneur ? » « Car ta voix n'a pas plutôt frappé mes oreilles que mon enfant a exulté de joie dans mon sein. » Il avait senti que le Seigneur était venu pour sanctifier son serviteur même avant sa naissance.

      Puisse-t-il m'arriver d'être traité de fou par ceux qui n'ont pas la foi, pour avoir cru en de tels mystères !… Car ce qui est tenu pour folie par ces gens-là est pour moi occasion de salut. En effet, si la naissance du Sauveur n'avait pas été céleste et bienheureuse, si elle n'avait rien eu de divin et de supérieur à la nature humaine, jamais sa doctrine n'aurait gagné toute la terre. Si dans le sein de Marie, il n'y avait eu qu'un homme et non le Fils de Dieu, comment aurait-il pu se faire qu'en ce temps-là, et aujourd'hui encore, soient guéries toutes sortes de maladies, non seulement du corps, mais aussi de l'âme ?… Si nous rassemblons tout ce qui est rapporté de Jésus, nous pouvons constater que tout ce qui a été écrit à son sujet est tenu pour divin et digne d'admiration, car sa naissance, son éducation, sa puissance, sa Passion, sa résurrection ne sont pas seulement des faits qui ont eu lieu en ce temps-là : ils sont à l’oeuvre en nous aujourd'hui encore. 

7ème homélie sur St Luc ; PG 13, 1817s (trad. coll. Pères dans la foi, vol. 34, p. 45 ; SC 87, p.159)

separ ecrit biblio« Si je parviens à toucher seulement son vêtement, je serai sauvée »

     A propos de l'offrande des premiers fruits de la terre, la Loi disait : « Tout ce qui y touche se trouvera consacré » (Lv 6,11). Le Christ immolé est le sacrifice unique et parfait, dont tous les sacrifices de l'ancienne Loi étaient le symbole et la préfiguration. Celui qui touche la chair de ce sacrifice est immédiatement sanctifié : s'il est impur, il est purifié ; s'il est blessé, sa blessure est guérie. C'est bien ainsi que l'a compris la femme qui souffrait d'un flux de sang... Parce qu'elle a compris qu'il y avait là en vérité la chair du Saint des Saints, elle s'est approchée. Elle n'ose pas toucher la chair même, car elle n'avait pas encore saisi ce qui est parfait ; mais elle a touché la frange du vêtement qui touchait cette chair très sainte. Et parce qu'elle touchait avec foi, « une force est sortie » de l'humanité du Christ, pour la purifier de son impureté et la guérir de sa maladie...

      Ne crois-tu pas donc que ce texte de la Loi doit s'entendre ainsi : Si quelqu'un touche la chair de Jésus avec les dispositions que nous venons de dire, si avec toute sa foi, toute son obéissance, il s'approche de Jésus comme du Verbe fait chair, celui-là a touché la vraie chair du sacrifice et il est sanctifié. 

Homélie 4 sur le Lévitique, PG 12,442-443 (trad. cf SC 286)

separ ecrit biblio« Si je ne te lave pas, tu n’auras point de part avec moi »

      « Jésus, sachant que le Père avait tout remis entre ses mains, et qu’il était sorti de Dieu et retournait à Dieu, se lève de table. » Ce qui n’était pas entre les mains de Jésus auparavant est remis entre ses mains par le Père : non certaines choses et pas d’autres, mais toutes. David avait dit : « Le Seigneur dit à mon seigneur : Siège à ma droite jusqu’à ce que j’aie mis tes ennemis comme un escabeau sous tes pieds » (Ps 109,1). Les ennemis de Jésus faisaient parti, en effet, de ce tout qu’il savait que son Père lui donnait… A cause de ceux qui s’étaient écartés de Dieu, il s’est écarté de Dieu, lui qui de nature ne veut pas sortir du Père. Il est sorti de Dieu afin que tout ce qui s’est écarté de Dieu revienne avec lui, entre ses mains, auprès de Dieu, selon son dessein éternel…

