Titus Brandsma quelques écrits

TitusbrandsmaBx Titus Brandsma, carme néerlandais, martyr (1881-1942)

 ...........

« Voici que nous montons à Jérusalem »

      Jésus s'est déclaré lui-même la tête du Corps mystique dont nous sommes les membres. La vigne, c'est lui ; les sarments, c'est nous (Jn 15,5). Il s'est étendu sur le pressoir et s'est mis à le fouler ; il nous a donné ainsi le vin pour qu'en le buvant, nous puissions vivre de sa vie et partager ses souffrances. « Celui qui veut faire ma volonté, qu'il prenne chaque jour sa croix. Celui qui me suit a la lumière de la vie. Je suis le chemin. Je vous ai donné l'exemple afin que vous fassiez, vous aussi, comme j'ai fait pour vous » (Lc 9,23; Jn 8,12; 14,6; 13,15). Et comme ses disciples eux-mêmes ne comprenaient pas que son chemin devait être un chemin de souffrance, il le leur expliquait en disant : « Ne fallait-il pas que le Christ souffre tout cela pour entrer dans sa gloire ? » (Lc 24,26)

      Alors le cœur des disciples brûlait en eux-mêmes (v. 32). La Parole de Dieu les enflammait. Et quand l'Esprit Saint est descendu sur eux comme une flamme divine pour les embraser (Ac 2), ils étaient alors heureux de souffrir mépris et persécution (Ac 5,41), car ainsi ils ressemblaient à celui qui les avait précédés sur le chemin de la souffrance. Les prophètes avaient déjà annoncé ce chemin de souffrance du Christ, et les disciples comprenaient enfin qu'il ne l'avait pas évité. De la mangeoire au supplice de la croix, pauvreté et manque de compréhension avaient été son lot. Il avait passé sa vie à enseigner aux hommes que le regard de Dieu sur la souffrance, la pauvreté, l'absence de compréhension humaine, est différent de la folle sagesse du monde (1Co 1,20)... Dans la croix est le salut. Dans la croix est la victoire. Dieu l'a voulu ainsi. 

La Mystique de la souffrance (trad. Itinéraire spirituel, Parole et Silence 2003, p. 159)

separ ecrit biblio« Moi je vous dis : ... priez pour ceux qui vous persécutent »

      Vous entendez souvent dire que nous vivons un temps merveilleux, un temps de grands hommes... Il est facile de comprendre pourquoi on souhaite que se lève un chef fort et capable... Cette espèce de néo-paganisme [le nazisme] considère toute la nature comme une émanation du divin...; il estime une race plus noble et plus pure qu'une autre... De là vient le culte de la race et du sang, le culte des héros de son propre peuple.

      En partant d'une idée aussi erronée, cette manière de voir peut conduire à des erreurs capitales. Il est triste de voir combien d'enthousiasme, combien d'efforts sont mis au service d'un tel idéal faux et sans fondement ! Cependant, nous pouvons apprendre de notre ennemi. De sa philosophie mensongère, nous pouvons apprendre comment purifier notre propre idéal et l'améliorer ; nous pouvons apprendre comment développer un grand amour pour cet idéal ; comment susciter un immense enthousiasme, et même une disponibilité à vivre et mourir pour lui ; comment affermir le courage pour l'incarner en nous-mêmes et dans les autres...

      Quand nous parlons de la venue du Règne et que nous prions pour qu'il vienne, nous ne pensons pas à une discrimination par la race ou par le sang, mais à la fraternité de tous les hommes, puisque tous les hommes sont nos frères –- sans exclure ceux-là même qui nous haïssent et nous attaquent –- dans un lien étroit avec celui qui fait se lever le soleil sur les bons comme sur les méchants (Mt 5,45). 

Invitation à l'héroïsme dans la foi et l'amour (trad. Itinéraire spirituel, Parole et Silence 2003, p. 161)

separ ecrit biblio« Alors, vous aussi, vous vous êtes laissé égarer ? »

      Nous vivons dans un monde où l'amour lui-même est condamné : on l'appelle faiblesse, chose à dépasser. Certains disent : « L'amour n'a pas d'importance, il faut plutôt développer ses forces ; que chacun devienne aussi fort qu'il le peut ; et que le faible périsse ! » Ils disent encore que la religion chrétienne avec ses sermons sur l'amour, c'est du passé... C'est ainsi : ils viennent à vous avec ces doctrines, et ils trouvent même des gens qui les adoptent volontiers. L'amour est inconnu : « l'Amour n'est pas aimé » disait en son temps saint François d'Assise ; et quelques siècles plus tard à Florence, sainte Marie-Madeleine de Pazzi sonnait les cloches du monastère de son Carmel pour que le monde sache combien l'Amour est beau ! Moi aussi, je voudrais sonner les cloches pour dire au monde comme il est beau d'aimer !

      Le néo-paganisme [du nazisme] peut répudier l'amour, l'histoire nous enseigne que, malgré tout, nous serons vainqueurs de ce néo-paganisme par l'amour. Nous n'abandonnerons pas l'amour. L'amour nous regagnera les cœurs de ces païens. La nature est plus forte que la philosophie. Qu'une philosophie condamne et rejette l'amour et l'appelle faiblesse, le témoignage vivant d'amour renouvellera toujours sa puissance pour conquérir et captiver les cœurs de hommes. 

Invitation à l'héroïsme dans la foi et l'amour (trad. Itinéraire spirituel, Parole et Silence 2003, p. 163)

separ ecrit biblio« Dans le monde, vous trouverez la détresse, mais ayez confiance : moi, je suis vainqueur du monde »

      Bien que nous aimions tous la paix et que nous ayons au fond du cœur l'espérance que notre action en faveur de la paix ne sera pas inutile, ni vous ni moi ne pouvons éluder les pressions de ce temps. Cela signifie que nous ne pouvons pas nous libérer du doute général que, selon les lois de l'histoire, quelque chose puisse changer : une guerre succède à une autre guerre, et chaque fois, cela porte un coup mortel à la cause de la paix. Nous vivons encore trop sous l'influence de ceux qui affirment que ceux qui veulent la paix doivent s'armer pour vaincre la guerre...

      Il est remarquable de constater qu'au cours des siècles, jaillissent constamment des héros de paix, des prédicateurs du message de paix... Nous trouvons ces messagers, ces apôtres de la paix en tout temps et en tout lieu. Et de nos jours, par chance, nous n'en manquons pas. Mais aucun messager de la paix n'a trouvé un écho plus vaste que Celui que nous...appelons le Roi de la paix (Is 9,5). Permettez-moi de vous rappeler qui est ce messager. Le jour de Pâques, il semblait que les apôtres avaient perdu toute espérance depuis la mort du Christ sur la croix. Alors qu'aux yeux du monde la mission du Christ était terminée, avait échoué, était incomprise, il est apparu au milieu de ses apôtres réunis au Cénacle par crainte des ennemis, et, au lieu de déclarations belliqueuses contre leurs adversaires, ils s'entendent dire : « Je vous laisse ma paix, je vous donne ma paix. Ce n'est pas à la manière du monde que je vous la donne » (Jn 14,27)...

      Je voudrais répéter cette parole, la faire résonner dans le monde entier, sans me préoccuper de qui l'entendra. Je voudrais la répéter si souvent que, même si...nous l'avons refusée, nous arrivions à l'écouter jusqu'à ce que nous l'ayons tous entendue et comprise.

Conférence « Paix et amour de la paix » du 11/11/1931 (trad.   Itinéraire spirituel, Parole et Silence 2003, p. 164s)

 

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 2017-03-14