Thomas More quelques écrits

ThomasmoreSaint Thomas More (1478-1535), homme d'État anglais, martyr

....

« Il les aima jusqu'au bout »
 

« Avant la fête de la Pâque, sachant que l'heure était venue pour lui de passer de ce monde à son Père, Jésus, ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, les aima jusqu'au bout »... Dans l'Évangile Jean a été appelé spécialement « le disciple que Jésus aimait ». C'est ce disciple qui met ici en lumière par ses paroles combien notre Sauveur, qui aimait tellement Jean, était fidèle dans son amour.

Car ces paroles sont suivies aussitôt par le récit de la Passion amère du Christ, en commençant par la dernière Cène, et d'abord par l'humble service du lavement des pieds rendu par Jésus à ses disciples, et par l'envoi du traître au dehors. Viennent ensuite l'enseignement de Jésus, sa prière, son arrestation, son procès, sa flagellation, sa crucifixion et toute la douloureuse tragédie de sa Passion très amère.

C'est avant tout cela que saint Jean cite les paroles rappelées à l'instant, pour faire comprendre que le Christ a accompli tous ces actes par pur amour. Cet amour, il l'a bien montré à ses disciples lors de la dernière Cène, lorsqu'il leur a affirmé qu'en s'aimant les uns les autres, ils suivraient son exemple (Jn 13,34). Car ceux qu'il aimait, il les a aimés jusqu'au bout, et il souhaitait qu'ils fassent de même. Il n'était pas inconstant, comme tant de gens qui aiment de façon passagère, abandonnent à la première occasion, et d'amis deviennent ennemis, comme l'a fait le traître Judas. Jésus, lui, a persévéré dans l'amour jusqu'au bout, jusqu'à ce que, précisément par cet amour, il en soit venu à cette extrémité douloureuse. Et pas seulement pour ceux qui étaient déjà ses amis, mais pour ses ennemis, afin d'en faire des amis, non pour son avantage, mais pour le leur.

Traité sur la Passion, 1 (trad. Delhougne, Les Pères commentent, p. 199 rev.)

separ ecrit biblio

Le Christ donne sa vie pour ses ennemis

      Méditons profondément sur l'amour du Christ notre Sauveur, qui « a aimé les siens jusqu'au bout » (Jn 13,1), à tel point que pour leur bien, volontairement, il a souffert une mort douloureuse et a manifesté le plus haut degré d'amour qui puisse exister. Car il a dit lui-même : « Il n'y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis » (Jn 15,13). Oui, c'est bien là le plus grand amour qu'on ait jamais montré. Et pourtant notre Sauveur en donna un plus grand encore, car il donna cette preuve d'amour à la fois pour ses amis et pour ses ennemis. 

      Quelle différence entre cet amour fidèle et les autres formes d'amour faux et inconstant que l'on trouve dans notre pauvre monde !... Qui peut être sûr, dans l'adversité, de garder beaucoup de ses amis, quand notre Sauveur lui-même, lorsqu'il a été arrêté, est resté seul, abandonné des siens? Quand vous partez, qui voudra partir avec vous? Seriez-vous roi, votre royaume ne vous laisserait-il pas partir seul pour vous oublier aussitôt? Même votre famille ne vous laisserait-elle pas partir, comme une pauvre âme abandonnée qui ne sait où aller? 

      Alors, apprenons à aimer en tout temps, comme nous devrions aimer : Dieu par-dessus toute chose, et toutes les autres choses à cause de lui. Car tout amour qui ne se rapporte pas à cette fin, c'est-à-dire à la volonté de Dieu, est un amour tout à fait vain et stérile. Tout amour que nous portons à un être créé quelconque et qui affaiblit notre amour envers Dieu est un amour détestable et un obstacle à notre marche vers le ciel... Donc, puisque notre Seigneur nous a tant aimés pour notre salut, implorons assidûment sa grâce, de crainte qu'en comparaison de son grand amour, nous soyons trouvés remplis d'ingratitude.