      Qu'est-ce que Jésus faisait donc en lavant les pieds des disciples ? En les lavant et en les essuyant à l'aide du linge dont il était ceint, Jésus ne rendait-il pas beaux leurs pieds au moment où ils allaient avoir à annoncer la bonne nouvelle ? C'est alors que s'est accompli, à mon avis, la parole prophétique : « Qu'ils sont beaux les pieds de ceux qui annoncent les bonnes nouvelles ! » (Is 52,7;Rm 10,15). Mais si, en lavant les pieds des disciples, Jésus les rend beaux, comment exprimer la beauté véritable en ceux qu'il plonge tout entiers « dans l'Esprit Saint et le feu » (Mt 3,11) ? Les pieds des apôtres sont devenus beaux afin...qu’ils puissent poser le pied sur la route sainte et cheminer en celui qui a dit : « Moi, je suis le Chemin » (Jn 14,6). Car quiconque a eu les pieds lavés par Jésus, et lui seul, suit ce chemin vivant et qui mène au Père ; ce chemin n'a pas de place pour des pieds souillés… Pour suivre ce chemin vivant et spirituel (He 10,20)…, il faut avoir les pieds lavés par Jésus qui a déposé ses vêtements...afin de prendre en son propre corps l’impureté de leurs pieds avec ce linge qui était son seul vêtement, car « c'est lui qui porte nos infirmités » (Is 53,4). 

Commentaire sur St Jean, § 32, 25-35.77-83 (trad. cf SC 385, p.199s)

separ ecrit biblio« Moi, la lumière, je suis venu dans le monde pour que celui qui croit en moi ne demeure pas dans les ténèbres »

      Le Christ est « la lumière du monde » (Jn 8,12) et il éclaire l'Église de sa lumière. Et comme la lune reçoit sa lumière du soleil afin d'éclairer elle aussi la nuit, ainsi l'Église, recevant sa lumière du Christ, éclaire tous ceux qui se trouvent dans la nuit de l'ignorance... C'est donc le Christ qui est « la vraie lumière qui illumine tout homme venant en ce monde » (Jn 1,9), et l'Église, recevant sa lumière, devient elle-même lumière du monde, « illuminant ceux qui marchent dans les ténèbres » (Rm 2,19), selon cette parole du Christ à ses disciples : « Vous êtes la lumière du monde » (Mt 5,14). D'où il ressort que le Christ est la lumière des apôtres, et les apôtres à leur tour la lumière du monde. 

Homélies sur la Genèse, I, 5-7 (trad. Orval ; cf SC 7, p. 70s)

separ ecrit biblio« Tu aimes la vérité, mon Dieu, au fond du coeur » (Ps 50,8)

      Le Christ nous a enseigné que Dieu n'est pas à chercher en un lieu déterminé et nous a appris qu'« un sacrifice est offert à son nom en tout endroit de la terre » (Ml 1,11). En effet, c'est maintenant « le temps où les vrais adorateurs adorent le Père », non plus à Jérusalem ni sur le mont Garizim, « mais en esprit et en vérité » (Jn 4,21.24). Ce n'est donc pas dans un lieu ni sur la terre que Dieu habite, mais dans le coeur. Vous cherchez alors où se trouve Dieu ? Dieu se trouve en un coeur pur. C'est là en effet qu'il fera sa demeure, selon ce qu'il a dit par le prophète : « J'habiterai et je marcherai au milieu d'eux, et ils seront mon peuple et je serai leur Dieu, dit le Seigneur » (Lv 26,12).

      Remarquez bien que chacune de nos âmes contient en quelque sorte un puits d'eau vive ; il y a en elle un certain sens céleste, une image de Dieu enfouie... Il est là, le Verbe de Dieu, et son opération actuelle est de dégager le sable de votre âme à chacun, pour faire jaillir votre source. Cette source est en vous et ne vient pas du dehors, car « le Royaume de Dieu est au-dedans de vous » (Lc 17,21).

      Ce n'est pas au dehors, mais chez elle que la femme qui avait perdu sa pièce d'argent l'a retrouvée. « Elle avait allumé sa lampe, elle avait balayé sa maison » (Lc 15,8) des ordures et des saletés qui s'y étaient accumulées par sa négligence, et c'est là qu'elle a retrouvé sa pièce d'argent. Quant à vous, si vous allumez votre lampe, si vous vous servez de l'illumination du Saint Esprit, « si vous voyez la lumière dans sa lumière » (Ps 36,10), vous trouverez la pièce d'argent en vous. Car c'est en vous que se trouve l'image du roi céleste. 

Homélies sur la Genèse, n° 13, 3-4 ; PG 12,233 (trad. SC 7, p. 222 rev.)

 

Origenes1Origène, Théologien et Père de l'Église

« Celui qui ne rassemble pas avec moi, disperse »

      Dans la guerre contre les Moabites et les Ammonites, Josué [qui porte le même nom que Jésus] « tua tous leurs rois par le glaive » (Jos 11,12). Nous étions tous « sous le règne du péché » (Rm 6,12) ; tous, nous étions sous le règne des passions mauvaises… En chacun pourtant, se tenait un roi particulier qui régnait en lui et dominait en lui. Par exemple, dans l'un c'était l'avarice qui occupait le royaume, dans un autre c'était l'orgueil, dans un autre encore le mensonge ; l'un était dominé par les désirs charnels, l'autre subissait le règne de la colère… Il y avait donc en chacun de nous un royaume de péché avant que nous ayons la foi.

      Mais lorsque Jésus est venu, il a tué tous les rois qui détenaient en nous des royaumes de péché, il nous a appris à les tuer tous et à n'en laisser échapper aucun. Si l'on en conserve un seul en vie, on ne pourra pas appartenir à l'armée de Jésus… Car le Seigneur Jésus nous a purifiés de toutes les sortes de péchés ; il les a tous détruits. En effet, tous « nous étions insensés, rebelles, égarés, esclaves d’une foule de convoitises, vivant dans la malice et l'envie, odieux et nous haïssant les uns les autres » (Tt 3,3), avec tous les genres de péchés qui se trouvent chez les hommes avant qu'ils croient. On a raison de dire que Jésus a tué tous ceux qui sortirent pour faire la guerre ; car il n'est pas de péché si grand que Jésus ne puisse avoir le dessus, lui qui est le Verbe et la « Sagesse de Dieu » (1Co 1,24). Il triomphe de tout, il est vainqueur de tout.

      Ne croyons-nous pas que les péchés de toutes sortes nous sont ôtés quand nous venons au baptême ? C'est ce que dit l'apôtre Paul qui, après avoir énuméré tous les genres de péchés, ajoute finalement : « Voilà ce que vous étiez, mais vous avez été lavés, vous avez été sanctifiés, vous avez été justifiés, au nom de notre Seigneur Jésus Christ » (1Co 6,11). 

Homélies sur Josué, n° 15 (trad. SC 71, p. 345s rev.)

separ ecrit biblio« Je ferai de toi mon épouse dans la fidélité et la tendresse » (Os 2,22)

      « Rebecca venait puiser de l’eau au puits », nous dit l’Écriture (Gn 24,16). Chaque jour Rebecca venait aux puits, chaque jour elle puisait de l’eau. Et parce que chaque jour elle passait du temps près des puits, le serviteur d’Abraham a pu la trouver et la donner en mariage à Isaac. Peut-être penses-tu qu’il s’agit là d’un conte ou d’une belle histoire rapportée par l’Esprit Saint dans l’Écriture ? Non, il s’agit en vérité d’un enseignement spirituel, d’une instruction qui s’adresse à ton âme pour lui apprendre à venir chaque jour aux puits des Écritures, vers les eaux de l’Esprit Saint, à y puiser sans se lasser pour en remporter un vase bien rempli. C’est ainsi qu’agissait sainte Rebecca ; si elle avait fait autrement, elle n’aurait pas pu épouser le grand patriarche Isaac… 

      Or tout ce que contient l’Écriture est symbolique : toi aussi, le Christ veut t’épouser. C’est à toi qu’il s’adresse par la promesse des prophètes, quand il dit : « Je ferai de toi mon épouse pour toujours ; je ferai de toi mon épouse dans la fidélité et la tendresse, et tu connaîtras le Seigneur » (Os 2,21s). Voulant donc te fiancer à lui, le Christ t’envoie un serviteur — la parole inspirée. Tu ne peux pas épouser le Christ sans l’avoir reçue… Seuls ceux qui savent tirer l’eau en abondance des profondeurs des puits…, qui ont une âme qui fait tout avec patience, qui est entièrement disponible, qui s’applique à aller au plus profond pour puiser les eaux de la connaissance, seule cette âme peut connaître les noces avec le Christ.