Traité sur la Passion, Le Christ les aima jusqu'au bout, homélie 1 (trad. Delhougne, Les Pères commentent, p. 218) 

separ ecrit biblio

« L'oeuvre de Dieu, c'est que vous croyiez en celui qu'il a envoyé »

      La fondation sur laquelle nous nous appuyons, c'est la foi. Sans la foi, inutile d'espérer apporter quelque réconfort spirituel... Quel soutien la Sainte Écriture pourrait-elle procurer à quelqu'un qui ne croirait pas qu'elle est la Parole de Dieu et que sa Parole est vraie ? On doit y trouver bien peu de profit si on ne croit pas que c'est la Parole de Dieu ou si, admettant même qu'elle l'est, on croit qu'elle peut contenir des erreurs ! Suivant que la foi est plus ou moins forte, les paroles de réconfort de la Sainte Écriture feront plus ou moins de bien.

      Cette vertu de la foi, aucun homme ne peut l'acquérir par lui-même, ni non plus la donner à un autre... La foi est un don gratuit de Dieu, et comme le dit saint Jacques : « Tout bien, toute perfection nous vient d'en haut, du Père des lumières. » (Jc 1,17) C'est pourquoi nous qui, à beaucoup de signes, sentons que notre foi est faible, prions-le pour qu'il la fortifie. 

Dialogue du réconfort dans les tribulations (trad. Écrits des saints, Soleil Levant, p.23-24)

separ ecrit biblio « Je crois ! Viens au secours de mon incroyance » (Mc 9,24)

      « Seigneur, augmente notre foi » (Lc 17,5). Méditons les paroles du Christ et disons-nous : si nous ne permettions pas à notre foi de tiédir et même de refroidir, de perdre sa force en éparpillant nos pensées sur des futilités, nous cesserions d'accorder de l'importance aux choses de ce monde, et nous ramasserions notre foi dans un petit coin de notre âme.

      Nous la sèmerions alors comme la graine de moutarde dans le jardin de notre coeur, après en avoir arraché toutes les mauvaises herbes, et le germe grandirait. Avec une ferme confiance dans la parole de Dieu nous soulèverons une montagne d'afflictions tandis que, si notre foi est chancelante, elle ne déplacera même pas une taupinière. Pour terminer cet entretien, je vous dirai que, puisque tout réconfort spirituel suppose une base de foi, et que personne d'autre que Dieu ne peut la donner, nous ne devons cesser jamais de la lui demander.

Dialog of Comfort against Tribulation (trad. Ecrits des saints, Soleil Levant, p. 23-24)

separ ecrit biblio« Aujourd'hui le salut est arrivé pour cette maison »

      Recevons le Christ dans l'eucharistie comme l'a fait Zachée, le bon publicain...; il s'est empressé de descendre de l'arbre et avec bonheur il a reçu Jésus dans sa maison. Mais il ne s'est pas contenté de l'accueillir avec une joie éphémère, fruit d'un attachement superficiel... : il en a donné la preuve par des œuvres de vertu. Il s'est mis en devoir de dédommager tout de suite toutes les personnes à qui il avait fait tort, et cela non pas chichement, mais au quadruple ; et il s'est engagé en outre à distribuer tout de suite aux pauvres la moitié de tout ce qu'il possédait -- sur-le-champ, remarquez bien, tout de suite, sais attendre le lendemain...

      Avec le même empressement, la même spontanéité, la même allégresse, la même joie spirituelle qui étaient ceux de cet homme le recevant chez lui, que notre Seigneur nous accorde la grâce de recevoir son corps et son sang très saints, son âme bénie et sa divinité toute-puissante, tant dans notre âme que dans notre corps. Et que le fruit de nos bonnes œuvres puisse rendre témoignage que nous le recevons dignement, avec cette foi totale et ce ferme propos de bien vivre qui s'imposent à ceux qui communient. Alors Dieu...dira sur notre âme comme jadis sur celle de Zachée : « Aujourd'hui le salut est arrivé pour cette maison ».