 Homélies sur la Genèse, n° 10,2 (trad. cf Sr Isabelle de la Source, Lire la Bible, t. 1, p. 84 et SC 7, p. 186 s) 

separ ecrit biblio« Suis-moi »

      Balaam avait prophétisé : « Que tes demeures sont belles, Jacob, et tes tentes, Israël » (Nb 24,5). Ici, Jacob est le symbole des hommes parfaits en actions et en oeuvres, et Israël des chercheurs de la sagesse et de la connaissance... De celui qui a accompli tout son devoir et atteint la perfection des oeuvres, on dira que cette perfection des oeuvres est sa maison, sa belle maison. Au contraire pour ceux qui travaillent à la sagesse et à la connaissance, il n'y a pas de terme à leurs efforts -- car où sera la limite de la sagesse de Dieu ? Plus on s'en approchera, plus on y découvrira de profondeurs ; plus on la scrutera, mieux on comprendra son caractère ineffable et incompréhensible ; car la sagesse de Dieu est incompréhensible et inestimable. Pour ces gens-ci donc, qui s'avancent sur la route de la sagesse de Dieu, Balaam ne vante pas leurs maisons, car ils ne sont pas arrivés au terme du voyage, mais il admire les tentes avec lesquelles ils se déplacent toujours et progressent toujours...

      Quiconque fait quelque progrès dans la connaissance des choses de Dieu et a acquis quelque expérience en ce domaine le sait bien : à peine arrivé à quelque aperçu, à quelque compréhension des mystères spirituels, l'âme y séjourne comme sous une tente ; et après avoir exploré d'autres régions à partir de ses premières découvertes..., pliant sa tente en quelque sorte, elle tend plus haut, et là elle établit pour un moment la demeure de son esprit... C'est ainsi que toujours « tendue en avant » (Ph 3,13) elle s'avance comme les nomades avec leurs tentes. Jamais le moment n'arrive où l'âme embrasée du feu de la connaissance de Dieu peut se donner du temps et se reposer ; elle est toujours relancée du bien vers le mieux, et de ce mieux à de plus grandes hauteurs.

Homélies sur les Nombres, n° 17 (trad. SC 29, p.348 rev.) 

separ ecrit biblioNe pas négliger la prière

"Voici une comparaison pour inviter les hommes à prier et les empêcher de négliger la prière. Un homme ne peut pas avoir d'enfant sans s'unir à une femme. De même, pour obtenir ce qu'on désire, il faut prier avec de bonnes dispositions, avec foi, et se conduire dignement avant la prière. Il n'est pas nécessaire de dire beaucoup de paroles. Il ne faut pas non plus demander des choses sans importance, ni réclamer les biens de la terre, ni venir prier quand on est en colère ou troublé intérieurement. Pour comprendre ce que la prière exige, il faut avoir le cœur pur. De même, nous n'obtiendrons pas le pardon de nos péchés sans avoir pardonné du fond du cœur au frère qui nous demande pardon pour la peine qu'il nous a faite."

(La prière, 8)

separ ecrit biblioNous sommes en voyage

"Nous sommes en voyage, nous ne sommes venus en ce monde que pour passer de "vertus en vertus", et non pour rester sur terre par amour des objets terrestres, comme celui qui disait : "Je détruirai mes greniers et j'en construirai de plus grands" (Le 12,18). Ah ! que le Seigneur ne nous dise pas comme à lui : "Insensé, cette nuit, on te redemandera ton âme"."

(Homélies sur les Nombres XXVII, 7)

separ ecrit biblioJe suis blessé d'amour

"Si un homme a quelque jour brûlé du fidèle amour du Verbe de Dieu; si, pour parler comme le prophète, un homme, un jour, a reçu de la "flèche de choix" la douce blessure, la douce plaie; si quelqu'un, un jour, a été percé du trait amoureux, au point, ensuite, jour et nuit, de soupirer après lui de désir, et de ne plus pouvoir rien dire d'autre, et de ne plus vouloir rien entendre d'autre, et de ne plus rien savoir d'autre, et de n'avoir plus goût à rien désirer d'autre, rien envier d'autre, ni rien espérer hors de lui, celui-là alors, à juste titre, pourra dire: je suis blessé d'amour."