Treatise To Receive the Blessed Body of our Lord (trad. Histoire, Église et spiritualité, Bayard 2005, p. 174 rev.)

separ ecrit biblio« Marthe le reçut dans sa maison...; Marie...écoutait sa parole »

      Ayant reçu notre Seigneur dans l'eucharistie, l'ayant présent dans notre corps, n'allons pas le laisser tout seul pour nous occuper d'autre chose sans plus faire aucun cas de lui...: qu'il soit notre unique occupation. Adressons-nous à lui par une prière fervente ; entretenons-nous avec lui par de ferventes méditations. Disons avec le prophète : « J'écouterai les paroles que le Seigneur me dit à l'intime de mon cœur » (Ps 84,9). Car, si nous...lui réservons toute notre attention, il ne manquera pas de prononcer au-dedans de nous, sous forme d'inspirations, telle ou telle parole destinée à nous apporter un grand réconfort spirituel et à être profitable à notre âme.

      Soyons donc à la fois Marthe et Marie. Avec Marthe, faisons en sorte que toute notre activité extérieure se rapporte à lui, consiste à lui faire bon accueil, à lui d'abord, et aussi par amour pour lui, à tous ceux qui l'accompagnent, c'est-à-dire aux pauvres dont il tient chacun non seulement pour son disciple, mais pour lui-même : « Ce que vous faites à l'un des plus petits parmi mes frères, c'est à moi-même que vous l'avez fait » (Mt 25,40)... Efforçons-nous de retenir notre hôte. Disons-lui avec ses deux disciples se rendant au village d'Emmaüs : « Reste avec nous, Seigneur » (Lc 24,29). Et alors, soyons-en sûrs, il ne s'éloignera pas de nous, à moins que nous ne l'écartions nous-mêmes par notre ingratitude. 

Treatise To Receive the Blessed Body of our Lord (trad. Histoire, Église et spiritualité, Bayard 2005, p. 172 rev.)

separ ecrit biblio« Seigneur, sauve-moi ! »

      Ma chère Meg, je ne peux pas manquer de confiance en Dieu ; pourtant je sens que la peur pourrait bien me submerger. Je me rappellerai que saint Pierre, à cause de son peu de foi, commençait à s'enfoncer sous un coup de vent, et je ferai comme lui : j'en appellerai au Christ et lui demanderai son secours. Ainsi j'espère qu'il me tendra la main, me saisira et ne me laissera pas sombrer dans la mer démontée. 

      Et s'il permet que je joue le rôle de Pierre dans sa conduite ultérieure, que je tombe tout à fait, en jurant et en abjurant (mais que notre Seigneur, dans la tendresse de sa miséricorde, m'en préserve, et qu'une telle chute me nuise plutôt que de me rapporter aucun avantage)..., s'il permet que je tombe, j'espère pourtant que dans sa bonté il jettera sur moi, comme sur Pierre, un regard plein de compassion (cf Lc 22,61) et qu'il me relèvera pour que je confesse de nouveau la vérité et que je libère ma conscience. J'espère aussi qu'il me fera supporter courageusement le châtiment et la honte d'un tel reniement. 

      Bref, ma chère Margot, je suis absolument certain que, sauf péché de ma part, Dieu ne m'abandonnera pas. En toute espérance et sécurité, je vais donc me confier totalement en lui... Donc, ma chère fille, garde un bon moral, ne te laisse troubler par rien de ce qui peut m'arriver en ce monde. Rien ne peut arriver sans que Dieu le veuille. Et, j'en ai la certitude, tout ce que cela peut être, si mauvais que cela nous paraisse, sera vraiment le meilleur.

Lettre écrite en prison, 1534 (trad. Rogers/bréviaire 22/06 rev.) 

 

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 2017-04-12