(Homélies sur le Cantique des Cantiques, 1)

separ ecrit biblioLe corps et la prière

"Comme les attitudes du corps sont innombrables, celle où nous étendons les mains et où nous levons les yeux au ciel doit être sûrement préférée à toutes les autres, pour exprimer dans le corps l’image des dispositions de l’âme pendant la prière. Nous disons qu’il faut agir de la sorte, quand il n’y a pas d’obstacles. Mais les circonstances peuvent amener parfois à prier assis, par exemple quand on a mal aux pieds ; ou à prier couché, à cause de la fièvre. Pour la même raison, si, par exemple, nous sommes en bateau ou que nos affaires ne nous permettent pas de nous retirer pour nous acquitter du devoir de notre prière, on peut prier sans prendre aucune attitude extérieure."

(La prière, III, 31, "Les Pères dans la foi", p. 120).

separ ecrit biblioJésus enseignait dans leurs synagogues

"Quand vous lisez : Jésus enseignait dans leurs synagogues et tous célébraient ses louanges (Lc 4, 15), prenez garde de n'estimer heureux que les auditeurs du Christ et de vous juger, vous, privés de son enseignement. Si l'Ecriture est la vérité, Dieu n'a pas seulement parlé jadis dans les assemblées juives, mais il parle aujourd'hui encore dans notre assemblée, et non seulement ici, dans la nôtre, mais dans d'autres réunions et dans le monde entier, Jésus enseigne et cherche des instruments pour transmettre son enseignement."

(Homélie 32 sur St Luc, Sources chrétiennes n° 87, p. 387).

separ ecrit biblioPère, je te rends grâces de m'avoir exaucé

Que penser du Sauveur et Seigneur qui fait cette prière "Père, je te rends grâces de m'avoir exaucé ; moi je savais que tu m'exauces toujours ; mais j'ai parlé à cause de la foule qui m'entoure, pour qu'ils croient que c'est toi qui m'as envoyé", alors que cette promesse a été donnée à tous ceux qui prient comme il faut, tout en étant dans le monde ? Origène répond :

"[Jésus] avait l'intention de prononcer une prière de demande ; mais celui qui pourrait lui dire : "Avant que tu parles, je dirai : 'Me voici'", devança sa demande et, au lieu de la demande qu'il avait l'intention de prononcer, Jésus adressa son action de grâces à celui qui avait devancé sa prière et, parce qu'il était exaucé en ce qu'il pensait seulement, mais sans l'avoir exprimé dans sa prière, il dit : "Père, je te rends grâces de m'avoir exaucé." Il allait donc prier pour la résurrection de Lazare et Dieu, qui seul est bon, le Père, devançant sa prière, entendit les paroles qu'il allait prononcer dans sa prière : c'est pourquoi, au lieu d'une prière de demande, le Sauveur fait monter une action de grâces, de façon à être entendu de la foule qui l'entoure ; car il poursuit deux objectifs à la fois : rendre grâces de ce qu'il a obtenu en faveur de Lazare et inciter à la foi la foule qui l'entoure ; car il voulait leur faire admettre que c'était bien comme envoyé de Dieu qu'il résidait en cette vie."

(Commentaire sur S. Jean, XXVIII, 39-42).

separ ecrit biblio« Abraham a vu mon jour » 

      « Dieu mit Abraham à l’épreuve et lui dit : ‘ Prends ton fils bien-aimé, celui que tu chéris, Isaac, et offre-le en sacrifice sur la montagne que je t’indiquerai ’ » (Gn 22,2).  Ce fils sur qui reposent de grandes et merveilleuses promesses..., voilà qu’Abraham reçoit l’ordre de l’offrir en holocauste au Seigneur sur une montagne !

      Que ressens-tu à cet ordre, Abraham ?... L’apôtre Paul à qui l’Esprit avait révélé, je crois, les pensées et les sentiments d’Abraham, a déclaré : « Grâce à sa foi, Abraham n’hésita pas lorsqu’il offrit son fils unique sur qui reposaient les promesses, car il pensait que Dieu était assez puissant pour le ressusciter des morts » (Rm 4,20; He 11,17.19)… Voilà donc la première occasion où la foi en la résurrection s’est manifestée. Oui, Abraham espérait qu’Isaac ressusciterait, il croyait à la réalisation de ce qui n’était jamais encore arrivé... Abraham savait qu’en lui se formait déjà la préfiguration de la réalité à venir ; il savait que le Christ naîtrait de sa descendance, la vraie victime offerte pour le monde entier, celui qui triompherait de la mort par sa résurrection.

     « Abraham se leva donc de bon matin…, et le troisième jour il parvint au lieu que le Seigneur lui avait indiqué. » Le troisième jour est toujours lié avec le mystère…; la résurrection du Seigneur surtout a eu lieu le troisième jour… « Levant les yeux, Abraham vit l’endroit de loin. Il dit à ses serviteurs : ‘ Restez ici avec l’âne. Moi et l’enfant, nous irons jusque là-bas pour adorer, puis nous reviendrons vers vous ’ »... Dis-moi donc, Abraham, déclares-tu la vérité à tes serviteurs quand tu affirmes aller adorer puis revenir avec l’enfant, ou bien veux-tu les tromper ?... « Je dis la vérité, répond Abraham ; j’offre l’enfant en holocauste, et c’est pourquoi j’emporte le bois avec moi. Puis je reviens vers vous avec l’enfant. Je crois en effet de toute mon âme que ‘ Dieu est assez puissant pour le ressusciter des morts. ’ » 

Homélies sur le livre de la Genèse, n° 8 ; SC 7 (trad. Sr Isabelle de la Source, Lire la Bible, t. 1, p. 74 rev.)

separ ecrit biblioLe véritable grand prêtre de l'expiation

Une fois par an, le grand prêtre, quittant le peuple, entre dans le lieu où est le propitiatoire, surmonté des chérubins, où se trouvent l'arche d'alliance et l'autel des parfums ; lieu où nul n'a le droit d'entrer, sinon le grand prêtre seul.

Je remarque comment mon véritable grand prêtre, le Seigneur Jésus Christ, dans sa chair mortelle, était toute l'année avec le peuple, cette année dont lui-même a parlé : Le Seigneur m'a envoyé porter la Bonne Nouvelle aux pauvres et annoncer une année de bienfaits accordée par le Seigneur, et le jour du pardon . Remarquez aussi comment une seule fois, cette année, le jour de l'expiation, il entre dans le Saint des saints. C'est-à-dire qu'après avoir accompli le plan du salut, il pénètre dans les cieux auprès du Père, afin de le rendre favorable envers le genre humain et d'intercéder pour tous ceux qui croient en lui.

C'est parce qu'il connaissait cette expiation par laquelle Jésus intercède auprès du Père, que l'Apôtre saint Jean disait : Mes petits enfants, je vous écris pour que vous évitiez le péché. Mais, si l'un de nous vient à pécher, nous avons un défenseur devant le Père, Jésus Christ, le Juste. Il est la victime offerte pour nos péchés.

Paul, lui aussi, fait mention de cette expiation quand il dit, au sujet du Christ : Dieu a exposé le Christ sur la croix, afin que, par l'offrande de son sang, il soit le pardon de tous ceux qui croient en lui . Donc, le jour de l'expiation dure pour nous jusqu'à ce que ~ le monde finisse. ~

Il est écrit dans le livre saint : Aaron mettra l'encens sur le feu devant le Seigneur ; il recouvrira d'un nuage d'encens le propitiatoire qui est sur l'Arche du Témoignage, et il ne mourra pas. Puis il prendra du sang du taureau et en aspergera avec le doigt le côté oriental du propitiatoire .

On enseignait ainsi chez les anciens comment célébrer le rite de propitiation. Mais vous, qui êtes venus au Christ, le véritable grand prêtre qui vous a rendu Dieu propice et vous a réconciliés avec le Père, ne vous attachez pas à ce sang charnel. Apprenez plutôt à considérer le sang du Verbe, et écoutez-le qui vous dit lui-même : Ceci est mon sang, qui sera répandu pour vous, en rémission des péchés . ~

L'aspersion du sang vers l'orient ne doit pas vous paraître un détail inutile. C'est de l'orient que vient la propitiation. C'est de là que vient l'homme dont le nom est Orient , qui est devenu médiateur entre Dieu et les hommes . Par là vous êtes donc invités à toujours regarder vers l'orient, où se lève pour vous le Soleil de justice , où la lumière apparaît toujours pour vous ; ainsi vous ne marcherez jamais dans les ténèbres et ce dernier jour ne vous saisira pas dans les ténèbres ; ainsi la nuit et l'obscurité de l'ignorance ne vous surprendront pas ; mais vous vivrez toujours dans la lumière de la connaissance, vous garderez le jour de la foi, vous posséderez toujours la lumière de l'amour et de la paix.

HOMÉLIE  SUR LE LÉVITIQUE

separ ecrit biblio

Le Sacrifice d'Abraham.

Abraham prit le bois pour le sacrifice et le chargea sur son fils Isaac ; il prit le feu et le couteau, et tous deux s'en allèrent ensemble.

Isaac porte lui-même le bois de l'holocauste, parce qu'il est une figure du Christ qui porte lui-même sa croix , bien que porter le bois de l'holocauste soit l'office du prêtre. Mais le Christ est à la fois la victime et le prêtre. Ce qui suit : et tous deux s'en allèrent ensemble se rapporte au même mystère. En effet, tandis qu'Abraham, s'apprêtant à sacrifier, porte le feu et le couteau, Isaac ne marche pas derrière lui mais avec lui, montrant par là qu'il s'acquitte pareillement avec lui de la fonction sacerdotale.

Quelle est la suite ? Isaac , dit l'Écriture, interrogea son père Abraham : « Mon Père » !  À ce moment, la voix du fils est celle de la tentation. Imaginez-vous à quel point cette voix du fils qui va être immolé bouleverse les entrailles paternelles ? Aussi, malgré la rigueur de sa foi, Abraham répond à son tour par une parole d'affection : « Eh bien, mon fils ? » Isaac reprit : « Voilà le feu et le bois, mais où est l'agneau pour l'holocauste ? » Abraham répondit : « Dieu saura bien trouver l'agneau pour l'holocauste, mon fils » .

Je suis frappé par cette réponse d'Abraham, à la fois exacte et prudente. Je ne sais ce qu'il voyait en esprit ; en effet, il ne s'agit pas du présent, mais de l'avenir, quand il dit : Dieu saura bien trouver l'agneau . À son fils qui l'interroge sur le présent, il répond en disant l'avenir. C'est que le Seigneur lui-même devait trouver l'agneau dans la personne du Christ. ~

Abraham étendit la main et saisit le couteau pour immoler son fils. Mais l'Ange du Seigneur l'appela du haut du ciel et dit : « Abraham! Abraham ! » Il répondit : « Me voici ! » L'Ange lui dit : « Ne porte pas la main sur l'enfant!  Ne lui fais aucun mal ! Je sais maintenant que tu crains Dieu. » ~ Rapprochons de cela les paroles de l'Apôtre, où il dit de Dieu : Il n'a pas refusé son propre Fils, il l'a livré pour nous tous . Voyez avec quelle magnifique générosité Dieu rivalise avec les hommes : Abraham a offert à Dieu un fils mortel qui ne devait pas mourir. Dieu a livré à la mort pour tous les hommes un Fils immortel. ~

Abraham leva les yeux et vit un bélier qui s'était pris les cornes dans un buisson. Nous avons dit plus haut, je crois, qu'Isaac figurait le Christ ; néanmoins, ici, c'est le bélier qui semble figurer le Christ. Il est intéressant de savoir comment l'une et l'autre figure — Isaac qui n'est pas égorgé et le bélier qui est égorgé — conviennent également au Christ.

Le Christ est le Verbe de Dieu. Mais le Verbe s'est fait chair . ~ Donc le Christ souffre, mais c'est dans sa chair ; il subit la mort, mais c'est sa chair qui la subit, sa chair dont le bélier est ici la figure. Comme le disait Jean Baptiste : Voici l'Agneau de Dieu, voici celui qui enlève les péchés du monde . Le Verbe, au contraire, c'est-à-dire le Christ selon l'Esprit, dont Isaac est l'image, est demeuré dans l'incorruptibilité. C'est pourquoi il est à la fois victime et grand prêtre. Car, selon l'esprit, il offre la victime à son Père, et, selon la chair, lui-même est offert sur l'autel de la croix. 

HOMÉLIE SUR LA GENÈSE

 

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 2018-03-07